crawaddy club

Ciao Giorgio.

 

 

Giorgio Gomelsky

 

Gomelsky 1

 

L’homme qui a inventé les Stones.

 

En ce 15 janvier 2016 et 5 jours après le décès de David Bowie, le rock vient d’essuyer un nouveau coup dur avec la disparition à 82 ans et terrassé par un cancer, de Giorgio Gomelsky, imprésario et producteur. Si elle est moins médiatisée que la mort de Ziggy ou étouffée par le décès simultané d’un autre manager, René Angelil, elle n’en constitue pas moins, pour le rock et ses clients, surtout ceux des années 60 et 70, une lourde perte. Il faut avoir retenu le pédigrée de cet idéaliste, de ce visionnaire doublé d’un homme de grande culture, pour s’en apercevoir et comprendre pourquoi le rock le pleure depuis l’annonce de cette triste nouvelle.Ciao Giorgio.

 

Du jazz au R & B.

Giorgio Gomelsky voit le jour sur un bateau venant d’Odessa et navigant vers Gênes. Il grandit entre la Suisse, l’Italie et la France, né d’un père médecin et d’une mère créatrice de chapeau pour la maison parisienne Claude Saint-Cyr.

Fan de jazz (il jouait de la batterie dans un trio à Logano), une fois ses obligations militaires accomplies, il prend la direction de Londres pour réaliser un reportage sur la scène de jazz britannique. Jeune cinéaste, il s’y installe dès 1955, mais très vite, le blues supplantant le jazz, il réalise que l’avenir est aux boîtes de nuit privilégiant le R & B alors en vogue.

Lire la suite