Aphrodite's Child.

 

3 - APHRODITE’S CHILD

666 – 1972  5/5

LP Studio 3

 

666

 

Publié en 1972.

Produit par Aphrodite’s Child.

Durée:77:58.

Label:Vertigo.

Genre:rock progressif.

Où il est question de la dot de la Grèce.

Oyez, oyez, cinglés de rock prog, cinglés tout court, oyez, oyez. Dérangés de la casquette, niqués du cerveau, accidentés de la coiffe, mutilés du cervelet, branques en tous genres, aliénés récents, barjos reconvertis, exaltés du ciboulot, aliénés repentis, azimutés de service, biscornus des méninges, bouffons du roi, braques et détraqués de la calebasse, cinoques, cintrés de la cafetière, déréglés de la caboche, déséquilibrés notoires, dingos ayant pignon sur rue, fêlés, fondus ou fous furieux, givrés du haut, malade mentaux, marteaux, paranos, piqués et psychosés de la place…oyez, oyez. Bienvenue dans 666, cet univers taillé sur mesure pour les zinzins que nous sommes.

Double album sorti en 1971, 666 (en écoute intégrale ici) est ce que les grecs d’Aphrodite’s Child ont fait de mieux. Censuré dans certains pays pour référer au satanisme, ce concept-disque inspiré par la Bible adapte en musique l’Apocalypse de Saint-Jean et le nombre qui fait son titre évoque la Bête. Au chapitre 13, verset 18, pour ceux qui ne souffrent pas d’hexakosioihexekontahexaphobie (la peur du nombre) et qui auraient la bonne idée d’aller vérifier.

Sur une musique composée par le claviériste Vangelis Papathanassiou et des textes de Costas Ferris, réalisateur, acteur et producteur grec, 666 consiste en un patchwork de morceaux différents les uns des autres, tant dans leur structure, que dans leur longueur ou dans leur registre.

Ainsi, dans ce disque de rock prog, le psychédélisme côtoie le hard rock, les instrumentaux se mêlent aux titres chantés ou parlés, les pièces sous la minute à celles étirées comme All The Seats Were Occupied et ses presque 20 minutes.

Aboutissement artistique des hellènes, au fil du temps 666 est devenu culte avec des titres proprement ahurissants comme The Four Horsemen (un monument), l’improvisé All The Seats Were Occupied, courts comme The System, Tribulation (jazzy) ou Ofis, The Battle Of The Locusts, Seven Trumpets, comme The Lamb, The Break (pop), Hic And Nunc, Do It (rock). A noter surtout le satanique, orgasmique et intrigant ∞ (symbole signifiant l’Infini) chanté par Irène Papas (I Am I Was I am To Come I Was). L’Espagne et la Grèce interdiront ce dernier morceau pour son aspect sulfureux.

Album polémique, car osé, et qui fit jaser, 666, dont aucun single n’a alimenté les charts, est peut-être un peu décontenançant de par son côté bordélique et puzzle, mais il est un des disques les plus inspirés de son temps et d’une grande richesse musicale. A écouter entre cinglés. Oyez, oyez… (RAZOR©)

Infos sur le disque.

1. The System.

2. Babylon.

3. Loud, Loud, Loud.

4. The Four Horsemen.

5. The Lamb.

6. The Seventh Seal.

7. Aegian Sea.

8. Seven Bowls.

9. The Wakening Beast.

10. Lament.

11. The Marching Beast.

12. The Battle of the Locusts.

13. Do It.

14. Tribulation.

15. The Beast.

16. Ofis.

17. Seven Trumpets.

18. Altamont.

19. The Wedding Of The Lamb.

20. The Capture Of The Beast.

21. ∞.

22. Hic And Nunc.

23. All The Seats Were Occupied.

24. Break.

Vangelis Papathanassiou:orgue,piano,flûte,percussions, choeurs.

Demis Roussos:basse, choeurs,chant sur 2/4/22.

Lucas Sideras:batterie,choeurs,chant sur 15/24.

Silver Koulouris:guitares,percussions.

Harris Halkitis:basse,saxophone tenor,choeurs.

Michel Ripoche:trombone,saxophone ténor sur 2/22.

John Forst:narration.

Yannis Tsarouchis:texte en grec.

Irène Papas:voix sur 21.

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire