Brewer & Shipley.

 

31 - BREWER & SHIPLEY

DOWN IN L.A - 1968  5/5

LP Studio 1

 

Brewer shipley down in l a 68

 

Publié en 1968.

Produit par Allen Stanton et Jerry Riopelle.

Durée:29:20.

Label:A & M Records.

Genre:folk-rock.

Dans la cour des très grands.

Pouvait-on imaginer meilleur départ dans la carrière? S’offrir pour son premier LP, Jim Messina du Buffalo Springfield, puis de Poco et Loggins & Messina, Hal Blaine homme de Presley, dans le giron des Byrds, des Mamas & Papas, des Beach Boys, des Carpenters, le bassiste, entre autres, de Bridge Over Trouble Water (Simon & Garfunkel) Joe Osborn, le batteur de Derek & The Dominos Jim Gordon et le coquin de Leon Russell qui apparaît sous Russell Bridges, n’est pas donné à n’importe qui.

Encore faut-il avoir de la crédibilité pour attirer à soi un tel parterre de musiciens (le fameux Wrecking Crew) et en faire son unité d’accompagnement comme c’est le cas pour Down In L.A (1968).

Mike Brewer et Tom Shipley ont cette particularité d’avoir toujours réuni des artistes de renom sur leurs premiers albums. C’est évidemment un signe qui ne trompe personne.

Brewer (Oklahoma) & Shipley (Ohio), c’est du sérieux, du crédible, ça joue dans la cour des grands. Ainsi, sur Weeds (69), le LP qui suit, Nicky Hopkins et Mike Bloomfield viennent à leur tour y faire la pige.

Jerry Garcia et Paul Butterfield apparaissent ensuite sur Tarkio (70), le numéro 3 du catalogue. John Cipollina, Spencer Dryden, David LaFlamme et José Chepita Areas sont fidèles à cette bonne habitude sur le suivant, Shake Of The Demon (71).

Le duo folk-rock est tenu en haute estime sur la familiale scène californienne et il y a de quoi. On ne suscite pas le respect des siens par la seule volonté du Saint-Esprit. Encore faut-il être pétri de talent, imaginatif et inspiré, et produire la matière pour le valoriser.

En fait, il s’agit bien là de tout ce que l’on reconnaît à ce duo prometteur, et qui va motiver, au fil du temps, une pioche en règle de son répertoire par des pairs avisés (The Poor, The AFEX, Black Sheep, Glenn Yarbrough, Noel Harrison, Bobby Rydell ou le Garden Club de Ruthann Friedman et Tom Shipley) et sûrs d’y dénicher une pépite ou de quoi contribuer à manger.

HP Lovecraft (Keeper Of The Keys), Nitty Gritty Dirt Band (Truly Right) ainsi que les Byrds et Manassas (Bound To Fall) notamment, s’y sont essayé avec réussite. Mike et Tom ont des prédispositions précoces incontestables pour le songwriting. Il n’en faut pas plus et il ne faut pas attendre plus longtemps pour qu’A & M Records leur fasse les yeux doux. D’autant plus que leur style comme leur son sont uniques. L’éditeur les exhorte à travailler pour leur propre crémerie.

Un premier LP est rapidement publié en octobre 1968 : Down In L.A. dans lequel chaque titre est déjà très soigné. Le duo accorde une attention presque maladive et un respect total à tout ce qu’il produit et qui va alimenter son premier jet.

Il veille à hausser son niveau personnel et prend soin de bien s’entourer. Aucun détail n’est négligé jusqu’à la production. Tout est mesuré, dosé, calculé, réfléchi, analysé.

Down In L.A. (en écoute intégrale ici) est leur première belle vitrine qui avalise tous mes propos élogieux précédents. Suivront les fantastiques Weeds et Tarkio pour mieux les étayer et par là même confirmer.

Ce travail fascinant et qui n’a d’égal que le haut de la pyramide folk-rock, quoi que légèrement pop et country par bribes, s’appuie sur de lumineuses harmonies vocales, sur une belle section rythmique, sur une beauté incomparable d’écriture et de subtiles orchestrations.

En dehors du gothique final Mass For M’Lady,  toutes les pièces contribuent à doter l’album d’un ton général plaisamment tranquilou. S’il n’a pas bougé les foules à sa publication, et on peut bien se demander pourquoi il a été négligé à ce point, Down In L.A n’en est pas moins la première marche très aboutie de la sublime carrière de ces artistes mémorables.

La suite se fait pour Kama Sutra Records et le meilleur est alors à venir. Avis aux amateurs, les trois premiers Brewer & Shipley sont incontournables (RAZOR©).   

INFOS SUR LE DISQUE.

1. Truly Right.

2. She Thinks She's a Woman.

3. Time and Changes.

4. Small Town Girl.

5. I Can't See Her.

6. Green Bamboo.

7. An Incredible State of Affairs.

8. Keeper of the Keys.

9. Love, Love.

10. Dreamin' in the Shade.

11. Mass for M'Lady.

Mike Brewer:chant,guitare,percussions.

Tom Shipley:chant,guitare,percussions.  

Nick DeCaro:cordes,cor.

Jim Gordon,Hal Blaine:batterie.

Milt Holland:percussions.

Lyle Ritz,Jim Messina,Joe Osborn:basse.

Russell Bridges (Leon Russell):piano électrique,orgue

Mike Melvoin:orgue.

Lance Wakely:harmonica,guitare électrique.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau