Gene Clark.

 

11 - GENE CLARK

WHITE LIGHT - 1971  5/5

LP Studio 4

 

White light 71

 

Publié en août 1971.

Produit par Jesse Ed Davis.

Durée:34:58.

Label:A&M Records.

Genre:country-rock,folk-rock.

Stop ! Chef d'oeuvre.

White Light (en écoute intégrale ici) est le deuxième LP solo de Gene Clark. Il sort en 1971. Par ce disque, notre homme confirme qu’il était bien, parmi les membres des Byrds qu’il a quitté prématurément cinq ans avant, celui qui avait le plus de talent en matière de composition, qu’il était l’architecte de la musique de ce groupe.

Eight Miles High, c’était déjà lui. Interdit sur les ondes pour des raisons d’incitation à la drogue, c’est le début d’une longue série qui va le cloîtrer dans un relatif anonymat, sauf pour les puristes.

Par ailleurs, son Feel A Whole Let Better n’avait rien à envier aux Beatles qu’il vénèrait. Mais il était un homme à part, notre Gene Clark, fils de paysans, effacé, introverti, pas verni, triste et jalousé pour ses chansons et les royalties qui lui revenaient de droit, pour son succès auprès des femmes.

Dans ce contexte, il lui était difficile de se faire entendre et ses albums passeront tous quasiment inaperçus. Ce qui, convenons-en aujourd’hui relève d’une grande injustice.

Après quelques albums (dont le très bon Gene Clark With The Gosdin Brothers et deux autres avec le banjoïste Doug Dillard) et une pige avec les Flyin’ Burrito Brothers, Gene Clark semblait être reparti avec ce magnifique White Light. Renaissance ? On pouvait le croire mais l’homme, en plus d’être un poissard de première, avait des choix discutables.

En effet, point de tournées de promotion de l’album en raison d’une aversion pour les avions. Dans ce contexte contraignant, sa lumière blanche prenait plus l’apparence de celle qui inonde le couloir de la mort qu’à une lueur d’espoir.

Pourtant  White Light est un travail d’une grande simplicité, austère et dépouillé. Une guitare, un harmonica, des textes chargés d’émotions ainsi qu’une voix plaintive sur fond de folk et de country transcendantale mêlés, voilà pour l’ambiance. Gene Clark nous révèle qu’il est un très grand chanteur doublé d’un compositeur hors pair. Qu’il reste une énigme aussi.

Spanish Guitar est une ballade extraordinaire, que Dylan himself, aurait aimé écrire. Les introspectifs With Tomorrow, court mais intense, Because Of You, Where My Love Lies Asleep, White Light, au style campagnard, The Virgin à l’ambiance rustique, One In A Hundred qui avait tout pour faire un tube, comptent parmi ses meilleures compositions. A noter aussi un Tears Of Rage de Dylan.

Sous-estimé, sous-évalué, Gene Clark est de la race des artistes qui ont inventé quelque chose dans la musique rock. La dépression, la drogue et l’alcool auront raison de lui en 1991. Sur sa tombe, cet épitaphe : No Other, le titre de son album (1974), l’autre chef d’œuvre du gaillard (RAZOR©).

Infos sur le disque.

1. The Virgin.

2. With Tomorrow.

3. White Light.

4. Because of You.

5. One in a Hundred.

6. For a Spanish Guitar.

7. Where My Love Lies Asleep.

8. Tears of Rage.

9. 1975.

Gene Clark:guitare acoustique,chant.

Jesse Ed Davis:guitare électrique.

Chris Ethridge:basse.

Gary Mallaber:batterie.

Mike Utley:orgue.

Ben Sidran:piano.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau