Redbone.

 

17 - REDBONE

REDBONE – 1970  4/5

LP Studio 1

 

Redbone redbone lp

 

Publié en 1970.

Produit par Lolly Vegas,Pete Welding.

Durée:73:23.

Label:Epic.

Genre:rock,funk/soul,world music.

Des débuts ambitieux.

Derrière Redbone, les frères Vegas. Pat et Lolly Vegas, des amérindiens avec du sang mexicain coulant dans les veines. Originaire de Californie, la fratrie Vegas évolue d’abord dans le milieu du jazz des 60’s où elle se fait les dents dans des formations du crû, avant de se faire un nom sous l’étendard Redbone (1969) dans les années 70.

Redbone a beaucoup tourné en Europe dans la première partie des années 70. Je me souviens les avoir vu dans le cadre d’un festival en plein air, en Allemagne ou en Hollande, n’avoir pas été insensible à leur musique, sorte de cocktail de rock, de funk, de jazz, de cajun, de latino et de notes tribales, encore moins à leurs tenues amérindiennes colorées.

Auteur de sept LP entre 1970 et 1977, Redbone a démarré pied au plancher en signant deux excellents disques : Redbone (en écoute intégrale ici) et Potlatch en 1970 chez Epic. Après, plus rien, Message From A Drum (1971) reste potable, la suite est à zapper pour des raisons de rapprochement avec le disco.

Le line-up d’origine et de référence de Redbone, nom suggéré par une plaisanterie cajun, retiendra les noms des frères Vegas (Vasquez, en fait), de Peter DePoe et Robert Anthony Avila, dit Tony T.Bone Bellamy, mort un Noël 2009, quelques mois seulement avant Lolly Vegas (4 mars 2010).

Les tempes grises se souviendront principalement de Maggie, The Witch Queen Of New-Orleans, Come And Get Your Love qui ont eu un long temps d’antenne. Peut-être moins de We Were All Wounded At Wounded Knee, qui a fait parler de lui, mais surtout pour sa politisation et son interdiction d’ondes et de presse aux Etats-Unis.

Groupe original, Redbone vaut essentiellement par ses deux premiers LP. L’éponyme Redbone (1970) est un double sur le marché américain, un simple agencé différemment sur le Vieux Continent. Peu de groupes peuvent alors s’autoriser un démarrage aussi ambitieux.

A l’écoute de ce disque plus de quarante ans après, j’ai les mêmes agréables sensations qui me parcourent. L’ambiance est décontractée, il s’en dégage une belle énergie même si elle n’est pas constante, les racines indiennes se devinent. Le chant est bien traité par le noyau directeur, les Vasquez ; la guitare est efficace, la rythmique solide, le son unique. Le plaisir de jouer est palpable, la volonté de ne pas trop en faire, réelle.

Que l’on soit d’accord, pour alimenter en cartouches, un double, il faut de la matière. Elle fait parfois défaut ici et certains titres font un peu tâche. Pas de quoi gâcher la fête cependant, Crazy Cajun Cakewalk Band, Prehistoric Rhythm, Niki Hokey, Rebecca, Chance To See, Dance Calinda, les instrumentaux Jambone, Suite Mode et Things Go Better se chargent de rectifier la mire. Alors ? Prends ou prends pas ? Comme on dit chez nous: indien vaut mieux que deux tu l’auras. Donc Prends. (RAZOR©)

Infos sur le disque.

Face 1 (Sortie USA).

1. Crazy Cajun Cakewalk Band.

2. Prehistoric Rhythm.

3. Niki Hokey.

4. Promise I Won't Let It Show.

5. Minor Seven Heaven.

 

Face 2.

6. Night Come Down.

7. Tennessee Girl.

8. Rebecca.

9. Jambone (Instrumental).

 

Face 3.

10. Little Girl.

11. Chance To See.

12. Red And Blue.

13. Suite Mode (Instrumental).

 

Face 4.

14. (I Can't) Handle It.

15. I'm A Man (Instrumental).

16. Dance Calinda.

17. Things Go Better ... (Instrumental).

 

Face 1 (sortie européenne)

1. Prehistoric Rhythm.

2. Crazy Cajun Cakewalk Band.

3. Niki Hokey.

4. Minor Seven Heaven.

5. Things Go Better ... (Instrumental).

 

Face 2.

6. Night Come Down.

7.Tennessee Girl.

8. Jambone (Instrumental).

9. Rebecca.

10. Dance Calinda.

11. Red And Blue.

Lolly Vegas:guitare,chant.

Tony Bellamy:guitare rythmique,chant.

Pat Vegas:basse,chant.

Pete DePoe:batterie,percussions.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire