Bob Dylan : Blowin' In the Wind.

 

Derrière les chansons, des messages...

Et si on grattait un peu ?

 

Cette rubrique est destinée à mettre en avant certaines chansons du rock. Ici priorité est donnée au sens et à la pertinence des paroles, à l'esprit de la chanson et de son auteur, ainsi qu'aux conditions ayant dicté la réalisation du titre, son enregistrement et sa publication. L'objectif est d'avoir une meilleure compréhension du songwriter et de son message du moment. Remettre les choses dans leur contexte en quelque sorte...

L'auteur et la chanson.

Dylan blowin single

Dylan blowin portrait

Dylan blowin ppm single

4)  BOB DYLAN

BLOWIN' IN THE WIND – 1963 (en écoute intégrale ici)

 

Enregistré le 9 juillet 1962 aux studios Columbia de New York.

Publié le 27 mai 1963.

Produit par John H. Hammond, Tom Wilson.

Auteur:Bob Dylan.

Durée:2:48.

Label:Columbia Records.

Genre:folk.

Album:After The Freewheelin' Bob Dylan (mai 1963).

 

Paroles.

How many roads must a man walk down
Before you call him a man
How many seas must a white dove sail
Before she sleeps in the sand
Yes, 'n' how many times must the cannon balls fly
Before they're forever banned
The answer, my friend, is blowin' in the wind
The answer is blowin' in the wind

Yes, 'n' how many years can a mountain exist

Before it's washed to the sea
Yes, 'n' how many years can some people exist
Before they're allowed to be free
Yes, 'n' how many times can a man turn his head
And pretend that he just doesn't see
The answer, my friend, is blowin' in the wind
The answer is blowin' in the wind

Yes, 'n' how many times must a man look up
Before he can see the sky
Yes, 'n' how many ears must one man have
Before he can hear people cry
Yes, 'n' how many deaths will it take till he knows
That too many people have died
The answer, my friend, is blowin' in the wind
The answer is blowin' in the wind

Le contexte.

Longtemps le doute a pesé quant à la paternité de Blowin' In The Wind (1962). Une rumeur émanant d'un article paru en novembre 1963 dans le Newsweek fait état que Bob Dylan l'aurait rachetée, contre 1000 dollars, à un jeune étudiant du New Jersey, Lorre Wyatt, un proche de Woody Guthrie. Dylan n'est-il qu'un bel opportuniste ou Wyatt un usurpateur ? Des révélations de ce dernier dans New Times, à l'automne 1974, réhabilitent le Zim dans son bon droit. 25 ans plus tard (1999), Blowin' In The Wind est intronisé au Rock And Roll Hall Of Fame.

A cette époque, le titre est devenu un succès international passé entre les mains du trio folk, Peter Paul & Mary (en écoute intégrale ici). Si leur reprise prend place au deuxième rang du Billboard Hot 100, la suspicion demeure toujours...

Etalon de la protest-song, Blowin' In The Wind fait de son auteur controversé le porte-parole de la jeunesse du moment, le cicerone du mouvement des droits civiques. Pourtant la chanson ne réfère à aucun événement particulier, si ce n'est qu'elle sort alors que le conflit vietnamien bat son plein et qu'un climat de tensions économiques et sociales animent le quotidien des américains.

Elle offre cependant une bouffée d'oxygène dans la carrière de l'artiste, obscur chanteur folklorique dont la musique est alors plus populaire que l'homme. L'auteur est mieux considéré que l'interprète.

Dylan aurait écrit cette chanson d'une grande amplitude humaine et poétique en une dizaine de minutes, un après-midi d'avril 1962, sur un coin de table du café The Commons (Greenwich Village), lieu de convergence des poètes de la beat generation et d'artistes folk et jazz.

Sur une mélodie empruntée à un ancien chant d'esclaves noirs (No More Auction Block), Dylan greffe les paroles qu'il vient de griffonner sur un morceau de papier, après un échange d'ordre politique avec d'autres clients. En fin de soirée, alors qu'il passe au Gerde's Folk City voisin, il en livre un premier embryon. Gil Turner (et ses New World Singers) la reprend à son compte ce soir-là : il est ovationné. Blowin' In The Wind, première composition majeure de Dylan, est partie pour faire un carton.

Il n'appartient pas à Dylan le privilège de propulser ce titre sous les feux des projecteurs. Comme dit précédemment, cet honneur revient à Peter Paul & Mary (qui partagent le même manager avec Dylan, Albert Grossman), les premiers à le faire fructifier, dès le 18 juin 1963 (Warner Bros). Deux millions de singles sont vendus en quelques semaines.

D'autres le feront également : The New Word Singers et The Chad Mitchell Trio (les premiers à l'enregistrer), Neil Young, Dolly Parton, Stevie Wonder (premier artiste noir à reprendre la chanson), Sam Cooke, Bobby Darin, The Kingston Trio, Marianne Faithfull, The Seekers, Marlene Dietrich, Trini Lopez, Johnny Rivers, Cher, Pete Seeger, Cliff Richard, Joan Baez, The Hollies, The Ventures, Graeme Alwright, Chet Atkins, Ziggy Marley, Judy Collins, Elvis Presley, et chez nous, marie Laforêt, Hugues Aufray et Richard Anthony. Blowin' In The Wind est certainement la chanson de Dylan la plus reprise.

Dylan en personne l'a chantée plus de 1000 fois durant sa carrière, s'accordant début 1964, un break au motif de ne plus la supporter. Il faudra tout le tact de George Harrison pour que le Zim l'interprète à nouveau en août 1971, dans le cadre du concert pour le Bangladesh, organisé par le défunt Beatles.

Ecrite en 1962, Blowin' In The Wind est intégrée au deuxième LP de Dylan : The Freewheelin' Bob Dylan, sorti le 27 mai 1963 et dont la pochette le dévoile bras dessus-bras dessous avec Suze Rotolo, sa bienaimée du moment. L'album en question a énormément influé sur les Beatles.

La chanson est courte (2:48) ; elle est construite autour de 3 couplets de 8 vers. Chaque vers est porteur d'une question à laquelle le refrain répond toujours évasivement et de la même manière : The Answer, My Friend, Is Blowin' In The Wind, The Answer Is Blowin' In The Wind. A chacun donc d'y trouver la réponse...(RAZOR©)

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire