PERRO : les légendaires sessions de Frisco.

Planet Earth Rock And Roll Orchestra (PERRO)

 

Perro 1 

 

Les légendaires sessions de Frisco.

 

Derrière l'acronyme PERRO se profile un regroupement informel de musiciens de la région de l'Area Bay, la scène musicale de San Francisco en vogue entre la deuxième moitié des 60's et le début des 70's. Dans l'esprit communautaire et libertaire du moment, il est fréquent pour ces derniers de se retrouver pour jammer, échanger, refaire le monde et mettre leurs expériences en commun. Des liens très forts se tissent alors entre des groupes pourtant concurrents, des amitiés prodondes et durables naissent de ces rassemblement.

PERRO, un label.

La profonde et régulière interactivité entre les acteurs de cette place favorise la création artistique et donne le jour à de légendaires sessions d'enregistrements impliquant Jefferson Airplane, Grateful Dead, Quicksilver Messenger Service et Crosby Stils & Nash, membres principaux du fameux PERRO. Le San Francisco Sound est l'héritage de ce brassage culturel.

PERRO, alias Planet Earth Rock And Roll Orchestra, permet à certaines grandes œuvres du début des années 70 d'éclore, telles Blow Against The Empire (Paul kantner et Jefferson Starship/1970), If I Could Only Remember My Name (David Crosby/1971), Songs For Beginners (Graham Nash/1971), Sunfighter (Kantner et Slick/1971), Papa John Creach (Papa John Creach/1971), Graham Nash David Crosby (1972), Rolling Thunder (Mickey Hart/1972), Baron Von Tollbooth & The Chrome Nun (Kantner, Slick et Freiberg/1973) et, au début des 80's, Planet Earth Rock And Roll Orchestra (Paul Kantner/1983).

Les studios Heider, centre névralgique de l'Area Bay.

Les studios Wally Weider Recordings à San Francisco sont le dénominateur commun à tous ces disques et échanges, à tous ces enregistrements. L'ouverture de Wally Heider Studios permet dès lors à cette jeunesse musicale de la baie de concentrer son talent et ses idées en cet endroit plutôt que d'aller enregistrer sur Los Angeles ou à New York, comme c'est fréquemment le cas jusque là.

61b5otue6tlVolunteers (Jefferson Airplane) : un des premiers Lp de PERRO.

Perro gary russGary Russ...

Perro barncard 2...et son asssiatnt Stephen Barncard.

Perro heider studiosDe 1969 à 1980, un lieu d'échanges et de jams.

Perro wally heider studiosAujourd'hui le Hyde Street Studios...

Perro mihael ward hyde street studios... propriété de Michael Ward.

Ainsi, parmi ces jeunes musiciens, Jefferson Airplane enregistre ses 5 premiers albums, entre Takes Off (août 1966) et Bless Its Pointed Little Head (février 1969) sur Los Angeles ; idem pour Quicksilver Messenger Service qui doit attendre Shady Grove (décembre 1969) pour sortir un opus vraiment estampillé Frisco.

Jusque là, le groupe enregistre dans les studios RCA d'Hollywood comme Creedence Clearwater Revival (Bayou Country/janvier 1969), Big Brother And The Holding Company (1968) ou chez Columbia à New York, comme c'est le cas de Moby Grape.

Grateful Dead est un des seuls à enregistrer en local (Pacific High Recording) mais ne résiste pas à la tentation de réaliser son légendaire album American Beauty (novembre 1970) dans la nouvelle enceinte érigée à l'angle de Turk et de Hyde. Comme son concepteur l'a alors pressenti, Crosby Stills Nash (and Young) lui font l'honneur d'enregistrer Déjà Vu chez lui à San Francisco.

Un studio à la pointe de la technologie.

Dès son installation le 27 avril 1969 au 245 Hyde Street, dans un bâtiment ayant appartenu à la Century Fox, son propriétaire, Wally Heider, un ancien assistant de l'ingénieur audio visionnaire Bill Putnam (le Père de l'enregistrement moderne et inventeur de la console moderne) devenu producteur-ingénieur, dote le lieu d'une plate-forme d'enregistrement ultra-perfectionnée.

Après avoir accueilli, en 1968, dans le studio qu'il possède à Hollywood, Crosby, Stills & Nash, pour l'enregistrement de son album éponyme (29 mai 1969), Wally Heider décide de prolonger sa collaboration avec le trio, venu s'installer à San Francisco, en lui donnant une bonne raison pour enregistrer chez lui.

Il crée un complexe d'enregistrement calqué sur celui de L.A, à la pointe de la technique et du confort. La conception est confiée à David Mancini, fils du célèbre compositeur Henry Mancini. Heider revend son projet à Filmways (1969) mais continue à en assurer le bon fonctionnement.

Jusqu'à 15 albums en même temps.

La place musicale de San Francisco va alors libérer toute sa créativité longtemps contenue. Au 245 Hyde Street règne un esprit communautaire et libertaire à neul autre pareil, Wally Heider se montrant très conciliant et paternel avec ces jeunes artistes en herbe. Chacun d'entre eux est le bienvenu.

Quand le studio C est opérationnel, les plus pointus de cette scène s'y succèdent tous les soirs ; la légende dit que les ingénieurs travaillent, à un moment sur 15 albums simultanément. Creedence, Le Dead, CSN & Y, Jefferson Starship et ses greffons Kantner/Slick, Santana (Abraxas), Jerry Garcia et David Crosby pour leurs projets personnels, Brewer & Shipley (notamment Tarkio/1970), Norman Greenbaum (Spirit In The Sky vendu à deux millions d'exemplaires) passent tous par ce légendaire studio C.

Doté d'une console 24 canaux, il a une acoustique exceptionnelle. Jefferson Airplane, un des piliers de l'Area Bay est un des premiers à investir le studio pour son album Volunteers.

Des réguliers du 245 Hyde Street.

Les premières sessions datent de mars 1969 alors que le studio n'est pas encore terminé. Le groupe de Kantner/Balin s'y installe néanmoins et, sous la direction d'Al Schmitt, enregistre sur un 16 pistes ce qui est le premier album du groupe (le sixième en ce qui le concerne) à être réalisé entièrement à San Francisco et à sortir du studio C de Wally Heider.

Des musiciens prennent part à ces sessions comme Jerry Garcia (Grateful Dead), Joey Covington (Jefferson Airplane), David Crosby et Stephen Stills, Nicky Hopkins.

Tous sont des acteurs de la place californienne ; ils se fréquentent depuis quelques années ; on les retrouve sur les disques des uns et des autres et deviennent des réguliers d'immeuble de la Hyde Street.

Plaisir et détente.

Il ne se passe pas un jour sans que ces musiciens ne pointent le bout de leur nez au studio de Wally Heider. Par curiosité, par soutien, par pure amitié, pour échanger, pour partager un joint, mais surtout parce que cet échiquier musical est une vaste communauté d'artistes.

Cette coolitude est dans l'esprit de San Francisco et du moment. La notion de plaisir et de détente prévaut à tout ce qui est labellisé PERRO. Le projet concentre autour de lui Crosby et Nash, Paul Kantner, Grace Slick, Jorma Kaukonen, Jack Casady, Jerry Garcia, Phil Lesh, Bill Kreutzmann, Mickey Hart, David Freiberg.

Les initiés auront deviné en cette énumération les membres de quatre groupes majeurs de la deuxième moitié des 60's, indissociables de l'histoire musicale et du son spécifique de San Francisco : CSN & Y, Grateful Dead, Jefferson Airplane (et Starship) et Quicksilver Messenger Service.

Perro crosby e stephen barncard 2004David Crosby et Stepehn Barncard.

« American Beauty (Grateful Dead) est propre, parfait. Je pense que j'ai remis de l'ordre dans une situation alors compliquée. Ce disque vient avant If I Could Only Remember My Name (David Crosby). Dave est alors un mec très nerveux, peu patient et peu respectueux à l'égard des roadies et des assistants, comme moi. Si les choses ne vont pas dans son sens, tu deviens sa cible comme ça m'est arrivé pendant les sessions de Déjà Vu ou celles de Blows Against The Empire (Paul Kantner). Je ne l'aimais pas beaucoup à l'époque, pourtant j'en étais fan ; il a beaucoup changé depuis. » (Stephen Barncard)

Les meilleurs techniciens aussi.

Ce groupe artistique interchangeable est l'élément moteur de PERRO, mais il convient de lui associer l'élément technique sans lequel la production discographique qui en est issue n'aurait pas la saveur qu'on lui connaît. Le travail et l'investissement de Stephen Barncard dans ce projet sont aussi déterminants et influents.

Embauché comme assistant (de Bruce Botnick, Russ Gary, Bill Halverson) en août 1969 (et jusqu'en 1973), sans contraintes de résultat particulières, cet ingénieur expérimenté se fond aussitôt dans l'esprit de PERRO et des studios Heider, s'avérant, au bout de quelques semaines, l'un des meilleurs producteurs du moment.

C'était quelque chose...

En 1973, le buzz fait autour du 245 Hyde Street retombe quelque peu. Le Dead crée son propre label, Grateful Dead Records, et migre vers les studios The Record Plant à Sausalito, attirant à lui la sphère gravitant dans son giron.

La crise pétrolière et le départ de Mel Tanner, son directeur, précipitent le désintérêt pour un endroit qui, après avoir été une ruche trépidante, fertile et inspirée, sonne soudainement le creux dès l'été 73.

Wally Heider garde le contrôle des studios jusqu'en 1980. Il est alors licencié quand Filmways cède l'affaire à Dan Alexander, Tom Sharples et Michael Ward, sans que le studio ne retrouve pour autant son lustre d'antan. Rebaptisé depuis Hyde Street Studios, il est passé entre les mains du seul Michael Ward et toujours d'actualité aujourd'hui.

Si l'on peut regretter que cette formidable aventure Heider ait fini en eau de boudin, il nous reste comme témoignage de cette période si féconde et influente la collection PERRO, label de référence de la scène sans franciscaine. C'était quelque chose (RAZOR©).

 

quicksilevr messenger service CSN & Y david crosby jefferson airplane grateful dead wally heider hyde street san francisco wally heider recordings wally heider studios stephen barncard Planet Earth Rock And Roll Orchestra PERRO

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau