Les endroits liés au rock.

Gillsburg (Mississippi), 20 octobre 1977.

Le 09/02/2018

 

Lynyrd Skynyrd :

 

Lynyrd crash press

 

décimé par un crash aérien.

 

Créé sous l'identité de My Backyard en 1964 à Jacksonville (Floride), avant de passer sous la bannière de The Noble Five ou de One Percent, Lynyrd Skynyrd (1969) est toujours actif aujourd'hui, bien qu'il vienne d'annoncer au mois de janvier 2018, qu'il allait effectuer cette année sa tournée d'adieu, nommée Last Of The Street Survivors.

S'il a engrangé les succès au cours de sa carrière et donné ses lettres de noblesse au rock sudiste (southern rock), le groupe a également collectionné les drames durant les presque 50 ans de son existence.

Le nom donné à son ultime Tour 2018 réfère au premier d'entre eux, qui voit Lynyrd Skynyrd être décimé par un crash aérien, Street Survivors étant le titre du dernier album de la formation originale publié juste avant la tragédie de Gillsburg, survenue le 20 octobre 1977.

Les légendaires studios d'Hérouville.

Le 07/02/2018

 

Un château hanté par le rock.

 

Herouville intro

 

A une portée de fusil de Cergy-Pontoise, dans le Val d'Oise, s'élève le château d'Hérouville qui fut, entre les 60's et le milieu des 80's, l'un des studios d'enregistrement les plus prisés du monde du rock. Fermé en 1985, cet ancien relais de poste racheté en 1962 par le compositeur et musicien Michel Magne servit préalablement de cadre à la relation tumultueuse entre George Sand et Frédéric Chopin. 30 ans après, en 2015, trois fondus de musique, deux ingénieurs sonores (Jean Taxis et Thierry Garacino)et un financier (Stéphane Marchi), rachètent ce bâtiment légendaire. Objectif : faire revivre les lieux comme du temps de sa splendeur. La réouverture est prévue pour 2018 quand les trois studios seront finalisés et opérationnels. De quoi rendre heureux Michel Magne là-haut qui a payé de sa vie sa bataille pour sauver le Château...

La nuit où Dylan tourne le dos au folk.

Le 29/06/2017

 

Newport 1965 : quand Dylan tourne le dos au folk.

 

Newport intro

 

Un tsunami dans la musique.

Le soir du 25 juillet 1965, la scène du festival folk de Newport est le témoin médusé d'un événement qui met le monde musical cul par dessus tête. Cette soirée là, quand Bob Dylan investit le podium de la manifestation, personne n'imagine alors que le folk-singer contestataire, adulé aux quatre coins de la planète folk, va être accusé de haute trahison par les mêmes qui l'ont précédemment porté aux nues et soutenu ses combats militants. Qu'il va changer la face du rock.

Monterey 67 : Woodstock avant l'heure.

Le 29/06/2017

 

Monterey, père de tous les festivals.

 

Monterey 1967

 

Une année culte.

En 2017, on commémore ici et là le cinquantenaire de cette mythique année 1967, référence incontournable pour la musique rock. L'année du Summer of Love a vu sortir pléthore de disques devenus cultissimes au fil du temps : dans cette prodution discographique riche qualitativement comme quantitativement, citons Sgt Pepper's Lonely Hearts Club Band des Beatles, N° 1 des albums toutes époques confondues, les premiers LP des Doors (The Doors), Pink Floyd (The Piper At The Gates Of Dawn), Velvet Underground (And Nico) et les deux opus de Jimi Hendrix (Are You Experienced et Axis : Bold As Love).

1967 a également conforté les valeurs sûres du moment, anglaises comme Cream (Disraeli Gears), les Small Faces (From The Beginning), les Stones (Between The Buttons et Their Satanic Majesties Request), les Who (The Who Sell Out), Procol Harum (Procol Harum), Donovan (Mellow Yellow), tout comme elle a confirmé l'omniprésence de la scène américaine, plus particulièrement californienne, par l'entremise des Byrds (Younger Than Yesterday) Moby Grape (Moby Grape), Jefferson Airplane (Surrealistic Pillow et After Bathing At Baxter's), Love (Forever Changes), The Turtles (Happy Together), Grateful Dead (Grateful Dead), d'Electric Prunes (The Electric Prunes), de Country Joe & The Fish (Electric Music For The Mind And Body), de Canned Heat (Canned Heat), de Captain Beefheart (Safe As Milk) ou des Monkees (Pisces Aquarius Capricorn & Jones Ltd).

Le cœur et les oreilles du southern rock.

Le 23/01/2016

 

Capricorn Records

 

Capricorn records macon

 

la Mecque du rock sudiste.

 

Dans l’histoire du rock, si les artistes, les techniciens et tout le staff managérial les encadrant ont tenu une place prépondérante, les moyens et les lieux propices à leur épanouissement créatif ont au moins été aussi importants, voire plus. Parmi eux, les studios d’enregistrement.

Que ce soit Abbey Road à Londres, le Sun Studio à Memphis, le HansaTon berlinois, le Record Plant d’Hollywood, l’angelin Sun City, l’Electric Lady de Greenwich, l’alabamien Muscle Shoals, chacun a sa spécificité. Groupes et artistes y ont leurs repères et leurs habitudes, des ingénieurs qui leur sont familiers et incontournables, au point qu’il leur est inenvisageable, sauf contrainte technique ou géographique, d’aller enregistrer ailleurs.

Le tremplin du rock gaulois.

Le 05/01/2016

 

Le GOLF DROUOT/Paris (France)

 

Golf drouot 1

 

Le Temple du Rock gaulois.

 

Quand le Golf Drouot ferme ses portes l’année de la première élection de François Mitterand, on devine bien que l’avenir à moyen terme de la légendaire et première place musicale parisienne se prête plus à une disparition pure et simple qu’à espoir de renaissance dans le sillage du lifting opéré sur le bâtiment où il trône encore fièrement alors.  La réhabilitation immobilière qui s’opère au début des 80’s, ajouté à un certain essoufflement et à une législation sur les boissons de plus en plus contraignante, confirment rapidement le baissé de rideau irrémédiable sur ce qui fut le Temple du Rock gaulois.

 

Le rendez-vous des hippies de L.A.

Le 05/01/2016


THE JOSHUA TREE NATIONAL PARK

de Twentynine Palms.

 

Joshua tree motel

 

De dramatique à rock…ambolesque.

 

L'épicentre de la scène musicale californienne.

Plus de quarante ans après la mort de Gram Parsons, le 19 septembre 1973, l’esprit du pionnier du country-rock persiste à planer sur le désert du Mojave et Joshua Tree Park (le Joshua Tree National Monument à l’époque), terre érigée de cactus, rongée par les buissons et parsemée de tiges enchevêtrées, les fameux ocotillos. Sur ce sol californien devenu lieu de retraite privilégiée des hippies de Los Angeles et de la fin 60’s, début 70’s, s’épanouit le Joshua Tree, l’arbre de Josué, que les Mormons ont affublé de ce nom au milieu du dix-neuvième siècle pour son profil laissant penser à Josué, personnage biblique, montrant, bras tendus, la Terre Promise.

La sphère musicale de la west coast des années 70/75 considérait cet endroit comme l’épicentre de la culture californienne. Il était alors fréquent d’y rencontrer les piliers de la scène de Los Angeles, distante de 150 miles, aller et venir dans le parc, en quête d’expérience spirituelle, pour se ressourcer, y puiser une inspiration nouvelle ou partir à la recherche de la supposée base de potentiels OVNI censés se cacher derrière les collines et y animer le ciel de leurs lumières étranges, la nuit tombée. Les drogues, et le LSD notamment, ne sont jamais très éloignées des motivations de ce cercle de visiteurs.

Le lien entre l’endroit et le rock est très fort et même U2 réfère à Joshua Tree pour nommer son cinquième LP studio en 1987, celui par lequel les irlandais explosent les compteurs et font fondre les critiques.

Quand Dylan était encore le juke-box de Guthrie.

Le 05/01/2016

 

Le 161 4th WEST STREET de Greenwich Village.

 

New york greenwich village dylan 1

 

Le nid d'amour de Bob et Suse.

 

La West 4th Street (4ème rue ouest) est une artère du sud de Manhattan qui commence au niveau de la D Avenue, côté East River sous le nom de 4th East Street et continue jusqu’à Broadway où elle passe en 4 West 4th Street, traversant tout le village de Greenwich avant de continuer vers l’ouest jusqu’à la sixième avenue puis vers le nord où elle prend fin au niveau de son intersection avec la West 13rd Street.  

 

Sur les traces de Woody.

Alors que l’hiver 61 bat son plein, Manhattan ne sait pas encore qu’il a accueilli en son sein un des plus légendaires poètes et musiciens du rock : Robert Zimmermann se fait alors appeler Bob Dylan. Le freluquet est en passe de devenir une rock star, mais pour l’heure, il n’est encore que le juke box de Woody Guthrie et depuis 1960 quand il est arrivé dans Big Apple, il va d’appart en appart, squattant le plus souvent chez les potes, notamment chez Dave Von Ronk qui l’a pris sous son aile à ses débuts. Cette situation, le natif de Duluth (Minnesota), semble s’en accommoder : pas de contraintes, pas de responsabilités, la liberté d’aller-et-venir à sa guise, l’oisiveté partagée entre lecture et musique.

Greenwich Village vit alors au rythme de la bohême ambiante et de la musique folk dont le lieu est la place forte. Le Zim trimbale alors sa gratte et son harmonica dans les bars et clubs de l’endroit, s’engouffrant dans les traces de son idole Woody, génial vagabond débarqué 20 ans plus tôt sur la même scène. Il peine toutefois à décrocher un vrai contrat, jugé trop marginal.

L'immeuble Lennon de sinistre réputation.

Le 05/01/2016

 

THE DAKOTA BUILDING à Manhattan

 

Dakota building3

 

Immeuble maudit ?

 

La porte de l'Enfer.

Depuis le 8 décembre 1980, le Dakota Building new yorkais est au moins aussi mondialement célèbre que le parc auquel il fait face, Central Park. Endroit de sinistre mémoire, il est l’immeuble devant lequel la vie de John Lennon s’est arrêtée. Tombé devant la porte de l'Enfer.

Le couple John Lennon/Yoko Ono y habite depuis 1973, l’ancien Beatles étant alors propriétaire de 5 appartements dont un fait office de bureau, un second qu’il partage avec l’artiste japonaise, les 3 autres étant affectés à leurs besoins de rangements personnels. Yoko Ono y vit encore.

Club mythique de West Hollywood.

Le 05/01/2016

 

Le TROUBADOUR à Los Angeles.

 

Troubadour 1

 

Le Temple de la West Coast.

Depuis 1957.

Ouvert en 1957, le Troubadour du Santa Monica Boulevard de West Hollywood (Los Angeles) est devenu dans les années 60 un bastion de la musique. Destiné au folk dans un premier temps, le club s’est progressivement ouvert au rock dans les années 70, attirant à lui, qui pour une représentation, qui pour l’enregistrement d’un album, les plus grands artistes de la planète rock.

C'est une maison rose...

Le 05/01/2016

 

BIG PINK, un sanctuaire du rock ?

 

Big pink house

 

Elle est certainement la maison la plus prestigieuse du rock, celle dont le décor paisible et la position privilégiée à l’écart de l’agitation ont favorisé l’inspiration de ses illustres locataires : Dylan et un Band qui ne l’est pas encore vraiment.

 

Smoke On The Water.

Le 31/10/2014

 

 Le riff le plus incendiaire du rock.

 

Sans l’incendie du casino de Montreux, le 4 décembre 1971, Smoke On The Water, la chanson la plus populaire des hard rockeurs de Deep Purple avec Black Night aurait-elle existé un jour ? Pas sûr…

 

Montreux incendie smoke