L'immeuble Lennon de sinistre réputation.

 

THE DAKOTA BUILDING à Manhattan (New York)

 

Dakota building3

 

Immeuble maudit, le Dakota ?

 

La porte de l'Enfer.

Depuis le 8 décembre 1980, le Dakota Building new yorkais est au moins aussi mondialement célèbre que le parc auquel il fait face, Central Park. Endroit de sinistre mémoire, il est l’immeuble devant lequel la vie de John Lennon s’est arrêtée. Tombé devant la porte de l'Enfer.

Le couple John Lennon/Yoko Ono y habite depuis 1973, l’ancien Beatles étant alors propriétaire de 5 appartements dont un fait office de bureau, un second qu’il partage avec l’artiste japonaise, les 3 autres étant affectés à leurs besoins de rangements personnels. Yoko Ono y vit encore.

Dakota 2

Dakota 4

Dakota 5

De funeste réputation.

Un des premières et des plus prestigieuses résidences de New York, le Dakota Building date du début des années 1880. Ensemble de 10 étages, de style gothique, il a un côté plutôt sinistre avec sa façade grise, au point que Roman Polanski s’en sert de support pour les plans extérieurs de Rosemary’s Baby (1968), le film macabre et de funeste mémoire avec Mia Farrow, l’héroïne occupant  la maléfique maison Bramford (le Dakota),  manipulée par une secte et qui doit accoucher de l’enfant du diable.

Un an plus tard, sous l’influence de Charles Manson, repris de justice récupéré par la mouvance hippie, soi-disant musicien, un commando de trois femmes et d’un homme investit le 9 août 1969 la villa angeline de Polanski et y perpètre un horrible massacre, tuant Sharon Tate et ses amis venus soutenir la petite amie du réalisateur…alors enceinte.

Lieu de résidence de la sphère culturelle.

Le lien est vite fait entre la maison Bramford et le Dakota, entre le drame touchant les Polanski et son film ; les commentaires vont bon train et le Dakota Building se retrouve au cœur de supputations les plus abracadabrantes et au centre de polémiques qui veulent que l’immeuble est maudit. La mort de Lennon ne fait rien pour lever les doutes sur la réputation diabolique de l’endroit.Dans ses premières années d’existence, le Dakota a servi de point de chute pour des personnalités internationales invitées, en visite ou en mission à New York. 

De Frankenstein à Bono.

Parmi ces personnalités, Boris Karloff, le premier Frankenstein du cinéma… de quoi relancer le débat sur la malédiction du Dakota, d’autant que, d’après les rumeurs qui circulent sur son compte, l’une d’entre elles vise plus particulièrement John Lennon.

Au fil du temps, il est surtout devenu le lieu de résidence de toutes les sphères artistiques et des affaires. Bon nombre d’artistes, musiciens, acteurs, écrivains, sportifs, gens de télévision y ont élu domicile.

Dans son entourage musical et plus particulièrement dans l’environnement de son album controversé Imagine (1971), l’ex-Beatles subit la mort violente de King Curtis, saxophoniste (août 1971), assassiné à coup de couteau devant son immeuble new yorkais du 86th West Street, à quelques encablures du Dakota. Comme Lennon.

En 1983, Tom Evans, guitariste de Badfinger et natif de Liverpool,  comme Lennon, qui prête son concours à Lennon sur son disque phare, se suicide par pendaison. Les trois sont réunis sur Don’t Wanna Be A Soldier.  A priori aucun lien, mais en fouillant un peu… il y a bien en face du Dakota et à proximité du Strawberry Fields Memorial,  une mosaïque placée au sol avec ce mot sur sa plaque commémorative : Imagine… Chaque année, à la date anniversaire de sa mort sous les balles de Mark Chapman, Yoko Ono y organise un hommage public à John Lennon.

Toutes ces rumeurs laissent insensibles les célébrités qui s’y succèdent régulièrement : Leonard Bernstein, Lauren Bacall, Roberta Flack, Judy Garland, John Maden, Paul Simon, Sting, Bono, Jack Palance et un certain Robert Ryan, le colonel farouche des 12 salopards, mort en 1973, l’année où les Lennon s’installent au Dakota. Devinez qui rachète son appartement ? John Lennon.

Allez, j’arrête là mes investigations, j’entends des bruits suspects à l’étage (RAZOR©).

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau