Smoke On The Water.

 

 Le riff le plus incendiaire du rock.

 

Sans l’incendie du casino de Montreux, le 4 décembre 1971, Smoke On The Water, la chanson la plus populaire des hard rockeurs de Deep Purple avec Black Night aurait-elle existé un jour ? Pas sûr…

 

Montreux incendie smoke

 

Le riff le plus connu du rock.

Don don don, don don dondon, don don don don don… Le riff qui introduit  Smoke On The Water est l’un des plus pratiqués par les guitaristes en herbe avec Love Like A Man de Ten Years After. Il est, en tous cas, certainement le plus connu du rock, depuis sa parution en mars 1972 sur l’album Machine Head, le sixième jet discographique de Deep Purple. Vendu à 320.600 exemplaires et porté par ce titre majeur du répertoire des anglais, il est la preuve qu’un succès tient souvent à très peu de choses…

Smoke water 1

Smoke water 2

Smoke water blackmore

Smoke On The Water, que l’on peut traduire par de la fumée sur l’eau, s’appuie donc sur un événement tangible dont Deep Purple est le témoin, en fin d’année 1971, alors que le groupe, logé depuis la veille dans une aile du casino de la ville de Montreux, utilise la salle principale de l’endroit pour les besoins de Machine Head et pour lequel il embarque, sur les bords du lac, le studio mobile des Stones. Toute cette logistique a pour but de doter Machine Head d’un son live.

Né un 4 décembre 1971.

Dans la soirée du 4 décembre, le complexe du casino est affecté à Frank Zapp et ses Mothers Of Invention qui y donnent un concert auquel Deep Purple assiste. Lors de ce spectacle à guichets fermés (2000 spectateurs), un illuminé trouve le moyen de lancer une sorte de feu de Bengale qui déclenche un incendie se généralisant à tout le site du casino. Panique à bord, sauf pour Zappa qui évacue tout son monde dans un grand calme et qui, comme le capitaine du navire qui sombre, est le dernier à quitter les lieux selon la version donnée par Ian Gillan, le chanteur de Deep Purple.

Le bâtiment est globalement dévasté, réduit pour l’essentiel à l’état de cendres, et si les Mothers y laissent leur matériel dans l’histoire, l’incendie ne permet plus à Ian Gillan (chanteur), Ritchie Blackmore (guitariste), Ian Paice (batteur), Jon Lord (claviériste) et Roger Glover (bassiste), rescapés des flammes, d’y installer le leur pour mener à bien leur projet initial.

De Title # 1 à Smoke On The Water.

Installés au Grand Hôtel niché sur les rives du lac, les membres de Deep Purple, par la voix de Roger Glover, Jon Lord et de Ian Gillan, t
raduisent aussitôt sur papier leur vécu et leur ressenti de ce fait. Comme il manque alors sept minutes de matériel pour boucler l’album, Title # 1, titre alors en gestation et qui va aboutir à Smoke On The Water, est retravaillé à la hâte  pour faire l’appoint.

Ses paroles sont évocatrices de ce que les acteurs ont enduré, des circonstances de l’incendie, à la panique ambiante et notamment celle de l’organisateur du Montreux Jazz Festival, Claude Nobs présenté dans la chanson sous les traits de Funky Claude, aux déboires engendrés par la situation, en passant par l’installation au Grand Hôtel, déserté à cet endroit de l’année, sur lequel Deep Purple se rabat, grâce à Nobs, pour terminer les sessions d’enregistrement et faire aboutir son projet.

Never Before enterré, Smoke On The Water plébiscité.

Au final, Smoke On The Water, une chanson ne différant alors en rien des autres morceaux, devient le succès planétaire que l’on sait et Machine Head numéro 1 en Angleterre. A l’origine, c’est le soigné Never Before qui devait être poussée, tout le staff du moment pensant détenir en ce titre peaufiné pour l’occasion, les bases d’un grand succès. Never Before fait 35 au Royaume-Uni et un flop total aux States…

Smokewater gillan

« Avec le temps qui passe, les éléments visuels comme la fumée, le feu et la peur  restent présents, mais ce qui est le plus fort, c'est le souvenir du dernier jour d'enregistrement, au Grand Hotel. Martin Birch, notre manager, nous avait dit : "J'ai une mauvaise nouvelle : il nous manque sept minutes de matériel. Et il ne nous reste que 24 heures".

Alors, il a proposé que l'on écoute les prises qu'on avait faites le premier jour, pour le soundcheck. Et là-dedans, il y avait les bases de ce qui allait devenir "Smoke On the Water". Roger Glover, notre bassiste, a proposé qu'on écrive des paroles sur ce qu'on venait de vivre... Ce moment-là a été la conclusion de l'enregistrement le plus dramatique qui ait jamais eu lieu.» (Ian Gillan/2006)

Smoke On The Water est envoyé au casse-pipe en single en mai 1973, plus d’un an après la publication de Machine Head. Il se place au quatrième rang du Billboard Hot 100 et est certifié or chez l’Oncle Sam, quand, dans le même temps, il est à la peine en son pays, atteignant la vingt-et-unième place des hits. Avec le recul, on ne remerciera jamais cet inconscient qui, non content d’avoir mis le feu à Montreux, a permis au dramatique Smoke On The Water et à son riff inflammable de se propager à la terre entière (RAZOR©).

rock riff 60's à-côtés deep purple montreux zappa incendie grand hotel machine head smoke on the water

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau