60/70 sur les ondes.

C'est beau une voix la nuit.

A chaque indicatif radio, son lot de souvenirs et d’émotion. Derrière ces illustrations sonores annonciatrices de nos émissions familières qui alimentaient les radios de nos années 60/70, un animateur comme on dit.

George lang

George Lang, 41 ans de Nocturnes (RTL)

De Lang à Zégut.

RTL avait et a toujours George Lang, lequel affiche 41 ans de Nocturnes. Entré en 1971, il anime d’abord nos nuits depuis la Villa Louvigny à Luxembourg avant de présnter les Nocturnes, 3 heures d’excellente  musique rock sur les ondes avec Lionel Richebourg et Jean-François Johann.

Avant lui, sur la même station le regretté Max Meynier dont les Routiers sont Sympas (72) s’ouvrent, piano mais lentano, à la pop.

Jean Bernard-Hébey, passé par Europe 1 (Salut Les Copains/1966) anime Poste Restante (1968) sur RTL, première émission consacrée à ce que l’on appelait la pop music. Francis Zégut, standardiste des Routiers et assistant sur Poste restante y va de son émission (Station de nuit).

Objectif rock.

Europe 1 a Jean-Loup Lafont (Muzik/1972) et François Jouffa, une référence qui contribue pour beaucoup au développement du rock sur les ondes. France Inter n’est pas en reste. Il compte pour promouvoir le rock sur deux poids lourds : José Artur qui signe le Pop Club (1965) entre 22 et 23h30 tous les soirs et Bernard Lenoir (Feedback). Et j’en passe…

Quoi qu’il en soit, une voix dans la nuit, ça ne s’oublie pas. De Lang à Meynier, de José Arthur à Michel Lancelot et son inoubliable Campus, de Zégut à Hébey, c’est elle qui donne le ton de l’émission. Quand le générique l’introduit, l’excitation monte. Mémorable.

Lattès, pionnier du rock à la TV.

La télé a également ses pionniers dans le domaine. Pierre Lattès et son Bouton Rouge (1967) sur la deuxième chaîne publique, à une époque où parler de rock à la TV était très difficile en raison de la menace de censure que faisait peser l’ORTF. Avec des bouts de ficelle, Lattès a réussi à faire venir à lui les Moody Blues, les Pink Floyd, les Cream. Le samedi, en fin d’après-midi, il rafistolait le rock. Rien que ça. Rock en Stock sur la première chaîne (de janvier 72 à février 74), c’est encore du Lattès.

Juke Box, c'était top !

Derrière lui débarque, en 1970, Patrice Blanc-Francard et son pop 2, une émission bien faire, complète et inespérée dans le contexte sociétal du moment. De mémoire, on a eu droit aussi à Point Chaud entre 1971 et 1979, animée par Albert Raisner, Monsieur Age Tendre et Tête de Bois. Et Freddy Hausser? Son Juke Box (1976) est sans doute l’une des meilleures programmations de rock de la télé de l’époque. Lou Reed, Little Feat, Frank Zappa sont passés chez lui et il a réalisé une belle interview de Mick Jagger  lors de leur concert à la Vilette. Chorus (septembre 78 à juin 81), c’est du live de 37 minutes. Dire Straits y donne son premier concert français dans cette émission dominicale de De Caunes et Jacky. Chorus prépare le terrain aux Enfants du Rock qui, programmé en seconde partie de soirée dénote bien toute la difficulté qu’à le rock à se faire une place à heure de grande écoute en France (RAZOR©).

 

60's rock à-côtés greenwich folk hootenanies hendrix macdougal

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Commentaires (2)

plo54

Merci de ton com'. Qu'elles étaient belles ces années 60/70 !

larbi
  • 2. larbi | 23/05/2016

Oran....1975..j,avais 21 ans un repas jour et George Lang all the night long
agréable voix et enrichissante musique de l'époque ....merci forever
Calgary /canada

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau