Ashkan.

BIOGRAPHIE.

 

 

ASHKAN/Londres (Angleterre – UK)

 

Ashkan lp 2

 

Actif 1969/70.

Labels:Decca,Sire Records.

Genre:hard rock,blues-rock.

 

Un Led Zep avant l'heure ?

L'histoire ô combien tumultueuse de Fleetwood Mac tend à détourner l'attention sur la période américaine du groupe, débutée en décembre 1974 quand celui-ci, orphelin de son guitariste Bob Welsh, s'installe en Californie et récupère au passage Lindsey Buckingham et Stevie Nicks.

Le succès de cette troisième incarnation du Mac en arrive à faire oublier que la bande initiée par Mick Fleetwood et John McVie a eu une vie avant et que Bob Weston en a été un des acteurs importants.

Ashkan weston 2Bob Weston...

Ashkan weston fleetwood...passé par Fleetwood Mac...

Ashkan weston ashmanreynolds stopoff...Ashman Reynolds

Au début des 70's, le guitariste de Plymouth débarque dans le collectif inscrit comme celui de la deuxième génération du Fleetwood Mac.

Il l'intègre après que la formation-phare de l'ère du British Blues Boom et qui a compté en son sein, Peter Green, Jeremy Spencer et Danny Kirwan, ait tiré sa révérence pour laisser la voie libre à une mouture évoluant plus dans le pop-rock (ère dite Bob Welch/Christine McVie).

Penguin (mars 1973) est alors le premier des deux albums du catalogue auquel il prend part, l'autre étant Mystery To Me (octobre 1973.

S'ils ne sont pas les plus mémorables de la discographie des anglo-américains, Weston contribue à les alimenter en signant l'instrumental Caught In The Rain qui clôt le premier nommé et Forever sur son suivant.

Weston aurait pu faire un bout de chemin supplémentaire auprès des McVie et Fleetwood, mais leur collaboration prend fin en octobre 1973, quand, lors d'une tournée américaine faisant étape à Lincoln (Nebraska), il est viré par le batteur-fondateur du groupe, au motif de fricoter avec son épouse, Jenny Boyd.

Un des multiples bébés de Weston.

Son licenciement de Fleetwood Mac, cela ne fait pas l'ombre d'un doute, a grandement influé sur la suite de sa carrière, carrière ponctuée de nombreux montages de groupes, à l'instar d'Ashkan dont le guitariste voulait faire une sorte de Led Zeppelin avant l'heure. 

Son intention était alors de capitaliser sur une scène musicale britannique en pleine mutation sonore.

Membre le plus populaire et le plus expérimenté du projet en question, Bob Weston nous a quittés il y a 10 ans (3 janvier 2002).

Alertée par des voisins inquiets de ne pas le voir depuis quelques jours, la police découvre Bob Weston sans vie devant son téléviseur à son domicile du quartier londonien de Brent Cross.

Selon le rapport médical, le talentueux guitariste serait décédé d'une hémorragie gastro-intestinale et de complications liées à une cirrhose du foie. Il avait 64 ans et Ashkan était un de ses multiples bébés.

De l'excellent hard blues.

Ashkan, dont le nom réfère à une dynasties persane, prend place dans la première partie, plus obscure et moins connue, du parcours de Bob Weston, et que l'expérience avec The Kinetic (Andy Mowbray, Geoffrey Capper, John Christopher Sze et Michael Humby), un combo britannique installé en France, ouvre officiellement en 1967.

Un EP (Suddenly Tomorrow) et un LP (Live Your Life) sont crédités à cette formation qui a soutenu les sorties parisiennes de Jimi Hendrix et Chuck Berry.

Après être revenu au pays et s'être investi dans Ashkan (1969), Weston collabore à des projets furtifs par lesquels il partage ses goûts musicaux avec d'autres musiciens : Giant Marrowfat avec le saxophoniste Lol Coxhill (1968), Graham Bond Band (1968), Black Cat Bones (1968).

Bob Weston à la guitare, Steve Bailey (chant), Ron Bending (basse) et Terry Sims (batterie) constituent le line-up d'Ashkan dont le répertoire s'appuie sur un hard rock orienté blues, hérité des expériences passées auprès de Black Cat Bones, la mouture qui mène à Free.

Ashkan bob weston 2011

« Ma liaison avec Jenny Boyd est l'affaire la plus lourde de ma vie. Elle m'a coûté une carrière. » (Bob Weston)

 

Même si les infos circulant sur Ashkan se sont pas légion en raison de sa fugacité et de son côté obscur, le groupe a, malgré tout, le temps de greffer à son catalogue, un LP pour Decca Records (un label majeur), via son éphémère filiale prog, Nova Series (lancée en 1969, elle ne dure qu'un an).

C'est l'annexe londonienne Sire qui assure la publication outre-Atlantique. On prête à cet unique album, très proche de ce que faisait Spooky Tooth à ses débuts, des qualités indéniables.

Les beaux arguments de In From The Cold.

In From The Cold (1969), placé dans une filière hard rock/blues-rock/acid rock (avec quelques légères nuances de prog), dévoile un line-up au beau potentiel, collectivement intéressant, individuellement compétent mais auquel il manque incontestablement des moyens pour pouvoir prétendre à mieux.

La critique ne s'y trompe pas qui réserve globalement un bon accueil à ce travail diversifié (l'acoustique Stop et le country-rock Slighty Country) mais consistant, reposant sur un son lourd et accrocheur, certes pas très original à une époque où beaucoup de groupes le pratiquent alors, mais efficace.

Ce constat de carence s'avère toutefois regrettable au regard de ce que proposent ici l'excellent guitariste qu'est Bob Weston auteur de quelques riffs magistralement lourdingues et soli frénétiques, Steve Bailey dont la voix puissante et à la raucité rugissante façon Joe Cocker colle bien au genre pratiqué, ainsi que l’omnipotente section rythmique, constituée du bassiste Ron Bending et du batteur Terry Sims, travailleuse et dynamique.

Un p'tit tour et puis s'en va.

A l'image de l'excellent Going Home qui donne le ton des 51 minutes de ce disque, Ashkan montre au travers de son seul héritage qu'il a de sérieux arguments pour se positionner comme un des prétendants crédibles sur la scène heavy blues ambiante.

L'aventure d'Ashkan se referme aussi vite qu'elle a débuté. Si Bailey disparaît des écrans radars, Bending et Sims poursuivent leur carrière sans trop de coups d'éclat.

Seul Bob Weston fera parler de lui, se retrouvant, exception faite de Fleetwood Mac, ponctuellement associé à l'épisodique Chimera, à Ashman Reynolds, Long John Baldry, Mickey Waller, batteur et figure majeure des 60's (Rolling Stones, Jimi Hendrix, Jeff Beck Group, Bluesbreakers, Chuck Berry, Little Richard, Alexis Korner, Steve Marriott, Murray Head...). Ce dernier était encore très actif quand la mort l'a emporté (RAZOR©2022).

DISCOGRAPHIE 60'S.

LP Studio unique - 1969

 

Ashkan lp 2

 

ASHKAN

IN FROM THE COLD – 1969  4/5

 

Publié en 1969.

Produit par Peter Sherter, Ian Sippen.

Durée:51:18.

Label:Decca (Nova),Sire.

Genre:hard rock,acid rock,blues-rock,heavy psych.

 

Convaincant.

 

En vérité, on sait peu de choses d'Ashkan, si ce n'est qu'il a été le groupe du regretté guitariste de Plymouth, Bob Weston, décédé à Londres, en ce début d'année 2012, d'une hémorragie gastro-intestinale.

Weston est passé à la postérité pour avoir remplacé Danny Kirwan au sein de Fleetwood Mac en 1972 ; pour cette illustre bannière du rock, il a enregistré Penguin et Mystery To Me (1973). Il en a été viré, quelques mois plus tard, pour avoir fricoté avec la girl-friend de Mick Fleetwood, Jenny Boyd.

Peu d'infos circulent sur ce groupe anglais Ashkan, mais rien de surprenant à cela dans la mesure où l'affaire ne dure pas longtemps, implosant même pas un an après s'être constitué.

En dépit de son passage furtif dans le rock, il a le temps de laisser en héritage, un seul et unique LP, sorti en 1969 sur un sous label de Decca (Neva), le dénommé In From The Cold et que les spécialistes s'accordent à reconnaître comme très bon. Il l'est effectivement.

Ashkan, c'est grosso modo une sorte de Led Zep avec un chanteur à la voix graveleuse, parfois dans la veine de Joe Cocker (voir Practically Never Happens) ; il n'est pas sans évoquer Spooky Tooth, si vous voyez ce que je veux dire...

Sorti chez Decca Records, la pochette originelle immortalise les quatre membres du groupe au pied d'un moulin, dans un champ de blé, dans un cadre emprunté aux paysages bataves : Steve Bailey, chanteur, Ron Bending qui officie à la basse, le batteur Terry Sims et Bob Weston, le plus connu du lot et le contributeur principal en terme de compositions. Voilà pour le décor...

Musicalement, Ashkan se situe dans un registre british blues-rock, acid rock, qui n'est pas pour me déplaire, loin s'en faut.

Bien sûr, on s'aperçoit bien vite que ça manque de moyens financiers pour proposer autre chose. C'est la raison vraisemblable pour laquelle il est resté terré dans l'oubli depuis tout ce temps.

Le quatuor montre une belle technique, de la virtuosité et de la justesse individuelle, un esprit collectif, un dynamisme et une puissance contagieuses durant les 52 minutes que dure ce disque.

C'est efficace même si le blues-rock lourd ici proposé et qui était très tendance à la fin des 60's, n'est pas le meilleur de la place londonienne. Groundhogs, qui évoluait dans un registre similaire, me semble être un cran au-dessus.

A côté de ce blues-rock compétent, Ashkan affiche de belles dispositions acoustique comme dans la ballade Stop (Wait And Listen) ou de légères notes de country (Slightly Country).

L'accrocheur Going Home (beau travail de guitare), 12 minutes d'un Darkness quelque peu prog, Backlash Blues, beau blues-rock, la ballade évoquée précédemment, Out Of Us Two (Weston nous délivre un solo de derrière les fagots), Take These Chains constituent une base solide pour en faire un album digne d'intérêt. Convaincant (RAZOR©2022).

 

1. Going Home.

2. Take These Chains.

3. Stop (Wait & Listen).

4. Backlash Blues.

5. Practically Never Happens.

6. One of Us Two.

7. Slightly Country.

8. Darkness.

 

Steve Bailey:chant.

Ron Bending:basse,chant.

Terry Sims:batterie,percussion.

Bob Weston:guitare,chant,mandoline.

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires