Bakerloo.

BIOGRAPHIE.

 

BAKERLOO/Staffordshire (England)

 

Bakerloo

 

Années actives:1969/1969.

Label:Harvest Records.

Genre:blues-rock.

 

Un seul LP, mais un bon.

L’histoire ne retiendra de Bakerloo, fondé en février 1968, qu’un seul LP, édité en 1969 et vraiment pas vilain. Le fond de commerce de ce groupe anglais formé sur ce qu’il reste des Bakerloo Blues Line, trio de blues underground formé par Dave Clempson, Terry Poole et Keith Baker, est le blues-rock bien lourdingue.

Bakerloo ne raisonne que Jimi Hendrix Experience et Cream, les power trios emblématiques du moment. La grenouille veut devenir bœuf et en un an d’activité, entre 1968 et 1969, Bakerloo a fait beaucoup pour le rock puisque les chemins futurs empruntés par leurs membres ont pour lien des formations huppées de la scène britannique : May Blitz, Humble Pie, Colosseum, Graham Bond, Judas Priest ou encore Uriah Heep.

Bakerloo clempson

« Je suis très satisfait de ce que j’ai fait sur le seul LP de Bakerloo, qui est le premier enregistrement que j’ai jamais réalisé. C’était mes premières expériences en studio et j’étais totalement inculte sur le processus d’enregistrement. Alors nous avons débarqué, installé notre matériel et joué comme si nous étions en public. Le disque restitue donc parfaitement la façon dont nous jouions à l’époque… Hendrix était alors mon idole et le power trio était la direction dans laquelle nous voulions aller. Dans mon esprit, en tous cas, c’était ça. » (Dave Clempson)

Pourvoyeur de la scène rock anglaise.

Clempson, Poole et Baker ont ouvert pour le Led Zep’ des débuts au Marquee Club (octobre 1968) et tapé dans l’œil de Harvest Records qui les prend sous son aile au milieu de l’année 1969. Après un premier single de variations sur la musique de Bach, Bakerloo publie son seul LP, du blues rock trapu soutenu par quelques éléments prog classique et jazz, que la critique approuve mais sur lequel Bakerloo ne capitalise pas, le groupe se délitant dans la foulée. Poole et Baker ont rejoint May Blitz tandis que Clempson rejoint Colosseum jusqu’à leur séparation en 1971 et remplace Peter Frampton dans Humble Pie (RAZOR©).

DISCOGRAPHIE 60'S.

LP Studio - 1969

 

Bakerloo lp

 

BAKERLOO

BAKERLOO – 1969  4/5

 

Publié en 1969

Produit par Gus Dudgeon.

Durée:49:26.

Label:Harvest Records.

Genre:blues-rock

 

Le plaisir de jouer.

 

Avant, c’était les Bakerloo Blues Line, mais ça, c’était avant. C’était le temps des premiers concerts dans les clubs de blues de Tamworth la médiévale, au nord-est de Birmingham, d’où tout est parti.

L’envergure que prend ce trio né en 67, constitué de Dave Clempson, guitariste, ainsi que des deux futurs May Blitz, Terry Poole (chant et basse) et Keith Baker (batterie), le propulse rapidement au contact des meilleures formations britanniques du moment, dont il intègre rapidement les rangs sous la nouvelle bannière de Bakerloo (1968).

Le Marquee londonien lui ouvre alors ses portes et Harvest Records le signe (1969). Un excellent album voit le jour dans la foulée, l’éponyme Bakerloo (en écoute intégrale ici), édité en 1969.

Qu’a retenu l’histoire de ce parcours ? Pas grand-chose, pourtant la critique a aimé. Leur superbe blues rock bien lourd est depuis passé à la trappe. On a négligemment jeté le bébé et l’eau du bain avec. Le temps a fait le reste.

Pourtant, on tient là un beau classique de blues rock, hard rock psych british, graveleux, dense, chaud et mélodique. Du début à la fin, ça surfe entre 4 et 4,5 en termes de cotation. Donc, c’est dans les rétroviseurs de Cream ; la louange n’est pas peu flatteuse.

Plus c’est long, meilleur c’est, comme en attestent les titres étirés comme Last Blues (et son intro réverbérée) et This Worried Feeling, toutes les deux à 7 minutes, et surtout Son Of Moonshine (près de 15 minutes) et ça vole dans les hautes sphères. La technique est belle, le son comme il faut, les solos pondérés, les compositions originales accrocheuses (l’instrumental Big Bear Ffolly est joué façon Alvin Lee), la reprise Bring It On Home de Willie Dixon fantastique… le seul bémol vient de l’étrange Drivin’ Bachwards, adaptation façon Jethro Tull (Bourée) variation sur le répertoire de Bach. A mon sens, il n’est pas une grande réussite et fait tache dans le lot.

L’achat de ce LP se justifie amplement et j’en viens personnellement à regretter que Clem’, séduit par les propositions de Jon Hiseman, ait aussitôt pris la route de Colosseum, décision mettant fin à cette association de bienfaiteurs qui, individuellement, firent une belle carrière sous d’autres cieux. L’ensemble mérite bien mieux que l’oubli dans lequel ce joli monde a été plongé (RAZOR©).

 

1. Big Bear Ffolly.

2. Bring It On Home.

3. Drivin’ Bachwards.

4. Last Blues.

5. Gang Bang.

6. This Worried Feeling.

7. Son Of Moonshine.

 

Dave Clempson:guitare,piano,harmonica,chant.

Terry Poole:basse.

Keith Baker:batterie.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.