Black Cat Bones.

BIOGRAPHIE.

 

BLACK CAT BONES/Londres (Angleterre)

 

Black cat bones

 

Actif entre 1966 et 1969.

Label:decca records.

Genre:blues-rock.

 

Une rampe de lancement pour Kossoff.

Sans vouloir faire injure à qui que ce soit, il faut bien admettre que Black Cat Bones est sorti de l'anonymat pour avoir été lié à la carrière de Paul Kossoff. Une fois le guitare-héros passé à la postérité, son fantastique parcours a fait l'objet de recherches qui, poussées assez loin, ont permis de révéler ce groupe dont seuls les habitués du circuit des pubs londoniens ou les initiés du british blues boom de la deuxième partie des 60's ont alors entendu parler.

Si Paul Kossoff lance sérieusement sa carrière par ce biais (il a alors 15 ans), le batteur Simon Kirke passe six mois au sein de la formation, avant de rejoindre Free (avec Kossoff en 1968), puis Bad Company (1974). Son appartenance à deux formations majeures du rock international a également permis de détourner les regards sur Black Cat Bones.

Black cat bones 3S. et D. Brooks, Tiller, Perry, Kossoff.

Black cat bones paul kossoffPaul Kossoff, leader de Black Cat Bones.

Black cat bones barbed wireUn seul LP en 69 : Barbed Wire Sandwich.

Fondé en 1966.

En dehors de ça, rien, ni personne, ne permet de tirer sur le fil menant à ce combo. Seul, à un degré moindre, Rod Price fait valoir des états de service honorables pour avoir été de Foghat.

Quant aux frères Brooks, Stuart et Derek, ils ont pour eux d'avoir orienté Black Cat Bones vers Leaf Hound, une autre cible traquée par les chercheurs de trésors discographiques modernes, mais pour d'autres raisons.

Black Cat Bones est né en 1966 à Londres. L'initiative en revient aux frangins Brooks, respectivement bassiste (Stuart) et guitariste (Derek) et à Paul Kossoff que l'on ne présente plus pour être aujourd'hui le 51ème plus grand guitariste de tous les temps pour le classement Rolling Stone. Paul Tiller, chanteur et harmoniciste, auditionne pour le groupe ; il est préféré à un certain Paul Rodgers. Terry Sims, batteur, complète la formation.

Sur le circuit des pubs londoniens.

Le groupe prend le nom de Black Cat Bones qui fait référence à l'os de chat noir, un talisman utilisé dans la tradition afro-américaine du hoodoo et généralement associé au blues. De blues, il en est question dans la musique pratiquée par le quintet sur le circuit des pubs de la capitale. De blues-rock plus précisément.

Semi-professionnel, le groupe connaît rapidement ses premiers mouvements de personnel. Ainsi Terry Sims est évincé au profit de Frank Perry (1966).

Ce dernier est aussi vite remplacé par Simon Kirke, batteur depuis deux ans sur la trépidante scène blues du moment et en attente d'une place dans un groupe ambitieux. Paul Kossoff la lui propose début 1968. Quant à Paul Tiller, il est relayé par Brian Short.

Un tremplin pour Free.

En mars 1968, Kossoff, Kirke et Stuart Brooks prennent part à l'enregistrement du disque du pianiste de blues américain, Champion Jack Dupree, When You Feel the Feeling You Was Feeling. Produit par Mike Vernon (Blue Horizon), le projet déçoit.

Bien que ce soit une belle vitrine pour Black Cat Bones, cette opportunité ne fait rien pour la notoriété du groupe dont les ambitieux Paul Kossoff (17 ans) et Simon Kirke (18 ans) pensent avoir déjà fait le tour. Ils le quittent au printemps 1968 pour rejoindre Free.

Barbed Wire Sandwich comme seul témoignage.

Le guitariste Bob Weston, dans un premier temps, puis Rod Price, ainsi que le batteur Phil Lenoir succédant à Ken Felton, prennent respectivement leur place. Rod Price n'est pas n'importe qui : il a préalablement soufflé au nez et à la barbe de Paul Kossoff le poste de guitariste pour le Big City Blues Band de Shackey Vick, avant de rejoindre le Dynaflow Blues Band et d'intégrer le Black Cat Bones.

Black cat bones frank perry portrait

« J'ai rejoint Black Cat Bones en 1966. Paul Kossoff en était le guitariste principal. Il avait un talent exceptionnel. Malheureusement, la drogue a eu raison de lui. En 68, il a quitté le groupe pour monter Free. Il m'a sollicité pour en faire partie. J'ai refusé parce que j'avais l'idée d'aller vers le jazz et jouer du blues électrique m’insupportait de plus en plus au niveau sonore. Les problèmes d’ego ont été l'autre facteur de mon refus. » (Frank Perry)

Le line-up est désormais le suivant : Brian Short, Stuart et Derek Brooks, Rod Price et Phil Lenoir. On le retrouve aux destinées de ce qui sera le seul album de Black Cat Bones : Barbed Wire Sandwich, sorti en novembre 1969 chez Decca Records et produit par David Hitchcock, futur Camel, Caravan et Genesis.

Du british blues en fin de cycle.

Le disque en question, il faut bien le reconnaître aussi, n'a pas déclenché des mouvements de foule. Il doit aux défricheurs contemporains du rock d'hier d'avoir aujourd'hui une seconde vie. Sans cela, il serait encore à croupir dans les entrailles du blues-rock grand-breton.

Moyen, sans surprises, et surtout sorti trop tard pour sensibiliser les rares supporters d'un british blues boom en fin de cycle, malgré quelques étincelles, il n'a pas marqué beaucoup de monde et à sa suite, le groupe se disloque pour des horizons autrement plus fructueux.

Après les départs conjoints de Price, Short et Lenoir, Derek et Stuart Brooks prolongent l'aventure en recrutant Peter French (Brunning Sunflower Blues Band) au chant, le guitariste Mick Halls et le batteur Keith George-Young. Black Cat Bones mute vers Leaf Hound, un seul album et puis s'en va.

Le bon endroit mais au mauvais moment, ainsi pourrait-on résumer la carrière de Black Cat Bones... Paul Kossoff l'avait lui parfaitement compris et anticipé (RAZOR©)

DISCOGRAPHIE 60'S.

LP Studio Unique - 1969

 

Black cat bones barbed wire

 

BLACK CAT BONES

BARBED WIRE SANDWICH – 1969  3/5

 

Publié en 1969.

Produit par David Hitchcock.

Durée:40:47.

Label:Decca.

Genre:blues-rock,rock psychédélique,acid rock,british blues.

 

En retard d’un train.

 

Formé en 1966 sur le circuit des clubs londoniens, Black Cat Bones est plus connu pour avoir été le premier groupe de Paul Kossoff que pour l’unique album Barbed Wire Sandwich (en écoute intégrale ici) chez Decca Records (1969) témoignant de son activité dans le rock.

Et c’est regrettable, car si, en effet, l’existence de cette formation fut brève, le LP qui s’y rattache mérite un meilleur sort. Sans Black Cat Bones, il n’y aurait pas eu les Free (Kossoff et Kirke), Foghat (Price) ou autres Bad Company (encore Kirke) qui suivirent.

Paul Tiller, Paul Kossoff, que l’on ne présente plus, les Brooks Brothers (Derek et Stuart) et Terry Sims contituent le line-up d’origine de ce groupe de blues-rock révélé par Mike Vernon, line-up vite bouleversé par le départ de Sims, remplacé par Frank Perry, lui-même troqué pour Simon Kirke, tandis que Brian Short prend la place de Paul Tiller, avant que le Koss et Kirke ne s’éloignent également. Ils ne sont donc pas de ce disque.

Rod Price (guitare) et Phil Lenoir (batterie) sautent alors dans la brèche et Black Cat Bones continue son petit bonhomme de chemin sur l’échiquier anglais. Les Brooks, Lenoir, Price et Short vaquent alors aux tâches de création et d’enregistrement de Barbed Wire Sandwich. L’album n’a pas le succès escompté, sans que sa qualité puisse être une seule seconde remise en question. Black Cat Bones n’y résistera pas.

Le seul reproche qui puisse être fait à ce disque, pourrait être le fait qu’il n’offre pas beaucoup de surprises. C’est du blues rock conventionnel, lourd, comme les rosbeefs savent très bien le faire. Dans la lignée des démarrages de Free, Foghat, de Cream, du Fleetwood Mac ou de Savoy Brown ; la prestation, si elle est dépouillée, est très estimable et l’album plutôt bien foutu avec en point d’orgue quelques très belles pistes comme Chauffeur, Please Tell Me Baby, Death Valley Blues, Feelin’ Good, Sylvester’s Blues et le Good Lookin’ Woman final.

Si Price n’est pas Kossoff, il montre ici un vrai talent, à l’image de Short qui se révèle très bon chanteur. Barbed Wire Sandwich est l’exemple-type qui débarque après que les concurrents aient ratissé le terrain et à un moment où le public se détourne du genre. Il est aujourd’hui encore très agréable à écouter même s’il ne faut pas en attendre de grosses surprises (RAZOR©).

  

1. Chauffeur.

2. Death Valley Blues.

3. Feelin' Good.

4. Please Tell Me Baby.

5. Coming Back.

6. Save My Love.

7. Four Women.

8. Sylvester's Blues.

9. Good Lookin' Woman.

 

Brian Short:chant.

Stuart Brooks:basse.

Derek Brooks:guitare.

Rod Price:guitare.

Phil Lenoir:batterie.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.