Blind Faith.

BIOGRAPHIE.

 

BLIND FAITH/Londres (Angleterre)

 

Blind faith 3

 

Actif en 1968/1969.

Labels:Polydor,Atlantic,RSO.

Genre:blues-rock,hard rock,british blues.

 

Le gros ratage du rock.

Fin des 60's, le torchon brûle à un tel point entre Ginger Baker et Jack Bruce que Cream est sur le point de se désagréger ; entre les deux belligérants, Eric Clapton réfléchit à une autre suite pour son avenir.

Son futur, Steve Winwood ne l'envisage plus dans Traffic puisqu'il vient de commencer parallèlement à son implication dans le groupe, une carrière en solo. Cream, Traffic...deux noms qui claquent comme des références incontournables du rock de l'époque... deux formations-phares emmenées par des musiciens-stars.

L'idée de lancer un projet dans l'exctinction de ces formations légendaires est alors lancée ; Clapton et Winwood s'apprécient depuis longtemps, le second nommé, crédité sous le nom de Steve Anglo pour des raisons contractuelles, ayant fait partie, en 1966, du groupe all-star de studio, Eric Clapton & The Powerhouse, avec Jack Bruce, Paul Jones, Pete York, Ben Palmer et produit par Joe Boyd.

Blind faith 1

Blind faith 2

Blind faith lp

Blind faith 4Blind Faith Digest.

Naissance début 1969.

Leur nouveau projet prend forme dans la maison de Clapton dans le Surrey où le guitariste du mythique power trio et l'ancien claviériste du Spencer Davis Group se retrouvent pour prendre la température et jammer en dillettante autour de quelques titres, les développer sans pression aucune et pour le seul plaisir. Autour d'alcools et de joints, se dessinent, entre les deux artistes, les contours du rapprochement musical qu'ils ont en tête.

Ginger Baker, le batteur rouquin de Cream, flaire que Clapton cherche à rebondir sur un autre projet et débarque un soir, dans le cottage de Slowhand. Cette arrivée impromtue perturbe autant Clapton que Winwood, au courant des brouilles ayant plombé Cream. L'un comme l'autre ne veulent pas que l'histoire se répète avec le tumultueux et incontrôlable batteur.

Le guitariste ne veut plus d'un Cream bis et Winwood n'a pas l'intention de rebondir sur un projet agité et médiatique. Mais Baker ne lâche pas l'affaire et tient à être de l'entreprise discrètement engagée par les deux leaders. Rick Grech, bassiste en rupture de Family, fait le 4ème. Blind Faith, dont le nom ne convainc pas grand monde au départ, naît au début de l'année 1969.

Blind Faith fait le buzz.

Le quatuor anticipe l'annonce officielle de sa constitution en répétant inlassablement au domicile de Slowhand et en travaillant sur de nouvelles chansons. Blind Faith alterne ces répétitions en catimini avec une présence régulière aux studios Morgan de Londres, entre février et mars 1969. En mars et avril, il se fixe aux studios Olympic, où il retravaille ses ébauches, les peaufine et jusqu'en juin de cette même année, enregistre les versions quasi définitives de la matière destinée à accompagner le scoop du lancement de ce supergroupe et qui alimente le seul disque qui lui soit crédité (Blind Faith – août 1969).

Pour le milieu de la musique, Blind Faith est déjà un secret de Polichinelle malgré les tentatives de Clapton de noyer le poisson en faisant croire que Winwood ne fait que prendre part à un album qu'il serait en train de préparer.

Pour faire le buzz, comme on dit aujourd'hui, Blind Faith fait ses débuts à grand renfort de promotion. Un concert énorme, réunissant 100.000 personnes à Hyde Park, le 7 juin 1969, est mis sur pied pour relayer l'événement et promouvoir l'album. Le LP n'est pas encore sorti, il le sera deux mois plus tard et occupera la première place des charts aux Etats-Unis, au Canada et au Royaume-Uni.

Blind faith winwood

« Etre co-leader de Blind Faith avec Eric Clapton était très différent de l'être avec Dave Mason au sein de Traffic. Dave aimait beaucoup dominer et imposer ce qu'il jouait ; Eric était plus à l'écoute, comme Jimi Hendrix pouvait l'être aussi. » (Steve Winwood)

Bien en deça de Cream.

En dépit des patronymes ronflants qui constituent Blind Faith, le concert d'Hyde Park (paru officiellement en DVD en 2006) ne suscite pas une passion débordante ; les spectateurs se montrent peu enthousiastes à l'endroit du super groupe dont les titres interprétés ne convainquent guère. Quand le LP tombe dans les bacs, Blind Faith s'est déjà fait une raison sur son devenir. Malgré une tournée scandinave puis canado-américaine peu relayée et critiquée, le quatuor se dissout avant même d'avoir touché les bénéfices de son seul et unique disque, bien en deça du blues-rock virulent que Cream proposait. Plus éphémère que ça, tu meurs !

Qui plus est, la pochette de l'éponyme Blind Faith (la version Deluxe de 2001 propose des titres inédits en plus) alimente une autre controverse, en mettant en scène une jeune fille dénudée et à peine pubère tenant dans les mains un avion en forme de phallus. En 1969 et dans une Angleterre encore à tendance pudibonde, le visuel ne passe pas. Dans le sillage de Blind Faith, Clapton rejoint Delaney & Bonnie, tandis que Winwood, Baker et Grech continuent sous Ginger Baker Airforce, dans une fusion de jazz qui va s'avérer tout aussi éphémère. C'était les années 60, que voulez-vous (RAZOR©).

DISCOGRAPHIE 60'S.

LP Studio unique - 1969

 

Blind faith lp

 

BLIND FAITH

BLIND FAITH – 1969  3,5/5


 

Publié en août 1969.

Produit par Jimmy Miller.

Durée:42:12.

Label:Polydor, Atco.

Genre:rock.

 

Loin de la coupe aux lèvres.

 

Débarrassés de leurs anciens groupes respectifs, Traffic et Cream (premier supergroupe de l’histoire du rock), Steve Winwood et Eric Clapton fondent Blind Faith, que l'on peut traduire par foi aveugle, en 1968 et invitent à les rejoindre les dénommés Ginger Baker, furieux batteur (ex-Cream) et l’ex-Family, Rick Grech. Un seul album, bon mais sans plus, ponctue leur collaboration basée sur l’impro : l'éponyme Blind Faith (en écoute intégrale ici) et ses six titres, sorti en 1969.

L’aventure de ce quatuor de rock britannique prend fin prématurément, immédiatement après l'enregistrement de ce LP controversé. En effet, la pochette de ce disque représente une pré-ado pubère, mi-nue, tenant entre ses mains la réplique d’un avion doté d’un fuselage évoquant un phallus.

Créée par le photographe Bob Seidemann (célèbre pour ses photos de Grateful Dead et de Janis Joplin) qui lui avait donné le nom de Blind Faith, cette illustration fit scandale dans la maison de disque américaine. Elle fut interdite aux States et en France.

Clapton, à cette époque, joue dans la cour du blues et du rock. Winwood, quant à lui, est plus orienté jazz, pop et funk. La réunion de ces deux monstres sacrés (et déjà des vétérans pour leur jeune âge) méritait mieux et débouche sur un album décevant.

A sa sortie, la presse spécialisée et les fans s'attendant à autre chose, à la croisée des chemins entre Cream et Traffic. Les initiateurs de ce concept chauffent préalablement leur public en organisant un concert de promotion gratuit à Hyde Park (100 000 personnes), quelques mois avant la sortie de l’album, concert au cours duquel ils jouent, pour apaiser l’auditoire, d’anciens morceaux de leurs défunts groupes. Mais Clapton ne veut pas d’un ersatz de Cream et met un terme à cette collaboration.

Côté musique, Hard To Cry Today, titre bluesy, au tempo lent, débute cet album. Il révèle un Clapton en grande forme et qui part dans des solos démentiels. Une ballade apaisante et gracieuse d’un Clapton acoustique (Can’t Find My Way Home) prend le relais, suivie de Well All Right, repris de Buddy Holly et arrangé façon Blind Faith (le piano et la guitare se chamaillent dans un passage jazz funk).

Il faut plus de 75 prises pour accoucher du titre divin (ballade, très beau texte et solo fracassant), composé par Clapton, Presence Of The Lord. Sea Of Joy met en avant le violon de Grech et l’orgue de Winwood (également au chant).

Blind Faith tire sa révérence avec Do What You Like, une interminable impro jazzy de quatre minutes, signée Ginger Baker. Blind Faith est N°1 aux Etats-Unis l’année de sa sortie dans les bacs. On dit que Blind Faith aurait été très influencé par l’album Music From Big Pink du Band. On en est loin ici (RAZOR©).
 

1. Hard To Cry Today.

2. Can’t Find My Way Home.

3. Well…All Right.

4. Presence Of The Lord.

5. Sea Of Joy.

6. Do What You Like.

 

Steve Winwood:orgue Hammond,claviers,piano,guitare,chant.

Eric Clapton:guitare,chant.

Rick Grech:basse,violon,chant.

Ginger Baker:batterie,percussions.

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.