Derek And The Dominos.

BIOGRAPHIE.

 

DEREK AND THE DOMINOS/Londres (Angleterre)

 

Derek dominos 1

 

Actif en 1970/1971.

Labels:Polydor,Atco,RSO.

Genre:blues-rock,hard rock.

Ephémère mais mythique.

Avec le recul, il apparaît qu’Eric Clapton, malgré la magnifique carrière solo qui est la sienne, a joué dans une belle flopée de groupes, et pas des moindres : les formateurs Yardbirds et Bluesbreakers de Papy Mayall, Cream, premier super groupe de tous les temps, l’éphémère Blind Faith avec Steve Winwood (Traffic), le récréatif mais tout aussi furtif Delaney & Bonnie et celui qui nous concerne ce jour : Derek And The Dominos.

Avec Blind Faith, cette formation est celle qui aura duré le moins longtemps. Le temps d’un album (un live existe également, In Concert, publié en janvier 1973), double de surcroît, considéré comme l’un des plus grands disques de toute l’histoire du rock et un sommet dans le parcours de Slowhand : Layla And Other Assorted Love Songs, sorti fin 1970.

L’idée de monter Derek And The Dominos germe dans l’esprit de Clapton quand, alors qu’il est membre de Delaney And Bonnie (1969/70) dont il partage la tournée et pour lequel il contribue aux enregistrements. Le bonheur éprouvé par son aventure avec le couple Bramlett l’amène à revoir ses ambitions personnelles égocentriques.

Objectif discrétion.  

Clapton a été jusque là très ambitieux et particulièrement exposé médiatiquement ; il a alors essentiellement eu une conception musicale très business, tandis que Delaney et Bonnie font plus dans le plaisir de jouer. La coolitude née de l’expérience Delaney And Bonnie lui ouvre les yeux.

Comme il est lassé par son statut de rock-star et ne vise qu’à retrouver un peu de discrétion, voire à rentrer dans le rang pour se muer en un musicien comme les autres, il rêve son prochain groupe calqué sur l’esprit Delaney et de petites salles.

Tellement calqué que Clapton débauche la rythmique de Delaney And Bonnie, Jim Gordon et Carl Radle, ainsi que Bobby Whitlock, pianiste et chanteur, également de l’environnement du duo.

Derek dominos duane

Des musiciens affutés.

Jim Gordon est alors un des batteurs de studio les plus recherchés du moment. Débutant auprès des Everly Brothers (1963), ce musicien prend part à certains des enregistrements les plus prestigieux du rock : Pet Sounds (Beach Boys), Gene Clark With The Gosdin Brothers, The Notorious Byrd Brothers (Byrds), Mad Dogs And Englishmen (Joe Cocker)…

Carl Raddle a lui collaboré avec Dave Mason, J.J. Cale, George Harrison, Joe Cocker, Buddy Guy.

Pour Clapton, il a signé un long bail puisqu’il démarre sa collaboration avec lui par Derek And The Dominos ; elle prend fin en 1978 avec Backless, le sixième et dernier album de la discographie des 70’s de Clapton. C’est un fidèle auquel Clapton dédie le premier LP sans lui : Another Ticket (1981).

Le claviériste tennesséen Bobby Whitlock est un peu le co-instigateur de l’idée de Derek And The Dominos. Traînant beaucoup avec Clapton, squattant même à l’époque chez lui à Surrey, il s’occupe de rameuter les membres de Delaney Bonnie & Friends exilés aux States, Gordon et Radle. Ainsi voit le jour Derek And The Dominos, dont la destinée peut se résumer en trois mots : tournée, album, tube.

Un seul LP, mais quel disque !

L’album Layla And Other Assorted Love Songs abrite le succès en question, Layla, dédié à la femme de son pote George Harrison, Pattie Boyd, dont Clapton est follement épris. L’amour dans l’ombre et les drogues dures minent alors l’ex Cream.

Derek And The Dominos, formé en Angleterre au début des 70’s, doit son nom à un concours de circonstances. Deux versions se complètent quant à l’origine de son appellation. La première hypothèse avance que le nom est cité la première fois le 14 juin 1970 à l’occasion d’un concert de charité londonien (Dave Mason est de la partie) et  qu’il s’appuie sur l’association du surnom de Clapton sur la tournée Delaney & Friends, Derek, autrement dit Eric par déformation, à Domino de Fats Domino.

La seconde, d’après le groupe faisant la première partie du concert, Ashton Gardner & Dyke, précise que la proposition initialement avancée fut Del And The Dominos, Del étant le sobriquet dont Tony Ashton affublait alors Clapton. C’est sous Del And The Dominos que le groupe fut présenté ce soir-là. L’avenir retiendra Derek And The Dominos.

A la suite de cette date, une tournée d’été est engagée dans tout le Royaume-Uni. Les sessions d’enregistrement de l’album légendaire qu’il nous a laissé, débutent à la fin du mois d’août 1970 pour une parution en novembre de la même année.

Derek dominos layla lpUne concentration exceptionnelle de talents.

Mythique et pourtant boudé.

Longtemps considéré comme un disque de Clapton, Layla And Other Assorted Love Songs est surtout un disque collectif, le disque d’un groupe à part entière et non pas d’une rock-star avec un backing-band.

Sur les 14 titres du LP, rappelons que Clapton n’en signe que 2, Whitlock prenant une part prépondérante dans le songwriting. Il réunit des musiciens exceptionnels et déroule une musique extraordinaire. Du blues-rock d’anthologie. Et pourtant…

Et pourtant, à sa parurion, Layla And Other Assorted Love Songs, illustré par la peinture d’Emile Frandsen (La Fille Au Bouquet), fait un flop incroyable. La critique ne l’épargne pas, les fans le boudent.

L’album peine à exister dans les charts ricains. Chez lui, Clapton n’est même pas prophète. Sait-il au moins, ce public anglais, que derrière Derek And The Dominos se profile leur meilleur guitariste, lequel ne tient pas à ce que son nom apparaisse sur la pochette. Savent-ils, ces supporters, que l’album en question leur offre deux sublimes experts de la 6 cordes pour le prix d’un ?

Derek dominos bobby whitlock

« La pochette de l’album a une histoire. Nous étions en France. A Valbonne, je crois, là où vivait alors l’artiste-peintre qui a réalisé la toile servant de support à cette pochette. Fransen de Schomberg. Nous avons séjourné chez lui grâce à son fils, qui nous a installés dans cette ferme traditionnelle où  pour seuls voisins nous avions des poules et des canards. Là on nous annonce que notre matériel a été brulé dans la nuit par un groupe de révolutionnaires et  que le concert prévu le lendemain est annulé. Je ne sais plus pour quelle raison a alors commencé entre nous, dans la maison, une bataille d’œufs. A la fin, tout était couvert d’œufs. Le fils nous annonce alors que la femme de ménage nettoiera le chantier et nous attire vers l’atelier de son père pour nous offrir le tableau en question… » (Bobby Whitlock)

Le soutien de Duane.

Et oui ! Duane Allman, le guitariste-star américain leader des sudistes d’Allman Brothers participe à ces sessions aux Criteria Studios de Miami ; slider émérite, il épaule Clapton avec maestria sur la majorité des titres de ce double album (avec Tom Dowd aux manettes) qui est certainement le meilleur travail de Clapton. Ce dernier tentera vainement d’attirer Duane Allman à Derek And The Dominos pour prolonger le plaisir. Le géorgien décline la proposition, restant fidèle à son groupe, alors un des meilleurs du monde. Un an plus tard, il se tue accidentellement (octobre 71).

10 ans plus tard, c’est au tour de Radle de disparaître (alcool) tandis que Jim Gordon, schizo, dézingue sa mère (1983) de quoi justifier 16 ans de placard derrière.

Quand l’amour et la drogue s’en mêlent.

Il faut dire que l’alcool et les drogues, l’héroïne et la cocaïne notamment, sont très présents dans le quotidien du groupe ; leur consommation outrancière va ruiner tous les espoirs d’une suite possible au seul opus de Derek And The Dominos. La tournée qui s’invite derrière est prétexte à toutes les dérives de ses acteurs. Le meilleur groupe de la planète scie la branche sur laquelle il est assis. Entre octobre et décembre 1970, les yankees ne lui déroulent pas le tapis rouge, l’album ne se vend pas.

Dans le même temps, Clapton, profondément amoureux, est repoussé par Pattie Boyd et sombre dans la déchéance physique et mentale, flirtant avec la mort ; les membres, eux, aussi défoncés, se bouffent le nez. N’en jetez plus, c’est le gros bordel.

Derek And The Dominos a vécu ; en août 1971, la fin s’inscrit irrémédiablement. Il n’y aura plus jamais de suite malgré un sursaut très furtif début 71 alors qu’est envisagé un deuxième LP et dont le coffret Crossroads (1989) a depuis révélé quelques bribes.

Derek dominos layla single

Layla forever.

Layla est le joyau de cet album. Cette chanson est certainement le titre le plus étroitement lié au Clapton artiste solo. Il en est l’auteur, même si l’on doit la partie de piano finale à Jim Gordon.

Pièce d’un album qui ne marche pas et elle-même étirée à plus de 7 minutes rendant son passage sur les ondes impossible, Layla passe inaperçue dans un premier temps.

Republiée en single en 1972 et prenant place dans la compil’ à succès de Clapton (The History Of Eric Clapton), elle se comporte beaucoup mieux dans les classements, puisqu’elle fait N° 7 au Royaume-Uni et 10 aux States.

En 2015, Layla demeure encore à un solide 27ème rang parmi les 500 meilleures chansons de Rolling Stone Magazine. Réenregistrée pour les besoins de l’acoustique Unplugged sorti en 1992, elle est récompensée d’un grammy.

Ecrite, disais-je précédemment, en pensant très fort à Pattie Harrison-Boyd, elle s’inspire de la littérature arabe classique du 12ème siècle et de l’histoire de Majnoun et Leila. Clapton récidive en septembre 1976 en lui dédiant Wonderful Tonight. Il finira par l’épouser le 27 mars 1979. Heureux dénouement, même si en 1984, la relation entre eux cesse. Le poids de cet amour impossible pèse assurément aussi fortement sur la carrière et l’avenir de Derek And The Dominos, que la présence de Duane Allman ou que l’implication totale des acteurs sur le seul album rattaché au passage de ce super groupe légendaire dans le rock. C’est culte et ça appartient au patrimoine rock (RAZOR©).

DISCOGRAPHIE 70'S.

LP Studio unique - 1970

 

Derek dominos layla lp

 

DEREK AND THE DOMINOS

LAYLA AND OTHER ASSORTED LOVE SONGS – 1970  5/5

 

Publié en décembre 1970.

Produit par Tom Dowd.

Durée:76:43.

Label:Polydor,Atco.

Genre:blues-rock.

 

Anthologique !

 

Layla And Other Assorted Love Songs (en écoute intégrale ici), album de blues rock peut largement revendiquer une place dans le gotha de l’histoire du rock, Clapton en personne considérant ce disque comme le meilleur travail qu’il n’ait jamais réalisé. Il le doit pour beaucoup à l’implication sans retenue de tous ses membres, d’où le fait que l’histoire l’ait toujours crédité au groupe Derek And The Dominos, plus qu’à l’artiste Clapton.

Double disque de 1970, Layla And Other Assorted Love Songs est incroyable de qualité de la part d’un artiste, cette fois fondu dans un collectif, qui était, à cette époque, très dépendant aux drogues dures. Les autres acteurs ne sont pas mieux qui fricotent également de près ou de loin avec l’héro, mais, une fois en studio, le professionnalisme reprend ses droits et supplante le festif. C’est ce qui fait la force de Layla And Other Assorted Love Songs. Il est fait par des pros au service de la musique.

A sa sortie, le disque n’a pourtant pas le succès escompté (sauf aux States peut-être…et encore), n’étant reconnu à sa juste valeur que bien plus tard (115ème au classement Rolling Stones Magazine des 500 meilleurs albums de tous les temps). Et ce n’est que justice. Il est d’ailleurs le seul et unique album de ce groupe éphémère.

On y retrouve 14 morceaux et, outre Clapton, un certain Duane Allman titre 4 à 13), l’autre virtuose du moment, mort quelques mois après d’un accident de moto, et qui, sur quasiment tous les morceaux (sauf I Looked Away, Bell Bottom Blues, Keep On Growing et Thorn Tree In The Garden) oblige Clapton à se surpasser.

Le résultat à dominante british blues est puissant et on passe un excellent moment avec des titres aussi bons les uns que les autres, variés, desquels il est difficile d’en dégager un au détriment d’autres. Mais Layla, Little Wing, reprise de Woodoo Chile en hommage à Hendrix (qui avait déjà quitté ce monde à la sortie de l’album), Have You Ever Loved A Woman ? ont ce petit quelque chose en plus.

Layla And Other Assorted Love Songs, dont la majorité des titres tourne aux alentours des 6 minutes, est une belle leçon de blues purs et durs, assortis de prestations de guitares totalement abouties et folles, touchées par la grâce et maîtrisées par des virtuoses. Derrière ce disque d’anthologie, Clapton va engager une longue traversée du désert où la drogue est à deux doigts de le tuer. Pendant 3 longues années, il tombe dans la déchéance. Cet album aurait pu être son ultime (RAZOR©).

 

1. I Looked Away.

2. Bell Bottom Blues.

3. Keep On Growing.

4. Nobody Knows You When You're Down and Out.

5. I Am Yours.

6. Anyday.

7. Key To The Highway.

8. Tell The Truth.

9. Why Does Love Got To Be So Sad ?

10. Have You Ever Loved A Woman.

11. Little Wing.

12. It's Too Late.

13. Layla.

14. Thorn Tree In The Garden.

 

Eric Clapton:guitares,chant.

Bobby Whitlock:orgue,piano,chant,guitare.

Jim Gordon:batterie,percussions,piano.

Carl Radle:basse,percussions.

Duane Allman:guitares sur 4 à 13.

LP Live 1970 - 1994

 

Derek and dominos live fillmore

 

DEREK AND THE DOMINOS

LIVE AT THE FILLMORE (1990) – 1994  4,5/5

 

Publié le 22 février 1994.

Enregistré les 23 et 24 octobre 1970 au Fillmore East.

Produit par Bill Levenson.

Durée:124:43.

Label:Polydor.

Genre:blues-rock,jam rock.

 

Un grand hommage au blues.

 

Live At The Fillmore (en écoute intégrale ici) consiste en un double live dont les performances ont été captées  les 23 et 24 octobre 1970 au Fillmore East, dans l’East Village new yorkais. Il n’est publié qu’en février 1994 mais constitue, pour les supporters de la première heure de l’éphémère Derek And The Dominos, une occasion unique de découvrir ce groupe exceptionnel, qui ne comptait pas qu’Eric Clapton dans ses rangs.

Il s’appuyait également une rythmique extraordinaire, Jim Gordon et Carl Radle, un claviériste talentueux et inspiré, Bobby Whitlock et, comme c’est le cas sur le seul album studiorattaché à leur passage dans le rock, le légendaire Layla And Other Assorted Love Songs, un collaborateur de premier plan en la personne de Duane Allman. Hélas, ici point de Duane Allman, mais sa présence dans ce temple musical où il a lui-même brillé avec l’Allman Brothers est en filigrane de la prestation de Derek And The Dominos.

La matière alimentant ce live figure préalablement et partiellement sur l’autre live intitulé In Concert attribué au même groupe et publié en 1973, ainsi que sur Crossroads, le box set d’Eric Clapton, publié en 1988, et retraçant les grandes implications de sa carrière.

Réédité et remixé dans un format numérisé, il restitue quelques temps forts de la tournée américaine de promo du mythique album studio de Derek. On en prend ici pour plus de deux heures organisées, pour l’essentiel, autour de titres du disque phare de Derek And The Dominos, complétées par trois morceaux du premier LP d’Eric Clapton et par deux chansons datant de l’avant Derek (Cream et Blind Faith). Cette couverture permet de rendre le meilleur des hommages au blues.

De Duane, point, mais point de Layla aussi. Par contre, les fondus de soli à la Clapton et de blues-rock étiré et où il est laissé libre cours à l’improvisation en ont pour leur compte ici.

Au hasard de la lecture, relevons les Little Wing, emprunté à Hendrix, alors tout récemment disparu, Presence Of The Lord (repris de Blind Faith), Tell The Truth, Key To The Highway, Why Does Love Got To Be So Sad ou encore l’inamovible Crossroads, Blues Power, Bottle Of Red Wine, Have You Ever Loved A Woman, Nobody Knows You When You’re Down And Out. Ceux qui sont familiers de Clapton savent qu’il y a là le gratin de l’artiste. De quoi justifier l’acquisition de ce disque unique restituant une prestation live d’Eric sous la bannière Derek. C’est un très grand moment du rock (RAZOR©).

 

Disque1.

1. Got to Get Better in a Little While.
2. Why Does Love Got to Be So Sad?
3. Key to the Highway.
4. Blues Power.
5. Have You Ever Loved a Woman.
6. Bottle of Red Wine.


Disque 2.

7. Tell the Truth.
8. Nobody Knows You When You're Down and Out.
9. Roll It Over.
10. Presence of the Lord.
11. Little Wing.
12. Let It Rain.

13. Crossroads.

 

Eric Clapton:chant,guitare.

Carl Radle:basse.

Bobby Whitlock:claviers.

Jim Gordon:batterie.

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.