Leaf Hound.

BIOGRAPHIE.

 

LEAF HOUND/Londres (Angleterre)

 

Leaf hound 2

 

Actif entre 1970 et 1971,depuis 2004.

Label:Decca,Helidon,Repertoire,Ripple Music.

Genre:hard rock,blues-rock,rock psychédélique.

Site Internet:leafhound.net

 

Disparu avant l'heure.

Leaf Hound n'est pas une énigme pour tous ceux ayant suivi de près la carrière de Paul Kossoff ; il n'en est pas une dans la mesure où cette formation explosive et efficace est, avec Free, une des ramifications nées de la cessation d'activité des sud-londoniens Black Cat Bones, créés par les frères frères Brooks, Derek et Stuart, et que Paul Kossoff, alors âgé de 15 ans, intègre en 1966. L'autre filière mène à Foghat que rejoint Rod Price, suppléant de Kossoff, dans la foulée de cette même rupture.

Leaf hound 1Leaf Hound en 1971.

Leaf hound 2016Réactivé aujourd'hui autour d'une nouvelle génération.

Leaf hound peter french portraitPeter French en est le dépositaire.

Leaf Hound, qui voit le jour début 1970, après que les frangins Brooks, seuls survivants de Black Cat Bones, recrutent, à la place de Brian Short, le chanteur Peter French et son cousin le guitariste Mick Halls (tous deux passés par Switch, Electric Eels, Joe Poe, Brunning Sunflower Blues Band), ainsi que le regretté batteur Keith George Young, est une très belle unité de hard rock britannique dont la qualité interroge sur la brièveté et l'évanescence de son parcours.

Pourquoi et comment, au regard des arguments détonants développés dans le seul LP qu'on lui connaisse (Growers of Mushroom), cette formation a-t-elle pu disparaître aussi irrémédiablement des écrans radars ?

Du lourd qui n'a pas imprimé.

Sans avoir peur des comparaisons, on est ici dans les traces, si l'on s'en tient à l'époque, au terrain d'expression et au niveau exprimé, des références d'alors, Led Zep, Black Sabbath, Cream et Free.

Ni plus, ni moins. Grand chant, grandes guitares, grandes chansons, gros son, explosivité... la prestation mérite le respect. Leaf Hound, c'est du costaud dans l'évolution du heavy metal et du stoner rock. Du lourd qui n'aurait pas imprimé ?

L'explication est plus simple que ça. Au moment de la publication de l'unique et décapant opus, les frères Brooks ont déjà lâché l'affaire et disparaissent complètement de la circulation.

French, Halls et Young n'ont pas l'opportunité d'aller promouvoir correctement leur disque sur les routes.

Growers of Mushroom n'étant pas défendu comme il se doit et sa sortie anglaise se voyant repoussée (il sort un an après une version allemande), il tombe rapidement dans l'oubli.

Pourtant Decca s'est rapidement intéressé à lui en lui offrant un contrat d'enregistrement.

Growers Of Mushroom, seul legs.

Cet engagement en main, Leaf Hound pousse la porte du Mayfair Recordings studio de Primrose Hill (Londres), encore appelé Spot Studios à cette époque. Il enregistre en une grosse dizaine d'heures, son seul fait d'armes que seule l'Allemagne et la Norvège auront le privilège de découvrir, via Telefunken.

Les allemands sont d'ailleurs les seuls à les accueillir à cette époque. Le groupe se sépare fin 1971, après la publication par Decca en octobre d'un disque dans sa version définitive que le label teuton apréalablement amputé de deux titres (Growers Of Mushroom et Freelance Friend). Il est devenu un LP très prisé des collectionneurs aujourd'hui et son auteur, même décimé, une curiosité de concerts après avoir longtemps été une énigme.

Leaf hound french 2

« Le nom de Growers Of Mushroom est tiré de l'histoire d'une femme empoisonnant son mari avec des champignons. Tout le monde pense que c'est une référence aux hallucinogènes. C'est faux, nous n'étions pas dans cette démarche de drogue ; nous étions même assez naïfs sur le sujet. Notre carburant, c'était une bonne pinte de bière et notre inspiration pour la chanson-titre était Boris The Spider de John Entwistle. Ca ne va pas chercher bien loin. » (Peter French)

Peter French, élément fort du Leaf Hound actuel.

Malgré un titre d'album et une pochette pouvant laisser croire que le terreau est psychédélique à souhait, il n'en est rien, nous avons à faire ici avec des hard rockeurs purs jus d'abord et avant tout. Ce qu'ils sont toujours en 2017.

Peter French, le plus connu de ses membres, va alors faire la carrière qu'on lui connaît auprès d'Atomic Rooster, puis de Cactus. Seul membre restant du line-up d'origine, Peter French réunit Leaf Hound en 2004 ; à la tête d'une équipe rajeunie, le chanteur porte toujours le groupe à bout de bras aujourd'hui.

La voix de celui qui doit être un des derniers dinosaures du rock encore en activité est encore un des éléments forts du Leaf Hound actuel ; depuis Growers Of Mushroom, elle reste extraordinairement belle, puissante et expressive (RAZOR©).

DISCOGRAPHIE 70'S.

LP Studio unique - 1971

 

Leaf hound growers of mushroom 1

 

LEAF HOUND

GROWERS OF MUSHROOM – 1971  4/5

 

Publié en octobre 1971.

Produit par Paul Lynton.

Durée:37:28.

Label:Decca Records.

Genre:hard rock, blues-rock,rock psychédélique,stoner rock.

 

Du TNT dans les soquettes.

 

Au regard du titre, Growers Of Mushroom (en écoute intégrale ici), j’en vois déjà qui s’agitent, ressortent la boite à pills, histoire de s’mettre dans l’coup. Que nenni, l’album de Leaf Hound, inconnu au bataillon pour la majorité d’entre vous je présume, et bien cet album… n’a rien d’un énième produit d’acid-rock, en dépit de ce que pourrait laisser supposer sa pochette sur laquelle s’invitent, dans une ambiance psyché, champignons et fleurettes. On est loin de tout ça, ici…

Un peu d’histoire avant, pour situer cette affaire estampillée Old Albion, montée d’abord de toutes pièces sous le nom de Black Cat Bones (1966), par Monsieur Paul Kossoff (Paul Tiller, remplacé par Brian Short, les frères Brooks et Terry Sims, puis Frank Perry) lequel recrute Simon Kirke, futur Free comme lui, et devenue Leaf Hound, au départ de ces deux derniers en 1968. Jusque là, vous suivez ?

Les deux Brooks sont encore là pour travailler sur l’album qui nous concerne aujourd’hui. Derek tient la guitare rythmique, Stuart, la basse. Peter French (futur Atomic Rooster et Cactus) intègre alors le groupe au chant, son cousin Mick Halls s’installe à la lead guitare et Keith George-Young prend place à la batterie. Le line-up de cet album est là. Ok, mais c’est quoi ce truc ?

Leaf Hound, c’est du rock classique furieux de chez bien lourd, fusionné à du blues dynamite, sur lequel les adeptes de Stoner ne cracheront certainement pas. Ces gaziers, ils sont nés du côté des quartiers rageurs de Londres, dans la mouvance hard du british blues-rock boom des sixties. Ils sont loin d’être des chochottes ou des enfants de chœur. Leur malheur a été de n’avoir pas pu se dégager de l’étreinte imposée alors par le leader Led Zep ou par le Free des faux-frères Kossoff et Kirke.

Le seul vinyle qui conserve une trace de leur passage dans le rock, Growers Of Mushroom (1971) a du TNT dans les sillons ; il révèle un groupe plus apte à jouer dans la cour des grands qu’à se prélasser au fond de la classe comme il sied aux mauvais élèves.

Il est enregistré en 1970, en 11 heures et une seule session (pour Telefunken mais amputé de deux titres), puis revu et corrigé pour Decca Records en 1971, alors que le groupe est déjà mis six pieds sous terre.

Objet de toutes les convoitises des collectionneurs, sa réédition permet aujourd’hui de mieux jauger du talent et de l’explosivité de cette formation.

S’appuyant sur des titres puissants, il constitue l’album de hard rock par excellence : du chant de sauvage, des guitares acérées, de la rythmique qui sait travailler dans la salle des machines.

Drowning My Life In Fear, Stagnant Pool, Sad Road To The Sea ou With A Minute To Go, ça envoie grave. Comme rien n’est laissé au hazard et que tous les titres ont du jarret, il en résulte un bien beau spécimen de ce que le hard rock peut être quand il est bien calibré (RAZOR©).


1. Freelance Fiend.
2. Sad Road to the Sea.
3. Drowned My Life in Fear.
4. Work My Body.
5. Stray.
6. With a Minute to Go.
7. Growers of Mushroom.
8. Stagnant Pool.
9. Sawdust Caesar.


Peter French:chant.
Derek Brooks:guitare.
Stuart Brooks:basse.
Mick Halls:guitare.
Keith George-Young:batterie.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.