The Full Tilt Boogie Band.

BIOGRAPHIE.

 

 

THE FULL TILT BOOGIE BAND/ Stratford (Ontario – Canada)

 

Full tilt boogie band 1

 

Actif entre 1969 et 1970.

Labels:Columbia.

Genre:rock,blues-rock,blues.

 

Le groupe de Janis.

Le 4 octobre 1970 disparaît la mère du blues blanc, Janis Joplin. 51 ans après cette disparition qui met en émoi le rock du moment, deux semaines après avoir mis en terre Jimi Hendrix, la Mama Cosmique, au timbre guttural si caractéristique et sans égal, est toujours très présente dans la mémoire collective.

Depuis sa mort (par overdose d'héroïne dans un motel de Los Angeles), la native de Port Arthur a été élevée au statut d'icône pour l'ensemble de son œuvre.

Starifiée avant l'heure (ce qui a vraisemblablement causé son comportement à risques et provoqué son décès prématuré), Janis Joplin laisse derrière elle un héritage et une influence qui a profité à des générations d'artistes. Pink, Courtney Love, Joss Jones, plus près de nous, ainsi que Stevie Nicks, une de ses contemporaines des 60's/70's, s'en revendiquent haut et fort...

Mais quelle Janis ? Celle du Big Brother & The Holding Company ? Du Kozmic Blues Band ? Du Full Tilt Boogie Band ? De Pearl, son chef d’œuvre, publié à titre posthume, dont tout le monde s'accorde à dire que sa voix n'a jamais été aussi émouvante ? Celle Me And Bobby McGee, titre enregistré la veille de sa mort alors que Pearl est déjà en plein chantier et que son accent sudiste vient magnifier ?

Les admirateurs inconditionnels de la dame conviendront que c'est à la tête de ce qui est enfin son groupe, le Full Tilt Boogie Band, dont John Till (guitare), Richard Bell (piano), Ken Pearson (orgue), Brad Campbell (basse) et Clark Pierson (batterie) constituent le backing band, que la texane a connu sa plénitude artistique. Personne ne soupçonne alors que sa fin est proche...

Full tilt boogie band introUn groupe taillé sur mesure pour Janis...

Full tilt boogie band 2The Full Tilt Boogie Band (1970)...

Full tilt boogie band pearl 70...et indissociable de la réussite de Pearl.

Du Kozmic Blues Band au Full Tilt Boogie Band.

Le Full Tilt Boogie Band prend racine quand Janis quitte le Kozmic Blues Band, à la fin de l'année 1969, après un dernier concert au Madison Square Garden (New York).

Elle met cette pause à profit en allant se reposer au Brésil (février 1970) et en ralentissant de manière conséquente sa double consommation de drogues et d'alcools.

Cette régénération sanitaire lui vaut de s'impliquer dans une relation amoureuse avec un touriste américain (David Niehaus) de passage à Rio. Elle prend du bon temps et paraît heureuse...

A son retour aux États-Unis, la chanteuse reprend ses mauvaises habitudes et repart dans la défonce, son étroite proximité avec Peggy Caserta, lesbienne héroïnomane, réactivant ses addictions.

Le rôle de John Till.

C'est à cette époque (printemps 1970) que Janis, après que tous les musiciens du Kozmic Blues Band aient été congédiés, a dans l'idée de repartir au sein d'une nouvelle formation. John Till, un ami, musicien de session et membre du line-up qui a accompagné Janis sur la scène de Woodstock (1969), prend alors les choses en main. Il réunit autour de lui un groupe de musiciens canadiens pour encadrer une œuvre s'apparentant, pour la première fois, à un projet personnel de Joplin.

Pearl, le Graal de Janis.

La star de la scène psychédélique joue un rôle actif dans le montage du Full Tilt Boogie Band et s'y implique plus qu'elle ne l'a fait dans la formation précédente.

Dès mai 1970, ce collectif commence à tourner sous sa nouvelle identité et le 28 juin, il fait une tournée canadienne dans le cadre du Festival Express (jusqu'au 4 juillet), durant laquelle certaines chansons de l'album Pearl sont enregistrées, avant de se produire sur le plateau du Dick Cavett Show (3 août 1970) où il interprète My Baby et Half Moon, deux originaux qui figurent sur le même opus. 

Entre le 27 juillet et le 4 octobre 1970, le groupe passe son temps en studio (à Los Angeles), où il procède aux sessions de l'album en question, le deuxième de l'artiste après I Got Dem Ol' Kozmic Blues Again Mama ! (septembre 1969), le seul libéré de son vivant.

Janis est complètement absorbée par cette perspective discographique et semble épanouie dans ce projet. Rien ne laisse présager qu'elle foule pour la dernière fois un studio, d'autant qu'elle respire la santé et la joie de vivre.

Ses relations avec ses musiciens sont excellentes ; la patronne ne les considère pas comme un groupe de soutien supplémentaire mais comme une formation à part entière ; d'autre part, toutes les chansons qu'on lui présente pour alimenter Pearl ont son approbation. Elle ratifie sans rechigner les arrangements.

5 millions d'exemplaires.

Tous les voyants sont au vert pour faire de Pearl son Graal. Il le sera et les Move Over, Cry Baby, Half Moon, Trust Me, Mercedes-Benz (son dernier enregistrement dans les studios Sunset Sound Records de L.A), Get It While You Can et l’inénarrable Me And Bobby McGee, son seul N° 1 du Billboard 100, sont certainement ce que Janis a proposé de mieux dans sa carrière. Il le sera, mais celle-ci ne pourra malheureusement jamais en apprécier toute la beauté.

Full tilt boogie band john till portrait

« En fin de nuit, nous sommes retournés au motel et il y avait beaucoup de lumières clignotantes devant, des ambulances et des voitures de police dans l'allée. Je suis juste retourné dans ma chambre et je me suis assis avec ma femme et mon fils. J'étais dévasté. Il m'a fallu beaucoup de temps pour accepter la mort de Janis. Nous étions alors tous en état de choc ! » (John Till).

Quand son œuvre, écoulée à 5 millions d'exemplaires, accède, en février 1971, à la première place des classements d'albums américains (Billboard 200), la texane, au faîte de sa popularité, n'est plus de ce monde.

Depuis le 4 octobre de l'année précédente, elle s'en est allée grossir les rangs du légendaire club des 27 et ainsi rejoindre Brian Jones et Jimi Hendrix, décédés comme elle à l'âge de 27 ans.

La veille de sa mort, elle devait poser sa voix sur les enregistrements instrumentaux de Buried Alive In The Blues.

Ce qu'elle n'a jamais pu faire, le titre étant le seul des 10 morceaux de Pearl où on ne l'entend pas. En hommage à Janis, cette piste est restée instrumentale après avoir été proposée à son auteur Nick Gravenites.

Incinérée à Westwood (Los Angeles), la texane a exigé que ses cendres soient dispersées dans l'océan pacifique et que ses amis festoient en son honneur avec le chèque de 2500 dollars qu'elle leur a mis à disposition.

Pour une dernière fois, c'est elle, Janis la loyale, qui régalait. Nul doute que John Till et ses partenaires du Full Tilt Boogie Band, son groupe, ont été les premiers à lever, à la mémoire de leur boss et amie, le verre de l'amitié et de la fidélité. Pearl est aussi leur bébé (RAZOR©2021).

DISCOGRAPHIE FULL TILT BOOGIE BAND 70'S.

LP Studio unique - 1973

 

Full tilt boogie band pearl 70

 

THE FULL TILT BOOGIE BAND

PEARL – 1971  5/5

 

Publié le 11 janvier 1971.

Produit par Paul Rothchild.

Durée:34:03.

Label:Columbia.

Genre:rock,blues,blues-rock.

 

Grand frisson garanti.

 

Pearl était le surnom de Janis Joplin, ça a été aussi son dernier album studio. A son écoute, on peut aisément imaginer de quoi on a été privé avec sa mort, d’autres moments d’anthologie auraient relayé maigrelette mais merveilleuse discographie.

Sa fin, pourtant programmée au regard de son existence constamment sur le fil du rasoir, a des relents de gâchis, d’inachevé et le meilleur était sans doute à venir.

Paradoxalement, alors qu’elle ne profitera pas des retombées de ce merveilleux disque qui constitue ses derniers enregistrements, au motif de mourir d’une overdose pendant les sessions, Janis pète ici le feu comme rarement.

L’album, suffisamment alimenté pour être édité, est publié à titre posthume, apparaissant dans les bacs début janvier 1971.

L’émotion qui découle de son écoute n’en est que plus forte et les Mercedes Benz, A Woman Left Lonely, Move Over ou Me And Bobby McGhee se parent d’une profondeur supplémentaire.

La voix est puissante et maîtrisée, l’artiste balance entre rage, espoir et tristesse et la prestation est superbement soutenue par celui qu’elle considère comme son premier vrai groupe à elle, le Full Tilt Boogie, formation à ossature canadienne héritée du Kozmic Blues Band précédent, composée de John Till (guitare), Richard Bell (piano), Brad Campbell (basse), de Ken Pearson (orgue) et de Clark Pierson (batterie), tous d’excellents musiciens de studio.

Produit par Paul A. Rothchild, l’homme derrière les Doors, Pearl, malgré son côté assez concis, n’en affiche pas moins une grande vivacité et fait montre d’aucune faille.

Même les titres moins exposés médiatiquement,  Move Over, Mercedes Benz, Me And Bobby McGhee étant hors concours, sont de véritables petits trésors : Turtle Blues, Summertime ou Piece of my Heart, Half Moon, Get It while You Can, Trust Me.

Janis vit ses chansons à fond et se donne comme personne. Elle y est entière et envoûte littéralement l’auditeur. Personne n’était insensible à sa voix et à son charisme. Sur Pearl, il faut y rajouter une maturité nouvelle, née sous Cheap Thrills, l’album qui précède.

Pearl est un disque à avoir dans toute discothèque qui se veut de référence ; c’était ça les sixties et c’était ça Janis Joplin : de la fougue, de la rage, de l’énergie, du talent, du charisme au service d’interprétations exceptionnelles et uniques qui relèvent aujourd’hui de la légende. Le grand frisson est ici garanti (RAZOR©2021).

 

1. Move Over.

2. Cry Baby.

3. A Woman Left Lonely.

4. Half Moon.

5. Buried Alive In The Blues.

6. My Baby.

7. Me And Bobby McGee.

8. Mercedes Benz.

9. Trust Me.

10. Get It While You Can.


Janis Joplin:chant,guitare.

John Till:guitare.

Brad Campbell:basse.

Clark Pierson:batterie.

Richard Bell:piano.

Ken Pearson:claviers.

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires