Johnny Cash.

BIOGRAPHIE.

 

JOHNNY CASH/Arkansas (États-Unis)

 

Johnny cash intro

 

Né John Ray (J.R) Cash, le 26 février 1932 à Kingsland (Arkansas),décédé le 12 septembre 2003 à Nashville (Tennessee).

Dit The Man In Black.

Actif entre 1955 et 2003.

Labels:Sun,CBS,Mercury,American Recording,House Of Cash,Legacy Recordings.

Genre:country,rock 'n' roll,gospel,rockabilly,blues.

Site officiel:johnnycash.com

 

Personnage complexe et à deux visages.

 

Chanteur, guitariste, auteur-compositeur, acteur, Johnny Cash, plus que tout autre artiste, incarne à lui seul la musique américaine. L'arkansan à la vie tumultueuse est immensément populaire dans son pays, même si ses écarts personnels et ses rapports tendus avec la Justice ont autant mis en danger sa carrière qu'ils ont souvent occulté sa musique.

 

En dépit de cette existence agitée et trouble, écartelée entre le bien et le mal, Cash n'est jamais passé par la case prison, bien qu'ayant connu épisodiquement les geôles de l'Oncle Sam, au motif que certaines de ses nuits étaient parfois plus tapageuses que la moyenne.

 

Personnage complexe et à deux visages, le natif de Kingsland a eu une influence formidable sur l'évolution du genre country qu'il a alimenté de plus d'une centaine de LP (tout confondu) et qui, sur la fin de son parcours, a trouvé un écho favorable auprès des plus jeunes.

Johnny cash 3Johnny Cash : personnage complexe et à deux visages.

Johnny cash guitareUne carrière qui s'annonce prodigieuse...

Johnny cash tennessee twoThe Tennessee Two, puis Three.

Johnny cash 2Johnny Cash, actif jusqu'à sa mort en 2003.

Johnny cash prisonVirulent défenseur de la réforme des prisons... 

Johnny cash at folsom prison...comme la prison californienne de Folsom.

Johnny cash june carterAvec June Carter, décédée 4 mois avant lui.

Johnny cash the ring of fire 1963Mémorable Ring Of Fire.

Johnny cash walk the line filmImmortalisé par le film Walk The Line (2005).

Une carrière prodigieuse.

 

Dérouler le contenu de sa gigantesque discographie s'avère si fastidieux qu'il est plus judicieux, avant d'approfondir son œuvre, de se poser, initialement, sur ses albums majeurs que sont Ring Of Fire, The World Of Johnny Cash, Johnny Cash Portrait, Highwayman, Bitter Tears (avec June Carter, son épouse) et les live mythiques réalisés en milieu pénitencier, At Folsom Prison et At Saint Quentin (triple disque de platine).

 

Entré au Country Music Hall Of Fame (1980), puis au Rock 'N' Roll Hall Of Fame (1992), celui que l'on surnomme Johnny Mitard depuis la publication des deux opus publics cités précédemment, enlève un Grammy Legend Award (1990) et un Grammy Lifetime Achievement Award (1999), au regard de l'ensemble de sa carrière.

 

Énorme vendeur de son vivant (90 millions d'albums vendus), The Man In Black compte parmi les artistes les plus fameux du 20ème siècle. Sa mort en septembre 2003 n'a fait que renforcer son image et accroître sa popularité...

 

Le folk, la country et la religion.

 

John Ray Cash est natif de l'Arkansas (Kingsland) le 26 février 1932. Né dans un environnement modeste, ce fils de métayers descendants d'écossais baigne dès sa prime enfance dans un milieu où le folk et la country dominent et où la religion tient une place prépondérante.

 

D'observance baptiste, sa mère notamment, aura une grande influence religieuse sur le jeune Cash. Son père occupé à des tâches champêtres pénibles souffre d'alcoolisme et se montre souvent assez violent. J.R a 3 ans quand sa famille déménage dans le Mississippi (Dyess), pour s'installer dans une communauté cotonnière.

 

Après l'école, comme les autres enfants de l'endroit, il prend part, quotidiennement et jusqu'au crépuscule, aux travaux de cueillette du coton. Cet environnement lui permet d'être bercé par les chants gospels s'élevant régulièrement des champs et qui vont l'influencer dans la voie artistique qu'il choisira plus tard.

 

Son éveil musical s'avère donc précoce ; il est conforté par l'écoute de la radio locale depuis que son paternel a ramené à la maison un poste. Il découvre alors les Hank Williams, Jimmie Rodgers et la Carter Family, chantres de la country du moment et s'en éprend.

 

Sa mère soutient son intérêt pour la musique tandis qu'il apprend du fils handicapé d'une famille-amie, les premiers accords de guitare. Le passage des Louvin Brothers pour un concert à Dyess achève de convaincre le jeune Cash que la chanson est la voie qu'il veut suivre (1944).

 

Un drame personnel...

 

Cette même année, J.R, 12 ans, est confronté au premier drame de sa vie. Son frère Jack est très profondément découpé par la scie circulaire de l'entreprise dans laquelle il travaille.

 

Ce jour là, Johnny Cash a un drôle de pressentiment et insiste pour que son frère aîné (14 ans) n'aille pas travailler... ce dernier meurt 7 jours plus tard, après d'atroces souffrances. John Ray ne se remettra jamais de ce traumatisme, lequel aura une incidence marquée sur la face sombre développée par l'artiste au cours de sa carrière.

 

Après avoir travaillé aux champs jusqu'à 18 ans, il quitte la région pour tenter sa chance du côté de Detroit où, diplôme en poche, il déniche un job dans une usine automobile de la place, avant de s'engager dans l'US Air Force pour remplir ses obligations militaires (1950).

 

...puis une mobilisation en Allemagne et un premier mariage.

 

Mobilisé dans ce qui est encore l'Allemagne de l'Ouest (Landsberg), Cash, à la voix de baryton caractéristique, réunit trois autres bidasses et forme un premier groupe de honky-tonk, The Landsberg Barbarians.

 

Sa mobilisation en Allemagne dure 3 ans (jusqu'au 3 juillet 1954) au cours desquels, sa mission consiste à intercepter les communications émises depuis l'URSS...

 

Élevé au grade de sergent, il revient de sa mobilisation pour s'installer au Texas où, le 7 août 54, il épouse Vivian Liberto qui lui donnera 4 filles, Rosanne, Kathy, Cindy et Tara. Le couple divorcera en août 1966.

 

En 1954, Johnny et Vivian déménagent dans le Tennessee (Memphis) ; il y occupe, le jour, un emploi de vendeur en porte-à-porte (électro-ménager). La nuit, il la consacre à ses deux potes, Luther Perkins et Marshall Grant, avec lesquels il répète et se produit sous l'identité des Tennessee Two.

 

I Walk The Line, coup gagnant.

 

Auditionné par Sun Records (le label de Sam Philips), le trio signe ses premiers enregistrements, des titres de Cash : Hey Porter, Cry !, Cry !, Cry !. Nous sommes en 1955 et tout va alors s’accélérer pour l'artiste.

 

Sortent le single Folsom Prison Blues (1955), écrit alors qu'il était mobilisé à Landsberg, puis I Walk The Line (1957). Si le premier nommé entre à la 5ème place des charts country, son suivant en occupe le leadership. J.R Cash s'efface au profit de Johnny Cash.

 

Home Of The Blues (juin 1957) et l'album ouvrant son catalogue (octobre 1957), à savoir Johnny Cash With His Hot And Blue Guitar, confortent la popularité naissante du chanteur.

 

Le label de Sam Philips est vite débordé, aussi l'artiste se tourne-t-il vers Columbia. Cash et sa famille posent désormais leurs valises à Ventura (Californie). Ils y resteront 7 ans.

 

Le cinéma, autre corde à son arc.

 

The Fabulous Johnny Cash (novembre 1958) ouvre la très longue collaboration avec CBS, Rainbow la refermant en octobre 1985, avant que l'artiste ne rebondisse chez Mercury Records.

 

A la musique, il ajoute le cinéma. En 1959, l'arkansan devient acteur pour la première fois dans Five Minute To Live (1961), renommé Door To Door Maniac.

 

On le retrouve, entre autres, à l'affiche de 17 films et dans des séries télévisées, Columbo, La Petite Maison Dans La Prairie et Docteur Quinn Femme Médecin notamment. Par ailleurs, il prête sa voix au coyote qu'Homer, dans les Simpsons, rencontre dans une hallucination provoquée par le piment.

 

Au début des 60's, les Tennesse Two reçoivent le renfort de W.S « Fluke » Holland, batteur de Carl Perkins. Ce dernier va devenir le batteur légendaire de Cash, restant à son service quatre décennies.

La drogue s'invite...

 

Cette arrivée amène le groupe à se rebaptiser : The Tennesse Two est désormais The Tennessee Three. Logique ! Cette nouvelle mouture se produit aux quatre coins des États-Unis à une cadence affolante. Plus de 300 concerts sont alors assurés sur l'année, contraignant Johnny Cash à se charger aux amphés pour tenir.

 

Après l'alcool qu'il ingurgite généralement sans modération, il devient un consommateur régulier de drogues. Sa quête permanente de substances illicites lui vaut des ennuis récurrents avec la justice et sème le trouble dans le couple qu'il forme toujours avec Vivian Liberto. Cette vie mouvementée insupporte cette dernière qui rompt avec son homme en 1966.

 

...mais June veille.

 

Tombé amoureux de June Carter avec laquelle il entretient une liaison cachée pendant des mois et née à l'occasion une tournée commune avec la Carter Family, Johnny Cash envisage de prendre pour épouse la chanteuse country, en 1968.

 

Il rend officielle son intention en faisant une déclaration enflammée à son amoureuse, à l'occasion d'un duo que le couple chante (Jackson), lors d'un concert dans l'Ontario.

 

Celle-ci accède à sa demande à la condition qu'il se refasse une santé et cesse son auto-destruction, aussi suit-il une cure de désintoxication pour obtenir le oui de sa belle. Son sevrage mené avec succès à son terme, Johnny Cash s'unit à June Carter.

 

1968 est une année pleine de bonheur pour l'homme Cash, mais aussi pour l'artiste qui, relancé et reboosté, enregistre At Folsom Prison dans l'enceinte du pénitencier et devant un auditoire de taulards.

Johnny cash portrait

" June m'a sauvé la vie plus d'une fois. Elle a toujours été là, avec son amour, et cela a certainement contribué à me faire oublier mes douleurs. Quand il fait noir, que tout le monde est rentré à la maison et que les lumières sont éteintes, il n'y a qu'elle et moi. " (Johnny Cash)

Disque d'or, grammy award, Johnny Cash Show, Nixon...

 

L'album faisant disque d'or en quelques mois, le concept est renouvelé un an plus tard (4 juin 1969). Cette fois, c'est le centre carcéral de St Quentin (Californie) qui sert de cadre à un nouveau live.

 

Le succès est à nouveau au rendez-vous (Grammy Award, album de l'année, meilleure performance vocale pour un chanteur country avec le titre A Boy Named Sue).

 

Ce renouveau de Johnny Cash amène la chaîne télévisée ABC à lui proposer une émission, The Johnny Cash Show, laquelle va le populariser un peu plus. La série de 58 épisodes s'ouvre le 7 juin 1969 et prend fin le 31 mars 1971.

 

Consécration suprême : Cash se produit devant Richard Nixon, lors d'un mini-concert privé (juillet 1972). Là où le Président des États-Unis attend des I Walk The Line ou A Boy Named Sue, le défenseur des opprimés et de la réforme des prisons lui fait l'affront d'interpréter des chansons contestataires et polémiques.

 

Un artiste prolixe, une œuvre phénoménale.

 

Plus prolifique que jamais, l'artiste signe, durant les 70's plus d'une quarantaine de LP (tous confondus) dont une vingtaine pour la seule CBS. Son catalogue des années 70 n'a toutefois pas la pertinence de ses disques précédents, même s'il continue à vendre.

 

Confronté à des problèmes de santé, Johnny Cash connaît une décennie suivante particulièrement difficile. Ses disques suscitent moins d'engouement, ce qui provoque l'arrêt de la collaboration avec CBS.

 

Cash tente bien de rebondir avec les Highwaymen, un super-groupe monté avec le figures de la country que sont Waylon Jennings, Willie Nelson et Kris Kristofferson. Rien n'y fait, l'artiste peine à redorer son blason.

 

Ressuscité par Walk The Line.

 

Il retrouvera une certaine crédibilité quelques années avant sa mort, via les LP American III : Solitary Man (2000) et surtout American IV : The Man Comes Around (2002), fruits d'une collaboration avec le producteur Rick Rubin, amorcée en 1994 dans le but de confronter Cash à un nouveau public.

 

Hélas, la vie en décide autrement. Johnny Cash a le malheur de perdre sa June bien-aimée, le 15 mai 2003. Quatre mois plus tard (12 septembre 2003), The Man In Black s'éteint à son tour, victime de complications du diabète.

 

Son héritage continue à perdurer depuis. Sa vie a fait l'objet d'un film remarquable, Walk The Line (2005), et son catalogue discographique s'est enrichi d'une quinzaine d'opus supplémentaires. De quoi compliquer un peu plus une quelconque sélection dans son œuvre phénoménale (RAZOR©2020).

 

DISCOGRAPHIE 60'S.

LP Live 1 - 1968

 

Johnny cash at folsom prison

 

JOHNNY CASH

AT FOLSOM PRISON – 1968  5/5

 

Publié en mai 1968.

Produit par Bob Johnston.

Durée:55:56.

Label:Columbia Records.

Genre:country,live.

 

Culte.

 

Johnny Cash est à la musique country ce qu'Elvis Presley est au rock 'n' roll et son album live At Folsom Prison la pierre d'achoppement de son catalogue, l'emplacement précis où sa légende se construit définitivement.

 

Il traduit un rebond dans la carrière et dans la vie de l'artiste qui n'a plus produit de succès depuis un bail. L'homme rencontre alors des problèmes d'alcool et de drogue et sort d'une cure de désintoxication.

 

Le disque en question reprend le concert donné, le 13 janvier 1968, dans les murs du pénitencier de Folsom à Represa, en Californie. C'est la première fois qu'un enregistrement est fait dans un cadre carcéral, milieu dans lequel Cash a pris l'habitude de se produire dès la fin des 50's.

Le parterre réuni pour l'occasion est évidemment constitué de délinquants, de criminels, de taulards endurcis et du personnel d'encadrement pénitentiaire.

 

Johnny Cash avait ce projet en tête depuis longtemps mais agit pour le coup sous impulsion, sûr de son fait. Il convainc sa maison de disque, Columbia Records. Le reste appartient à l'histoire : At Folsom Prison est un grand moment.

 

Dans ce contexte, il a soigneusement concocté un programme de chansons dans lesquelles ce public incarcéré pouvait se retrouver et a donné deux spectacles ce jour-là.

 

Le premier en matinée, le second en début d'après-midi pour le cas où la représentation initiale ne donne pas satisfaction. C'est surtout celui du matin qui alimente l'album publié en mai 1968.

 

Plus de 15 ans après avoir signé Folsom Prison Blues (1952), il se retrouve dans le même établissement et déroule un lot de chansons aussi douloureuses que brutales, poignantes, authentiques et troublantes. Sa voix de baryton-basse dénote une grande confiance en lui.

 

Cash se sent comme chez lui. La prison, il connaît pour avoir eu des démêles avec la justice pour des faits de tapages nocturnes, de beuveries incontrôlées. Mais jamais rien de méchant. Il en devient un virulent défenseur et se pose en acteur ardent de la réforme du système pénitentiaire.

La prestation est exceptionnelle, seul ou avec June Carter, sa femme, qui le rejoint sur scène pour deux titres, Jackson et Give My Love To Rose. Cash est de retour et il brille à nouveau.

 

At Folsom Prison atteint la 13ème place du Billboard. C'est là qu'il faut être pour découvrir et apprécier le personnage Cash, alias Johnny Mitard (RAZOR©).

 

1. Folsom Prison Blues.

2. Dark As A Dungeon.

3. I Still Miss Someone.

4. Cocaine Blues.

5. 25 minutes To Go.

6. Orange Blossom Special.

7. The Long Black Veil.

8. Send A Picture Of Mother.

9. The Wall.

10. Dirty Old Egg-Suckin' Dog.

11. Flushed From The Bathroom Of Your Heart.

12. Jackson (avec June Carter).

13. Give My Love To Rose (avec June Carter).

14. I Got Stripes.

15. Green,Green Grass Of Home.

16. Greystone Chapel.

 

Johnny Cash:guitare,chant.

June Carter:chant sur 12/13.

Luther Monroe Perkins:guitare.

Marshall Grant:contrebasse.

W.S. Holland:batterie.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.