Kenny Rogers.

BIOGRAPHIE.

 

KENNY ROGERS/ Houston (Texas – USA)

 

Kenny rogers intro

 

Né Kenneth Donald Rogers, le 21 août 1938, décédé le 20 mars 2020 à Sandy Springs (Géorgie).

Actif de 1958 à 2018.

Labels:Cur Records,Mercury Records,Carlton Records,United Artists,RCA,Giant Records,Atlantic,Capitol,Dreamcatcher Records.

Genre:country,pop-rock,soft rock,country-pop,rock FM,rock psychédélique,variété internationale.

Site officiel:www.kennyrogers.com

 

Plus de 120 millions de disques vendus.

Un monstre sacré de la country vient de s'éteindre. Né à Houston, au Texas, Kenny Rogers a rendu son dernier souffle à 81 ans, paisiblement, de mort naturelle et entouré de ses proches. Son décès scelle dans le même temps la fin d'une carrière démarrée à la fin des 50's dans le doo-woop, qui aura monopolisé 6 décennies et mise en veilleuse en 2018 au motif de problèmes de santé problèmes de santé.

Véritable superstar (il était aussi comédien), Kenneth Donald Rogers, dit Kenny, aura vendu plus de 120 millions de disques, été honoré de 3 Grammy Awards, de 6 Country Awards.

Les plus gros succès de ce membre du Country Music Hall Of Fame et 10ème artiste américain le plus bankable des charts US ont trusté la première place des charts à 24 reprises.

Kenny rogers the scholarsThe Scholars pour démarrer en 1956...

Kenny rogers the bobby doyle three...avant le Bobby Doyle Three (1960)...

Kenny rogers chrity minstrels 2...et les Christy Minstrels (1966).

Kenny rogers the first edition10 ans de First Edition.

Kenny rogers the gamblerThe Gambler, sa plus grosse vente.

Kenny rogers mortLe 20 mars 2020, Kenny quitte définitivement la scène.

L'artiste à la barbe argentée et à la voix veloutée et agréablement rauque était une référence dans le rockabilly, le jazz, la pop, le rock 'n' roll, la folk, genres qu'il s'appropriait pour les convertir dans son style de prédilection, la country.

The Gambler, Lucille, Islands On The Stream (avec Dolly Parton), She Believes In Me, c'était lui.

Sa disparition touche au cœur des millions de fans de musique et de country notamment, mais affecte autant le milieu du disque et du cinéma où Kenny Rogers était tenu en haute estime.

Du gospel au doo-woop.

Quatrième enfant d'une fratrie de 7 placée sous l'autorité d'un père charpentier et d'une mère assistante-infirmière, Kenny Rogers, appelé Kenneth Ray par ses proches, est né le 21 août 1938 et a grandi dans les quartiers modestes de la périphérie de Houston.

En intégrant, jeune, une chorale gospel, il noue ses premiers contacts avec la musique. Il aime chanter et a très tôt dans l'idée que son avenir se situera dans cette voie.

L'école n'étant pas son objectif, il s'emploie à se faire de l'argent de poche pour pouvoir se payer une guitare. A cette fin, il travaille comme serveur dans un hôtel.

Dans la seconde moitié des 50's, Rogers, 17 ans, se retrouve, à la Jefferson Davis High School de Houston, à évoluer pour la première fois, au sein d'un groupe vocal spécialisé dans le doo-woop, The Scholars (1956), rivaux des Embers, le groupe de son pote Mickey Newbury.

Son frère aîné Lelan en est le manager. Les Scholars enregistrent deux singles pour le label local Cue (Poor Little Doggie/What Did I Do Wrong/février 56 et Waddle/Spin The Wheel/septembre 56).

Le bassiste qui sommeille en lui.

Deux ans plus tard, au terme de l'expérience Scholars, Kenny fait de That Crazy Feeling un premier gros succès.

Cet enregistrement solo initial (Kix Records en 1957, puis Carlton Records en 1958) se vend si bien (51 du Cash Box) que Rogers fait ses premières TV (American Bandstand).

En 1960, le jeune Rogers abandonne l'université du Texas pour rejoindre le groupe de Bobby Doyle, The Bobby Doyle Three, dans lequel il évolue comme bassiste à plein temps et chante les harmonies.

Le groupe en question s'appuie sur un répertoire de standards jazz et blues et accompagne également des artistes comme Tony Bennett ou Lisa Minelli.

Cette même année, il se fait remarquer en écrivant, pour Johnny Cash, le titre I Feel Better All Over.

Au sortir de cette expérience Doyle, en 1965 (un LP In A Most Unusual Way/1962), Kenny Rogers est en mesure de pouvoir tout chanter. Il accorde cependant la suite immédiate de sa carrière aux Christy Minstrels, alors à la recherche d'un bassiste doublé d'un chanteur qui puisse chanter dans les aigus (1966).

A cette époque, une certaine Kim Carnes (Bette Davis Eyes) évolue à ses côtés au sein de ce groupe.

10 ans de First Edition.

Il en est reparti au bout d'un an (1967), avec, dans ses bagages, certains membres des Christy Minstrels, pour former The First Edition, son propre groupe, une fusion de rock, de folk et de country que Reprise prend sous son aile, en plein Summer Of Love.

Le psychédélique Just Dropped In (To See What Condition My Condition Was In) de Mickey Newbury que le First Edition reprend ici à son compte, se classe 5ème du Billboard (octobre 67).

Ce succès précède celui de But You Know I Love You (N°19/1968) et de Ruby Don't Take Your Love To Town (N°2/1969).

The First Edition connaît une grosse popularité pendant une dizaine d'années jusqu'à ce que Kenny Rogers, au milieu des 70's, ne se lance dans une carrière solo dominée par la country. Il en devient l'un des artistes les plus vendeurs de tous les temps.

La country, c'est Nashville. Il y signe en 1976 un accord avec United Artists. Avec l'appui du producteur Larry Butler, Rogers publie Lucille, premier de ses hits personnels à faire N° 1 (1977). Sa carrière va alors s'envoler d’autant que, derrière Lucille, la décennie va s'avérer fructueuse. 

Love Or Something Like It (N°32), Sweet Music Man (N°44), The Gambler (N°16), Every Time Two Fools Collide (N°44) figurent bien dans le Billboard Hot 100, ce qui est alors exceptionnel pour des titres country. Dans les classements affectés au genre, ces mêmes chansons trustent évidemment les têtes de podiums.

Les albums de cette période connaissent la même trajectoire. The Gambler (novembre 1978), son album le plus vendu (30 millions d'exemplaires vendus) fait 12 au Billboard 200 et 1 dans la catégorie country.

A cheval entre country et variété, l'artiste connaît alors une période faste ponctuée de Grammy et de Country Awards. Lady (septembre 1980), écrite pour lui par Lionel Richie, est un autre temps fort de sa carrière. Il est devenu le premier titre des 80's à figurer dans les 4 classements du Billboard Singles : Country, Hot 100, Adult Contemporary et Soul.

Kenny rogers dolly parton

« Je ne peux pas y croire quand je me suis levé ce matin et que j’ai appris la terrible nouvelle. Mon ami et partenaire de chant Kenny Rogers est décédé. J'aimais Kenny de tout mon cœur. Mon cœur est brisé et une part de moi s'est envolée avec lui aujourd'hui. » (Dolly Parton)

Des duos mémorables.

Des duos avec Dottie West (Every Time Two Fools Collide), Dolly Parton (Islands In The Stream), Ronnie Milsap (Make No Mistake She's Mine), Sheena Easton (We've Got Tonight) ou Kim Carnes (Don't Fall In Love With A Dreamer) complètent une discographie riche mais qui se fait plus discrète dans les 90's.

Cette décennie voit Kenny Rogers, devenu gestionnaire de ses propres affaires (il lance une franchise de restauration et crée son label Dreamcatcher Entertainment), passer de la musique au cinéma ou à la photographie, sa deuxième passion, avec la même réussite.

Rogers revient dans les charts à la fin des 90's (The Greatest), signe un coffret de rétrospective de sa carrière musicale (The First 50 Years : The Greatest Duets), dix ans plus tard (2009), puis publie une autobiographie (Luck Or Something Like It : A Memoir/2012) avant de clore son catalogue avec Once Again It's Christmas (septembre 2015).

Kenny Rogers entame alors, jusqu'en 2018, une tournée qui se veut être celle de ses adieux à un public qui l'a tant aimé. Elle n'ira malheureusement pas au bout pour raisons de santé mais, jusqu'à cette échéance, son succès ne sera jamais démenti. Kenny Rogers était un grand, une superstar, n'ayon pas peur des mots... (RAZOR©2020).

DISCOGRAPHIE AVEC THE FIRST EDITION 70'S.

LP Studio 6 - 1970

 

Kenny rogers first edition tell it all brother

 

KENNY ROGERS & THE FIRST EDITION

TELL IT ALL BROTHER – 1970  4/5

 

Publié en 1970.

Produit par Kenny Rogers,Jimmy Bowen.

Durée:30:14.

Label:Reprise Records.

Genre:country,rock,country-rock.

 

L'occasion de découvrir un groupe sous-estimé.

 

Au cœur des sixties, Kenny Rogers rebondit dans le rock psychédélique en embarquant avec lui quelques musiciens avec lesquels il a précédemment évolué au sein des Christy Minstrels. Le big band folk n'est pas prétexte à créativité, aussi Rogers s'empresse de prendre le bon du psychédélisme ambiant pour lancer enfin sa carrière et en utilisant pour cela les services du First Edition,

Kenny Rogers est alors affublé de longs cheveux bruns, arbore une barbe généreuse, porte une boucle à l'oreille et chausse des lunettes de soleil à verres roses. Il est complètement imprégné de la culture hippie,au point que, pour son entourage, il est devenu Hippie Kenny.

La réussite sera au bout et les succès commencent à s'enchaîner comme Just Dropped (To See What Condition My Condition Was In), But You Know I Love You, Ruby Don't Take Your Love To Town ou encore Reuben James et les albums à exhaler le country-rock.

Tell It All Brother marque la fin de la collaboration avec le First Edition, commencée en 1967 avec Terry Williams comme guitariste principal, Mickey Jones, batteur du Dylan passé à l'électrique, Mick Settle (guitare rythmique) relayé par Kin Vassy puis Jimmy Hassell, Thelma Camacho au chant et au tambourin (suivie de Mary Arnold-Miller), Gene Lorenzo (pianiste). La basse échoit alors à Kenny Rogers.

On peut, en effet, regretter la fin de ce partenariat car l'album qui nous concerne, le sixième qui soit crédité à l'artiste et à ce groupe dont on ne soulignera jamais assez la qualité technique, est celui par lequel le binôme, après avoir longtemps tâtonné, trouve enfin son identité sonore.

La chanson-titre, légèrement country, et la charmante et gospélisée Heed The Call dévoilent un Rogers cool, rassembleur (We All Got To Help Each Other), tendre et émouvant. Il est alors en pleine forme vocalement et au sommet de son art en terme de maîtrise. L'occasion est , par ailleurs, trop belle pour découvrir et réhabiliter le First Edition, harmoniquement très impressionnant (RAZOR©).

 

1. Tell It All Brother.

2. Shine On Ruby Mountain.

3. The King of Oak Street.

4. I'm Gonna Sing You A Sad Song Susie.

5. Love Woman.

6. Heed The Call.

7. Camptown Ladies.

8. Molly.

9. After All (I Live My Life).

10. We All Got To Help Each Other.

 

Kenny Rodgers:basse,chant.

Mickey Jones :batterie.

Kin Vassy:guitare rythmique.

Terry Williams:guitare.

Mary Arnold Miller:chant.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.