Manassas

BIOGRAPHIE.

 

MANASSAS/Miami (Floride)

 

Manassas et stills

 

Actif entre 1971 et 1973.

Label:Atlantic,Rhino.

Genre:blues,bluegrass,country rock, rock.

Site:stephenstills.com

 

Exceptionnelle mouture.

Manassas est une des plus belles formations qu’il m’ait été donné d’entendre dans les années 70. A l’origine de ce groupe hélas éphémère et que beaucoup regrettent encore aujourd’hui de ne pas avoir eu une durée de vie plus conséquente, il y a Stephen Stills qui, à l’automne de 1971, pour répondre aux desseins artistiques qu’il a alors en tête au sortir de la tournée de promo de son décevant deuxième LP solo, a la merveilleuse idée de réunir une formation que le rock considère, à raison, comme une des plus fringantes qu’il ait jamais eue. Ce n’est pas un hasard si Bill Wyman, grand fan d’alors, était prêt à quitter les Stones pour rejoindre cette exceptionnelle mouture.

Manassas 1

Remise en question.

Après les désastreuses retombées  de la séparation de Crosby Stills Nash & Young (1970), un début de carrière en solitaire qui vaut surtout par son sublime album éponyme (Stephen Stills-1970) dans lequel il bénéficie du soutien de Clapton et d’Hendrix entre autres, le nombriliste musicien de Dallas doit sérieusement se remettre en question. Il le sait, il le fait. En s’entourant d’un groupe, il met momentanément son ego sudimensionné au clou.

Bonne pioche.

L’ex-Buffalo Springfield pioche à gauche, à droite, lève une équipe de cadors et les embarque dans son projet : le californien Chris Hillman, ex-Byrds, Al Perkins et Byron Berline sont recrutés dans un Flying Burrito Brothers moribond, précipitant le déclin d’un groupe les plus influents de la scène musicale américaine pour avoir réunifié la country et le rock par l’entremise de Gram Parsons, son génial fondateur. La prise est bonne et complétée par un recrutement maison, à savoir des membres de son line-up de tournée, comme Dallas Taylor, Calvin Samuels dit Fuzzy, Paul Harris, Joe Lala.

Manassas stills

"Manassas était, sinon la première, la meilleure version de ce que le rock de Nashville est maintenant."(Stephen Stills)

Un double disque culte.Confiné en studio pendant quelques semaines, Manassas, ainsi baptisé par Stills pour l’intérêt qu’il porte à l’histoire de la guerre de Sécession (Manassas étant le site virginien affecté par les deux batailles de Bull Run), n’en ressort que quand il juge détenir suffisamment d’enregistrements pour alimenter un nouveau disque. En l’occurrence, il a en stock de quoi nourrir un double disque de blues, rock, country, folk, latino. Un premier double LP tombe en mai 1972, l’éponyme Manassas.

Manassas lp 1

Manassas lp 2Deux LP, mais quels disques !

La vision artistique de Stills se concrétise par un album inspiré, éclectique et très accompli, segmenté en quatre parties correspondant aux quatre faces du vinyle de l’époque, au style bien arrêté et qui passent en revue l’éventail de la musique US (rock, latino, country, folk et blues).

Fort de ce succès, Manassas passe l’année 72 à promouvoir le disque dans une tournée mondiale. Au retour de celle-ci, la formation plonge dans les sessions d’enregistrement d’un second disque que tous les fans espèrent encore meilleur. L’attente est élevée mais les espoirs engendrés sont quelque peu douchés.

Bien meilleur que ce que l'on en dit.

Down The Road (1973), rock/country-rock et latino, ne détrône pas Manassas de son piédestal. La critique n’adhère pas franchement, pas plus que le public et les ventes s’en ressentent en dépit d’une qualité bien réelle et définitivement entérinée avec le temps.

On peut lui objecter un peu moins de magie en fait, mais il demeure encore solide. Il souffre principalement de la comparaison avec un album devancier passé au rang de disque culte. Down The Road est bien mieux que ce que certains veulent nous laisser croire.

Manassas passe la main...regrets.

Dans la foulée de cet album, Manassas passe la main. Stills remet le couvert avec ses compères de toujours Crosby, Nash et Young pour une tournée (1974), tandis que Chris Hillman, suivi en cela d’Al Perkins et Paul Harris répond aux sirènes d’Asylum Records.

David Geffen, en effet, a en tête de créer un super groupe le Souther-Hillman-Furay Band. Le projet est alléchant mais n’aboutira pas à grand-chose. Dommage, car entre Manassas et SHF Band, on tenait là deux magnifiques formations…sur le papier. Ainsi va le rock (RAZOR©).

DISCOGRAPHIE 70'S.

LP Studio 1- 1972

 

Manassas1

 

STEPHEN STILLS/MANASSAS

MANASSAS - 1972  5/5

 

Publié le 12 avril 1972.

Produit par Stephen Stills, Chris Hillman et Dallas Taylor.

Durée:70:07.

Label:Atlantic Records.

 

Incontournable.

 

Stephen Stills, en rupture de Crosby Stills Nash & Young (1970) et se la jouant solo avec plus ou moins de bonheur depuis, crée Manassas, en 1972, avec Chris Hillman (Byrds) lui même dans une impasse avec le Flying Burrito Brothers et qui en profite pour débarquer Al Perkins ainsi que ceux qui étaient alors ses musiciens de studio occasionnels, à savoir Dallas Taylor, Calvin Fuzzy Samuels ,Joe Lala et Paul Harris.

Malgré son désir de réagir sur le plan artistique en se détachant d’un registre individuel exacerbant  son nombrilisme et guère payant au regard de son décevant deuxième LP (Stephen Stills 2/1971), l’expérience collective  tourne court (2 albums).

Manassas est le nom d’une ville du nord de la Virginie, théâtre des batailles de Bull Run, pendant la guerre de sécession (la photo de la pochette est prise à Manassas Junction, la gare de cette ville). Manassas (en écoute intégrale ici), double album de 21 titres, est un disque ambitieux, réussi, fondamental pour la carrière du texan et pour le rock, incontournable dans une discothèque qui se respecte. Il amène à regretter que le groupe Manassas n’ait été qu’un coup d’épée dans l’eau après tous les espoirs qu’il a sucités. En 1973, l’affaire était déjà pliée, Stephen Stills renouant alors avec ses confrères Crosby, Nash et Young pour la fabuleuse tournée des retrouvailles 1974.

Le disque est organisé en quatre sections, The Raven, The Wilderness, Consider et Rock & Roll, sans qui l’on puisse évoquer à son endroit d’un album-concept puisqu’aucune histoire ne lie ces différents tiroirs. Manassas s’articule autour de la musique américaine dans la variété de ses genres musicaux, revisitant tour à tour la musique rock, latine, country, bluegrass, folk et blues.

Le résultat est impressionnant avec des chansons telles que Song Of Love sur laquelle la voix brillante de Stills donne le ton portée par des guitares d’une belle sensualité. Colorado, plus rock bénéficie de chœurs célestes. A relever aussi  le fonceur Right Now, le fantastique What To Do,T he Love Gangster dont la basse est tenue par Bill Wyman, grand fan du groupe. J’ai un faible également pour un très agréable Rock And Roll Crazies, mélange de rock, de notes cubaines, de bluegrass ainsi que le titre de clôture Blues Man, au cours duquel Stephen Stills confirme, quatre minutes durant et seul avec sa gratte, qu’il est un très grand guitariste, un songwriter émérite et interprète avisé.

L’expérience Manassas aura été une des plus convaincantes que le rock ait connues. Stephen Stills est alors au faîte de son talent et s’avère un meneur de groupe prodigieux, aidé en cela par un autre grand monsieur, Chris Hillman.

L’album, trop méconnu à mon sens, est son sixième de suite placé dans les meilleures ventes, il se classera à la quatrième place du Bilboard. La critique a encensé cet album. On tient certainement là le meilleur album se Stephen. Pour l’anecdote, certains membres de Manassas (Stills, Passarelli et Lala) ont contribué à l’album de Véronique Sanson Le Maudit (1974), alors son épouse. Mais de cela, on s’en fout royalement. L’essentiel est ailleurs. Dans cet album que je vous recommande entre tous (RAZOR©).

 

The Raven.

1. Song of Love.

2. Medley (Rock & Roll Crazies/Cuban Bluegrass).

3. Jet Set (Sigh).

4. Anyway.

5. Both of Us (Bound to Lose).

 

The Wilderness.

6. Fallen Eagle.

7. Jesus Gave Love Away for Free.

8. Colorado.

9. So Begins the Task.

10. Hide It So Deep.

11. Don't Look at My Shadow.

 

Consider.

12. It Doesn't Matter.

13. Johnny's Garden.

14. Bound to Fall.

15. How Far.

16. Move Around.

17. The Love Gangster.

 

Rock & Roll is Here to Stay.

18. What to Do.

19. Right Now.

20. The Treasure (Take One).

21. Blues Man.

 

Stephen Stills:chant,guitare,bottleneck guitare,piano,orgue,piano électrique,clavinet.

Chris Hillman:chant,guitare,mandoline.

Al Perkins:pedal steel guitare,guitare, hant.

Calvin "Fuzzy" Samuel:basse.

Paul Harris:orgue,piano,clavinet.

Dallas Taylor:batterie.

Joe Lala:percussions,chant.

Sydney George:harmonica.

Jerry Aiello:piano,orgue,clavinet.

Bill Wyman:basse.

Roger Bush:guitare acoustique.

Byron Berline:violon.

LP Studio 2 - 1973

 

Manassas 2

 

MANASSAS & STEPHEN STILLS

DOWN THE ROAD – 1973 4,5/5

 

Publié le 23 avril 1973.

Produit par Stephen Stills, Chris Hillman et Dallas Taylor.

Durée:30:50.

Label:Atlantic Records.

 

Un p’tit dernier pour la route.

 

Down The Road de 1973 (en écoute intégrale ici), marque la cessation d’activité de ce que l’on considère aujourd’hui et avec le recul comme ayant été l’un des plus grands groupes de rock des années 70, voire de tous les temps : Manassas, œuvre de Stills.

Ce deuxième album suit  leur monstrueux éponyme de 1972, reconnu comme étant un incontournable des discothèques ou cédéthèques rock. Il leur était difficile de faire mieux, d’où l’impression que la musique est fade, qu’il est médiocre et en retrait par rapport à son devancier.

Impression seulement, car Down The Road reste très bon, même s’il se situe en dessous de son prédécesseur qui a placé la barre très haut. On s’en satisfera d’autant que Manassas va disparaître dans la foulée et que c’est une vraie perte pour la musique.

Riche mélange de rock tranchant et dur avec Isn’t It About Time, rock aussi avec Down The Road, Lies (Chris Hillman) et Do You Remember The Americans (Stills), Rollin’ My Stone, additionné de rythmes latino comme Pensiamento, Guaguanco de Vero, Down The Road est bien mieux que ce que l’on veut en dire.

Alors, le mieux à faire, c’est de prendre un peu de recul dans son jugement et de commencer par s’en mettre plein les esgourdes. Ca ne fera pas de mal ! Parce qu’un groupe de cette trempe, avec Dallas Taylor (batterie), Chris Hillman (guitare), Joe Lala (percussions), Al Perkins (pedal steel), Samuels Fuzzy (basse), emmené par un Stephen Stills qui a encore des choses à dire, même si son travail d’écriture est réduit considérablement par rapport à l’album précédent, c’est la dernière fois qu’on voit ça. C’est cela le plus dommageable dans l’histoire (RAZOR©).

 

1. Isn't It About Time.

2. Lies.

3. Pensamiento.

4. So Many Times.

5. Business on the Street.

6. Do You Remember The Americans.

7. Down The Road.

8. City Junkies.

9. Guaguancó de Veró.

10. Rollin' My Stone.

 

Stephen Stills:guitare,piano,basse,chant.

Dallas Taylor:batterie.

Chris Hillman:guitare,basse,mandoline,chant.

Joe Lala:percussions,chant.

Al Perkins:guitare,pedal steel guitare,banjo.

Calvin "Fuzzy" Samuel:basse,chant.

Paul Harris:piano.

Joe Walsh:slide guitare.

Bobby Whitlock:claviers.

Sydney George:flûte

Jerry Aiello:orgue.

Charlie Grimes:guitare.

Guille Garcia:percussions.

Lachy Espino:percussions.

Pat Arnold:choeurs.

LP Compil Sessions de studio - 2009

 

Manassaspieces

 

MANASSAS

PIECES – 2009  4/5

 

Enregistré en 1973.

Publié en 2009.

Produit par Howard Albert,Ron Albert et Stephen Stills.

Durée:43:00.

Label:Rhino Records.

 

Belle rétrospective.

 

Groupe mésestimé s’il en est et n’ayant jamais connu les joies du retour sur investissement, Manassas n’a fait que passer dans le rock des années 70, ne parvenant à rallier à ses basques qu’une maigre cohorte de fidèles fans.

Les décennies suivantes n’ont rien changé à la donne : Manassas, le Manassas des légendaires Stephen Stills, pour lequel l’engagement fut surtout une remise en question musicale et Chris Hillman, ça dit bien quelque chose à certains, mais sans plus. Et pourtant, la carrière de ce groupe ricain qui aura duré un an et demi et accouché de deux albums explosifs, est une des plus belles pages du rock de c’temps d’alors.

Ceux qui s’en souviennent, peuvent attester de l’énergie que dégageait alors cette formation dont on eut aimé qu’elle pousse l’expérience plus loin, voire que les têtes pensantes Stills et Hillman ne se concentrent uniquement, à ce stade de leur parcours professionnel, qu’à ce projet tonique et inspiré.

D’autant plus qu’avec, sur le porte-bagage, Joe Lala (percus), la section rythmique de Crosby Stills Nash & Young (Dallas Taylor et Calvin « Fuzzy » Samuels), Paul Harris et Al Perkins, le projet avait de la gueule et aurait pu devenir une grande référence de la musique amerloque. Peut-être même la meilleure. Mais avec des si…

Depuis une quarantaine d’années, on se satisfait de l’éponyme et de Down The Road. Mince consolation. Jusqu’à ce qu’en 2009 nous tombe du ciel, grâce à Rhino, le fameux Pieces, qui réunit quelques inédits de sessions, deux versions alternatives de titres de l’époque qui suffisent amplement à notre plaisir et à raviver la mémoire d’un groupe créatif et vitaminé sérieusement négligé.

L’offre axée sur une quinzaine de pièces, est excellente, de belle qualité sonore. On y souscrit plus que jamais et goûlument, c’est dans la logique des choses après la maigrichonne discographie que le groupe de Floride nous a laissés. Manassas n’était pas un coup du hasard, qu’on se le cale une fois pour toutes au fonds de la cabessa. La preuve se situe encore dans cette belle rétrospective enregistrée en 1973 (RAZOR©).

 

1. Witching Hour.

2. Sugar Babe.

3. Lies.

4. My Love Is A Gentle Thing.

5. Like a Fox.

6. Word Game.

7. Tan Sola Y Triste.

8. Fit To Be Tied.

9. Love and Satisfy.

10. High And Dry.

11. Panhandle Rag.

12. Uncle Pen.

13. Do You Remember the Americans.

14. Dim Lights, Thick Smoke (And Loud, Loud Music).

15. I Am My Brother.

 

Stephen Stills:chant,guitares,basse,piano,claviers,slide guitare.

Chris Hillman:basse,guitares,mandoline,chant.

Dallas Taylor:batterie.

Al Perkins:steel guitare,banjo,guitares.

Paul Harris:orgue,piano,claviers.

Calvin 'Fuzzy' Samuels:basse.

Joe Lala:percussions,congas,timbales,chant.

Jerry Aiello:orgue.

Lachy Espinol:percussions.

Guille Garcia:percussions.

Sydney George:flute.

Charlie Grimes:guitares.

Bobby Whitlock:claviers,chant.

Joe Walsh:guitare,slide guitare.

Bonnie Raitt:choeurs.

DVD Live 1972 - 2003

 

Stills muzikladen 72 2

 

STEPHEN STILLS & MANASSAS

MUSIK LADEN LIVE 1972 – 2003  4,5/5

 

Publié en 2003 (Format DVD).

Produit par Edward Secard,Gary Katz.

Durée:35:28.

Label:Pioneer Artists.

Genre:rock,country-rock.

 

Rares images…

 

Dans le sillage d’un premier album éponyme publié en mai 1972 et particulièrement bien accueilli, autant par la presse que par les fans de Stephen Stills, Manassas, sa formation la moins connue, mais certainement la meilleure qu’il ait eu avec Crosby Stills & Nash, capitalise sur sa bonne étoile en prenant part à quelques concerts américains, mais aussi, en faisant quelques TV, à l’instar de ce Musikladen Live  réalisé la même année, pour une émission télévisée, dans les studios radiophoniques d’une station est-allemande de Brême. Rares sont les occasions de voir évoluer Manassas : en voilà une !

Quel bonheur que de retrouver sur ces images un père Stills au sommet de sa gloire, entouré d’une crème de zikos pas piqués des hannetons. L’exploit est peu mince de réunir, sous la même tunique, le fidèle en amitié et grand professionnel devant l’Eternel qu’est Chris Hillman, alors ex-Byrds (65/68) et ancien du Flying Burritos (68/70), le claviériste de sessions Paul Harris, toujours dans les bons coups dans les années 60/70, le steel guitariste virtuose texan Al Perkins, le bassiste Calvin Fuzzy Samuel préalablement impliqué dans les projets sous CSN, le percussionniste Joe Lala (Blues Image) et le batteur Dallas Taylor, autre familier de la période Crosby Stills et Nash.

A ces musiciens chevronnés, il faut associer les interventions ponctuelles de Byron Berline (violon) et Bill Wyman (basse), ce dernier ayant toujours clamé haut et fort qu’il aurait quitté les Stones pour pouvoir pousser plus loin l’expérience avec le groupe de Stills.

Vu comme une des plus grandes formations des seventies par les initiés, Manassas mérite une réhabilitation dans les règles. Le mieux pour se convaincre du statut de Terrific Band tel que le définissait alors son leader, est de se poser sur ce live de studio d’une quarantaine de minutes ainsi que sur les deux albums qui collent à son existence.

En incorporant à son rock, des influences country, folk, blues, bluegrass et latino, Manassas pouvait tout jouer ; sa fusion des genres est terriblement efficace et très distinctive de la production vinylique du moment. Il est simplement à déplorer que cette aventure ô combien prometteuse n’ait pas été prolongée bien au-delà des deux années qui marquent son existence dans le concert rock californien.

Stephen Stills y tient le rôle central, fort d’une stature alors à son faîte. C’est le Stills comme on l’aime, celui qui a influencé le rock californien, appuyé en cela par un lot de lieutenants qui s’engagent sans compter, sans retenue, en toute confiance. Le rendu est plus que convaincant ; vous avez 40 minutes pour juger que la réputation de Manassas était loin d’être surfaite. Fans de west-coast, à vos lecteurs, la performance est grande, propre, inspirée et (en ce qui concerne les images) unique ! (RAZOR©)

 

1. Bound To Fall.

2. It Doesn't Matter.

3. Hide It So Deep.

4. Song Of Love.

5. Rock n' Roll Crazies.

6. Cuban Bluegrass.

7. Jet Set.

8. Jam #1.

9. The Treasure.

 

Stephen Stills:guitares,chant,banjo.

Chris Hillman:guitares,chant,mandoline.

Al Perkins:guitares,chant,pedal steel guitare.

Paul Harris:claviers.

Joe Lala:percussions,chant.

Calvin Fuzzy Samuel:basse.

Dallas Taylor:batterie.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.