Souther Hillman Furay Band.

BIOGRAPHIE.

 

SOUTHER,HILLMAN,FURAY BAND/Los Angeles (Californie)

 

Southerhillmanfuray

 

Années actives entre 1973 et 1975.

Label:Asylum Records.

Genre:country-rock,soft rock.

 

Une lubie de Geffen...

Groupe formé en 1973, de John Souther, auteur-compositeur gravitant dans le giron d'Eagles pour lequel il a signé ou cosigné quelques belles pièces à succès comme Best Of My Love, Heartache Tonight ou New Kid In Town, de Chris Hillman, ancien des maisons Byrds, Flying Burrito Brothers, Manassas, ainsi que de Richie Furay, membre créateur du prestigieux Buffalo Springfield et de Poco, le Souther,Hillman, Furay Band est le fruit d'une idée tenace de David Geffen de refaire le coup de Crosby Stills & Nash. Autrement dit, de monter un trio hors normes avec trois des artistes les plus solides du moment et de la place californienne.

Le projet a du sens, suscite des promesses à faire hurler à la mort le loup de Tex Avery, d'autant en guise de backing band, le line-up a des allures de groupe star: Paul Harris, sollicité dans tous les bons coups, sur toutes les sessions d'enregistrement de Pierre Paul Jacques et notamment partie prenante dans le légendaire Manassas de Stills;Jim Clarke, batteur, passé par les Byrds et les Flying Burrito, Joe Lala, ex-Manassas et appelé à la moindre occasion pour apporter ses percussions toniques et Al Perkins, pedal steel guitariste, que l'on ne fera pas l'affront de présenter car comptant parmi les pointures à son poste. Il était aussi du projet Manassas. Que voulez-vous, la consanguinité était de mise. Un coup, chez toi, un coup chez moi. Je viens pour ton disque, tu viendras sur mon projet...

...une grosse déception surtout.

Ce groupe enregistra 2 albums studio et se sépara peu après n'ayant pas obtenu le succès escompté par Geffen. Les 3 accolytes étaient trop individualistes et depuis trop longtemps seul sur scène pour que la fusion ait lieu. À noter la forte présence d'ex-Manassas, feu groupe de Stephen Stills. Richie Furay fonda alors le Richie Furay Band, Chris Hillman entama une véritable carrière solo puis fonda Desert Rose. Quant à John David Souther, il retourna écrire des chansons pour les autres avec des apparitions sur les albums solo de ses collègues d'Eagles.

DISCOGRAPHIE DES 70'S.

LP Studio 1 - 1974

 

Souther hillman furay

 

THE SOUTHER-HILLMAN-FURAY BAND

SOUTHER-HILLMAN-FURAY BAND – 1974  3,5/5

 

Publié en 1974.

Produit par Richard Podolor.

Durée:38:41.

Label:Asylum Records.

 

Avec des si...

 

On ne peut pas faire référence à ce groupe sans évoquer David Geffen, alors incontournable initiateur d’Asylum Records (1971), obnubilé par un projet de super groupe et sans lequel ce trio n’aurait vraisemblablement pas pris forme.

Geffen, déjà derrière les engagements sous le label Atlantic Records, de Crosby Stills & Nash, puis de Jackson Browne, Joni Mitchell, Bob Dylan, Tom Waits, avait dans l’idée de refaire le coup de CS&N, une grosse réussite artistique et commerciale.

Il est vrai que John David Souther, Chris Hillman et Richie Furay réunis, ça a drôlement de la gueule. Le premier nommé est un excellent et sensible auteur-compositeur ayant œuvré notamment pour les Eagles dont il est à la base de certains tubes.

Hillman, faut-il encore le présenter ? Byrds, Flying Burrito Brothers, Manassas… que du lourd ! Richie Furay n’est pas en reste et affiche une présence influente dans Buffalo Springfield et Poco. Geffen met son projet, devenu véritable obsession, à exécution en 1973.

Le trio est alors complété, en backing band, par trois ex-Manassas : Paul Harris aux claviers, Al Perkins (guitare, pedal steel et dobro) et Joe Lala (aux percussions). L’arrivée du schizo Jim Gordon (batteur de Derek & The Dominos et assassin de sa mère) fixe cette formation à 7 unités.

Réunir des stars, c’est une chose. Chacun peut apporter à la collectivité son lot de titres, et ceux-ci sont généralement bons, chaque titre peut être agréablement exécuté, chacun membre peut réciter sa partition à la perfection, cependant, si le liant entre les différentes composantes fait défaut, l’effet obtenu n’est pas à la hauteur des espoirs légitimement entretenus. C’est le cas. C’est ce qui ne se retrouve pas dans ce montage huppé, le ciment, l’osmose, la cohésion.

Et c’est ce qui traduit ce premier album du Souther Hillman Furay Band. Geffen avait de l’ambition pour cette formation créée de toutes pièces et n’imaginait pas la déception qui allait naître de ce disque.

Les dix titres proposés sont corrects, mais... The Heartbreaker et Border Town de Souther, Fallin’ In Love (Furay), Believe Me (encore Furay), Safe At Home de Chris Hillman sont agréables, mais ne font pas profiter l’album de leur qualité.

Ce disque éponyme de 1974 est d’un intérêt moindre pour les vrais fans de ces artistes, même fait par de très grands professionnels. Pour ces raisons de sauce qui ne prend pas vraiment. Mais il ne fait pas de mal à écouter, non plus. Pour le situer, on pourrait dire qu’il appartient au ventre mou de ce que ces musiciens ont réalisé. Ni bon, ni mauvais. Du 3,5/5 en quelque sorte.

A noter que Heavenly Fire (signé de Len Fagan et Chris Hillman) est un hommage à Gram Parsons qui venait de décéder en septembre 1973. Le rock n’oublie jamais les siens (RAZOR©).

 

1. Fallin' in Love.

2. Heavenly Fire.

3. The Heartbreaker.

4. Believe Me.

5. Border Town.

6. Safe at Home.

7. Pretty Goodbyes.

8. Rise and Fall.

9. The Flight of the Dove.

10. Deep, Dark and Dreamless.

 

J.D. Souther:guitare,chant.

Chris Hillman:chant,guitare,basse,mandoline.

Richie Furay:chant,guitare.

Jim Gordon:batterie,percussions.

Paul Harris:claviers.

Joe Lala:percussions.

Al Perkins:pedal steel guitare,dobro,basse,guitare.

LP Studio 2 - 1975

 

Southerhillmanfuraybandtrouble inparadise

 

SOUTHER HILLMAN FURAY

TROUBLE IN PARADISE - 1975  3/5

 

Publié en 1975.

Produit par Tom Dowd.

Durée:33:27.

Label:Asylum Records.

 

Dans l'anonymat des 70's.

 

Le projet de Geffen de faire du Souther Hillman Furay Band, un Crosby Stills & Nash bis, a vécu. C’est un flop. Le premier album éponyme du trio SHF, enrichi de membres de Manassas et de Jim Gordon (ici remplacé par Ron Grinel), a suscité beaucoup d’espoirs, mais les promesses de la potentialité supposée de cette réunion étoilée, n’ont pas été à la hauteur de ce que l’on était en droit d’attendre.

Tom Dowd, tout droit débarqué d’Atlantic Records, produit ce qui est le deuxième et dernier album de cette formation que l’on nous a fait miroiter à grands renforts d’annonce, mais qui s’avère finalement une formation installée dans l’anonymat de ce que le rock proposait alors  : Trouble In Paradise (en écoute intégrale ici) ne casse donc pas trois pattes à un canard.

Comme son prédécesseur, on lui accordera une attention, eu égard au pédigrée de nos protagonistes. N’est pas Furay, Hillman ou Souther (connu pour sa collaboration avec Eagles et Linda Ronstadt), qui veut !

Convenable disque de country-rock, il peut drainer dans son sillage les aficionados de pointures comme les Flying Burrito d’Eagles ou de Poco, toutes proportions gardées cependant. Mais qu’ils sachent qu’on est en dessous de ces formations autrement plus convaincantes.

A propos de Poco, Richie Furay, son ex-chanteur et nouveau converti au Christianisme, apporte au projet Trouble In Paradise, deux contributions, For Someone I Love et On The Line, tandis que Souther se taille la part du lion en écrivant quatre titres sur neuf (Trouble In Paradise, Mexico, Prisoner In Disguise et Somebody Must Be Wrong), Hillman trois (Move Me Real Slow, Love And Satisfy et Follow Me Through). Les apports de Furay et Souther sont les plus convaincants.

Décontracté, facile à encaisser, ce disque consiste en un classique country-rock sorti, et resté, dans l’anonymat de la production du milieu des années 70, sur la côte Ouest des Etats-Unis. SHF se sépare aussitôt cet album. Au regard des attentes et de la trace qu’il a laissé, on comprend mieux pourquoi (RAZOR©). 

 

1. Trouble In Paradise.

2. Move Me Real Me.

3. For Someone I Love.

4. Mexico.

5. Love And Satisfy.

6. On The Line.

7. Prisoner In Disguise.

8. Follow Me Through.

9. Somebody Must Be Wrong. 

 

JD Souther:chant,guitare,batterie.

Chris Hillman:chant,basse,mandoline.

Richie Furay:chant,guitare.

Paul Harris:claviers,flûte.

Al Perkins:guitare,pedal steel,dobro.

Joe Lala:percussions.

Ron Grinel:batterie.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.