Fraser & DeBolt.

BIOGRAPHIE.

 

 

FRASER & DEBOLT/Ontario (Canada)

 

Fraserdebolt 2

 

Actif entre la fin des 60's et le milieu des 70's.

Labels:Columbia Records,Roaratorio.

Genre:folk,folk-rock,art folk,folk psychédélique.

Amoureux de la fugue.

Fraser & DeBolt, c'est l'histoire de musiciens qui, comme c'est de bonne guerre dans les années 60, décennie qui les voit débuter, rejettent la société qu'on leur propose alors.

Ces amoureux de la fugue, comme ils se définissent alors, se marginalisent un peu plus en s'isolant dans la paisible campagne ontarienne et en développant leur propre musique, refusant d'entrer dans les canons habituels du business.

Objectif avoué : rendre les gens heureux au travers de leurs chansons, sans se renier ni se compromettre, sans jouer la carte commerciale ou capitaliser sur une éventuelle notoriété.

Pour Allan Fraser, un des éléments du binôme, l'autre étant Daisy DeBolt, leur musique, sobre et populaire, est personnelle et si difficile à catégoriser qu'elle ne trouve pas de place sur les radios FM.

Fraserdebolt1Amoureux de la fugue.

Fraserdebolt daisy 1Daisy DeBolt, une voix si pure.

Fraserdebolt lp71Un album plébiscité par la critique.

Du folk au feeling.

Les DJ ne savent donc pas trop quoi en faire, alors, pour faire court, ils ne la passent pas. C'est aussi simple que cela.

C'est le revers de la médaille, la rançon de ce choix d'existence et de vie professionnelle.

Et c'est ce qui fait qu'aujourd'hui encore, quand on évoque ce duo canadien, la plupart des gens n'en ont jamais entendu parler et tombent des nues à l'évocation de ce nom, et ce, malgré la qualité de leur catalogue, maigre soit-dit-en-passant.

Par contre, les presses musicales ne tarissent pas d'éloges à l'endroit de ce couple canadien d'auteurs-compositeurs-interprètes qui ont su créer un son unique, une atmosphère spirituelle particulière et pratiquent un folk au feeling, loin des productions enjolivées et destinées à faire du fric.

Partenariat autant musical que sentimental.

Allan Hugh Fraser, né au Nouveau-Brunswick (St. Stephen), le 21 juillet 1948, est un musicien folk et songwriter dont de multiples artistes, comme le new-yorkais John Oates, l'anglo-américaine Cassell Webb, Tom Russell (Americana), l'icône du folk canadien Penny Lang, Cal Hand (avec Leo Kottke) ou The Duhks, groupe de Manitoba, ont repris ses chansons à leur compte.

Native de Winnipeg, Daisy DeBolt, Donna Marie pour l'état civil, est plus âgée de 3 ans (née le 19 juillet 1945).

Fille de Marjorie DeBolt, musicienne et professeur de musique de Winnipeg, elle étudie, alors qu'elle est lycéenne, la guitare avec Lenny Breau, illustre guitariste canadien. 

Daisy débarque en Ontario en 1965 pour se lancer sur le circuit folk. 

Cette poétesse accomplie, outre la guitare, pratique également la mandoline, l'accordéon et compose ses propres chansons, souvent autobiographiques.

Durant cet apprentissage, elle ouvre pour le musicien de blues et de jazz louisianais Lonnie Johnson et le musicien homme-orchestre géorgien Jesse Fuller, avant de se joindre au Allen Ward Trio, un groupe affilié à la communauté hippie influente de Yorkville/Rochdale (Toronto) et proche des autochtones Joni Mitchell et Neil Young, alors au début de leur carrière respective.

Elle a accompli une jolie carrière qui couvre quatre décennies, effectuée essentiellement dans le jazz, la country, le blues et, surtout, le folk.

Son parcours lui a valu d'être considérée par la presse de son pays comme une artiste majeure du patrimoine canadien.

La Montréal Gazette retient d'elle qu'elle fut la chanteuse la plus étonnante et la plus dynamique de toute la galaxie.

Ceux qui connaissent le duo n'ont jamais oublié cette voix si pure qui, malheureusement, s'est définitivement tue le 4 octobre 2011. Fauchée par le crabe, elle avait 66 ans.

Allan Fraser et Daisy DeBolt, tous deux très actifs sur le circuit des cafés et clubs canadiens, se sont rencontrés à l'occasion du Festival Folklorique de Mariposa en 1968 et ont engagé un partenariat tant musical qu'amoureux.

Une discographie folk psych inventive.

Leur collaboration sous Fraser & DeBolt est officiellement actée en 1969 et s'est concrétisée par l'enregistrement de deux LP. Le duo arpente alors le circuit des clubs et endroits folkloriques canadiens et nord-américains, avant de se produire, de façon plus marquée, aux États-Unis (1970) où il ouvre notamment pour Tom Paxton au Fillmore East.

Signé par Columbia Records, le couple sort, en 1971, un premier album, éponyme, produit par Craig Allen et réalisé avec le violoniste Ian Guenther qui se révèle être un petit bijou d'art folk, brut de décoffrage, inventif, frais, alimenté par des chansons pleines de poésie et de pureté, écrites indépendamment par l'une et par l'autre des auteurs, interprétées dans une osmose totale et auxquelles le violon sinueux de Guenther donne une dimension supplémentaire.

Fraserdebolt daisy portrait

" Rien dans notre musique n'a été commercial. Nous voulions juste travailler avec des personnes impliquées dans les domaines artistique et spirituel. Notre seul objectif était de rendre les gens heureux à travers notre musique. " (Daisy DeBolt)

Fraser & Debolt With Pleasure, deuxième levée de leur catalogue produite par Brian Blain, est publié en 1973. Comme son prédécesseur, il n'a pas de succès dans les bacs, mais n'en emporte pas moins l'adhésion totale des critiques et des fans.

Les deux albums sont devenus d'incontournables classiques dans le cénacle folk psychédélique. Tant l'un que l'autre surprennent par leur son si caractéristique, non poli, un peu brouillon, comme si c'était fait à l'emporte-pièce, alors que chacune des notes, souvent décalées, est soigneusement pesée et bien à sa place. Ajoutez à cette atmosphère, des timings vocaux zarbis qui viennent rajouter à l'étrangeté d'œuvres dominées par l'inventivité.

Une musique personnelle et honnête.

Le binôme s'est séparé quelques années plus tard (milieu des 70's), chacun continuant de son côté en solo et dans la radio et le théâtre pour Daisy, qui, en 1979, signe avec Donna Louthood et Joe Mendelson, un LP en public, Live At The Nervous Breakdown : True Love Is Hard To Find .

La discographie de Fraser & Debolt, depuis, s'est enrichie d'un double LP, This Song Was Borne (2016/Roaratorio), qui consiste en une collection de démos inédites, de chutes de studio, de sessions radio, d'enregistrements en public exhumées des archives du duo.

Cette sortie éclaire un peu plus sur ce couple magnifique qui jouait la musique telle qu'il la ressentait, honnête, personnelle. Parfois, elle peut être surprenante et difficile à cerner, mais elle n'en coule pas moins comme une eau de source pure et limpide (RAZOR©2021).

DISCOGRAPHIE 70'S.

LP Studio 1 - 1971

 

Fraserdebolt lp71

 

FRASER & DEBOLT

With Ian Guenther – 1971  4,5/5

 

Publié en janvier 1971.

Produit par Craig Allen.

Durée:41:49.

Label:CBS.

Genre:folk psychédélique.

 

Un soufflé qui ne retombe jamais.

 

Je ne vais pas y aller par quatre chemins : ce disque éponyme des canadiens Fraser et Debolt, est un des meilleurs trucs que j'ai pu entendre l'année de sa sortie, à savoir en 1971.

C'est une petite bombe que j'ai grand plaisir à dépoussiérer, à remettre sous les projos pour la première fois depuis des décennies et que l'on doit à un couple de songwriters/guitaristes, Allan Fraser et Daisy Debolt, cette dernière nous ayant quittés en octobre 2011, fauchée par le crabe.

C'est d'ailleurs cette nouvelle attristante qui m'a fait repenser à ce duo folk influent et glorifié par les siens auquel j'ai voué, de son temps, une admiration appuyée, allant jusqu'à user jusqu'à la corde le vinyle échouant entre mes mains par les grâces de l'importation, puis de la circulation sous le manteau dans la cour du bahut.

Officiellement formé en 1969, ce tandem décalé, parti d'un coup de foudre sentimental réciproque pour aboutir dans un partenariat artistique remarqué mais, hélas, des seuls initiés, reste une énigme.

Une belle énigme cependant évoluant dans les sphères de l'Incredible String Band, pour mieux les situer.

Fraser & Debolt publie deux albums que la critique accueille très favorablement, mais que le marché boude. L'un ne s'accommode pas de l'autre, on le sait bien.

L'éponyme de 1971 est le premier en date, l'autre étant Fraser & DeBolt With Pleasure (1973) et certainement le premier LP de folk (art-folk) de la musique canadienne.

Fait pour Columbia Records, ce disque atypique qui fleure bon la liberté, impulsif, porté par un duo vocal d'abord naïf mais incontestablement gagnant bénéficie de la présence de Ian Guenther, violoniste distillateur d'émotions et de grâce.

A trois, les acteurs offrent une prestation pleine de fraîcheur, de pureté, d'inventivité et d'émoi que le temps n'a pas altérée depuis.

Habillé de belles mélodies, doté de textes poétiques tramés autour de mots simples mais qui veulent dire quelque chose (c'est rare), intelligent, créatif, sans prétention et parfois cru, discret, ce disque, et bien on a l'impression d'y découvrir, à chaque écoute, quelque chose de nouveau.

Ici ça se joue avec deux guitares acoustiques, des voix et un violon et c'est terriblement beau dès que le paresseux All This Paradise, qui prend tout son temps, égrène ses premières notes.

Le soufflé ne retombe jamais durant l'écoute, ponctuée par une excellente et puissante reprise du Don't Let Me Down des Beatles, seul des 12 titres qui ne soit pas de leur fait.

Gypsy Solitaire, Warmth, Stoney Day, Waltz Of The Tennis Players, Armstrong Tourest Rest Home, la fabuleuse ballade Them Dance Hall Girls, Pure Spring Water, ça ne laisse personne insensible.

Ce lot très intéressant fait de ce disque une des plus belles découvertes qu'il m'ait été de faire au début des seventies. Dont acte (RAZOR©).

 

1. All This Paradise.

2. Gypsy Solitaire.

3. Them Dance Hall Girls.

4. David's Tune.

5. Waltz of the Tennis Players.

6. Armstrong Tourest Rest Home.

7. Fraser and Debolt Theme.

8. Old Man on the Corner.

9. Warmth.

10. Stoney Day.

11. Pure Spring Water.

12. Don't Let Me Down.

 

Allan Fraser,Daisy DeBolt:guitares acoustiques,chant.

Ian Guenther:violon.

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires