Graham Central Station.

BIOGRAPHIE.

 

 

GRAHAM CENTRAL STATION/Oakland (Californie – USA)

 

Graham central station intro

 

Actif entre 1973 et 1979,1997/1998,2012.

Labels:Warner Bros,WEA,Star Maker,Rhino,P-Vine.

Genre:soul,soul progressive,funk,R&B,soul-jazz.

 

La filière Sly Stone.

Willie Sparks a été le batteur d'un des groupes emblématiques de funk des 70's, Graham Station Station, initié par Larry Graham ; il a également tenu les baguettes pour le compte de Sly and The Family Stone, à l'occasion de nombreuses de ses sessions et travaillé avec Elton John.

La drogue dont il était un usager régulier, la cocaïne notamment, l'a progressivement éloigné des studios et écorné son statut de batteur très prisé du rock, pour le propulser dans les affres de la vie dans la rue.

Depuis 1994, l'homme a basculé dans la précarité et, contrainte avant de devenir acceptée, sa marginalité est devenue un mode d'existence dont il n'a jamais vraiment cherché alors à se détacher.

Avec une grosse poignée de sans-abris endurcis, très difficiles à déloger, Willie Parks a squatté pendant de très nombreuses années le terminal de la station de transit Transbay de la gare de San Francisco.

Malgré les travaux de démolition des lieux, ces exclus, Sparks en tête, ont régulièrement écarté toute opportunité de relogement et se sont accrochés autant que faire se peut, au fil de la vie, recroquevillés dans leurs souffrances et fortifiés par ces conditions extrêmes.

Graham central station 75Graham Central Station en 1975.

Graham central station larry grahamLarry Graham, le hendrix de la basse...Graham...et initiateur du groupe.Graham central station first lpL'éponyme premier album de janvier 1974.

Graham central station released yourself 1974Released Yourself (74), plus raffiné.Graham central station raise up 1972Raise Up, sorti en 2012.

Larry Graham, l'Hendrix de la basse.

Le hasard veut que le squat où Sparks, mort le 24 mai 2020, a passé les heures les plus lourdes de son existence, illustre la pochette du premier album de Graham Central Station (1974), dont il est, avec Larry Graham, un des acteurs.

Celui-ci a lui aussi fait ses armes auprès de Sly & The Family Stone, dont on ne dira jamais assez l'influence que le son qu'il a créé a eu et a encore sur des générations entières de musiciens. Elle n'a jamais faibli depuis et se retrouve encore aujourd'hui dans les travaux d'artistes contemporains.

Le texan de Beaumont Larry Graham a tenu la basse du collectif emmené par Sly entre 1967 et 1972 et a été des 6 albums du groupe sur la période : A Whole New Thing (1967), Dance To The Music (1968), Life (1968), Stand ! (1969), There's A Riot Goin' On (1971) et Fresh (1973).

Ceux qui ont eu le bonheur de suivre Graham dans son parcours ont découvert à cette occasion un bassiste hors pair, un virtuose groovy au jeu endiablé unique dont la technique novatrice du Thumping & Plucking, voisine du slap, l'a élevé au rang de légende de la scène soul-funk mondiale.

Graham est un des premiers à utiliser des effets sur la basse, en combinant une pédale fuzz à un phaser (effet de filtre) pour doter le son d'une coloration singulière.

Archétype du funk moderne.

Ce dispositif allié à une technique consistant à frapper puissamment les cordes graves avec son pouce et à pincer les aiguës avec les autres, ainsi que les effets psychédéliques surprenants qui en émanent, lui valent d'être considéré comme le Jimi Hendrix de la basse.

Cette manière de pratiquer lui est venue de l'époque où il jouait avec sa mère ; quand le batteur du groupe était défaillant, Larry compensait le groove puissant de la batterie par cette technique. Il en a fait son style, sa marque de fabrique.

Devenue l'archétype du funk moderne, la doctrine du texan a guidé les débuts de surdoués de la basse sur la planète comme Marcus Miller, Bootsy Collins ou Stanley Clarke.

Quand il quitte le légendaire groupe funk san franciscain à la fin de l'année 1972 au motif de tensions irréversibles avec son leader, le slappeur de Sly And The Family Stone initie dans la foulée le concept Graham Central Station qu'il veut dans une veine funk identique à la formation à laquelle il vient de tourner le dos.

Le projet dont le nom est une allusion au terminal new-yorkais, le Grand Central Station, se constitue sur les cendres de Hot Chocolate (rien à voir avec l'homologue disco britannique) que Larry produit et dont il intègre provisoirement le line-up. Cette entité est renommée Graham Central Station.

La formation d'origine s'appuie sur Larry Graham (basse), David Dynamite Vega (excellent guitariste décédé en 2007), le pianiste et organiste Robert Butch Sam (un ancien de la maison Billy Preston), le joueur de clavinet et trompettiste Hershall Happiness Kennedy, la chanteuse et percussionniste Patryce Chocolate Banks (Sly & The Family Stone) et le batteur évoqué en préambule Willie Wild Sparks.

Des débuts prometteurs.

Cet ensemble multiracial explosif se retrouve sur un premier album, l'éponyme Graham Central Station (janvier 1974) enregistré live en studio et réalisé chez Warner Bros.

Solide mais pas spécialement homogène, ce disque dominé par le travail de basse de Larry culmine au 20ème rang des albums du Billboard Top Soul et voit la contribution complémentaire de Freddie Stone (guitare), du saxophoniste ténor P. Caboose, du percussionnsite Milt Holland, de Lenny Williams (chœurs).

Hair, It Ain't No Fun To Me, Tell Me What It Is, People et le single Can You Handle It ? (N°9 du Billboard Soul Singles et N° 49 du Billboard 100) en sont les pièces les plus efficaces qui laissent entrevoir des lendemains prometteurs au collectif.

Meilleur artiste de l'année 74.

Ces débuts encourageants sont confirmés par l'opus suivant Release Yourself, plus raffiné et moins excentrique, sorti la même année 74 (septembre chez Warner) ; N°51 des albums pop Billboard (22 du top soul), il est porté par l'énergique Feel The Need, N°18 des classements R&B et 53ème des charts britanniques.

Ces bonnes performances ont pour conséquence de voir le groupe nominé aux Grammy Awards dans la catégorie Meilleur Artiste de l'Année.

Graham Central Station (les mêmes musiciens plus une section de cuivres) vogue tranquillement vers le succès qu'il conforte avec son son 3ème opus studio, Ain't No 'Bout-A-Doubt It (Warner/juillet1975), lequel en prenant place dans le top 5 des albums soul du Billboard (N°4), se pare d'or.

Your Love (N°1 des charts R&B et N°38 du Billboard 100), It's Alright (N°19 des singles soul et 92 du Billboard 100) et les 8 minutes 14 du déchaîné The Jam (respectivement N°15 et N°63 des mêmes classements) contribuent pour beaucoup au statut de ce disque qui prend position au 22ème rang du Billboard 200.

Ce dernier titre peut être considéré comme l'apogée artistique de Graham Central Station. Larry Graham, Hershall Kennedy, David Vega, Robert Sam, Patryce Banks et Manuel Kellough (alias The Deacon), remplaçant Willie Sparks à la batterie, sont les acteurs de ce qui est l'un des plus grands morceaux funk de tous les temps !

Une sortie en beauté.

Un line-up quasi à l'identique (Gaylord Flash Bird prend la place de Manuel Kellough) aborde Mirror, la quatrième levée discographique studio du groupe.

Sorti en mai 1976 (Warner) ne déroge pas à la bonne habitude prise de se classer. Il fait 7 au Top Soul Albums du Billboard et 46 au top 200 des ventes d'albums référencées par le support américain.

La conversion religieuse de Larry Graham aux Témoins de Jéhovah, s'il elle était perceptible sur l'opus précédent (Water et Luckiest People), est beaucoup plus marquée sur Mirror (qui reste encore très funky), à l'instar de I Got A Reason, de Love (top 20 R&B), de Save Me ou de Forever.

Graham central station larry graham 1

« Un jour, ma mère a décidé de se séparer de notre batteur et j'ai été obligé de faire à la fois la basse et la rythmique sur mon instrument. C'est comme cela que j'ai mis mon style au point. » (Larry Graham)

Ce basculement dans la spiritualité de son âme conduit le line-up d'origine de Graham Central Station, sous l'impulsion de David Vega et Patryce Banks, à se déliter.

Si le guitariste est encore de Now Do U Wanta Dance (avril 1977), la seconde nommée a quitté le groupe juste avant d'entrer en studio.

Autour de Larry pointe son noyau de fidèles (Kennedy, Birch,Sam) ainsi que de nouveaux venus comme la guitariste Gail Muldrow (dite Baby Face), la femme de Larry, Tina Graham. Une section de cuivres est également ajoutée.

Now Do U Wanta Dance (N° 13 du top soul LP) souffre de l'absence de Patryce Banks dont la brlllance vocale aurait pu donner une plus-value supplémentaire à ce cinquième pli studio et c'est perceptible dès l'entame d'un disque libéré des touches religieuses évoquées dans la production précédente.

Alors que le paysage musical est au disco (comme le laisse entendre la pochette de l'album), se confirme ce qui se pressentait depuis un moment : Graham Central Station tire sa révérence, non sans avoir signé deux derniers LP, My Radio Sure Sounds Good To Me (1978), solide mais dispensable, et Star Walk (1979) par lequel il s'offre une sortie en beauté.

Dans les bons papiers de Prince.

Larry Graham continue individuellement et avec la même réussite classant son premier single solo, One In A Million You, au sommet des charts R&B et à la 9ème place du Billboard 100.

Après un long silence, il reforme Graham Central Station en 1993 avec d'anciens membres de la famille Sly, mais ne renoue véritablement avec le succès et la popularité que quand il se rapproche de Prince ; ce dernier est un admirateur de la première heure de GCS dont il ne cache pas qu'il a eu une grosse influence sur sa musique.

Graham Central Station devient même son groupe de scène (1997) et Larry Graham son bassiste pour les 10 ans à suivre.

Trois albums studio viennent se greffer au catalogue entre 1997 et 2012 : By Popular Demand, sorti au Japon uniquement (1997), GCS 2000 que produit Prince (1998) et Raise Up (2012) ,sur lequel le texan se montre plus groovy que jamais et toujours aussi convaincant.

C'est digne des prestations auxquelles sa discographie sous Graham Central Station des 70's nous a habitués (RAZOR©2022).

MON CHOIX DISCOGRAPHIQUE.

LP Studio 2 - 1974 

 

Graham central station released yourself 1974

 

GRAHAM CENTRAL STATION

RELEASED YOURSELF – 1974  4/5

 

Publié en septembre 1974.

Produit par Larry Graham.

Durée:37:40.

Label:Warner Bros Records.

Genre:funk,soul.

 

Atmosphère festive.

 

L'entrée en matière discographique (1974/Graham Central Station) du groupe fondé par Larry Graham, un ancien de la maison Sly & The Family Stone, a suscité les promesses les plus vives.

Released Yourself (1974) prend la suite et, au mélange d'éléments R&B précédent, rajoute une dose équilibrée de gospel, de rock et de psychédélisme, complexifiant un peu plus l'accès à la musique développée par Larry Graham, son maître à penser.

Il n'en demeure pas moins que le second volume du Graham Central Station, une des meilleures formations funk du début des 70's, reste très accessible et permet à la soul/funk ici proposée d'assurer d'excellents moments à son auditoire, notamment Your Love, le single à succès qui consacre le groupe tant commercialement qu'artistiquement. Mais pas que...

Larry Graham, le regretté Willie Sparks, Patrice Banks, David Vega, Hershall Kennedy et Robert Sam forment l'ossature d'un combo nourri au Sly Stone et à sa famille funky.

Le groove institutionnalisé par Sylvester et sa tribu est de rigueur, tout comme les riffs cuivrés ; l'ambiance est à la fête et à l'optimisme. C'est efficace même si, trop éclectique et parfois confus, ça n'est pas toujours mémorable, raison vraisemblable pour laquelle Release Yourself n'a pas fait trop de vagues à sa publication (RAZOR©2022).

 

1. GCS.

2. Release Yourself.

3. Got To Go Through It To Get To It.

4. I Believe In You.

5. Tis Your Kind Of Music.

6. Hey Mr Writer.

7. Feel The Need.

8. Today.

 

Larry Graham:basse,guitare,synthétiseur ARP,tambourin,chant.

Hershall Kennedy:cors,clavinet,piano électrique,tambourin,chant.

Willie Sparks:batterie.

David Vega:guitare.

Robert Sam:orgue,piano,tambourin,chant.

Patryce Banks:chant.

Emilio Castillo,Greg Adams,Lenny Pickett,Mic Gillette,Stephen Kupka:section cuivres.

Lenny Williams:chant.

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires