Jo-Ann Kelly.

BIOGRAPHIE.

 

JO-ANN KELLY/Londres.

 

Jo ann kelly

 

 Née le 5 janvier 1944 à Streatham.

Décédée le 21 octobre 1990 en Angleterre.

Chanteuse,guitariste.

Années actives:1960-1970.

Genre:blues,folk,pop-rock.

Label:Epic,Hi Horse Records,Beat Goes On.

 

Le blues dans le sang.

Jo-Ann Kelly, chanteuse et guitariste, appartient à la scène britannique du blues. Native du sud de Londres, de Streatham notamment, elle voue très tôt une passion pour la petite note bleue, passion partagée avec son frère musicien plus âgé, Dave.

Joannkelly 1

Dans son sillage, la blueswoman certainement la plus populaire de Grande-Bretagne apprend la guitare et fait ses premiers pas dans le chant. Baignée par le british blues boom ambiant, la frêle adolescente Jo-Ann fréquente de plus en plus la scène du blues anglaise au point, à l’amorce des 60’s, d’y rencontrer Tony Mc Phee, futur chanteur et guitariste en chef des Groundhogs, un des secrets les mieux gardés du blues anglais. Le guitariste qui a refusé de remplacer Clapton dans les Bluesbreakers de Mayall fait la connaissance de jo-Ann dans chez un disquaire alors qu’elle est sur le point d’acheter un LP d’Howlin’ Wolf.

McPhee puis Bob Hall.

Poussé par l’envie de savoir qui se cache derrière ce petit bout de femme raisonnant blues, McPhee pousse la curiosité jusqu’à s’intéresser à elle d’un peu plus près et tombe sur le cul quand il découvre ce qu’elle est en mesure de réaliser avec sa voix profonde, pénétrante et vibrante d’intensité.

Les deux artistes unissent alors leur talent sous la forme d’un duo que l’on retrouve souvent du côté de Soho où ils animent les nuits anglaises en jouant et chantant du blues. La Queen Of The Blues, comme on la surnomme, s’associe aussi avec Bob Hall, autre Marmotte (Groundhog) et par ailleurs fondateur de Savoy Brown. Elle intègre alors les Tramp de Bob Hall, un des plus beaux pianistes de blues et de boogie de la place londonienne et y retrouve son frère et une flopée de musiciens qui se retrouveront dans le Fleetwood Mac (Bob Brunning, Mike Fleetwood et Danny Kirwan).

Puis elle poursuit sa route en solitaire, arpentant le circuit des clubs de folk et de blues britanniques. Sa popularité va croissante, même si la notoriété n’a jamais été sa tasse de thé, encore moins sa motivation première. D’où une carrière de trois décennies, interrompue par la mort suite à une longue maladie le 21 octobre 1990, réalisée dans la plus grande des discrétions.

Joannkelly dave kelly

"Quand, Jo-Ann et moi, avons rencontré Tony McPhee sur cette belle scène de Streatham, Jo-Ann faisait alors des trucs folk. C'est McPhee qui nous a orientés vers le blues et notamment sur Robert Johnson et qui nous a appris à accorder correctement une guitare." (Dave Kelly)

Non à Canned Heat et à Johnny Winter.

Dans ses veines coulait du sang bleu, mais Jo-Ann n’a jamais cherché à rentabiliser son art, à capitaliser sur le talent qui l’animait et ce n’est pas son magnifique premier LP qui changera quoi que ce soit à sa position. L’éponyme Jo-Ann sorti en 1969 suscite les passions, aussi bien en Angleterre qu’au Etats-Unis où elle est certainement une des uniques artistes de blues british à être aussi bien considérée. Canned Heat lui fait de l’œil pour l’attirer en son sein, Johnny Winter lui propose de l’accompagner sur sa tournée au lendemain de la publication de son LP chez l’Oncle Sam.

Lourde perte pour le blues.

Quand elle y débarque sur invitation de CBS, elle est la seule anglaise à fouler la scène du Centenary Blues Festival de Memphis. Sa modestie légendaire n’en souffre pas. Jo-Ann est une figure de l’ombre dont le travail et l’implication dans le blues auquel elle est toujours restée fidèle malgré quelques très brèves incartades dans le rock, la soul music et la country, ne seront plébiscités qu’à titre posthume. La mort de cette remarquable femme a été une lourde perte pour la petite note bleue (RAZOR©).

DISCOGRAPHIE 60'S/70'S.

LP Studio 1 - 1969

 

Joannkelly

 

JO-ANN KELLY

JO-ANN KELLY – 1969  5/5

 

Publié en 1969.

Produit par Nick Perls.

Durée:43:46.

Label:Epic.

Genre:folk-blues.

 

La mec du blues.

 

Que serait-il advenu de sa carrière, si elle avait, ne serait-ce qu’un soupçon, crû en ses moyens ? Jo-Ann Kelly avait tout entre ses mains pour faire fructifier l’énorme potentiel qui fut le sien. Chanteuse et guitariste de blues des années 60/70, elle en avait la passion et l’esprit. Saluée comme la Queen Of The Blues britannique, elle n’a jamais cherché à exploiter la reconnaissance de ses pairs bien qu’elle en fut  très fière.

Le sang bleu coulait dans ses veines mais sa modestie l’a privée de mieux. Elle en a toutefois conservé une chose : le respect de la profession et de son public. Chez elle comme aux Etats-Unis où un label important lui faisait de l’œil pour l’attirer, où Johnny Winter et Canned Heat ont tout tenté pour qu’elle intègre leurs projets, où on se prenait à rêver d’arracher aux anglais la nouvelle Joplin.

Menue, elle dégageait une puissance vocale incroyable ; une voix de mec. Elle était aussi une très bonne guitariste. Avec ces deux atouts, la sud-londonienne  a rapidement intégré la scène blues locale. Avec Tony PcPhee (Groundhogs), ils ont formé un duo et enregistré un LP. Puis ce fut le tour de Bob Hall de Savoy Brown, pour les besoins de Tramp, de s’intéresser à la dame qui, dès 1965, se produit seule la réputée et dense scène folk/blues anglaise. Pas de backing band, sa guitare et son énorme voix suffisent.

Un premier album solo tombe en 1969 (CBS). Eponyme, il n’est pas sans évoquer Memphis Minnie, précurseur femelle du Chicago Blues. Un grand talent voir le jour qui nous a laissé en ce legs une des plus extraordinaires collections de blues féminin jamais produites. Emotion, douleur, désespoir, profondeur, conviction, passion… ce disque est époustouflant et essentiel. Surprenant au regard de la pochette, non ? Elle n’a rien d’une blueswoman la meuf. On est bien d’accord ? Je n’invente rien (RAZOR©).

 

1. Louisiana Blues.     

2. Fingerprints Blues.  

3. Driftin' And Driftin’.

4. Look Here Partner.

5. Moon Going Down.

6. Yellow Bee Blues.   

7. Whiskey Head Woman.   

8. Sit Down On My Knee.    

9. Man I'm Lovin.      

10. Jinx Blues.   

11. Come On In My Kitchen.

 

Jo-Ann Kelly:guitare acoustique,chant.

COMPILATION.

LP Compilation - 2004

 

Jo ann kelly blues gospel

 

JO ANN KELLY

Blues & Gospel: Rare & Unissued Recordings - 2004  4/5

 

Publié en 2004.

Durée:58:26.

Label:Blues Matters.

Genre:blues,folk,pop-rock.

 

Du blues par la racine.

 

Jo Ann Kelly est passée entre les mailles du filet du blues, un genre qu’elle a superbement représenté sur la scène british des années 60/70, dont elle est issue. Ecartée des projecteurs et du devant d’une scène occupée par d’autres stars féminines, plus huppées, comme Janis Joplin, Bonnie Bramlett, Grace Slick, et les folkeuses (Collins, Mitchell, Baez…), à une époque où le sexe opposé commence à grossir sérieusement les rangs du rock, mais écartée surtout par choix personnel, Jo Ann Kelly est, avec l’écossaise Maggie Bell, l’autre fleuron du blues féminin du Royaume-Uni.

Dotée d’une voix qui n’a rien à envier aux illustres prêtresses du blues américaines, cette artiste qui a toujours privilégié  le circuit des clubs de Grande-Bretagne, s’est offert le luxe et la liberté de refuser la perche tendue par Canned Heat de collaborer aux desseins du groupe, tout comme elle a repoussé gentiment l’appui de Johnny Winter.

Elle avait une prédilection marquée pour son univers, plus solitaire, loin du mercantilisme, celui qui ne l’éloignait jamais bien loin des night clubs, des petites salles, et préférait le voisinage avec les artistes du cru comme Tony McPhee (Groundhogs) et Bobby Hall (Savoy Brown), plutôt que de s’épancher dans une vie d’excès et dans d’harassantes tournées.

Son truc à elle, c’était l’intimité et le rapprochement avec son auditoire. Ces choix respectables ont eu une incidence certaine sur la discrétion de sa carrière et porté un coup fatal à une discographie pourtant valeureuse, mais, depuis, engluée dans l’anonymat.

Je vous propose de l’en sortir le temps de cette excellente compilation tissée autour de reprises et de titres du répertoire traditionnel, qui met la lumière sur un blues porté par un beau jeu de guitare (elle slide bien également), influé par la louisianaise Memphis Minnie et le Delta Blues acoustique notamment,  qu’elle préférait.

La lumière s’est éteinte définitivement, un jour d’octobre 1990, sur cette artiste méconnue, doublée d’une blueswoman remarquable, au physique un peu chétif (ce qui est paradoxal compte tenu de la force et la gravité de sa voix), emportée par une tumeur au cerveau.

Il est quand même terriblement injuste qu’il ait fallu sa disparition pour que la qualité de son travail soit enfin reconnue. Celle que la presse british a, depuis, nommé The Queen Of The Blues (les titres et les médailles ne changeront rien à son destin), se dévoile dans cette compilation de 2004 et ses 16 titres qui ramènent aux racines du blues.

Raretés, inédits, live, enregistrés entre 1967 et 1984, composent ce témoignage historique à verser au crédit d’une artiste exceptionnelle, simple et vraie. Ceux qui aiment les belles voix de blues (féminines) en seront pour leurs frais. (RAZOR©).

 

1. Long Black Hair.

2. Boyfriend Blues.

3. New Milk Cow Blues.

4. I Looked Down The Line (And I Wondered).

5. Who's Been Telling You Buddie Brown Eyes.

6. Black Rat Swing.

7. Walking Blues.

8. Just Like I Treat You.

9. Sugar Babe (Ain't Got No Lovin' Now).

10. The Girl I Love, She Got Long Curly Hair.

11. Special Rider Blues.

12. Someday Baby Blues.

13. Moon Going Down.

14. Make Me A Pallet.

15. Sweet Nuthins.

16. Big Boss Man.

 

Jo Ann Kelly:chant,guitare,slide guitare.

Stefan Grossman:guitare.

Sam Mitchell:slide guitare.

Steve Rye:harmonica.

Bob Hall:piano.

Tony McPhee:guitare.

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

×