Melanie.

BIOGRAPHIE.

 

 

MELANIE/New York (État de New York – USA)

 

Melanie intro 74

 

Née Melanie Anne Safka, le 3 février 1947 à New York.

Actif depuis 1967.

Labels:Buddah Records,Neighborhood Records,Atlantic.

Genre:folk,pop,country.

Site Internet:melaniesafka.com

 

Au bon endroit, au bon moment...

Melanie Safka pour l'état civil de New York où elle voit le jour, le 3 février 1947, elle est Melanie tout court pour l'industrie du disque.

Quand elle foule la scène de Woodstock, elle est une artiste en devenir, une étoile montante de la folk music qu'elle affectionne, mais n'a, hélas, pas été programmée pour l'événement. A ce stade de son parcours, elle n'a jamais croisé, ne serait-ce que la moindre célébrité...

Il faut des circonstances exceptionnelles pour que l'américaine intègre le plateau et, notamment, le refus des anglais de l'Incredible String Band de se produire le premier jour, redoutant d'être électrocuté sous la pluie battante qui arrose le podium.

Reprogrammé le lendemain, le groupe britannique laisse un créneau vacant que les organisateurs, par l'entremise d'Artie Kornfeld, offrent à Melanie qui ne figure pas sur l'affiche mais qui a le bonheur de se retrouver dans l'hôtel du site servant de base aux musiciens et responsables du festival.

C'est une première pour celle-ci que de jouer devant un public aussi dense et impressionnant. Qui plus est dans ces conditions météorologiques exécrables qui contrarient le set du virtuose du sitar, Ravi Shankar. Pour ne rien arranger, l'introvertie Melanie n'a aucun succès à son actif, aucun musicien, ni même de manager et elle n'est pas connue...

Jetée dans l'arène juste entre l'indien et le folk-singer de Brooklyn Arlo Guthrie, elle est terrifiée et pense bien faire machine arrière, quand de la scène, elle prend conscience de la marée humaine qui lui fait face.

Avec sa seule guitare pour compagne (elle, Joan Baez et Janis Joplin sont les trois femmes à y prendre part en solo), la jeune artiste de 22 ans, alors que la nuit tombe et que les averses succèdent aux averses, assure un set de 25 minutes et de 7 titres.

Sa prestation, sobre mais réussie, trouve l'adhésion du public ; son trac maîtrisé, elle fait montre d'un cran rare en libérant l'espace programmé pour Guthrie sur un passionné Birthday Of The Sun qu'elle vient tout juste d'écrire et qu'elle n'a pas encore rôdé en live.

L'interprétation frénétique d'une chanteuse alors en transes lui vaut de se retirer sous des salves d'applaudissements. A Bethel, elle gagne définitivement ses galons de star de la musique folk, même si elle n'a pas toujours eu la reconnaissance du milieu, malgré une trentaine d'albums dans son escarcelle.

Au bon endroit, au bon moment, la new yorkaise est désormais prête pour le grand saut...

Melanie 1Au bon endroit, au bon moment.

Melanie woodstockRévélée par Woodstock.

Melanie lookLook What They've Done To My Song (1970).

Melanie gather meGather Me, top 20.

Melanie scene nowToujours active aujourd'hui.

Du jazz et du blues à la musique folk.

Native du Queens, Melanie Anne Safka est élevée dans une famille dans laquelle la musique tient toute sa place. Maman est chanteuse de jazz et ne se sépare jamais de son enfant quand elle se produit dans les clubs locaux.

Elle suscite ainsi sa vocation précoce et l'encourage même en l'inscrivant à des concours de jeunes talents régionaux.

Dès l'âge de 4 ans, la petite fille timide et solitaire chante dans une émission de radio locale, Live Like A Millionaire, et commence, à peu près à la même époque, à griffonner ses premiers textes et poèmes.

Adolescente, Melanie Anne voue d'abord une passion aux artistes de jazz et de blues, plus particulièrement aux chanteuses comme Bessie Smith et Billie Holiday. Quand sa famille déménage dans le New Jersey, sa préférence va vers la scène folk de new york et pour les artistes qui la mettent alors en valeur, Pete Seeger et Woody Guthrie.

Durant sa scolarité de lycéenne, Melanie Safka chante, tous les lundis soirs durant 4 à 5 heures et pour 20 dollars, dans un club local où elle interprète les chansons de Peter Paul & Mary, autre figure majeure du genre.

Au terme de ses études secondaires qu'elle couronne de l'obtention d'un diplôme, elle entre à l'American Academy Of Arts (New York) où elle suit un enseignement universitaire en arts dramatiques, tout en continuant à chanter dans les clubs de Greenwich Village.

Sur un malentendu...

La comédienne en herbe, confrontée à la difficulté de décrocher un rôle, fait le choix de la musique et se retrouve, par un concours de circonstances, signée par une maison de disques.

Alors qu'elle est convoquée pour une audition cinématographique, elle est mal aiguillée par le portier et pousse la porte du bureau de Peter Schekeryk (décédé en 2010) lequel, voyant qu'elle porte une guitare, l'invite à montrer ce qu'elle sait faire.

Producteur pour Columbia Records, ce dernier engage Melanie (1967) et devient son manager, avant de devenir, plus tard, son mentor et, surtout, son mari (1970).

Pour CBS sont enregistrés quatre titres : Beautiful People/God's Only Daughter, publiés en octobre 1967 et Garden In The City/Why Didn't My Mother Tell Me (mai 1968).

Bien que ne se classant pas au Billboard, Beautiful People offre une visibilité à la jeune artiste ; le titre a suffisamment de retentissement pour lancer véritablement sa carrière mais pas assez cependant pour poursuivre chez Columbia. Dans un premier temps, le label néglige la promotion commerciale et radiophonique avant de casser le contrat.

De CBS à Buddah.

Melanie passe chez Buddah Records, imitée en cela par son amoureux Peter Schekeryk.

Ce dernier croit dur comme fer en les possibilités de sa dulcinée et à ses côtés, va construire la carrière de Melanie et partir à la conquête du public, comme celui du Carnegie Hall qu'elle est une des premières femmes à fouler.

Chez Buddah, Melanie signe un premier album inspiré, Born To Be (novembre 1968) porté par Bobo's Party (N°1 en France).

Bien accueilli par la critique, il faut attendre le passage de son auteur à Woodstock pour que l'album le soit aussi par le public. Pour des raisons commerciales, Born To Be est renommé My First Album (1970).

L'apogée artistique.

En octobre 1969 sort Affectionately Melanie par lequel Melanie montre de meilleures choses ; l'éponyme Melanie (1969) et Candles In The Rain (avril 1970), troisième LP du catalogue, viennent un peu plus appuyer sa progression.

Le single Lay Down (Candles In The Rain), inspiré par son expérience sous la pluie à Woodstock, entre dans le top 10 du Billboard (N°6).

Reprise par des artistes aussi disparates que Mott The Hoople, Olivia Newton-John ou Dolly Parton, cette chanson interprétée avec Edwin Hawkins Singers (Oh Happy Day) confirme la percée commerciale de l'artiste qui fait de son adaptation de Ruby Tuesday (Rolling Stones), un N°9 au Royaume-Uni.

Également présent dans la tracklist de Candles In The Rain, le mémorable Look What They've Down To My Song, Ma apparu en face B de Ruby Tuesday et qui se classe à la 39ème place des charts grands-bretons.

Dalida, sous le titre de « Ils ont changé ma chanson » la reprend à son compte en 1970. Arno & Stephan Eicher le feront également dans un surprenant duo en 2000.

Disque de platine quelques mois plus tard, Candles In The Rain permet à Melanie de décrocher les titres de meilleure chanteuse de l'année 70 pour le Billboard, le Melody Maker, le Cashbox et Bravo.

Leftover Wine (1970) qui confronte l'artiste avec le Carnegie Hall et son suivant de février 1971 maintiennent Melanie à un très bon niveau. Elle semble avoir trouver son rythme de croisière depuis Candles In The Rain.

Peter Shekerik est toujours aux manettes derrière les pupitres, mais les tensions commencent à s'installer entre le couple et Buddah. Elles aboutissent à la fin de la collaboration entre les deux parties.

Melanie now

« Quand je suis passée à Woodstock, je n'avais qu'un seul disque qui passait dans les stations de radio underground. Seul un pour cent du public savait quelque chose sur moi avant que je monte sur scène. J'y suis entrée inconnue et ressortie célèbre. » (Melanie)

Gather Me, top 20.

Le nouvel album, Gather Me (octobre 1971) se fait pour leur maison de disque, Neighborhood Records. L'artiste a plus de liberté, moins de contraintes, le soutien total de son mari et, dans la besace, un lot de chansons puissantes aux mélodies simples mais efficaces.

En octobre 1971, sorti en single, Brand New Key tombe dans les bacs. Morceau de pop simpliste, connu aussi sous The Rollerskate Song au regard de son refrain évoquant des patins à roulettes flambant neufs, Brand New Key accède au premier rang du Billboard 100 (décembre 1971) et à la 4ème place des charts UK.

Le public accroche, pas la critique qui trouve la chanson un peu trop naïve, voire pour certains y voyant une connotation sexuelle, ambiguë.

Au Royaume-Uni, les Wurzel en feront, en 1976, une parodique reprise (The Combine Harvester/1976) qui, bien qu'occupant pendant deux semaines la tête des classements, affecte son auteur.

Gather Me est pourtant très abouti et, à ce stade de la carrière de Melanie, est certainement ce qu'elle a fait de mieux. L'album fait top 20.

Une artiste incomprise et mesestimée.

Après que Buddah ait sournoisement publié Garden In The City (1971) alors qu'elle n'en fait plus partie, Melanie poursuit son petit bonhomme de chemin sans trop se poser de questions.

Elle enchaîne, pour son label, les LP (Stoneground Words/1972, Please Love Me/1973, Madrugada/1974, All I See It Now et Sunset And Other Beginnings/1975) mais la critique ne l'épargne pas et dès 1973, se met quelque en retrait du milieu pour fonder une famille.

Son retour professionnel s'accompagne d'un partenariat avec Atlantic et d'un nouvel opus, le très bon et sous-estimé Photograph (1976), que la critique encense mais auquel le public ne répond pas malgré le soutien de certaines presses spécialisées.

Ballroom Streets (1978) referme le catalogue des 70's sur une belle impression ; les décennies discographiques qui suivent sont moins séduisantes mais l'artiste se rappelle au bon souvenir de ses fans en recevant un Emmy Award (1989) pour les paroles de The First Time I Loved Forever, chanson thème de Beauty And The Beast (La Belle et la Bête).

Artiste incomprise, mésestimée, Melanie n'en est pas moins toujours très appréciée aujourd'hui. A chacune de ses prestations, elle démontre un peu plus que, pour une artiste dont la carrière culmine très au-delà des 50 ans, elle se bonifie au fil du temps.

Avec près de 40 albums au compteur, elle n'a rien à envier aux Joan Baez, Joni Mitchell, Judy Collins, les auteurs-compositeurs de sa génération (RAZOR©2022).

MON CHOIX DISCOGRAPHIQUE.

LP Studio 5 - 1971

 

Melanie gather me

 

MELANIE

GATHER ME – 1971  3,5/5

 

Publié en octobre 1971.

Produit par Peter Schekeryk.

Durée:40:59.

Label:Buddah (UK),Neighborough (USA).

Genre:pop,folk-pop,country-pop,folk-rock.

 

Bel album.

 

Candles In The Rain (1970), titre suggéré par son passage audacieux et remarqué sur la scène de Woodstock, et Gather Me, sorti l'année suivant, sont les deux albums les plus populaires de Melanie, ses plus aboutis aussi.

Si j'ai trouvé du grain à moudre au premier, j'ai pourtant toujours eu une difficulté à supporter sa voix, à ne pas sombrer dans l'ennui à l'écoute de son répertoire et, par voie de conséquence, je n'ai jamais cherché à approfondir le répertoire de la dame.

Le hasard m'a confronté avec le second LP (sans quoi je pense que je n'y serais pas revenu) et, force m'est de constater, que Melanie a gagné en maturité sur le plan vocal, à moins qu'un gros travail technique de l'ingénieur du son n'ait réussi à mieux équilibrer une voix ici, plus chaleureuse, plus accrocheuse, moins pénible à supporter ; donc ça passe mieux, à défaut de me faire grimper aux rideaux.

Gather Me collecte des titres nées sous sa plume (12 sur 13), dont certains ont eu une destinée heureuse dans les bacs (Brand New Key, Some Day I'll Be A Farmer, Ring The Living Bell).

Son écriture (introspective) a de la tenue : Steppin', Ring The Living Bell, Brand New Key, Some Day I'll Be A Farmer, Little Bit Of Me, Baby Day ont ma préférence, mais je ne me relèverai pas la nuit pour les écouter, c'est certain.

Bel album d'une artiste quand même un temps en dessous de ses contemporaines (RAZOR©2022).

 

1. Little Bit Of Me.

2. Some Day I'll Be A Framer.

3. Steppin'.

4. Brand New Key.

5. Ring Around The Moon.

6. Ring The Living Bell.

7. Railroad.

8. Kansas.

9. Some Day (I Got Devil).

10. Center Of The Circle.

11. What Wondrous Love.

12. Baby Day.

13. Tell Me Why.

 

Melanie:guitare acoustique,chant.

Sal DiTroica:guitare acoustique et électrique.

Don Payne:basse.

Roger Kellaway:piano.

Buddy Saltzman,Donald MacDonald,Robert J. Gregg:batterie.

Johnny Pacheco:congas.

Toots Thielemans,Gilbert Chimes,Michael Chimes:harmonica.

George Marge:flûte.

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires