Peter, Paul And Mary.

BIOGRAPHIE.

 

PETER PAUL And MARY/New York (État de New York – USA)

 

Peterpaulmary intro

 

Actif entre 1961 et 1970,de 1978 à 2009.

Labels:Warner Bros.

Genre;pop,folk,country,rock,pop-rock.

Site officiel:peterpaulandmary.com

 

Une tierce vocale emblématique.

Mary Travers a joué un rôle majeur dans la renaissance de la musique folk dans les 60's. La jeune femme à la chevelure blonde et à la voix profonde accompagnée de ses deux partenaires guitaristes, Peter Yarrow et Noël Paul Stookey, nous a quittés en septembre 2009, terrassée par une leucémie, mettant ainsi un terme à l'histoire d'une des formations vocales les plus emblématiques de tous les temps, avec le Kingston Trio. Celle de Peter Paul And Mary.

Cette tierce folk, non contente d'avoir été dans tous les bons coups de la défense des droits civiques et de la lutte contre la guerre du Vietnam, a été un appui considérable pour la promotion de Bob Dylan, dont elle a usé jusqu'à la corde le répertoire initial (Don't Think Twice, It's All Right, The Times They Are A-Changin', Blowin' In The Wind, When The Ship Comes On).

Peterpaulmary 1Une tierce vocale emblématique.Peterpaulmary mary traversMary Travers...Peterpaulmary mary travers death...décédée en septembre 2009Peterpaulmary yarrow et stookeyYarrow et Stookey, orphelins de Mary aujourd'hui.Peterpaulmary blowin in the windBlowin' In The Wind, symbole de la contet-song.Peterpaulmary inthe wind lpIncontournable LP d'octobre 1963.

L'effet Blowin' In The Wind.

En popularisant son Blowin' In The Wind, parangon de la chanson contestataire, Peter Paul And Mary ont favorisé la percée du jeune auteur-compositeur-interprète.

Ce titre, le trio le découvre par l'intermédiaire du manager qu'il partage avec Bob Dylan, Albert Grossman, et en enregistre une version qui, dès le 18 juin 1963, va faire le tour de la planète.

Rapidement écoulé à 320.000 exemplaires, le titre se classe deuxième des charts américains et connaît un temps d'antenne appréciable pour l'époque ; c'est le plus gros succès de Peter Paul And Mary (plus de 2 millions de pièces vendues) et l lauréat de l'année 63.

Cette adaptation de la chanson du Zim devient l'hymne de la jeunesse protestataire des années 60. Il est repris en chœur par les participants à la légendaire Marche sur Washington pour l'emploi et la liberté (March On Washington For Jobs And Freedom du 28 août 1963) au cours de laquelle Martin Luther King fait son discours historique, I Have A Dream.

Ce succès, venu après Lemon Tree/1962, If I Had A Hammer/1962 et Puff (The Magic Dragon)/1963, conforte un peu plus la formation tricéphale américaine, portée par la voix de Mary.

Elle devient la référence folk traditionnel de la scène de Greenwich et l'un des groupes les plus populaires du genre. Peter Paul And Mary sont depuis intronisés au Hall Of Fame dans la catégorie « groupe vocal » (1999) et détenteurs d'un Lifetime Achievement Award (Songwriters Hall Of Fame 2006) pour l'ensemble de leur œuvre...

L'oeuvre d'Albert Grossman.

Au début des 60's, l'Amérique subit de gros chamboulements politiques qui n'épargnent pas la musique. De nombreux groupes et artistes émergent alors du paysage musical.

A cette époque, Albert Grossman est un peu le grand manitou de la scène folk américaine. Organisateur du populaire festival de Newport, il manage alors ce que la scène new yorkaise de Greenwich Village compte de plus pertinent, de plus talentueux et le plus réussi. La place est l'épicentre d'un échiquier folk alors en plein renouveau : Bob Dylan, The Band, Odetta, Gordon Lightfoot, Ian & Sylvia, Janis Joplin en sont les fleurons les plus mémorables.

Persuadé que Peter Yarrow, Noël Paul Stookey et Mary Travers ont un gros potentiel, Grossman en fait un projet calqué sur Kingston Trio, l'ensemble vocal du moment, et espère bien capitaliser sur tout le talent qu'on prête à ces voix complémentaires qu'il réunit sous Peter Paul And Mary (1961).

Stookey, Yarrow, Travers : une synergie immédiate.

L'étudiant de l'Université du Michigan et natif du Maryland qu'est Noël Paul Stookey vient de débarquer à Greenwich Village où il se produit en qualité de chanteur, de fantaisiste et d'animateur au Gaslight Cafe.

Il a 20 ans quand il croise la route du local Peter Yarrow, chanteur folk alors en quête d'un comédien-chanteur pour monter un spectacle. Convaincu que Stookey est l'homme de la situation, ce dernier l'invite à le rejoindre pour son numéro.

L'omnipotent Grossman intervient alors pour que le projet s’étoffe, mais comme il le sent, prétextant que, pour être plus crédible et plus attrayant, il est indispensable de le compléter par une voix féminine.

Native du Kentucky, Mary Travers, alors chanteuse incontournable des clubs folkloriques de Manhattan pour avoir officié, dans la deuxième moitié des 50's, aux côtés de Pete Seeger (The Song Swappers), fait évoluer l'entité en trio.

Quand la folk truste les charts.

La synergie entre celle-ci et ses partenaires est immédiate. Leurs harmonies vocales sont aussi efficaces que le catalogue folklorique qu'ils interprètent.

Le trio est signé par Warner Brothers (il devance Atlantic qui est également sur le coup) qui lui offre la possibilité d'enregistrer un premier album.

Il est éponyme et sort en mai 1962. Celui-ci, fait très rare pour un LP folk, se hisse en tête des charts américains.

Porté par les singles Lemon Tree (N°35) et If I Had A Hammer (N°10), l'opus en question s'écoule à plus de deux millions d'exemplaires. If I Had A Hammer leur permet de décrocher le Grammy Award du meilleur enregistrement folk et celui de la meilleur interprétation par un groupe vocal (1963).

Peterpaulmary paul stookey portrait

« J'étais maître de cérémonie au Gaslight Café et Bob était un jeune chanteur-compositeur. Tout le monde était impliqué dans la musique folklorique et nous nous soutenions tous les uns, les autres. On chantait les chansons de l'autre. On partageait. » (Noël Paul Stookey)


 

Focalisé sur les reprises, le trio enchaîne avec Moving (janvier 1963) duquel est extrait le troisième single à succès, Puff The Magic Dragon (N°2 du Billboard 100). A la fin de la même année 63, In The Wind vient compléter le catalogue.

L'album abritant Blowin' In The Wind est récompensé d'un Grammy en 1964, et se pose comme un des plus grosses ventes de la discographie de Peter Paul And Mary, alors au sommet de son art, comme le confirme A Song Will Rise (1965).

Fin des 60's : le riseau se referme.

Jusqu'à la fin des années 60, date à laquelle la tierce se sépare, Peter Paul And Mary continue à dérouler son folk, traditionnel ou contemporain, à aligner les reprises (Gordon Lightfoot et John Denver sont cette fois les cibles) ; il complète sa panoplie en signant ses propres compositions basculant parfois dans une musique à tendance militante.

Chacun des membres entame alors une carrière solo, moins florissante que leur parcours collectif. Le trio se reforme en diverses occasions au cours des décennies suivantes.

Après qu'une tournée ait été perturbée en 2007 en raison des problèmes de santé de Mary, les retrouvailles, deux ans plus tard, sont bouleversées par l'aggravation de l'état de santé de sa chanteuse laquelle décède peu de temps après (septembre 2009).

Hasard du calendrier, cette même année, le trio est intronisé au Hit Parade Hall Of Fame (RAZOR©2022).

MON CHOIX DISCOGRAPHIQUE.

LP Studio 3 - 1963

 

Peterpaulmary inthe wind lp

 

PETER PAUL & MARY

IN THE WIND – 1963  4,5/5

 

Publié en octobre 1963.

Produit par Albert Grossman.

Durée:37:22.

Label:Warner Bros.

Genre:folk.

 

Une marque de fabrique pour l'éternité.

 

Dans l'Amérique des 60's, les bouleversements politiques impactent fortement la musique. La scène folk de Greenwich Village du quartier de Manhattan voit émerger des nouveaux artistes.

Albert Grossman est le producteur avisé et opportuniste de cette place populaire. En quête d'un projet de groupe qu'il calque sur les Kingston Trio mais en plus jeunes, le grand manitou américain met la main, en 1961, sur trois personnalités recrutées individuellement qu'il façonne dans le moule qu'il a envisagé : Peter (Yarrow), (Noël) Paul (Stookey) & Mary (Travers).

A leurs débuts, s'ils écrivent un peu, ils satisfont surtout de reprendre à leur compte le répertoire d'autrui, avec une propension un peu plus appuyée à faire leur marché dans celui de Dylan, brillant notamment par leurs sublimes harmonies vocales et lyriques.

Non contente d'être un des piliers de l'échiquier local new yorkais ambiant, la tierce devient un incontournable du genre sur le plan international, plaçant chacune de ses sorties du moment sur le devant des hits-parades planétaires.

Dans un contexte folk qui exprime aussi une dissidence contre le conformisme américain, le conflit au Vietnam et l'American Way Of Life, les artistes, et notamment Peter Paul & Mary, ne sont pas les derniers à souffler sur les braises de la révolte qui couve.

Lors de la marche politique sur Washington (28 août 1963) pour l'emploi et la liberté (March on Washington for Jobs and Freedom), le trio appuie le discours de Martin Luther King en entonnant le titre qu'il a emprunté à Dylan (sorti en juin 1963) et porté en deuxième place des charts dans les semaines qui suivent (13 juillet 1963) : Blowin' In The Wind.

Archétype de la chanson contestataire, elle devient l'hymne de toute une génération. La version enregistrée par le trio va populariser Blowin' In The Wind aux quatre coins de la planète (300.000 exemplaires écoulés la première semaine) et faire de Peter Paul & Mary, un peu plus qu'un groupe vocal édulcoré et lisse comme les éternels esprits chagrins l'imaginent toujours. Certes, c'est un peu old fashioned mais ça a eu le mérite d'exister et d'être très influent sur des générations entières de folkeux.

Blowin' In The Wind suggère son titre au troisième opus de la tierce folk : In The Wind, publié en octobre 1963, alors que la british invasion n'a pas encore déferlé sur le sol américain.

L'album est un des plus probants du catalogue du trio ; ce type de folk a eu son heure de gloire. S'il paraît désuet au troisième millénaire, il n'en reste pas moins l'oeuvre incontournable des trois compères et leur marque de fabrique pour l'éternité. N'en déplaise aux esprits chagrins... (RAZOR©2022).

 

1. Very Last Day

2. Hush-a-Bye.

3. Long Chain On.

4. Rocky Road.

5. Tell It On The Mountain.

6. Polly Von.

7. Stewball.

8. All My Trials.

9. Don't Think Twice It's All Right.

10. Freight Train.

11. Quit Your Low Down Ways.

12. Blowin' In The Wind.

 

Peter Yarrow:chant,guitare.

Noël Paul Stookey:guitare,chant.

Mary Travers:chant.

Edgard O. DeHaas:basse.

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires