The Ides Of March.

BIOGRAPHIE.

 

 

THE IDES OF MARCH/Berwyn (Illinois – USA)

 

Ides of march intro

 

Actif entre 1966 et 1973,de 1990 à aujourd'hui.

Labels:Parrot,Warner Bros,RCA.

Genre:rock,funk,soul,R&B,jazz fusion,jazz-funk,rock psychédélique.

 

L'influence de Jim Peterik.

James Michael Peterik pour l'état civil de Berwyn, ville de la banlieue ouest de Chicago, il est Jim Peterik pour le milieu de la musique.

Sa carrière de musicien et de songwriter lui a apporté une reconnaissance planétaire quand, par deux fois, il a placé deux de ses compositions en tête des charts internationaux.

Son premier gros coup, c'est au sein des Ides Of March qu'il le réalise, en signant Vehicle, un titre inspiré de sa propre expérience avec une jeune fille dont Peterik est amoureux et qu'il transporte quotidiennement dans l'espoir de la séduire un jour.

Ides of march 1Groupe né en 1966.

Ides of march vehiclesVehicle, N°2 du Billboard en 1970...

Ides of march peterik jim 001...un titre de Jim Peterik.

Ides of march common bond 1971 first lpCommon Bond, premier P (1970).

Ides of march play on last lpPlay On, sorti en 2019.

Vehicle, au riff de cuivres resté légendaire, est le seul succès du groupe originaire de l'Illinois.

Multi-platine, il devient, pour le label Warner Bros, le single le plus vendu à cette époque (N°2 au Billboard/1970, N°30 au Royaume-Uni), tandis que Karen, la jeune fille concernée, a depuis épousé Jim.

Mais Peterik a fait mieux encore, quand il tire un trait sur Ides Of March pour rebondir sur un projet personnel autrement plus rémunérateur et populaire, Survivor.

Claviériste-guitariste du groupe, Peterik est à l'origine de certains titres parmi les plus mémorables du rock mélodique, comme Burning Heart (N°2/USA) et surtout, Eye Of The Tiger (9 fois platine), la chanson-thème du film Rocky, incontournable succès cinématographique de Sylvester Stallone (1983).

Co-auteur très sollicité, celui que l'entourage artistique appelle Survivor est d'ailleurs un contributeur régulier des charts (18 top 10) via les différentes collaborations qu'il a eu entreprendre.

Pour exemple, son Caught Up In You, concédé à 38 Special, fait 10 dans les classements américains, mais c'est surtout Survivor qu'il a achalandé en ce sens : American Heartbeat (17), I Can't Hold Back (13), High On You (8), The Search Is Over (4), Burning Heart (2) et Is This Love (9).

Même s'il n'a pas les mêmes retombées avec eux, il n'en a pas moins apporté son écot dans le Lynyrd Skynyrd de la période 1999/2003 (Edge Of Forever, All Funked Up, Hell Or Heaven, Crawl, Life's Lessons), et fait de même avec REO Speedwagon, Cheap Trick, Sammy Hagar, les Beach Boys (That's Why God Made The Radio/2012)...

Aujourd'hui encore, après presque 6 décennies dans le métier, Peterik est toujours très actif, musicalement parlant et en permanence à la recherche de nouveaux défis.

Depuis, Survivor a complété sa panoplie de musicien et d'auteur-compositeur par un costume de producteur et de conseiller auprès d'artistes, pour faire une bonne chanson. S'il en est un qui sait faire, c'est bien lui...

D'abord les Shon-Dels...

Jim Peterik fait partie du line-up d'origine des Shon-Dels, (rien à voir avec les Shondells de Tommy James), formé en octobre 1964 et marchepied pour The Ides Of March.

La mouture initiale prend forme dans la banlieue de Chicago (Berwyn), quand 4 étudiants de la même école décident de se regrouper pour faire de la musique.

Outre Peterik (guitare et chant), il y a là le guitariste Larry Millas, le bassiste Bob Bergland et le batteur Mike Borch.

Ils sont les Shon-Dels, auteurs dans la foulée, d'un single, Like It Or Lump It/No Two Ways About It, publié en 1965 pour Epitome.

Installé dans une veine rock garage, le groupe est influencé par la vague invasive britannique ambiante et le titre se vend sous le manteau à l'occasion des concerts du groupe.

...avant les Ides Of March.

En 1966, Ils deviennent les Ides Of March et leur second single sort sous cette identité et chez Parrot (You Wouldn't Listen/I'll Keep Searching (1966).

Succès local, il fait top 50 au niveau national (42).

Parrot publie alors une série de singles qui n'ont aucunes retombées commerciales marquantes : Roller Coaster/Things Aren't Always What They Seem (1966) rayonne dans la région de Chicago seulement.

You Need Love/Sha-La-La-Lee (1966), My Foolish Pride/Give Your Mind Wings et Hole In My Soul/Girls Don't Grow On Trees (1967) ne font pas plus de vagues.

Le label ne soutient pas vraiment ses protégés et ne pousse pas derrière lui pour l'enregistrement d'un album. Ces enregistrements sont donc les seuls des années passées auprès de cette maison de disques.

Cette même année 1967 voit le quatuor s'étoffer alors avec l'arrivée de Steve Daniels (trompettiste). A la même époque, Ray Herr (The Legends Of Time) entre comme guitariste rythmique et chanteur pour soulager Peterik et lui permettre de se concentrer sur la guitare solo.

Apparu pour la première fois sur le titre Girls Don't Grow On Trees, Herr reste au sein du groupe jusqu'en 1970, avant d'en démissionner, au motif d'une rivalité très (trop) marquée entre lui et Peternik.

Après avoir rebondi sous le nom de Ray Scott (Orphanage), celui-ci est aujourd'hui décédé (avril 2011).

Ides of march jim peterik portrait

« Les Ides Of March ont été honorés par la ville de Berwyn. Ils ont organisé une grande cérémonie dans un auditorium bondé. C'est là que nous faisions les assemblées du lycée. La section de la rue qui porte notre nom est située juste en face de notre ancienne école, Morton West High School. Ce fut un immense honneur. J'ai une reproduction de la plaque de rue accrochée à mon mur comme rappel de cet excellent moment. » (Jim Peterik)

Dans la lignée des BST et Chicago.

Quand Parrot lâche le groupe, Kapp Records prend le relais mais le partenariat ne se résume qu'à un malheureux single, Nobody Loves Me/Strawberry Sunday (1968).

Steve Daniels quitte le groupe à la fin de 1969. Dans le même temps, les trompettistes John Larson (mort en septembre 2011) et Chuck Soumar entrent dans un effectif qui se confond de plus en plus avec les groupes de cuivres de l'époque, plus particulièrement avec Blood Sweat & Tears ou Chicago.

Après l'échec de la collaboration avec Kapp Records, Warner Brothers fait alors montre de sa curiosité pour les musiciens de Berwyn et les signe à la fin de l'année 1969.

Le single One Woman Man/High On A Hillside (1969) jette les bases d'une période plus favorable qui débouche, dès la publication suivante, Vehicle, sur la réussite annoncée en préambule.

Rock jazzy, Vehicle est un titre que le groupe joue régulièrement lors de ses apparitions publiques et auquel l'auditoire réagit favorablement. Entré en limite de la 100ème place, il pointe, neuf semaines plus tard, au 2ème rang du Billboard 100.

Il sera le seul véritable hit des Ides Of March, les singles suivants Superman (/Home - 1969), Melody (/The Sky Is Falling - 1970), L.A Goodbye (/Mrs Grayson's Farm – 1971) et Tie-Dye Princess (/Friends Of Feeling – 1971) faisant respectivement 64, 122, 73 et 113 dans les charts US.

Une si longue pause.

De superstar avec Vehicle, le groupe ouvre pour Jimi Hendrix, Janis Joplin, Led Zeppelin avant de rentrer progressivement dans le rang.

Après un premier LP (Vehicle – Warner - 1970) convaincant, trois autres albums viennent se greffer au catalogue du groupe : Common Bond (Warner/1971) ainsi que World Woven (1972) et Midnight Oil (1973), réalisés pour le label RCA Victor après un contrat de partenariat signé en 1972.

Après un ultime spectacle à Berwyn en novembre 1973, le groupe s'accorde un très long répit, se reformant dans les 90's. Aux dernières nouvelles, il tourne toujours en 2021.

Autour du noyau d'origine (Peterik/Milas/Bergland/Borch), sont depuis venus s'agglomérer Scott May, claviériste, le trompettiste Tim Bales, le saxophoniste Steve Eisen et le tromboniste Henry Salgado.

Dernier opus du catalogue, Play On, sorti il y a deux ans (2019), célèbre un voyage musical entamé il y a 55 ans. A son écoute, soyez sûrs que le groupe n'a rien perdu de sa vitalité (RAZOR©2021).

DISCOGRAPHIE 70'S.

LP Studio 1 - 1970

 

Ides of march vehicle lp

 

THE IDES OF MARCH

VEHICLE – 1970  3,5/5

 

Publié en juin 1970.

Produit par Bob Destoki,Frank Rand.

Durée:41:39.

Label:Warner Bros.

Genre:rock psychédélique,funk,funk psychédélique,jazz-rock.

 

Aurait pu mieux faire.

 

Album qui ouvre le catalogue des Ides Of March, Vehicle est porté par l'énorme succès de sa chanson-titre, la plus grosse réussite, en terme commercial, pour un single du label Warner Bros.

On est ici sur les terres de Blood Sweat & Tears et de Chicago (qui était encore Chicago Transit Authority), à savoir dans du jazz-funk-rock psychédélique.

L'album en question récompense, en quelque sorte, la ténacité du groupe qui, à ce stade de son parcours professionnel, présente un encéphalogramme désespérément plat, enchaînant, depuis le milieu des 60's, les singles et les prestations autour de Chicago sans éveiller l'attention.

Il faut l'explosion de Vehicle pour donner aussitôt un autre sens à la carrière de la bande à Peterik (auteur de Vehicle et, plus fort encore, de Eye Of The Tiger qui agrémente la B.O de Rocky III).

Passé de quatre membres à sept, dont une section de cuivres, les Ides Of March capitalisent sur la réussite d'un single qui, dans sa configuration en démo (4 titres), aurait dû échoir à BST si Steve Katz avait pris la peine d'écouter la cassette que Peterik lui a précédemment concédée.

Nul doute que le chanteur et guitariste de Blood Sweat & Tears en aurait fait un usage identique tant le morceau est de qualité. Comme quoi une carrière tient à peu de choses parfois...

Vehicle est donc la poutre-maîtresse de ce premier LP qui, en une semaine, a été alimenté par un lot diversifié de chansons que le songwriter-maison Peterik avait déjà dans sa besace et avec lequel le groupe assurait jusque là ses apparitions publiques. Le temps de peaufiner les morceaux en studio et l'album est vite bouclé ; il sort en juin 1970.

Que faut-il en retenir ? Un son assez proche de BST, comme je vous l'ai signifié par ailleurs (Vehicle, The Sky Is Falling, Bald Medusa), du dynamisme et quelques chansons un peu plus accrocheuses que les autres comme ce Factory Band en mode Creedence, quelques belles surprises comme ce Home, un folk-pop-rock révélant un chanteur de 20 ans déjà très talentueux ou ce One Woman Man aux séduisants arrangements de cordes et de cuivres, voire ces numéros incisifs et efficaces de R&B que sont Time For Thinking et Aire Of Good Feeling.

Je suis, par contre, moins sensible au medley associant Wooden Ships de Crosby à Dharma For One de Jethro Tull et au Eleanor Rigby des Beatles, revisité ici sous Symphony For Eleanor.

A force de trop d'ambitions, le groupe en arrive à afficher, en studio, des limites dont il s'affranchissait sur scène. Malgré quelques bonnes idées, il n'est pas Blood Sweat & Tears, ni Chicago, même s'il déploie souvent un certain intérêt, de l'aisance et de la puissance dans ce qu'il propose (RAZOR©2021).

 

1. Vehicle.

2. Factory Band.

3. Sky Is Falling.

4. Home.

5. Wooden Ships/Dharma For One.

6. Bald Medusa.

7. Aire Of Good Feeling.

8. Time For Thinking.

9. One Woman Man.

10. Symphony For Eleanor.

 

Jim Peterik:chant,guitare principale.

Larry Milas:guitare rythmique,basse,claviers,chœurs.

Bob Bergland:basse,saxophone,chœurs.

Ray Herr:basse,chœurs.

Michael Borch:batterie,percussions.

John Larson:trompette,cor.

Chuck Soumar:trompette,chœurs.

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires