Them.

BIOGRAPHIE.

 

THEM/Belfast (Irlande du Nord)

 

Them 1964

 

Actif entre 1964 et 1971,1979.

Label:Decca,Parrot,Happy Tiger,Teldec,Deram,Tower,RevOla,Fallout,Spalax,Universal International.

Genre:rock,garage rock,rock psychédélique,blue eyed soul,rhythm & blues.


Them : bien plus que le backing band de Van Morrison.

L'envergure planétaire de Van Morrison a peut-être fait plus de mal que de bien aux Them, que l'on réduit un peu trop souvent au seul rouquemoute de Belfast. Il est vrai qu'il en fut, entre 1964 et 1966, le chanteur-vedette, en même temps que l'auteur-compositeur principal du groupe et l'inoubliable interprète du fabuleux Gloria qui fit beaucoup pour la popularité de Van Morrison.

Dans l'esprit de beaucoup, les Them, c'est Van Morrison et point barre. On a toutefois tendance à oublier que la formation est née sans lui, sur la base des Gamblers et que le guitariste Billy Harrison, acteur influent du R & B en mode irish, était le véritable chef de file.

Van Morrison a donné une identité propre aux Them et les a popularisés, en faisant un des leaders de la British Invasion. Mais Them a eu un avant Van Morrison et surtout, moins évident à la suite du départ de son chanteur, un après.

Billy Harrison et ses Gamblers.

Billy Harrison a fondé ses Gamblers avec le bassiste Alan Henderson et le batteur Ronnie Millings, dès 1962. Le claviériste Eric Wrixon et le saxophoniste Van Morrison rejoignent alors les Gamblers qui élargissent le rôle de Van Morrison à l'harmonica, au chant et au songwriting.

Très motivé, celui-ci se déploie comme nul autre pour décrocher des contrats, amenant les Gamblers à être de plus en plus vus et entendus sur le circuit de Belfast où ils fourbissent leurs armes en jammant sur des classiques de Jimmy Reed, Muddy Waters, Chuck Berry, Sonny Boy Williamson ou T.Bone Walker. Gloria se construit ici.

Si Van Morrison devient rapidement la force motrice du groupe, Harrison n'en demeure pas moins le leader incontesté, ainsi que le modérateur, ses collaborateurs, Van Morrison en tête, se montrant aussi insolents que provocateurs, aussi instables qu'alcoolisés.

Them 1

Them van morrison

Them french ep 1965

Them maritime hotel

Them 1967

Them 5

Le groupe-phare du Maritime Hotel de Belfast.

Pour booster leur carrière, Wrixon a alors l'idée de proposer de changer de nom afin d'éviter toute confusion avec un groupe homonyme ; il suggère Them, nom adopté à l'unanimité. Les Them apparaissent pour la première fois sous cette identité le 17 avril 1964 au Maritime, club de Belfast. Ils drainent de plus en plus de monde, jouissant d'une flatteuse réputation sur la place.

Tout le tapage fait autour du groupe attire l'attention de Decca Records, lequel lui propose un package qui ne se refuse pas : un contrat et un manager, en l'occurrence le clairvoyant et avisé Phil Solomon (The Bachelors, The Dubliners, Twinkle, Sandie Shaw et Cliff Richard) et impliqué dans la radio pirate émettant au large des côtes britanniques, la célèbre et influente Radio Caroline. Ces propositions ne trouvent pas l'adhésion des parents de Wrixon qui s'efface au profit de Patrick McAuley.

A leur arrivée dans les studios londoniens de Decca, les Them ont la désagréable surprise de se voir opposer des sessions-men, dont un certain Jimmy Page. Le soutien du label n'étant pas total, la collaboration commence mal, les Them ont la sensation d'être pris pour des guiches.

Dick Rowe, le directeur artistique ne sent pas tout de suite le gros potentiel à tirer de l'écriture de Van Morrison. C'est le même qui, en janvier 1962, avait préalablement sous-estimé le talent des Beatles lors de leur audition pour Decca, laquelle s'est soldée par l'échec du contrat entre le groupe et le label. Parlophone signera finalement les Fab Four.

Gloria la planétaire.

Les Them publient un premier 45 Tours en 1964, Don't Start Crying Now, plus succès d'estime à la portée cantonnée à la périphérie de Belfast que titre populaire rayonnant sur le Royaume-Uni. Ce single, suivi de Baby Please Don't Go, repris à Big Joe Williams et standard du blues, bénéficie d'un meilleur accueil.

Paradoxal, Gloria, le tube planétaire des Them ne figure qu'en face B. Le single prend néanmoins une dixième place dans les hits nationaux, la 71ème des classements américains un an plus tard.

Enregistrée en janvier 1965 à Londres où Them a élu domicile, Here Comes The Night sort début mars de la même année et se place à la deuxième place des charts britanniques, devancée uniquement par Ticket To Ride des Beatles ; écoulée à 16.000 exemplaires, elle est le second gros coup de rang des irlandais avec Gloria.

Them connaît en 1965 ses premières mutations de personnel. La répartition des rôles est floue, surtout au niveau des claviers où Patrick McAuley est remplacé par son frère John, également batteur et lui-même suppléé par le regretté claviériste londonien Peter Bardens, venu des Cheynes et, plus tard, futur Camel.

Le line-up du moment, celui qui assure la réalisation du premier LP, retient Van Morrison, Bardens, Harrison, Henderson et John McAuley.

Les 5 voyous.

Cet album d'ouverture de catalogue, sans aucun nom sur sa pochette, est retenu comme étant The Angry Young et sort en juin 1965 au Royaume-Uni.

Sur les 14 titres du disque, près de la moitié (6) sont le fait de Van Morrison : Mystic Eyes, If You And I Could Be As Two, Little Girl, You Just Can't Win, I Like It Like That et, bien entendu l'incontournable Gloria. Aux States, il est édité un mois plus tard par Parrott Records et sous une version différente. 

Les premières tensions internes voient alors le jour, Harrison, affaibli, passe la main en août 65. Them évolue alors autour de Van Morrison, plus que jamais leader, et Henderson, repartis direction Belfast pour remonter un nouveau groupe.

Les polyvalents John Wilson, batteur (futur Taste), Ray Elliot, saxophoniste-flûtiste-vibraphoniste et Jim Armstrong, guitariste (cité alors comme le 3ème guitariste du moment et de la planète), constituent alors l'équipe allant pérenniser encore un temps le nom de Them ; celle-ci prend une orientation plus jazz et soul, souhait d'un Van morrison de plus en plus influent. Cette phase constitue la période trouble et confuse de Them où interviennent de multiples musiciens de sessions.

Le triomphe du Whisky A Go-Go.

Album alimenté par de nombreuses reprises (Nina Simone, James Brown...) et marqué par une implication moindre de Van Morrison (4 titres seulement), l'éclectique Them Again, dont est extrait, en mars 1966, le single mineur qu'est Call My Name, apparaît en janvier 1966 en Grande-Bretagne ; quant à l'édition américaine, elle est publiée en avril et motive une tournée chez l'Oncle Sam en mai. Them triomphe au Whisky A Go-Go de Los Angeles où les Doors, tout récents résidents des lieux, ouvrent pour lui. L'homonyme Jim Morrison n'aura désormais d'yeux que pour l'irlandais dont la gestuelle scénique l'inspire au plus haut point.

Them Again prépare au Van Morrison prêt à en découdre dans une carrière solo, d'autant que Them est en proie à de nouveaux problèmes relationnels, Solomon étant accusé de détournements de fonds et qui, pour se disculper, accuse Van Morrison d'en être l'auteur.

Le retour au bercail se traduit par un délitement de ce qu'il reste de Them qui, après quelques rares concerts irlandais assurés pour la forme, voit son noyau dur, Van Morrison/Henderson se détraquer aussi. Un dernier spectacle à Belfast scelle la fin de l'ère Van Morrison ; le chanteur, ivre et surtout démobilisé, s'y montre très peu à son avantage, insultant même le public. Van Morrison, qui n'a rien fait pour démentir sa sale réputation, quitte Them en juillet 1966. S'engage alors une carrière individuelle pour le moins exceptionnelle.

Them van morrison portrait

« Dès que les choses ont commencé à bien se présenter pour Them, le milieu ne nous qualifiait plus de groupe irlandais, mais de groupe britannique. Nous sommes restés prisonniers de cette étiquette. Puis, pour les mêmes, nous sommes devenus un groupe anglais. Je ne sais pas comment ces gens pouvaient oser le parallèle avec un groupe anglais. Ils ne savaient pas de quoi ils parlaient. Nous étions irlandais et issus de la scène spécifique de Belfast. » (Van Morrison)

Le sémillant post Van Morrison.

Côté Them, depuis quelques mois (1965/66) tourne une version bis, placée sous la direction des frères McAuley et avec Billy Harrison. Cet ersatz de Them, aussi confus que l'original, se retrouve devant les tribunaux pour utilisation abusive du nom. Ce droit lui est refusé (mars 1966), il n'est de seul Them que celui avec Van Morrison. La mouture officieuse de Them mute vers The Freak Of Nature et The Gypsies Belfast.

A l'occasion de l'après Van Morrison, les Them sont reconstitués par Alan Henderson. Ils ne s'en laissent pas compter et publient, à la suite du départ de l'auteur du mythique Astral Weeks, un nouveau 45 Tours, The Story Of Them (novembre 67). Le nouveau chanteur s'appelle Kenny McDowell. La nouvelle mouture de Them comprend Henderson, McDowell, Jim Armstrong, Ray Elliot et le batteur Dave Harvey. L'américain Ray Ruff devient leur manager fin 1967.

Ce qui va alors s'enchaîner ne manque pas d'intérêt, à l'image de Now And Them (1968), premier LP sans le teigneux rouquin, et mérite de ne pas focaliser uniquement sur la période Van Morrison. C'est si intéressant que la formation emmenée par Henderson ne tarde pas à décrocher un contrat avec Tower, filiale de Capitol.

La crainte principale portant sur McDowell, ce dernier va vite rassurer son monde et faire taire les mauvaises langues. Il est un chanteur efficace, dans un autre registre ; son organe vocal offre plus de possibilités : blue-eyed soul, psychédélique et R & B.

De backing band pour Van Morrison, les Them mutent vers une surprenante unité, plus soudée, plus collective et plus impliquée. Du même coup, ils se libèrent de leur image d'arsouilles infatués pour se rapprocher de la norme sud-californienne psychédélique du moment, Californie où ils sont désormais installés.

Remarquable Square Room, génial Armstrong.

Now And Then traduit cet état d'esprit et plus particulièrement Square Room, un remarquable chef d'oeuvre acid situant bien l'orientation sonore nouvelle du groupe ; le mystique Time Out ! Time In (1968), à l'image de Black Widow Spider, de The Mooth ou de Just On Conception, confirme tout le bien à penser de la période post-VM installant Them comme le plus west coast des irlandais.

Ces deux albums psychés sont incontournables et n'ont pas à rougir de ce qui précède sous la double et légendaire ère Decca/Van Morrison ; mieux, ils font oublier les Gloria, et autres Here Comes The Night, c'est révélateur. Au regard de cette belle paire discographique, le trio McDowell/Jim Armstrong/Alan Henderson mérite également de la considération.

Le retour en Irlande de McDowell et d'Armstrong pour fonder Sk'Boo (1969) laisse les coudées franches à Henderson et au percussionniste Jerry Cole, lequels embauchent des musiciens de sessions pour finir le travail. Deux LP en découlent, moins sémillants ; ils sont réalisés pour le label angelin de Ray Ruff, Happy Tiger Records.

L'éponyme Them (1970), plus hard rock mais encore psyché, garage et même country (Take A Little Time), voire folk, et Them In Reality (1971), sans Cole mais avec Jim Parker (guitare) et John Stark (batterie), qui peut séduire les fans de rock garage, ne déchainent pas autant les passions que leurs devanciers immédiats.

Them est arrêté en 1971 mais renaît de ses cendres à la fin de la décennie (1979), quand Henderson, Harrison et Wrixon réactivent le groupe ; ces retrouvailles se soldent par un nouvel album : Shut Your Mouth. Malgré un faible budget, il s'en sort relativement bien.

A l'heure du bilan, Them mérite bien les éloges du rock. Il est simplement dommage que son management ne l'ait pas plus soutenu et qu'il ait été, de tout temps, associé à la seule période Van Morrison. Il avait le potentiel pour être plus fort que les Stones, encore aurait-il fallu que l'on croît en lui...  (RAZOR©)

DISCOGRAPHIE 60'S.

LP Studio 3 - 1968

 

Them now and them 68

 

THEM

NOW AND THEM – 1967  4/5

 

Publié en 1968.

Produit par Ray Ruff.

Durée:33:41.

Label:Tower Records, Rev-Ola.

Genre:rock.

 

La vie après Morrison.

 

Si je vous dis Them, je suis quasiment sûr d’obtenir en guise de réponse : Van Morrison. Ce qui est correct, car le rouquin irlandais en fut le leader charismatique et contribua à ce que cette formation née en 1963 (Van Morrison, Billy Harrison, Eric Wrixon, Alan Henderson et Ronnie Millings), soit à jamais ancrée dans la mémoire collective ; cette période la plus connue (Gloria) tend malheureusement à occulter le fait que Them n’a pas été que le tremplin pour la carrière solitaire de Van Morrison. La preuve avec Now And Them (en écoute intégrale ici), sorti en 1968.

A mon sens, on a tort de ne focaliser que sur le créneau R & B initial de ces gars de Belfast, car l’après VM a montré de fort jolies choses et surtout, a cimenté un groupe qui n’en avait alors plus que le nom. La phase psychédélique notamment a permis à Them de se restructurer différemment autour d’Alan Henderson, le bassiste, et d’apporter leur propre vision psyché.

Pour cela, il leur aura fallu tourner le dos à leur glorieux passé, se remettre en question et prendre le chemin de la cote ouest des Etats-Unis, direction Los Angeles, là où ça se passe alors et au moment le plus propice : The Summer Of Love (1967).

Kenny McDowell, recruté au chant pour faire oublier son prédécesseur, s’acquitte amplement de sa mission. Sa voix se marie parfaitement aux desseins musico-lysergiques du Them nouveau. Il dispose d’un matériel de qualité pour briller à titre personnel, mais sa performance rejaillit sur l’ensemble, ce que les performances passées (avec VM) ne laissent jamais apparaître.

Cette facette acide des nord-irlandais, construite autour de pièces garage, de blues, de soul, de jazz, de psyché et de pans expérimentaux bien canalisés, est à des années-lumière de l’ère Van Morrison, que je ne renie en aucun cas. Elle est aussi convaincante que ce pour quoi Them est devenu culte aujourd’hui.

Je vous invite à vous y pencher, car ce nouveau style leur sied fort bien. C’est surprenant, je vous le concède, dynamique et varié, mais très très intéressant et rien ne m’a semblé en retrait. Le long Square Room m’a séduit au-delà de ce que je pouvais imaginer. Obsédant, original, avec un petit côté The End (Doors), il est l’élément qui démontre tout le potentiel d’un groupe devenu mature, et que son statut d’orphelin du barde Morrison semble ne pas avoir affecté. Ils ont bel et bien tourné cette page.

Les Them nouvelle mouture, nouvelles ambitions, régénérés, semblent s’éclater. Cette métamorphose américaine et la fraîcheur qui l’accompagne me plaisent beaucoup, en dépit de quelques petits couacs épisodiques et isolés sans grande importance. Cet album est fascinant et je tenais à vous le faire savoir (RAZOR©).

 

1. I'm Your Witch Doctor.

2. What's the Matter Baby.

3. Truth Machine.

4. Square Room.

5. You're Just What I Was Looking for Today.

6. Dirty Old Man (At the Age of Sixteen).

7. Nobody Loves You When You're Down and Out.

8. Walking in the Queen's Garden.

9. I Happen to Love You.

10. Come to Me.


Kenny McDowell:chant.

Alan Henderson:basse.
Jim Armstrong:guitare,sitar.
Ray Elliott:claviers,saxophone,flute.
Dave Harvey:batterie.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.