Barry McGuire.

BIOGRAPHIE.

 

BARRY MC GUIRE/Oklahoma City (Oklahoma – USA)

 

Barry mcguire 2

 

Né le 15 octobre 1935, à Oklahoma City.

Actif depuis le début des 60's.

Labels:Horizon,Ember,Dunhill,Ode,Myrrh,Sparrow.

Genre:rock,christian rock,folk-rock,rock psychédélique,pop-rock.

Site officiel:barrymcguire.com

 

Sujet classé comme subversif.

L'histoire de Barry McGuire est étroitement liée à P.F. Sloan qui, juste avant le milieu des 60's, écrit l'anthologique Eve Of Destruction. Apocalyptique, angoissant, ce titre dénonce, en à peine 3 minutes et 30 secondes, la situation de l'Amérique des années 60.

Les paroles d'un auteur alors très en colère, s'élèvent, tout à tour, contre la guerre du Vietnam, le conflit israélo-arabe, la menace d'une guerre nucléaire, les mensonges des politiques aux électeurs (déjà), le programme spatial américain, la non-reconnaissance des droits civiques, les violences policières, l'assassinat de John Fitzgerald Kennedy, l'hypocrisie de la partie bien mise de la société et du pouvoir...

Il va de soi qu'un tel brûlot n'est pas de nature à être diffusé sur les radios, américaines comme britanniques. Aux USA, de nombreuses stations refusent spontanément son passage sur les ondes, au motif de paroles particulièrement antigouvernementales.

De l'autre côté de l'Atlantique, Eve Of Destruction est placée sur liste restreinte, avec interdiction de passer dans des programmes de divertissement généraux et bannie de Radio Scotland.

Eve Of Destruction est sujet à grosse polémique et son interdiction ou sa condamnation donnent encore plus d'ampleur à l'intérêt pour la chanson controversée.

Elle pique au vif la vague des jeunes de l'époque, lesquels s'arrogent spontanément un titre qui traduit parfaitement leur frustration du moment.

Barry mcguire 1 Sujet à polémique...

Barry mcguire eve of destructionUn apocalyptique Eve Of Destruction.

Barry mcguire barry barryPassé par Barry & Barry...

Barry mcguire new christy minstrels...et par les New Christy Minstrels.

Barry mcguire california dreaminCalifornia Dreamin emprnté aux Mamas & Papas.

La meilleure version d'Eve Of Destruction.

Barry McGuire, s'il n'est pas emballé instinctivement par Eve Of Destruction, enregistre malgré tout le morceau, griffonné sur un bout de papier, que lui propose Sloan (19 ans) et qui doit, normalement, finir comme face B du 45 tours de What's Exactly The Matter With Me qu'il a en projet.

Enregistrée tard dans la nuit du 15 juillet 1965, sans avoir répété, la voix rauque et fatiguée de McGuire ne traduit pas une grande sérénité chez son interprète.

Le rythme est trop rapide, mais malgré cela, c'est la prise que retient le producteur Jay Lasker qui, dès le lendemain matin, remet la maquette à la radio KFWB, laquelle la passe en primeur sur sa station.

McGuire signe ici la meilleure version jamais produite de Eve Of Destruction. La chanson connaît un succès énorme en entrant, une semaine plus tard, au Billboard 100 (N°1 en septembre 65) et en se classant N° 3 des charts grands-bretons.

C'est le seul succès de l'oklahomien qui, à l'instar de Sloan, disparaît des écrans radars, une fois le soufflé retombé ; dans le collimateur de l'establishment, considéré comme subversif, on lui fait payer au prix fort le succès de ce qui reste son seul grand fait d'armes. Pas une protest song, juste un diagnostic.. précise McGuire, reconverti dans la musique chrétienne depuis.

De Barry & Barry aux New Christy Minstrels.

Né à Oklahoma City le 15 octobre 1965, Barry McGuire se retrouve en Californie dès sa prime enfance. Après divers jobs (pêcheur, ouvrier du bâtiment), c'est vers la musique et le chant qu'il oriente son avenir.

Après avoir décroché un engagement de chanteur dans un bar, il insiste dans cette voie qui le mène à une carrière assez nourrie et qui ne résume pas à l'épisode Eve Of Destruction.

Après un premier single en 1961, The Tree (Mosaic Records), il prend le train du folk en formant avec le regretté Barry Kane (mort en 2013), le duo Barry & Barry (1962).

Le tandem devient très populaire sur la côte ouest des États-Unis, notamment à Pasadena (The Ice House) et au Troubadour (Los Angeles).

Autour d'un répertoire constitué d'originaux auto-arrangés, McGuire et Kane signent le seul et unique album de leur partenariat, Here And Now (Horizon/1962), avant de continuer l'aventure ensemble tout en intégrant The New Christy Minstrels (1962).

Ceux-ci sont une sorte de big band du folk. Son succès a contribué à lancer les carrières de grands noms du folk-rock américain et de la country comme Kenny Rodgers, Gene Clark (The Byrds), Kim Carnes (Bette Davies Eyes/1981), Larry Ramos (The Association), Jerry Yester (The lovin' Spoonful)...

Présent dès le second LP (In Person/1962), Barry McGuire est membre du groupe jusqu'en janvier 1965, après avoir collaboré à Cowboys And Indians (1964).

Il figure toutefois une dernière fois sur l'album suivant Chim Chim Cher-ee And Other Songs où il chante sur le morceau titre (1965).

Durant son mandat au sein des Christys, McGuire signe (avec Randy Sparks, fondateur du projet) ce qui est le plus grand succès de la formation folk : Green Green (juin 1963).

Le titre fait N°3 (Adult Contemporary Charts), disque d'or et se vend à plus d'un million d'exemplaires.

Le Barry solo.

Barry engage alors une carrière solo qui, outre Eve Of Destruction, ne va pas marquer les esprits. Celle-ci débute en 1963 par The Barry McGuire Album (Mira Records), publié un an après son association avec Barry Kane (il est présent sur l'album) et avant de rejoindre le New Christy Minstrels dont une partie du line-up à venir l'accompagne ici. Les débuts de McGuire se situent dans la filière folk revival ambiante.

L'album Eve Of Destruction (1965/Dunhill) est mis sur pied pour capitaliser sur le succès du single. Alimenté par une matière folk de bonne qualité, il se classe au 37ème rang du Billboard 200.

L'année suivante, McGuire sort This Precious Time (Dunhill) dans lequel on peut entendre une version très sympa de California Dreamin des Mamas & Papas que l'on retrouve, pour l'occasion, aux chœurs.

Les relations entre les artistes sont si bonnes que le nom de McGuire, un familier des nuits de Laurel Canyon, est mentionné dans Creeque Alley, titre autobiographique des époux Phillips.

Son patronyme apparaît également dans la liste des gens ayant contribué de manière significative et de diverses manières à la production de la musique de Freak Out de Frank Zappa (dans la catégorie des chanteurs populaires, auteurs compositeurs et musiciens). Dans le milieu, l'homme est respecté et apprécié. Il est une figure populaire de Los Angeles.

La référence Barry McGuire And The Doctor.

Avant de publier son 3ème opus personnel, The World's Last Private Citizen (Dunhill/1968), l'artiste s'offre un intermède cinématographique en apparaissant dans The President's Analyst (1967) puis intègre la troupe de la comédie musicale Hair (1968).

Viré de chez Dunhill, il fait son retour en studio pour A&M avec ce qui est certainement son meilleur disque, Barry McGuire And The Doctor (1970), le docteur en question étant Eric Hord, guitariste principal des Mamas & Papas.

Le disque, plus country-rock, réunit un parterre de requins de studio (Bernie Leadon, Chris Hillman, Michael Clarke, Billy Mundy et Byron Berline) et reçoit un accueil critique favorable de la presse, mais n'a aucune retombée commerciale.

Barry mcguire bernie leadon

« Barry And The Doctor était surtout une jam session à laquelle quelques Flying Burritos, de passage dans le coin pour le label A&M, ont contribué. Je me souviens avoir prêté ma guitare acoustique à Eric Hord, le fameux Docteur du duo. Pendant la prise, les cendres de la cigarette d'Eric sont tombées sur ma guitare en bois de palissandre brésilien. Des petites brûlures sont apparues. Oh oui, pour m'en souvenir, je m'en souviens. C'est la Martin D-35 de 1966 que j'ai utilisée sur les premiers disques d'Eagles. » (Bernie Leadon)

 

La foi et le rock.

C'est certainement cela qui sauve Barry d'une mort toute tracée. S'il avait pu bénéficier de redevances suffisantes, comme le dit le musicien, il les aurait aussitôt réinjectés dans l'achat de drogues.

A cette époque, Barry McGuire est en effet très addict à la dope et au plus bas de sa vie privée. La foi en Dieu le sauvera et réorientera sa vie (1971).

Deux ans plus tard, un premier album de Christian Rock voit le jour. Seeds se fait chez Myrrh en 1973 ; sa Jesus Music se montre enthousiaste. Son auteur semble revivre.

Fraîchement converti chrétien, McGuire fait, une première fois, appel à la fratrie 2nd Chapter Of Acts (Annie Herring et Nelly Greisen, nées Ward, ainsi que Matthew Ward), pionnière dans le genre.

Celle-ci fournit les voix de fond de Seeds mais est également reconduite sur le LP suivant, Lighten Up (Myrrh/1974) dont le mariage du rock et de la spiritualité fonctionne plutôt bien.

La collaboration se poursuit par une tournée conjointe et un double album, To The Bride (Myrrh/1975) auquel la formation David sert de groupe de soutien.

McGuire quitte alors Myrrh pour Sparrow pour lequel sont enregistrés 7 opus dont le plus mémorable est Cosmic Cowboy (1978) et sa pochette messianique.

Plus spirituel que jamais.

Après une tournée britannique (Witness) et un dernier album pour les 70's (Inside Out/1979), l'artiste se retire de la scène musicale pour s'installer en Nouvelle-Zélande. Il continue cependant à alimenter régulièrement son catalogue.

De retour aux États-Unis dans les années 90, il rebondit en duo avec Terry Talbot, ancien Mason Proffit et frère de John Michael Talbot, moine catholique et fondateur des Brothers And Sisters Of Charity. Talbot McGuire publie quatre LP entre 1996 et le début du 3ème millénaire.

Depuis, McGuire, inchangé mais radicalement différent, continue de se produire régulièrement, mais dans les églises et n'a pas l'intention de dévier de son allégeance à Jesus. La grande majorité de ce que lui rapporte ses spectacles va à des opérations caritatives (RAZOR©2021).

DISCOGRAPHIE 60'S.

LP Studio 2 - 1965

 

Barry mcguire eve of destruction 65

 

BARRY MCGUIRE

EVE OF DESTRUCTION – 1965  4,5/5

 

Publié en 1965

Produit par Lou Adler,P.F. Sloan.

Durée:32:04.

Label:Dunhill.

Genre:folk-rock,pop-rock.

 

Sympa.

 

Cet album de 1965 (Eve Of Destruction), nommé d'après la chanson de P.F. Sloan qui a fait la popularité de Barry McGuire, est, avec son suivant The Precious Time, sorti la même année, ce que son auteur a fait de mieux.

Certes, il est porté par le fabuleux et plus que jamais actuel morceau-titre, mais ne se limite pas, pour autant, à cette pièce anthologique.

L'opus en question, troisième du catalogue de McGuire mais deuxième en ce qui concerne sa discographie personnelle, réunit également quelques reprises de la meilleure veine.

La matière de ce disque très agréable s'appuie essentiellement sur le répertoire dont Sloan est l'auteur (You Never Had It So Good, Sloop John B., Sins Of A Family, Mr Man On The Street - Act One, Ain't No Way I'm Gonna Change My Mind, What Exactly's The Matter With Me) et sur du Dylan, le songwriter alors en vogue, dont deux magnifiques reprises figurent au programme ici : She Belongs To Me et It's All Over Now Baby Blue.

Tom Jones (Try To Remember) et la canadienne Sylvia Tyson-Fricker (la Sylvia du duo Ian & Sylvia), à laquelle McGuire emprunte You Were On My Mind, sont les autres contributeurs de ce disque.

Barry McGuire complète ce lot de qualité avec une de ses signatures : Why Not Stop And Dig It While You Can. La raucité de sa voix et la spécificité de son interprétation donnent une dimension supplémentaire à cette collecte folk-rock qui, bien que sans véritable surprise, n'en reste pas moins très sympa à écouter (RAZOR©).

 

1. Eve Of Destruction.

2. She Belongs Me.

3. You Never Had It So Good.

4. Sloop John B.

5. It's All Over Now Baby Blue.

6. Sins Of Family.

7. Try To Remember.

8. Mr Man On The Street – Act One.

9. You Were On My Mind.

10. Ain't No Way I'm Gonna Change My Mind.

11. What's Exactly's The Matter With Me.

12. Why Not Stop And Dig It While You Can.

 

Barry McGuire:chant.

Hal Blaine:batterie.

Larry Knechtel:basse.

Tommy Tedesco,P.F. Sloan:guitare.

Steve Barri:percussions.

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires