Dan Fogelberg.

BIOGRAPHIE.

 

DAN FOGELBERG/Illinois.

 

Danfog

Dan Fogelberg (Photo Henry Diltz©-Site officiel).

 

Daniel Grayling Fogelberg dit Dan Fogelberg.

Né le13 août 1951 à Peoria (Illinois).

Décédé le 16 décembre 2007 dans le Maine.

Auteur-compositeur-interprète,réalisateur.

Années actives:1968 à 1997.

Labels:Columbia Records, Epic Records,Morning Sky Productions.

Genre:soft-rock,rock,folk,country.

Site officiel:danfogelberg.com

 

Mort à 56 ans.

Auteur-compositeur et interprète, Dan Fogelberg avait pour lui la douceur et la simplicité. Comme sa musique, belle, touchante. Le cancer dont il était atteint ne lui a pas laissé le répit qu’il méritait malgré la force, la dignité, le courage et surtout la grâce dont il a fait montre dans son combat pour en prendre le dessus une bonne fois pour toutes. Il s’en est allé rejoindre les anges, un matin de décembre 2007, rendant son dernier souffle au milieu des siens, dans sa résidence du Maine. Le compositeur de Longer, Same Old Lang Syne ou encore de Leader Of The Band s’est éteint à l’âge de 56 ans. En révélant sa maladie en 2004, Dan Fogelberg, dont l’apogée artistique se situe à cheval sur les années 70 et au début des années 80, en plein cœur d’un folk-rock dont il était une figure éminente, fut surpris de constater l’engouement qu’il suscitait encore auprès de son public, fier de remarquer que son œuvre générait encore autant d’émotions.

Fogelberg 1

Fogelberg weisberg

Fogelberg 2

Or, platine, double platine...

L’âge d’or du parcours de Dan lui a valu d’être honoré pour la qualité globale de sa production. Couvert d’or et de platine, ses albums précieux, ses compositions prodigieuses ont influencé l’ère du folk-rock, et plus particulièrement du soft-rock. Les témoignages qu’il nous a laissés, comme lui, appartiennent à la légende du rock. Progressivement, au fil du temps et des expériences, Dan a fait évoluer sa musique, pour l’amener dans des sphères romantiques à nulles autres pareilles. Il possédait de telles dispositions pour l’écriture, mais n’a eu, à mon sens, que le retour d’une minorité réceptive de fans, parce qu’il n’a pas été compris.

Un legs conséquent.

Musicien polyvalent et cultivé, ce génie musical inspiré par le son des Byrds et Buffalo Springfield, aussi doué pour la guitare que pour le piano, pouvait cheminer dans tous les genres de musique, même le classique, mais c’est avec le blues qu’il se sentait le plus en phase, mais c’est dans les ballades qu’il s’est trouvé le plus à l’aise. Son apport à la west coast et au rock californien est énorme. Il nous laisse en legs un catalogue conséquent, si on l’élargit aux live et aux compils’, de 22 LP solo. Ajoutez à cela,  les deux qui découlent de son association avec Tim Weisberg. Dan a travaillé avec tout le monde, se rendant même souvent disponible pour la bonne cause, s’est entouré des meilleurs musiciens et techniciens dans le cadre de son travail. Le sérieux, la discrétion et le professionnalisme l’ont accompagné durant son immense carrière.

Nether Lands, son graal.

Celle-ci débute par Home Free (1972), enregistré à Nashville. Sa magnifique fusion de folk, de rock et de country fait mouche. Columbia ne regrette pas son acquisition, même s’il est à regretter que l’album ne génère aucun hit, ce qui le pénalise auprès des radios. Le public en était encore à traîner des pieds dès lors que le mot country était évoqué, le marché était encore figé entre rock d’un côté et country, de l’autre. Joe Walsh à la production du deuxième LP (Souvenirs/1974) et dans un registre musical identique à Home Free, lui fait franchir un cap supplémentaire. La sanction est immédiate : double disque de platine, top 20 en 2014. Le public répond. Allez y comprendre quelque chose.

Fogelberg 3

« To The Morning est la première vraie chanson de piano que j’ai écrite. J’étais chez ma mère, après ma première année d’université.

C’était l’été et ce jour-là je me suis assis à son piano, tôt le matin ; en regardant à travers les stores vénitiens, j’admirais la belle journée d’été qui s’annonçait et j’ai composé cette chanson, fortement influencée par Joni Mitchell. Tout a été fait dans la matinée. C’est un de mes titres favoris ; je pense que c’est une très bonne chanson. » (Dan Fogelberg)  

Dan Fogelberg a atteint un palier supplémentaire qui le place au rang de star du folk-rock du moment. De quoi lui permettre d’être plus ambitieux à l’image de Captured Angel, son troisième opus de 1975. Fidèle à un  country-rock doux, Fogelberg construit, à chacune de ses sorties discographiques, une suite encore plus forte. Captured Angel est en quelque sorte un prolongement naturel de Souvenirs. Dans cette perspective, du grand Fogelberg s’annonce. Nether Lands, numéro 4 du catalogue, est un succès. Son disque référence, son graal. L’artiste se fait plaisir, tout comme c’est dans un état d’esprit récréatif que se fait son premier des deux disques avec Tim Weisberg, flûtiste de jazz. Twin Sons Of Different Mother (1978), qui aurait du n’être qu’une curiosité, s’affirme comme un succès.

De l'audace, encore de l'audace.

Les années 70 se terminent sur Phoenix (1979), mais le maelstrom créatif affectant le gars de l’Illinois ne s’essouffle pas pour autant. Il fait montre d’encore plus d’audace avec The Innocent Age/1981, multi platine et est payé en retour par une grande réussite dans les bacs. Les deux albums suivants feront or, puis Dan Fait moins parler de lui jusqu’à cette affreuse nouvelle du 16 décembre 2007. 56 ans. Injuste (RAZOR©)

DISCOGRAPHIE 70'S.

LP Studio 1 - 1972

 

Danfolhomefree

 

DAN FOGELBERG

HOME FREE – 1972  5/5

 

Publié en 1972.

Produit par Norbert Putnam.

Durée:46:57.

Label:Epic Records.

 

Dans mon best-of perso.

 

Musicien et auto-compositeur précoce, Dan Fogelberg se fait vite remarquer par le milieu et Columbia Records, plus particulièrement par Irwing Azoff, qui lui offre la possibilité, à 21 ans, de sortir son premier album : Home Free (en écoute intégrale ici), enregistré à Nashville en 1971 et publié l’année suivante.

Le jeunot n’a pas froid aux yeux et s’entoure pour l’occurrence d’une brochette de talents bien gratinée comme Buffy Sainte-Marie, Jackson Browne, Joe Walsh et Roger McGuinn des Byrds.

Cet artiste polyvalent, s’il n’a pas frappé les esprits lors de la parution dans les bacs de ce premier LP, n’en a pas réalisé un coup de maître qui améne cependant à s’interroger sur la tiédeur avec laquelle il a été accueilli.

Personnellement, depuis son acquisition, je me suis rarement départi de cette œuvre trônant dans mon best of perso. Ce regretté multi-instrumentiste de talent, simple, délicieusement romantique, introspectif, grand manieur de guitare acoustique au phrasé parfois surprenant, tantôt ménestrel, tantôt folk ou country, nous offre ici, du haut de ses 21 berges, un écrin regorgeant 10 très belles pierres précieuses.

De To The Morning à The River, Fogelberg décoche une salve généreuse de flèches d’amour et touche là où le cœur bât. Home Free est un LP incontournable, sans chichis, direct et est peut-être ce que Fogelberg a fait de plus touchant ; c’est celui par lequel il a pris son envol. Ce mec avait des prédispositions exceptionnelles. Son passage sur la terre rock ne lui a pas permis de le démontrer comme il se doit et d’en tirer tous les bénéfices. Heureusement qu’il reste dans son héritage des chapitres comme Home Free pour redorer le blason d’un artiste fort méconnu mais extraordinairement doué (RAZOR©).

 

1. To The Morning.

2. Stars.

3. More Than Ever.

4. Be On Your Way.

5. Hickory Grove.

6. Long Way Home (Live In the Country).

7. Looking For A Lady.

8. Anyway I Love You.

9. Wysteria.

10. The River.

 

Dan Fogelberg:guitare acoustique,guitare électrique,piano,orgue,chant.

Norbert Putnam:basse,cello.

Kenny (Buffalo) Buttrey:batterie,percussions.

Weldon Myrick:pedal steel guitare,dobro.

Buddy Spicher:violon,viola.

Farrell Morris:effets,percussions.

David Briggs:piano sur 3/8,orgue sur 6.

Glenn Spreen:arrangement cordes sur 1/9.

Bill Purcell:arrangement cordes sur 5.

LP Studio 2 - 1974

 

Danfogsouvenirs

 

DAN FOGELBERG

SOUVENIRS – 1974  4/5

 

Publié en octobre 1974.

Produit par Joe Walsh.

Durée:42:57.

Label:Full Moon/Epic.

 

Fogelberg confirme.

 

Faut-il que l’on croit sacrément en vous pour réunir dans un studio l’essentiel des Eagles (Don Henley, Glenn Frey, Randy Meisner et Joe Walsh), Gerry Beckley (fondateur d’America), Joe Lala (percussionniste pour Stills et Manassas, entre autres), Graham Nash, Russ Kunkel, Paul Harris et Al Perkins ? Tout cela aux seules fins de contribuer au deuxième album d’un jeune artiste frais émoulu…

Il faut se rendre à l’évidence, Dan Fogelberg n’est pas du même calibre que ses autres contemporains du même âge. Visiblement, il ne laisse pas insensible le milieu du rock et, deux ans après l’énorme Home Free (1972 chez Columbia records), il signe un contrat longue durée avec son nouvel employeur Epic Records (CBS), entamant son partenariat naissant avec ce Souvenirs (1974), produit par Joe Walsh.

La critique musicale n’a pas trop fait l’éloge de ce disque pourtant encore très bon, démarrant par un convaincant Part Of The Plan. L’accueil du public a été plutôt enthousiaste, c’est la raison pour laquelle il a bien figuré dans les ventes.

Outre Part Of The Plan, j’en ai vraiment pincé pour As The Raven Flies, The Long Way, Illinois et There’s A Place In The World For A Gambler ou encore Changing Horses, voire Morning Sky. Dan Fogelberg confirme dans Souvenirs tout le bien pensé de lui.

Les mélodies sont douces et précieuses, la voix brillante, l’écriture bien en place, plus terre-à-terre, l’interprétation des plus sobres en dépit du parterre présent. C’est parfaitement dosé, efficace parce que simple. Pour moi, si ce n’est pas un grand album, il n’en est pas moins à considérer comme un disque haut de gamme (RAZOR©).

 

1. Part of the Plan.

2. Illinois.

3. Changing Horses.

4. Better Change.

5. Souvenirs.

6. The Long Way.

7. As the Raven Flies.

8. Song From Half Mountain.

9. Morning Sky.

10. (Someone's Been) Telling You Stories.

11. There's a Place in the World for a Gambler.

 

Dan Fogelberg:orgue,synthétiseur,guiatre,piano,guitare électrique,claviers,vibraphone,chant.

Gerry Beckley:guitare acoustique,guitare.

Jody Boyer,Glenn Frey,Randy Meisner,marie Ouhrabka:choeurs.

Brian Garafalo:basse.

Paul Harris:piano.

Jimmie Haskell:accordéon.

Don Henley:batterie,choeurs.

Russ Kunke:batterie.

Joe Lala:congas,timbales.

Graham Nash:choeurs,harmonies vocales.

Kenny Passarelli:basse.

Al Perkins:pedal steel guitare.

Norbert Putnam:basse.

Joe Walsh:guitare,guitare électrique,guitare 12 cordes,choeurs.

LP Studio 3 - 1975

 

Danfogcapturedangel

 

DAN FOGELBERG

CAPTURED ANGEL – 1975  4/5

 

Publié en septembre 1975.

Produit par Dan Fogelberg.

Durée:37:38.

Label:Full Moon/Epic.

 

Grande douceur folk-rock.

 

Dans le prolongement de deux albums convaincants, les dénommés Home Free et Souvenirs, respectivement sortis en 1972 et 1974, est publié le troisième opus de Dan Fogelberg, artiste surdoué, multi-instrumentiste compétent  et auteur-compositeur de qualité(1975).

J’aime beaucoup ce disque, je l’avoue, pour des motifs qui me sont tout à fait personnels. D’une grande douceur folk-rock, ce Captured Angel a du chien. En dépit de textes parfois un peu nunuches sur des relations d’amour qui ont mal tournées, malgré le fait que Fogelberg assure à quasiment chaque instrument ce qui est un fameux défi très difficile à relever sans mettre en péril le rendu final, il s’en sort plutôt pas mal.

Aspen/These Days, Comes And Goes, Old Tennessee, Crow, Captured Angel ou The Last Nail sont de très agréables moments dans l’esprit America,  Eagles ou CSN & Y, groupes qui ont bercé mon la fin de mon adolescence. Ben quoi, on a quand même le droit d’être sentimental à 20 ans ? Tout le monde a eu des peines de cœur et essuyé quelques revers amoureux… N’écoutez pas les mauvaises langues, laissez parler aussi votre cœur (RAZOR©).

 

1.. Aspen/These Days.

2. Comes and Goes.

3. Captured Angel.

4. Old Tennessee.

5. Next Time.

6. Man in the Mirror/ Below the Surface.

7. Crow.

8. The Last Nail.

 

Dan Fogelberg:banjo,basse,guitare,harmonica,percussions,claviers,ARP,chant.

Hot Damn Brothers:choeurs.

Russ Kunkel:batterie.

David Lindley:violon.

Al Perkins:pedal steel guitare.

Norbert Putnam:basse.

J.D. Souther:chœurs,harmonies vocales.

LP Studio 4 - 1977

 

Danfognetherlands

 

DAN FOGELBERG

NETHER LANDS – 1977  5/5

 

Publié en 1977.

Produit par Dan Fogelberg.

Durée:43:59.

Label :Fool Moon/Epic.

 

Fogelberg touche le graal.

 

On aime ou pas. C’est ainsi. Mais le moins que l’on puisse dire de Fogelberg, c’est qu’il a fait une belle carrière, qu’il a rapidement gravi les étapes pour atteindre la notoriété. Dans cet ordre d’idées, si ses trois premiers albums ont contribué à construire patiemment cette gloire, Fogelberg touche le Saint-Graal avec son quatrième opus, le bien nommé Nether Lands (1977).

Rien à redire du côté de l’écriture et du chant, Fogelberg a autant d’arguments pour écrire que pour interpréter. Il est convaincant et sincère. Sur le plan instrumental, les travaux de guitare et de piano sont de premier ordre. Fogelberg a grandi et a même pris du coffre, semblant repousser ses limites.

Nether Lands, numéro 4 de sa jeune discographie, rassemble pop, rock, country, folk et classique. Nether Lands, le folk-rock Once Upon A Time, Love Gone By, Sketches, Loose Ends et False Faces, s’ils ne sont pas des hits en puissance, méritent la plus grande attention.

L’ensemble est cohérent, ambitieux, sur fonds introspectif, suscite une vraie émotion. Sous-estimé à sa publication, il mérite une réhabilitation dans les règles de l’art. Je vous invite donc à redécouvrir ou découvrir ici et présentement ce talentueux artiste. Cet album compte parmi ce que Fogelberg a fait de mieux. Je ne vois aucune raison pour s’en priver (RAZOR©).

 

1. Nether Lands.

2. Once Upon A Time.

3. Dancing Shoes.

4. Lessons Learned.

5. Loose Ends.

6. Love Gone By.

7. Promises Made.

8. Give Me Some Time.

9. Scarecrow's Dream.

10. Sketches.

11. False Faces.

 

Dan Fogelberg:orgue,guitare,piano,claviers,chant,guitare 12 cordes.

Kenneth A. Buttrey:batterie.

Don Henley,J.D Souther:choeurs,harmonies vocales.

Russ Kunkel:batterie,congas.

Joe Lala:percussions,congas.

Frank Marocco:accordéon

Norbert Putnam:basse.

John Stronach:percussions,maracas,tambourin.

Al Perkins:pedal steel guitare,dobro.

Joe Walsh:guitare,guitare électrique.

Tim Weisberg:flûte.

LP Studio 5 - 1978

 

Danfogtwinsons

 

DAN FOGELBERG & TIM WEISBERG

TWIN SONS OF DIFFERENT MOTHERS – 1978  4/5

 

Publié en août 1978.

Produit par Dan Fogelberg,Tim Weisberg.

Durée:34:32.

Label :Full Moon,Epic.

 

Expérience concluante.

 

Dan Fogelberg et Tim Weisberg, flûtiste de jazz de son état, se sont connu sur les bancs de l’école mais leurs trajectoires respectives ont divergé. Ils se sont retrouvés plus tard pour collaborer sur deux projets dont Twin Sons Of Different Mothers de 1978. L’autre est No Resemblance Whatsoever (1995).

Ce devait être une  expérience amusante, mais l’osmose entre les deux artistes fut si forte que cette initiative, voulue divertissante, accoucha d’un album très intéressant, en dépit de son aspect essentiellement instrumental. Chapeau les mecs !

Du classique au jazz, du pop au folk, ce disque mérite une écoute autrement plus attentive et un meilleur traitement que celui réservé à sa sortie. Il y a là pléthore de pistes louables à plus d’un titre, comme The Power Of Gold, le remake des Hollies, Tell Me To My Face, la reprise de Judy Collins, Since You’ve Asked et Paris Nocturne, notamment.

Bel effort, compte tenu de l’intention initiale. Il est intéressant de noter, une fois encore, la présence d’un parterre d’invités prestigieux, parmi lesquels les fidèles Don Henley, Joe Lala ou Norbert Putnam.  A découvrir (RAZOR©).

 

1. Twins Theme.

2. Intimidation.

3. Lazy Susan.

4. Guitar Étude No. 3.

5. Tell Me To My Face.

6. Hurtwood Alley.

7. Lahaina Luna.

8. Paris Nocturne.

9. Since You've Asked.

10. The Power Of Gold.

 

Dan Fogelberg:synthétiseur,guitare acoustique,basse,guitare,mandoline,percussions,piano,guitare électrique,claviers,chant,guitare classique,slide guitare.

Tim Weisberg:flûte,percussions,oboe,piccolo.

David Breinenthal:basson.

Gary Coleman:percussions.

Vincent DeRosa:cor français.

Earl Dumler:cor anglais.

John Ellis:orgue,oboe.

Bobbye Hall:percussions,congas,cloche.

Don Henley:chant,harmonies vocales.

John Leslie Hug:guitare,harmonica.

Jim Keltner:batterie.

Joe Lala:percussions,congas.

Neil Larsen:piano,claviers,piano électrique.

Andy Newmark:synthétiseur,batterie.

Norbert Putnam:basse.

Ann Mason Stockton:harpe.

Florence Warner:chant,choeurs.

Willie Weeks:basse.

LP Studio 6 - 1979

 

Danfogphoenix

 

DAN FOGELBERG

PHOENIX – 1979  4/5

 

Publié en novembre 1979.

Produit par Dan Fogelberg,Marty Lewis,Norbert Putnam.

Durée:42:56.

Label:Full Moon/Epic.

 

Rien de nouveau sous le soleil.

 

Phoenix de Dan Fogelberg sort en 1979. Il suit l’intermède ludique mais convaincant du duo qu’il a constitué avec Tim Weisberg dans Twin Sons Of Different Mothers.

Ce sixième opus amorce un retour au travail en solo. En dépit d’une qualité encore reconduite ici, c’est décidément une bonne habitude chez Dan, Phoenix, N° du Billboard 80, ne nous apprend rien de nouveau que nous ne sachions déjà à son sujet.

Fogelberg est une des figures de tête du folk-rock du moment, un talent extraordinaire, un auteur-compositeur élégant, mais, hélas, méconnu. Parmi les 10 chansons ici répertoriées, Phoenix propose une palette élargie de bonnes compositions à l’image de Longer. Avec  Wishing On The Moon, Phoenix, Heart Hotels, Gypsy Wind, The Last To Know et Face The Fire, on tient là le gratiné de Phoenix. On prend, of course (RAZOR©).

 

1. Tullamore Dew.
2. Phoenix.
3. Gypsy Wind.
4. The Last To Know.
5. Face The Fire.
6. Wishing On The Moon.
7. Heart Hotels.
8. Longer.
9. Beggar's Game.
10. Along The Road.

 

Dan Fogelberg:guitare acoustique,guitare,percussions,piano,pedal steel guitare,guitare électrique,claviers,piano électrique,cloche,slide guitare,synthétiseur,chant.

Kenneth A. Buttrey:batterie,percussions.

Paul Harris:piano,claviers.

Jerry Hey:cor.

Russ Kunkel:congas,batterie.

Gayle Levant:harmonica.

Marty Lewis:percussions,tambourin.

Jody Linscott:congas.

Andy Newmark:batterie.

Norbert Putnam:basse.

Tom Scott:saxophone.

Mike Utley:orgue,claviers.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.