Hearts And Flowers.

BIOGRAPHIE.

 

HEARTS AND FLOWERS/Los Angeles (Californie - USA)

 

Hearts flowers 2

 

Actif entre 1966 et 1968.

Label:Capitol.

Genre:folk-rock,country-rock.


Au confluent du rock, de la pop, de la country et du folk.


Si Hearts And Flowers rappellent de vagues souvenirs aux fans de rock californien, c'est avant tout à Bernie Leadon et à son succès avec le Flying Burrito Brothers et Eagles qu'ils le doivent. Pourtant c'est bel et bien au géorgien Larry Murray, l'homme à l'initiative de ce groupe de folk-rock/country-rock constitué à Los Angeles, que revient la paternité de Hearts And Flowers.

Cet ancien biologiste marin du Scripps Institute Of Oceanography de La Jolla, estimant qu'il est un scientifique médiocre, donne alors la priorité à la musique dans sa vie professionnelle. En intégrant le groupe de bluegrass de San Diego, The Scottsville Squirrel Barkers, au début des années 60, il joue aux côtés de Chris Hillman, Ed Douglas, Gary Carr et de Kenny Wertz que remplace Bernie Leadon en 1964.

Après avoir collaboré une nouvelle fois avec Hillman au sein de Green Grass Group, au milieu des sixties, Larry Murray monte, en 1967 et alors qu'émerge la scène west-coast californienne, Hearts And Flowers, un groupe assez éclectique placé au confluent du rock, de la pop, de la country, de la folk music et du psychédélisme.

Heartsflowers scottsville squirrel barkersAu départ, les Scottsville Squirrel Barkers...

Hearts flowers larry murray...par lequel est passé Larry Murray.

Hearts flowers 1Hearts And Flowers, populaire grâce à Bernie Leadon.

Noyé dans la masse californienne.

Fraîchement débarqués d'Hawaï où ils écument depuis 1963 les clubs d'Honolulu, le sud californien Richard Dale Cunha, dit Rick, et Dave Dawson répondent favorablement au projet de Larry Murray, séduit par ce qu'il a entendu au Troubadour où le duo se produit.

La rencontre entre les trois guitaristes, l'un spécialiste du dobro (Murray), l'autre de la steel guitare havaïenne (Cunha) et le troisième de la cithare (Dawson) donne corps à un mélange musical particulièrement riche et original, articulé autour de compositions originales de Larry Murray (essentiellement) et plus ponctuellement de Rick Cunha, et de reprises réadaptées d'artistes alors en vogue comme Donovan, Arlo Guthrie, Merle Haggard, Kaleidoscope, Roger Tillison, le couple Goffin/King, Hoyt Axton, Tim Hardin...

En dépit de jolies harmonies vocales et d'une identité propre, la musique du trio (complété par un batteur et un bassiste en studio) s'est pourtant noyée dans le lot conséquent des formations qui, au sortir de la période hippie, ont suivi la voie folk-rock californienne, alors très encombrée et offrant peu de débouchés.

Méritait bien mieux.

Hearts And Flowers, aussi apte à passer de l'acoustique sur scène à l'électrique en studio (moyennant une rythmique supplémentaire) a pourtant deux LP à son compteur. Preuve qu'il n'a pas laissé indifférent le milieu de l'industrie du disque.

Ainsi, il est dans la ligne de mire de Gary Usher, A & R chez CBS, d'Elektra Records par l'entremise de Paul Rothchild ; mais c'est Capitol, en 1967, qui enlève le morceau, Nick Venet se montrant le plus persuasif envers un groupe alors marginal et par trop éclectique.

Sur la place angeline, Hearts And Flowers connaît malgré un beau succès, mais ça s'arrête aux confins de la Californie.

Now Is The Time For Hearts & Flowers (été 1967), le premier des deux albums, est d'ailleurs très intéressant, parfaitement équilibré entre pop, folk, bluegrass et country. Particulièrement bon, ce mélange d'originaux et de couvertures inspirées aurait mérité d'avoir une autre destinée.

Il n'est qu'à écouter la reprise bien sentie, dynamique et émouvante, de Try For The Sun de Donovan que Hearts And Flowers a pratiquement réinventée ou celle tout aussi réussie du tandem Gerry Goffin/Carole King (Road To Nowhere). Dans la presse spécialisée, Now Is The Time trouve un écho favorable.

Un greffon du Buffle ?

Of Horses, Kids And Forgotten Women, deuxième opus sorti en juillet 1968, précède le départ de Rick Cunha, remplacé par Bernie Leadon. Encore une fois, le groupe ne passe pas à côté. L'album est bien accueilli par la critique qui voit en lui une greffon de Buffalo Springfield en mode douceur ou une réminiscence du Beau Brummels du LP Triangle.

Hearts flowers leadon

« A la fin de l'année 64, je faisais quelques piges avec les Scottsville Squirrel Barkers. J'avais 16 ans. Larry Murray, qui a joué du dobro dans ce même groupe, m'a contacté en 1967 pour que je rejoigne Hearts And Flowers à Los Angeles et que Capitol Records venait de signer. La formation consistait en un trio essentiellement acoustique et vocal. Elle évoluait à cheval entre la country et les Bee Gees des débuts. » (Bernie Leadon)

Construit sur un répertoire réparti pour moitié entre originaux (plus que sur Now Is The Time For Hearts And Flowers) et reprises, situé dans le même moule fusionné que son prédécesseur, Of Horses Kids And Forgotten Women recense un titre exceptionnel à l'image d'Ode To The Tin Angel, une merveille de pop psychédélique signée Murray et des morceaux de grande classe comme Second Hand Sundown Queen, When I Was A Cowboy, Legend Of Ol’Tenbrookes et Extra Extra Medley.

Hélas, Of Horses Kids And Forgotten Women n'a pas plus d'impact que Now Is The Time For Hearts And Flowers ; cette frustration amène le groupe à se séparer en 1968.

Ces deux opus sont repris dans la compilation The Complete Hearts And Flowers Collection (2003/Rev Ola Records), une œuvre qui mérite d'être découverte pour constater que Hearts And Flowers était vraiment sous-estimé et pour confirmer qu'il avait toute sa place dans le fertile concert rock américain du moment (RAZOR©).


 

DISCOGRAPHIE 60'S.

Compilation 2003

 

Hearts flowers 3

 

HEARTS AND FLOWERS

THE COMPLETE HEARTS AND FLOWERS (1967/1968) – 2002  4,5/5

 

Publié en 2002.

Produit par Nick Venet.

Durée:100:00.

Label:Collector's Choice Music (compilation),Capitol (originaux de 67 et 68)

Genre:folk-rock,country-rock.

 

Tout est là !

 

La formidable saga de la west-coast californienne ne s’est pas écrite sur un simple claquement de doigts. Elle a été façonnée progressivement par des groupes légendaires comme les Byrds et le Buffalo Springfield, ceux qui ont installé les premières bases, puis relayée par le quatuor mythique Crosby Stills Nash & Young, les Mamas & The Papas, Poco, Joni Mitchell, le Dead et l’Airplane, le Band, Lovin Spoonful, les Doors…

Dans leur sillage sont nés les America, Seals & Crofts, Loggins & Messina, Bread, Jackson Browne, James Taylor, Little Feat, et, ne l’oublions pas, celui qui est certainement le plus représentatif de la réussite du genre et qui incarne parfaitement cette musique du sud de la Californie: les Eagles, qui ont contre eux de ne pas être du tout californiens.

C’est le paradoxe d’une scène éclectique et dense sur laquelle se faire une place au soleil relevait de l’exploit. Le talent ne suffisant pas, il fallait surtout compter sur la chance pour en émerger ou arriver au bon moment pour s’en extraire.

Hearts And Flowers l’a très rapidement appris à ses dépens, puisque le trio fondateur Rick Cunha/Dave Dawson/Larry Murray, sur le pont depuis 1964, malgré un excellent premier LP pour Capitol Records, le séduisant Now Is The Time For Flowers de 1967 et un second, Of Horses Kids And Forgotten Women (1968) plus que convaincant (avec Bernie Leadon à la palce de Cunha) ne parviendra pas à s’extirper d’un creuset folk-rock surchargé et ayant basculé dans une mouvance psychédélique.

Hearts And Flowers ne s’en remettra jamais, préférant passer la main. La carrière exceptionnelle d’Eagles et l’aura dont bénéficie Bernie Leadon seront finalement les meilleurs alliés de Hearts And Flowers, depuis ressuscités.

Ces deux albums, malheureusement oubliés et irrémédiablement disparus dans le conglom érat discographique d’alors, refont surface dans la réédition The Complete Hearts And Flowers, laquelle est renforcée par 13 titres supplémentaires n’ayant jamais fait l’objet d’une quelconque publication. Autant dire que cette parution modernisée sous forme de deux CD représente l’entièreté de la carrière de ce groupe.

Dans le détail, les 12 premiers morceaux du CD1 constituent l’intégralité du premier LP, celui de l’époque Murray/Cunha/Dawson et qui s’appuie partiellement sur des reprises très inspirées, entre autres, de Donovan, Tim Hardin, Carole King, Hoyt Axton ; les 10 suivants (du même CD1) forment l’ossature à l’identique du répertoire du deuxième jet (dont la majorité sont des originaux derrière lesquels on retrouve Murray) ; les 13 derniers sont des inédits qui sont compilés sur le CD2.

Les présentations étant faites, que nous réserve cette collection ? Beaucoup de plaisir et de surprises. The Complete Hearts And Flowers réhabilite l’image d’une formation qu’on a trop vite enterrée, alors qu’elle peut largement aujourd’hui et avec le recul, en dépit de sa discrétion ou de la méconnaissance à son endroit, revendiquer une place parmi les bons groupes de la musique américaine de cette époque et de ces lieux.

J’ai pris un plaisir fou à découvrir leurs deux premiers LP. Now Is The Time For Hearts And Flowers (en écoute intégrale ici), sorti en 1967, est produit par Nick Venet, l’homme qui fut des premières heures des Beach Boys et qui, un temps, a suivi Fred Neil, si je ne m’abuse. Il a une touche folk-rock, pop-rock assez marquée et chatoyante, avec quelques pulvérisations de psychédélisme et de sublimes harmonies vocales héritées du bluegrass (Murray a fait partie du Scottville Squirrels Barkers).

Il a cependant un côté un peu aventureux et éclectique et situe bien un groupe se cherchant encore. Si la critique ne lui en fait pas grief, le fan de cette période ne sait alors pas trop à quel saint se vouer. C’est peut-être un début d’explication au fait que Hearts And Flowers, tantôt trio acoustique, tantôt résolument électrique, n’a jamais été vu comme coulé dans le moule de la west-coast.

Of Horses Kids And Forgotten Women (en écoute intégrale ici) de 1968 recadre un peu cette tendance à se disperser du groupe, à être si spécifique et gagne en qualité avec le remplacement de Rick Cunha par Bernie Leadon et avec le remaniement du line-up (ajout de Terry Paul et Dan Woody).

Les harmonies sont encore plus radieuses et angéliques, les originaux, en plus grand nombre, capturent l’attention ; mieux produit, bénéficiant d’une orchestration bonifiée et d’un son plus étoffé, il dénote une maturité nouvelle qui aurait été intéressante dans l’optique d’une suite éventuelle à leurs travaux.

Ce ne sera pas d’actualité puisque la même année le groupe se délite. Son point d’orgue, absolument sublime, est le folk-rock psychédélique Ode To A Tin Angel qui, à lui seul, vaut le détour.

Restent les 13 outtakes d’humeur country-rock inédits, exhumés de différentes sessions de la période Capitol Records, à savoir entre 1967 et 1968, et qui suffisamment en nombre auraient pu alimenter un troisième LP, qui sait ?

Ils font preuve, à l’inverse, d’une certaine naïveté et d’un côté inachevé qui contrastent de façon trop flagrante avec les titres d’Of Horses Kids And Forgotten Women qui les précèdent, et à mon sens les plus convaincants de cette collection. Ils ne gâchent en rien le plaisir qui découle de cette découverte. Car c’en est une pour beaucoup d’entre nous. Moi en premier (RAZOR©).

 

Now Is The Time For Hearts And Flowers (1967)

 

1. Now Is The Time.

2. Save Some Time.

3. Try For The Sun.

4. Rain, Rain.

5. The View From Ward 3.

6. Rock & Roll Gypsies.

7. Reason To Believe.

8. Please.

9. 1-2-3 Rhyme In Carnivour Thyme.

10. I'm A Lonesome Fugitive.

11. Road To Nowhere.

12. 10,000 Sunsets.

 

Of Horses, Kids, And Forgotten Women (1968)

 

13. Now Is The Time For Hearts And Flowers.

14. Highway In The Wind.

15. Second-Hand Sundown Queen.

16. She Sang Hymns Out Of Tune.

17. Ode To A Tin Angel.

18. When I Was A Cowboy .

19. Legend Of Ol' Tenbrookes.

20. Colour Your Daytime.

21. Two Little Boys.

22. Medley: Extra Extra / Rock And Roll Gypsies / Extra Extra.

 

Previously Unreleased (Capitol 1967/68)

 

23. Rosanna.

24. Extra Extra.

25. Walls.

26. She Like Her Loving Like I Like Mine.

27. Six White Horses.

28. Flower Lady.

29. When I'm With You.

30. Gypsy Blue.

31. Everybody's Talkin'.

32. California Sunshine Girl.

33. Jones Vs Jones.

34. Brandy.

35. Other Side Of This Life.

 

David Dawson:chant,guitare,cithare.

Bernie Leadon:guitare (1968).

Terry Paul:basse (1968).

Rick Cunha:guitare,chant (1965/67).

Larry Murray:guitare,chant.

Dan Woody:batterie (1967)

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.