Plainsong.

BIOGRAPHIE.

 

PLAINSONG/Angleterre

 

Plainson 2

 

 

Actif 1972/72,1991/2012.

Label:Elektra.

Genre:country-rock,folk-rock.

Site:iainmatthews.com

Le rêve américain de Matthews.

D’origine anglaise, Plainsong, rare formation de la mouvance folk-rock/country-rock britannique, est l’œuvre d’Ian (Iain) Matthews, mais avant d’en passer par là, ce dernier a fait partie d’incarnations huppées. Le Fairport Convention pour débuter (67/68), après une pige sans signification auprès de Pyramid. Deux albums plus tard, il sort du Fairport Convention pour divergence artistique. Matthews a résolument l’esprit à la musique californienne quand le reste du groupe veut prendre le pas de la folk traditionnelle anglaise.

Il fonde alors Matthews Southern Comfort pour assouvir ses desseins dans le folk-rock des Byrds et Dylan et pour ne pas démarrer trop précipitamment. Ne se sentant pas encore totalement prêt pour la carrière solo qu’il a planifié dans un coin de sa tête, il s’entoure d’un groupe mais l’album est encore le sien. Au départ, les potes du Fairport lui filent le coup de main nécessaire et le soutiennent pour la réalisation du premier LP issu de son émancipation.

Après deux disques sous Matthews Southern Comfort et des problèmes en interne, le groupe est arrêté. Matthews en profite pour se lancer vraiment seul (1971). Deux opus traduisent ce cap en solitaire : If You Saw Thro’ My Eyes (1971) et Tigers Will Survive (1972), les deux chez Vertigo.

Plainsong, quatrième incarnation en trois ans.

L’étape suivante, c’est Plainsong créé au début de 1972 et disparu alors que cette même année n’a pas fini de s’écouler. La quatrième incarnation à laquelle prend part Matthews en à peine trois ans implique Andy Roberts, guitariste sur les albums If You Saw Thro’ My Eyes et Tigers Will Survive, là où le projet de bosser ensemble a vraisemblablement germé. Le line-up se compose aussi de Dave Richards, Bobby Ronga et Timi Donald.

Iain matthews 3

« La différence entre le folk britannique et celui américain des années 60  tient dans le fait que les Américains ont poussé l’expérience plus loin. Toutes les grandes chansons de cette époque sont venues des States. La scène britannique était radicalement différente, dans sa structure sociale notamment, ou dans la liberté d’expression. Pour moi, l’écriture américaine était plus brillante, plus expressive et elle m’a touché plus que n’importe quelle autre. » (Iain Matthews)

Elektra Records, qui est alors le label d’Iain Matthews, par la voix de Jac Holzman ne s’oppose pas à cette mouture. Plainsong est né mais ne dure pas car Iain Matthews a la tête à d’autres priorités : travailler avec Mike Nesmith  depuis les Etats-Unis. Cette décision, dont il concèdera bien plus tard qu’elle fut une erreur de sa part, génère des tensions entre lui et Dave Richards pour atteindre un point de non-retour au moment du split.  Cette rupture n’empêche pas Iain Matthews et Andy Roberts de se retrouver en 1991 dans le Plainsong de la réunification. Leur collaboration se fait depuis par intermittence, mais elle dure.

Search Of Amelia Earhart, la référence.

De Plainsong, l’histoire retient surtout un album country-rock/folk-rock, In Search Of Amelia Earhart (1972), sorte de disque d’un Fairport Convention qui débarquerait à Nashville ; il est plébiscité par la critique, mais peu suivi commercialement.

Un deuxième LP (And That’s That – The Demos, publié en 1992) est en prévision que les divergences entre Richards et Matthews tuent dans l’œuf. Ronga quitte Plainsong avant les premières sessions d’enregistrement, entraînant dans son sillage la désagrégation du groupe. Matthews et Roberts reprennent alors leur bâton de pèlerin et, chacun de son côté, se replongent dans leur carrière respective.

On ferme !

Réactivé en 1991, Plainsong prolonge le plaisir autour de Matthews, Roberts, de Mark Griffits et de Julian Dawson. Ce line-up du come-back est l’auteur de trois LP : Dark Side of the Room (1992), Voices Electric (1994), and Sister Flute (1996). Après ça, Julian Dawson reprend sa liberté pour s’adonner à un parcours plus personnel. Il est remplacé par Clive Gregson.

En 1999, sort New Place Now, avant que le duo Roberts/Matthews, sous l’identité de Plainsong, ne donne vie à A To B en 2001. Pangolins (2003) et le live de studio Fat Lady Singing (2012), apparu 9 ans plus tard, marquent la fin de ce groupe dissous en 2012, quarante ans après avoir eu une première vie, 40 ans après la publication de ce très bel album qu’est Search Of Amelia Earhart. Une mini tournée japonaise ponctue la cessation d’activité de la seule formation country-rock britannique à avoir été réellement crédible dans un registre sur lequel les américains avaient la mainmise (RAZOR©).

DISCOGRAPHIE 70'S.

LP unique - 1973

 

Plainsong in search of amelia earhart 1972

 

PLAINSONG

IN SEARCH OF AMELIA EARHART – 1972  5/5

 

Publié en avril 1972.

Produit par Sandy Roberton.

Durée:39:28.

Label:Elektra.

Genre:country rock,folk rock.

 

Quand le Fairport Convention s’installe à Nashville.

 

Battons le fer tant il est chaud. Je vous ai précédemment promis la tête de Plainsong, je vous la livre sur un plateau. Formation qui bat pavillon britannique, si on devait en faire un résumé lapidaire, ça serait du genre : Fairport Convention à Nashville. Cette image codée ne va pas éclairer beaucoup votre lanterne. Faisons simple et court.

Le Fairport Convention initial, alors dans une phase musicale pro américaine, n’est pas encore le précurseur et la figure légendaire du folk anglais qu’il deviendra. Ian Matthews (McDonald) est le membre du groupe qui est le plus fervent défenseur de la West Coast californienne que Fairport Convention veut abandonner au profit du genre qui les starisera. Matthews insiste en solo pour développer son idée de fusionner le folk-rock british avec son pendant américain. Avec Andy Roberts, il fonde Plainsong, son quatrième collectif en trois ans, que rejoignent Dave Richards et Bob Ronga.

Plainsong est aujourd’hui retenu comme un des seuls groupes de folk-rock/country-rock de l’Old Albion. Son plus digne représentant, ça c’est sûr et certain, il n’est qu’à se rappeler le très bel album résultant de la courte activité qu’il a eu : In Search Of Amelia Earhart, sorte de semi LP concept sur la célèbre aviatrice, publié au cours d’une année 1972, qui voit  par ailleurs Plainsong se former, partir dans une tournée et se séparer pour divergence artistique entre Matthews et Richards.

Malgré un projet à venir, on n’entendra plus parler de Plainsong, jusqu’à ce qu’une reformation ne soit engagée en 1991. Elle prend malheureusement fin en 2012 au motif de la difficulté géographique de réunir régulièrement ses membres. Trois albums ponctuent ce renouveau.

Ian Matthews est l’élément moteur de Plainsong. Il assure, comme il l’a souvent fait dans sa carrière, l’excellente écriture de 5 des 11 titres d’In Search Of Amelia Earhart, produit par Sandy Robertson (Steeleye Span). Le reste est constitué de reprises de Paul Siebel (on en parlait dernièrement), de Jim Fagan, Rick Cunha, Dave McEnery, Albert Brumley et du couple Jerry Yester/Judy Henske.  Il partage le chant avec  Andy Roberts. C’est un des temps forts de cet opus cohérent, sombre, fin, doux et agréablement feutré, avec son chorus magnifique.

Dans ce dernier répertoire, Plainsong fait du Louise de Paul Siebel un grand moment d’émotion. I’ll Fly Away, Yo Yo Man, Raider, Call The Tune, Diesel On My Tail et True Story Of Amelia Earhart sont les autres faits saillants ici. Comme de coutume, quand les critiques font, au dessus du berceau, l’éloge du bébé, c’est l’aspect commercial qui claudique.

Cela n’enlève en rien l’immense  respect que je voue à Ian Matthews, un Seigneur, pour l’intégralité de son parcours, mais plus particulièrement ici, avec ses collègues anglais de Plainsong. Les années ont défilé depuis 72 mais les souvenirs et les émotions demeurent. Allez, pour Plainsong : “God Save The Queen, God Save Our Gracious Queen, Long live Our Noble Queen, God Save The Queen…” (RAZOR©)

 

1. For the Second Time.

2. Yo Yo Man.

3. Louise.

4. Call the Tune.

5. Diesel on My Tail.

6. Amelia Earhart's Last Flight.

7. I'll Fly Away.

8. True Story of Amelia Earhart.

9. Even the Guiding Light.

10. Side Roads.

11. Raider.

 

Ian Matthews:guitare,chant.

Andy Roberts:guitare,chant.

Dave Richards:guitare,voix.

Bob Ronga:basse,voix.

Martin Jenkins:mandolin,cello.

Dave Mattacks,Timi Donald:batterie.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.