Freddie And The Dreamers.

BIOGRAPHIE.

 

FREDDIE AND THE DREAMERS/Manchester (Angleterre – UK)

 

Freddie dreamers 64

 

Actif de 1963 à 2000.

Labels:Columbia (EMI) pour le Royaume-Uni,Mercury (USA),Capitol,Tower.

Genre:beat,merseybeat,pop,pop-rock,rock and roll.

Site officiel:www.thedreamers.co.uk

 

Le loufoque de service.

Parmi les groupes ayant embrasé la fabuleuse british invasion, Freddie And The Dreamers aura été le loufoque de service. Là où tous les envahisseurs du mouvement engagé derrière les Beatles la jouaient sérieux et déterminés, la bande à Freddie Garrity, identique tant dans sa vie quotidienne que dans sa profession, pratiquait son art pour le seul plaisir de jouer, ses prestations scéniques improvisées tenant plus des pitreries et de l’exubérance, du débordement d'énergie et de la bonne humeur que des performances réglées au millimètre proposées par leurs compatriotes et rivaux.

Freddie dreamers detailsFreddie Garrity et ses Dreamers, les loufoques de service.

Freddie dreamers 1Du succès malgré les bouffonneries.

Freddie dreamers faceties fredFreddie Garrity, un show-man extraordinaire.

Freddie dreamers 65Freddie And The Dreamers 1965.

Freddie dreamers 2Acteur majeur de la british invasion et du Merseybeat.

Freddie dreamers i m tellin you now I'm Telling You Now, N°1 aux States en 1965.

Freddie dreamers now 2The Dreamers (2020).

Freddie, pop-star clownesque et drôle de front-man, au profil gringalet, avait le profil de l'emploi : petit, chétif mais énergique et monté sur ressorts, chaussant grosses lunettes d'écailles à la Buddy Holly.

Ses prestations sur scène ont tout d'une danse, selon celui qui a travesti sa date de naissance de quatre ans pour faire plus jeune auprès d'un public s'arrachant alors ses disques.

Dans son dos, des musiciens aussi dissemblables les uns des autres, déjantés comme lui, qui n'avaient rien de glamour ou d'idoles sexuelles, toujours prompts à en remettre une couche ou à jouer les facétieux...

Il y a là un bassiste grassouillet à la mâchoire proéminente lui donnant des allures de benêt (Peter Birrell), un batteur propre sur lui tenant plus du VRP BCBG que de Keith Moon (Bernie Dwyer), un guitariste à la chevelure couleur minium caché derrière des lunettes de soleil venues d'une autre planète et arborant costumes italiens smarts et taillés sur mesure (Derek Quinn), un guitariste à l'alopécie précoce paraissant vieux avant l'âge (Roy Crewdson)...

Acteur majeur de la british invasion et du Merseybeat.

Les Dreamers ont exploité cette atypicité pour surfer avec succès, dès 1965 et I'm Telling You Now (N°1 au Billboard), sur la vague invasive balayant les États-Unis même si c'est au Royaume-Uni, sur ses terres, que Freddie And The Dreamers a véritablement marqué les esprits.

Groupe majeur du Merseybeat, le groupe de Manchester y a construit son succès entre mai 1963 et novembre 1965.

Très populaire dans le cœur des kids, ces derniers en ont fait un top 3 de la scène beat du moment derrière les Beatles et Gerry And The Pacemakers. C'est dire le rôle qu'ils ont alors tenu et l'importance qu'ils ont eue... en dépit de leurs bouffonneries.

Freddie Garrity est aujourd'hui décédé, victime d'un emphysème pulmonaire le 19 mai 2006, pendant ses vacances à Bangor, au Pays de Galles, sa santé étant sérieusement déclinante depuis le début du nouveau millénaire.

Freddie Garrity, un excentrique notoire.

Le mancunien (il est né le 14 novembre 1936 dans la banlieue de Manchester) est à l'origine du groupe. En effet, après avoir travaillé comme laitier pendant un temps, le fils aîné de Frederick Garrity et d'Elsie Clynes a rapidement intégré des formations de skiffle locales : les Red Sox, John Norman Four, the Kingfishers devenus Freddie And The Dreamers, dès 1959, quand il est repéré par Danny Betesh.

Betesh, ancien comptable de Manchester, est le fondateur de la très respectable et influente Kennedy Street Enterprise, entrée dans le business de la musique en qualité de propriétaire de salles de bal et devenue agent d'artistes.

Ce dernier est à l'initiative même du lancement des musiciens du Merseybeat dans la grande aventure de la british invasion (Wayne Fontana And The Mindbenders, Herman's Hermits...) et responsable, notamment, du succès de Freddie And The Dreamers des deux côtés de l'Atlantique. Betesh restera plus de 40 ans aux côtés de Freddie.

Freddie Garrity est passé par la guitare qu'il apprend à la fin des années 50 quand le skiffle bat son plein en Angleterre. Avec son frère cadet Derek,il se produit au sein des Red Sox, lesquels mutent en Kingfishers, puis en Dreamers Rhythm Group, avant de se fixer sur Freddie And The Dreamers.

Déjà, ils se démarquent de leurs rivaux du moment en intégrant l'humour et l'ironie à leurs apparitions publiques. Le spectacle relève du music-hall et du vaudeville et les sauts de cabri permanents que Freddie intègre à sa prestation personnelle, deviennent sa marque de fabrique.

Celui-ci est vite catalogué comme excentrique notoire, d'autant que les images télévisées des émissions auxquelles les Dreamers, devenus très populaires, prennent part (Top Of The Pops, Thank You Lucky Stars...) relaient les cocasseries de son leader et de sa troupe auprès des téléspectateurs du monde entier.

Un succès venu rapidement.

Tout en conservant son emploi de laitier, Freddie Garrity décide de monter sa propre formation ; pour ce, il recrute quatre autres mancuniens : Peter Birrell, un bassiste, Bernard, dit Bernie, Dwyer (batteur), Derek Quinn et Roy Crewdson, deux guitaristes.

Ce line-up d'origine auditionne pour la BBC Radio en 1961, se retrouve à Hambourg à animer le Top Ten Club avec les Beatles, avant de passer professionnel dès 1962 et de signer un contrat avec Columbia (1963).

Il ne faut pas attendre bien longtemps avant que les Dreamers ne rencontrent le succès. Cela est fait dès 1963, date à laquelle sortent les accrocheurs I'm Telling You Now et You Were Made For Me (signé Mitch Murray). 

Ces chansons légères et gorgées de soleil vont respectivement les propulser en tête des charts britannique (N°3) et américain (N°1).

Quelques mois plus tôt, au printemps 63, la tentative de reprendre la valse farfelue de Rudy Clark interprétée par James Ray, If You Gotta Make A Fool Of Somebody (face B, Feel So Blue) et d'en faire une version plus bluesy, trouve un écho favorable auprès du public anglais (N°3 des charts).

Ce titre, que les Beatles jouaient quelques mois plus tôt au Cavern Club de Liverpool (septembre 62), ouvre leur premier LP éponyme, Freddie And The Dreamers (1963).

Groupe majeur au Royaume-Uni.

Après une tournée britannique en soutien de Roy Orbison, les Dreamers apparaissent dans un film, What A Crazy World, comme c'est de bon ton à l'époque.

Les Beatles avaient Hard Day's Night, le Dave Clark Five Catch Us If You Can, Gerry and The Pacemakers Ferry Cross The Mersey, les Honeycombs Pop Gear, Herman's Hermits When The Boys Meet The Girls, Hold On ! et Mrs. Brown You've Got A Lonely Daughter, les Dreamers tiennent, à leur tour, leur moment de gloire sur pellicule et cela renforce, dans l'esprit des gens, son statut de groupe majeur britannique.

Over You/Come Back When You're Ready (N°13 UK), I Love You Baby/Don't Make Me Cry (N°16), Just For You/Don't Do That To Me (N°41) et I Understand/I Will (N°5 UK et 36 US), tous pour CBS, perpétuent, en 1964, la bonne habitude prise par les mancuniens de bien figurer dans les charts.

Pour l'anecdote, à la même époque, leur second single, So Fine (face B de You Were Made For Me), pointe, sans trop que l'on sache pourquoi et plus par accident, semble-t-il, sur une réédition de Tower Records (1965) et sous l'identité de The Beat Merchants. On la retrouve à la surprise générale au 21ème rang du Billboard.

Freddie dreamers alan mosca

« Le groupe de soutien d'origine s'est séparé dans les années 1960 et Freddie a décidé de se lancer en solo, en hommage à Al Jolson, artiste de music-hall qu'il adorait. Cette expérience n'a pas été un énorme succès et il a décidé de réunir un autre groupe et c'est là que je suis entré. Nous faisions partie de la British Invasion Tour, jouant aux côtés de Gerry And The Pacemakers et The Searchers. C'était un bon moment, mais nous avons dû travailler dur, en jouant six soirs par semaine pendant 50 semaines sur l'année. Bien que Freddie ait fait l'idiot sur scène, à la ville, il était un homme d'affaires très besogneux et un être adorable, très sympathique. Il était un grand interprète et il nous manque beaucoup aujourd'hui. » (Alan Mosca)

Les yankees sous le charme de The Freddie.

Après celui britannique, le marché américain cède à son tour aux facéties de Freddie et des siens. I'm Telling You Now, signée Freddie Garrity et Mitch Murray, après avoir été publiée en single août 63, ne marque pas tout de suite les esprits américains.

Rééditée par Tower (filiale de Capitol) en pleine british invasion, elle prend la première place du Billboard en avril 65. Les Dreamers font une entrée fracassante dans les bacs yankee, d’autant qu'ils lancent dans le même mouvement, avec le titre Do The Freddie (N°18 US/1965) la célèbre mais néanmoins loufoque danse, dite The Freddie, dont la chorégraphie simpliste consiste, en rythme avec la musique, à étendre la jambe gauche et à lever les deux bras, puis la jambe droite avec les deux bras et à répéter le mouvement jusqu'à la fin.

L'année 65 voit le succès se tarir, même si A Little You fait encore 26 dans les classements grands-bretons et si Thou Shalt Not Steal entre encore dans le top 50 (N°44).

Des Dreamers toujours actifs aujourd'hui.

There's Not One Thing (Just For Men)/Send A Letter To Me et I Don't Know/Windmill In Old Amsterdam ne se classent même pas. Il en ira ainsi jusqu'au terme de l'activité du groupe, en 1971, date à laquelle le line-up d'origine se liquéfie.

Freddie Garrity fait alors le choix de poursuivre sa carrière en solo, avant de revenir à ses premières amours , au milieu des 70's, avec une nouvelle équipe, puis de se lancer dans une carrière à la télévision (émissions pour enfants, sitcoms).

Au terme de cette expérience, il tourne pendant deux décennies avec ses nouveaux partenaires avant d'être arrêté en 2001 pour les raisons de santé que l'on connaît.

Après 5 ans de retraite forcée, Freddie s'éteint pour l'éternité, laissant derrière lui le souvenir d'un homme drôle, droit et aimé de tous ses proches et d'un artiste qui, sans jamais se prendre au sérieux, a réussi l'exploit de drainer dans son sillage une palanquée internationale de fans.

Les Dreamers (Alan Mosca, plus de 40 ans dans le groupe et bras droit de Garrity, Nicky Walker, Colin et Steve Temple) sont toujours actifs aujourd'hui, poursuivant la tradition ludique et récréative mise en place en 1959 par son maître-penseur (RAZOR©2020)

DISCOGRAPHIE 60'S.

LP Studio 2 - 1964

 

Freddie dreamers you were mad for me 64

 

 

FREDDIE AND THE DREAMERS

YOU WERE MAD FOR ME – 1964  3/5

 

Publié en octobre 1964.

Durée:33:05.

Label:EMI/CBS

Genre:beat,Merseybeat,pop,pop-rock,rock,british invasion.

 

Grand groupe, disque moyen.

 

Freddie And The Dreamers était un grand groupe. Sur la scène Merseybeat de Liverpool, le rival mancunien aura été une des formations les plus populaires du moment.

Révélée par ses singles de la période 63/64, par ses facéties et par la danse qui les caractérise (The Freddie), la bande à Freddie Garrity n'a pourtant pas laissé un souvenir impérissable quant à sa discographie LP.

Il faut dire qu'elle n'a pas, non plus, eu une carrière très longue et que les albums n'étaient pas la priorité des groupes de cette place et de cette période, même si l'éponyme précédent Freddie And The Dreamers, sorti en 1963, prend une honorable 5ème place dans les classements de LP grands-bretons..

Après des débuts tonitruants (un N° 3 et deux N°1) sur le marché britannique, le groupe est vitre rentré dans le rang et il faudra la british invasion et I'm Telling You pour le relancer quelque peu (1965).

Le disque qui nous concerne, You Were Mad For Me, sorti en automne 64, est à l'image de cette période parfois confuse et légère. Deuxième pan de la discographie de Freddie, il est alimenté par un répertoire, sans véritable surprise, de 14 titres, essentiellement empruntés au répertoire rock américain (Bobby Darin, Paul Anka, Bo Diddley, Marijohn Wilkin', Barry Man, Ray Charles, Bobby Charles) et complété par des chansons britanniques d'auteurs anglais en vogue (Peter Stirling, Geoff Stephens, John Carter & Ken Lewis, Chad Stuart).

L'offre n'a rien d'originale ; elle est dans l'esprit du moment, sans pourtant faire grimper l'auditeur aux rideaux. Les versions ici proposées laissent parfois ce dernier sur sa faim. Au final, You Were Mad For Me est loin de traduire tout le potentiel de Garrity et de ses Dreamers. On peut le voir comme le disque moyen d'un grand groupe.

Difficile de trouver quelque chose de décent dans le catalogue des albums de Freddie, vous êtes prévenus... on le réservera aux fans invétérés et aux collectionneurs (RAZOR©).

 

1. Jailer Bring Me Water.

2. It Doesn't Matter Anymore.

3. Tell Me When.

4. Cut Across Shorty.

5. I'll Never Dance Again.

6. What'd I Say.

7. See You Later Alligator.

8. Early In The Morning.

9. I Think Of You.

10. Only You.

11. Johnny B. Goode.

12. I Don't Love You Anymore.

13. Say It Isn't True.

14. Write Me A Letter.

 

Freddie Garrity:chant.

Derek Quinn:guitare solo.

Roy Crewdson:guitare rythmique,chant.

Peter Birrell:basse,chant.

Bernie Dwyer:batterie.

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.