The Searchers.

BIOGRAPHIE.

 

THE SEARCHERS/Liverpool (Angleterre – UK)

 

Searchers intro

 

Actif entre 1959 et 2019.

Labels:Pye,Philips,Liberty,RCA,Sire,Mercury,Kapp,RCA.

Genre:pop,pop-rock,rock,merseybeat,british invasion.

Site officiel:www.the-searchers.co.uk

 

2019 : le rideau se referme.

Cette fois, c'est officiel et irréversible : en 2019, les Searchers ont déposé les armes, 60 ans après avoir débuté dans le milieu musical britannique alors dominé par le skiffle et le rock & roll. Cette longévité en fait l'une des formations les plus durables de la Merseybeat.

Ils ont remisé au clou leurs instruments et dit au revoir à leur nombreux et fidèle public. Ceux qui ont tiré la bourre aux Beatles en personne, à l'époque où ces derniers étaient déjà d'indéboulonnables stars dans les charts internationaux (1963/64), ont été une valeur sûre du mouvement beat british, parti de la portuaire Liverpool, dont ils sont originaires.

Faisant fi des multiples changements ayant affecté son line-up au fil des décennies, les Searchers ont été de grands novateurs et une influence majeure pour certains artistes américains. Souvenons de ces magnifiques albums signés en 1979 (The Searchers) et en 1980 (Play For Today)...

Searchers 1Sans les Searchers, point de Byrds ?

Searchers liverpoolNovateurs et influents.

Searchers sweets for my sweet 1963Un single N°1 au Royaume-Uni (1963).

Searchers meet the searchers lp 1963Meet The Searchers en 1963.

Searchers nowClap de fin de 2019.

Sans les Searchers, point de Byrds ?

Les Byrds notamment, par la voie de son leader charismatique Roger McGuinn, s'ils reconnaissent avoir été influencés par les Beatles, revendiquent l'avoir été bien plus par les Searchers.

Avancer comme l'osent certains, que, sans les Searchers, il n'y aurait pas eu de Byrds peut paraître exagéré et prétentieux, mais il n'est pas usurpé d'admettre que la pop brillante et mélodieuse des anglais, la douceur et la complexité de leurs harmonies vocales, ainsi que la richesse et le frémissement de leurs lignes de guitare ont énormément influé sur le folk-rock que les californiens ont mis en place dans la première moitié des 60's.

De Tom Petty à Bruce Springsteen en passant par Pete Townsend, il n'est pas un guitariste qui se respecte qui n'ait pas, un jour ou l'autre, piqué un truc à McNally et Pender.

Tirant son nom du western de John Ford avec John Wayne dans le rôle principal (The Searchers/1956), on retiendra surtout d'eux, outre leur durabilité exceptionnelle, le fait qu'ils ont joué pour la Reine d'Angleterre et leurs incontournables hits (Sweets For My Sweet, Needles And Spins, Sugar And Spice, When You Walk In The Room, Love Potion Number Nine, What Have They Done To The Rain, Don't Throw Your Love Away...).

Opérationnel depuis la fin des 50's.

C'est dans le skiffle que les Searchers font leurs premières gammes dès 1957. John McNally, Brian Dolan, Tony West, Michael John Prendergast, alias Mike Pender, et Tony Jackson sont à l'initiative de la formation qui évolue alors sous Tony And The Searchers.

L'entrée de Joe Kennedy, remplacé par Norman McGarry, entérine ce qui est resté comme le line-up original des Searchers : McNally, McGarry, Pender et Jackson.

MacGarry parti, Chris Crummey (renommé Curtis) saute dans la brèche en 1960. Son arrivée s’accompagne de celle de Johnny Sandon (William Beck pour l'état civil) quand Jackson quitte le chant pour se concentrer sur la basse.

Le groupe est renommé Johnny Sandon & The Searchers jusqu'au départ de ce dernier, en février 1962, pour le Remo Four.

La mouture en question est très populaire sur l'échiquier de la Merseybeat puisqu'elle a partagé le mythique Cavern Club avec les formations-phare du moment. La sortie de Sandon amène le groupe à changer une nouvelle fois d'identité.

Les Searchers évoluent désormais en quatuor avec Jackson pour seul chanteur. Leur répertoire s'articule autour de reprises de R & B américain, de rock & roll, de soul, de country et de rockabilly.

Outre le Cavern ou l'Iron Door à Liverpool, les Searchers ont le privilège de fouler la scène du Star Club de Hambourg dans le sillage de ceux qui l'ont inauguré en avril 1962 : les Beatles.

Sweets For My Sweet, Sugar And Spice, Needles And Pins...

Signé par Pye Records (1963) et placé sous la coupe du producteur Tony Hatch (alias Fred Nightingale ou Mark Anthony), le groupe enregistre initialement une reprise de Sweets For My Sweet (The Drifters) laquelle, à l'été 1963, s'empare de la première place des charts UK. Au même moment, une version française sort, dont Frank Alamo est l'interprète : Biche, ma biche.

Si Sugar And Spice, en octobre 1963, doit se contenter de jouer les Poulidor en Angleterre, le début de 1964 est marqué par la réussite de Needles and Pins (écrite par Jack Nitzsche et Sony Bono) qui récidive et se classe N°1 en Grande-Bretagne, tandis qu'il fait 13 chez l'Oncle Sam.

Les Searchers perdent alors Tony Jackson mais récupèrent en contrepartie Frank Allen, transfuge de Cliff Bennett And The Rebel Rousers.

Au printemps de la même année (avril), Don't Throw Your Love Away fait aussi bien que Sweets For My Sweet et Needles And Pins au Royaume-Uni. Le titre, dont on doit la paternité à Billy Jackson et Jimmy Wisner et que les philadelphiens des Orions ont porté au 55ème rang du Billboard un an plus tôt, flirte avec le top 10 aux États-Unis (N°11/juillet 64). Don't Throw Your Love Away est la dernière fois que le groupe culmine en tête des charts.

Les liverpuldians signent encore quelques coups comme When You Walk In The Room, en septembre 1964. Le titre se positionne au 3ème rang en Angleterre tandis que son suivant immédiat, Love Potion N°9 (novembre 195), en fait de même mais aux States au début 1965. Goodbye My Love est le dernier morceau à entrer dans le top 5 (N°4 en 1965).

Serachers allen 3

« Lorsque nous avons commencé, nous n'avions jamais pensé que cela se poursuivrait des décennies et que ça nous amènerait dans un nouveau millénaire. A nos débuts, il était déjà difficile de croire que nous étions des musiciens professionnels, alors quand nous sommes devenus une attraction internationale dont les sons et le style ont influencé d'autres contemporains comme les Byrds, imaginez un peu... » (Frank Allen)

Un groupe qui repart de zéro et se relance.

Quand l'engouement pour la british invasion et la scène Merseybeat devient moins marqué, la formation anglaise perd de son aura et le succès se fait plus rare. Les Searchers sont à la croisée des chemins et tentent de se réinventer.

C'est le moment que choisit Chris Curtis pour quitter ses camarades (avril 1966), lassé par les harassantes tournées aux quatre coins de la planète. Ce dernier rebondit sur Roundabout, la mouture qui mène à Deep Purple (1967). Johnny Blunt (il sera remplacé par Billy Anderson en 69) le supplée.

Plus aucun mouvement de personnel n'affecte alors le groupe jusqu'au milieu des 80's. Par ailleurs, à la rupture du contrat avec Pye (1967), celui-ci se retrouve sur le circuit Chicken In The Basket, sorte de voie de garage, et ne refait parler de lui qu'au début des 70's (Desdemona, N°94 du Billboard 71)

La période 1963-1979 recense 7 LP studio britanniques : Meat The Searchers et Sugar And Spice, en 1963, It's The Searchers (1964), Sounds Like Searchers et Take Me For What I'm Worth (1965), Second Take (1972) et The Searchers (1979).

Sur le marché américain sont publiés Meet The Searchers, Hear Hear et This Is Us (tous en 64) et The New Searchers (Chris, John, Mike & Frank), l'année suivante.

Play For Today et Hungry Hearts, au début des 80's, complètent leur discographie et relancent une carrière qui s'achève définitivement en 2019.

Frank Allen, John Mc Nally, Spencer James et Scott Ottaway ont la lourde charge de refermer, 60 ans après, le livre d'une formation parmi les plus pétillantes et les plus influentes de la british invasion et du rock, plus généralement (RAZOR©2020).

DISCOGRAPHIE 60'S.

LP Studio 3 - 1964

 

Searchers it s the searchers 1964

 

THE SEARCHERS

IT'S THE SEARCHERS – 1964  4/5

 

Publié en mai 1964.

Produit par Tony Hatch.

Durée:31:32.

Label:Pye Records.

Genre:beat,merseybeat,british invasion,pop-rock.

 

Ici et maintenant.

 

Les deux premiers albums ne cassent vraiment pas quatre pattes à un canard, même si le premier d'entre eux, Meet The Searchers (août 1963), se classe au 2ème rang des classements d'albums british et si son suivant, Spice And Sugar, sorti deux mois plus tard, intègre le top 5 des mêmes charts.

Si les Searchers font alors montre de fougue et de talent, à trop vouloir (et trop rapidement) capitaliser, dans un premier temps, sur le succès de Sweets For My Sweet, puis dans la foulée, sur celui de Spice And Sugar, ils ratent finalement leur effet.

Il faut que le troisième LP tombe dans les bacs, en mai 1964, pour que le groupe de Liverpool publie enfin un disque digne de ce nom, plus soigné, où chaque chanson se révèle agréable du début à la fin.

La performance n'est pas peu mince quand on sait que l'album en question ne s'appuie que sur des reprises empruntées au répertoire d'artistes outre-Atlantique.

Taper dans le répertoire des ricains est alors dans l'esprit de l'époque, avancera-t-on pour leur défense... et comme c'est plutôt bien foutu et jamais rasoir, et bien, moi ça me botte.

It's The Searchers est sans conteste le travail le plus intéressant et surtout le plus mature des liverpuldians. Avec son délicieux petit côté Kinks ou Beatles de la première heure, il s'avère un des très bons disques de l'année 64, visiblement un excellent millésime pour le groupe.

Les Byrds se nourrissent de It's The Searchers pour peaufiner le folk-rock qu'ils ont en tête et qu'ils sont sur le point de développer sur le sol de l'Oncle Sam.

Nul doute que le couple de guitaristes anglais (John McNlly et Mike Pender) a influé sur McGuinn. On le ressent souvent dans le répertoire de ce disque, tant sur le plan instrumental que dans les harmonies vocales.

Needles And Pins, Sea Of Heartbreak, Don't Throw Your Love Away et This Empty Space sont les joyaux d'un lot qui brille par sa grande qualité.

S'il est un album des Searchers qui doit finir sur l'étagère, c'est bien ce It's The Searchers (RAZOR©).

 

1. It's In Her Kiss.

2. Glad All Over.

3. Sea Of Heartbreak.

4. Livin' Lovin' Wreck.

5. Where Have You Been ?

6. Shimmy Shimmy.

7. Needles And Pins.

8. This Empty Space.

9. Gonna Send You Back To Georgia.

10. I Count The Tears.

11. Hi Heel Sneakers.

12. Can't Help Forgiving You.

13. Sho' Know A Lot About Love.

14. Don't Throw Your Love Away.

 

John McNally,Mike Pender:guitare.

Tony Jackson:basse,chant.

Chris Curtis:batterie.

Tony Hatch:piano.

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires