David Bowie.

BIOGRAPHIE.

 

DAVID BOWIE/Londres (Angleterre)

 

Bowie 1

 

Né David Robert Jones, le 8 janvier 1947 à Londres, décédé le 10 janvier 2016 à New York (USA).

Dit Ziggy Stardust, Aladdin Sane, Halloween Jack ou The Thin White Duke.

Actif entre 1964 et 2016.

Labels:Deram,RCA,Virgin,EMI,ISO,CBS,BMG,Vocalion.

Genre:art rock,blue-eyed soul,glam rock,pop,protopunk,rock progressif,funk,rock symphonique,space rock,post-punk.

Site officiel:david bowie.com

 

Un artiste sans cesse réinventé.

David Robert Jones pour l'état civil londonien, il était David Bowie pour le rock. Il s'est éteint le 10 janvier 2016, deux jours après avoir fêté ses 69 ans et fait coïncider son anniversaire et sa mort avec la publication de son 25ème album studio, Blackstar, à cheval entre new wave et jazz expérimental. Jusqu'au bout, il aura tout maîtrisé et orchestré dignement le moment de son départ.

Star depuis le début des 70's quand il entre dans le costume de Ziggy Stardust, Bowie n'a, depuis, jamais cessé de se réinventer durant une carrière qu'il a menée tambour battant jusqu'à l'aube du 21ème siècle. Un accident cardiaque en 2004, suivi de plusieurs autres dans la décennie, ralentit ce touche-à-tout particulièrement actif et productif. Il se fait alors plus rare et se ménage jusqu'à ce qu'un cancer, sur lequel il s'est montré plutôt discret et contre lequel il se battait depuis 18 mois, ne le terrasse.

Apparu publiquement pour la dernière fois, le 7 décembre 2015 à New York dans le cadre de la comédie musicale Lazarus, celui qui a vendu 140 millions d'albums en 45 ans de carrière laisse derrière lui des fans inconsolables, dans la musique surtout, mais aussi au cinéma, au théâtre, dans la peinture ou la mode.

Lady Gaga, Placebo, Suede, Oasis, Blur, Pet Shop Boys, Depeche Mode ou Indochine et la pop moderne qu'il a influencée depuis 40 ans savent tout ce qu'ils doivent à cet artiste timide, cultivé, modeste et particulièrement créatif.

Bowie terry burnsL'influence de son frère Terry Burns sur David.

Bowie the konrads 62Les Konrads en 1962/1963.

Bowie davie jones and the king beesDavie Jones And The King Bees (1964).

Bowie un amour pour le travesti 70 sUn amour pour le travesti(1970).

Bowie angela duncan jones et davidBowie, Angie et leur fils Duncan Zowie Jones.

Bowie bowie lpLe premier LP de David Bowie en 1967.

Bowie the rise and fall 72Ziggy Stardust naît en 1972.

Bowie ziggy derniere hammersmith odeonZiggy meurt en juillet 73.

Bowie maladeMalade, Bowie s'éteint en janvier 2016...

Bowie blackstar 2016...non sans avoir signé un 25ème LP studio.

 45 ans qu'il touche à tout.

Chanteur, musicien, auteur-compositeur, producteur, acteur et peintre, David Bowie est le fils de Margaret Mary Burns et de Haywood Stenton Jones, venu au monde le 8 janvier 1947, dans le quartier pauvre sud-londonien de Brixton.

Elle, est ouvreuse dans un cinéma ; lui s'occupe des relations publiques pour une association caritative au profit des enfants, Barnardo's, basée dans l'est de la capitale. Une demi-soeur Annette née d'un premier mariage de son père avec une chanteuse et un demi-frère Terry Burns, hérité d'une union de sa maman avec Wolf Rosenberg, complètent la famille installée dans un cadre plus favorable : Bromley dans le Kent.

L'influence de Terry sur David.

Schizophrène, Terry tient une place importante dans l'intronisation musicale de Bowie. De 10 ans son aîné, malgré son handicap, il est un mélomane averti qui, alors que David est encore ado, pousse son jeune frère à aller voir des concerts de jazz.

Ainsi initié, ce dernier s'empresse d'apprendre le saxophone ; Terry suit les premiers pas de David avec intérêt et fierté.

Un lien profond les unit ; hélas, il ne dure pas, car les problèmes mentaux récurrents de Terry l'amènent à être régulièrement interné en milieu psychiatrique dès la fin des 60's. En 1985, le grand frère se suicide en se jetant sous un train, tragédie dont Bowie a du mal à se démarquer.

Plusieurs des titres de l'artiste, de Hunky Dory (1971) à Black Tie White Noise (1993), réfèrent à ce lien et à ce drame : The Bewlay Brothers, Ashes To Ashes, All The Madmen, Jump They Say...

Les débuts dans le métier.

Après avoir suivi une brève scolarité à la Bromley Technical High School, David privilégie la musique et, dès 1962/63, pointe dans différents groupes. Le premier d'entre eux s'appelle les Konrads ou son greffon The Hooker Brothers (Dave's Reds and Blues). David Jones y évolue comme saxophoniste.

Suit dans la première moitié de 64, Davie Jones And The King Bees, puis les Manish Boys (fin 64), au nom hérité d'une chanson de Muddy Waters, puis Davie Jones and The Manish Boys. David rejoint ensuite The Lower Third (avril 1965) qui mute en Davie Jones And The Lower Third, groupe résident du Marquee les samedis après-midis.

Davie Jones devient David Bowie à l'automne 1965. The Buzz (février 1966) prend le relais, suivi de The Riot Squad (1967), de Pierrot In Turquoise (1968), devenu Feathers (1968), quelques mois plus tard.

Ce parcours est jalonné de plusieurs singles : Liza Jane (1964/Davie Jones & The King Bees), I Pity The Fool (1965/Manish Boys), Can't Help Thinking About Me (1966/David Bowie with The Lower Third), The Laughing Gnome/Love You Till Tuesday (1967/David Bowie).

Dans la peau de Major Tom.

Ce n'est qu'à partir de 1967 que Bowie tape dans l'oeil des labels majeurs comme Deram Records qui lui permet de signer un premier LP. Eponyme sorti en juin (1967), il est un tel échec commercial que Deram rompt le contrat moins d'un an plus tard (avril 1968).

L'artiste rebondit chez Philips grâce à Space Oddity (novembre 1969), initialement intitulé David Bowie. Son deuxième album est distribué par Mercury aux Etats-Unis (sous le titre Man Of Words/Man Of Music).

Il plaît à la critique, mais peine à convaincre dans les bacs, en dépit du succès (5ème au Royaume-Uni, N°1 lors de sa réédition en 1975) du single-titre dont l'histoire évoque les péripéties du Major Tom, un jeune astronaute. Certains assimilent cette chanson très spatiale aux dérives d'un junkie. Aujourd'hui son premier tube figure en tête des titres de Bowie téléchargés.

Le printemps 70 voit David Bowie épouser Mary Angela Barnett, une américaine fraîchement débarquée dans le Swinging London (1969). Surnommée Angie, elle est la muse supposée du célèbre tube des Rolling Stones (1973). Elle lui donnera, un an plus tard (le 30 mai 1971), un fils, Duncan Zowie Jones, avant de divorcer au début de l'année 80.

De l'ambition et de la complexité.

Alors que l'année 1970 est sur le point de s'achever, David Bowie sort son 3ème LP titré The Man Who Sold The World. Mis sur le marché américain en avril 1971, l'album voit Bowie pousser son exploration musicale encore plus loin. L'écriture collégiale (Mick Ronson et Tony Visconti sont également très impliqués) donne le jour à un disque très ambitieux et plus complexe que ses prédécesseurs. The Man Who Sold The World est une œuvre importante dans le répertoire de l'anglais. Sa sublime chanson titre est reprise par Nirvana en 1993.

Hunky Dory est publié en décembre 1971, non plus pour Mercury mais pour RCA avec lequel Bowie signe un long bail. Disque dominé par de magnifiques ballades, de délicieuses mélodies, par les guitares acoustiques et le piano, Hunky Dory traduit les influences de Bowie ou plutôt de Davie Jones, comme le Velvet Underground (Queen Bitch), les Beatles (Oh You Pretty Things) ou Dylan (Song For Bob Fylan). Changes, The Bewlay Brothers, Quicksand, Life On Mars, c'est du grand songwriting. Place désormais à la rock star.

La naissance de Ziggy.

The Rise And Fall Of Ziggy Stardust And The Spiders From Mars (juin 1972) est l'endroit par lequel Bowie adhère à ce statut. L'artiste, à un moment où les Beatles ne sont plus que de lointains souvenirs, donne le coup d'envoi du glam rock (avec T. Rex, Mott The Hoople et Roxy Music). Il affiche ses premières excentricités vestimentaires (costumes extravagants), ses nouvelles ambiguités comportementales (cheveux rouges). Les ados adhèrent.

Son 5ème LP, soutenu par les Spiders From Mars (Mike Ronson, Trevor Bolder, Mick Woodmansey et Bowie) fait entrer Bowie et le fictif Ziggy dans la légende du rock. Intemporel, exceptionnel, il est l'oeuvre d'une vie développée ici en 11 titres uniques et en 38 minutes mémorables. Piloérection garantie !

Ziggy aux States.

La même année 1972, très riche sur le plan artistique pour lui, David Bowie produit trois groupes ou artistes dont les albums vont s'avérer essentiels pour le rock : Iggy & The Stooges (Raw Power), Lou Reed (Transformer) et Mott The Hoople (All The Young Dudes).

Aladdin Sane, sixième opus studio, est mis dans les bacs en avril 1973. Il est écrit durant la tournée américaine : Watch That Man à New York, Panic In Detroit à Detroit, Time à la Nouvelle-Orléans,The Cracked Actor à Los Angeles, Drive-In Saturday entre Seattle et Phoenix. En fait, comme le dépeint son auteur, Aladdin Sane, c'est Ziggy en Amérique.

N°17 aux Etats-Unis mais N°1 au Royaume-Uni, ce disque abrite deux fameux morceaux de l'artiste, Let's Spend The Night Together, repris aux Stones, et The Jean Genie, en hommage à l'écrivain et dramaturge français Jean Genet.

La fin de Ziggy et des Spiders From Mars.

Le 3 juillet 1973, sur la scène de l'Hammersmith Odeon de Londres, David Bowie donne le coup de grâce à Ziggy ; lassé de son numéro d'extra-terrestre androgyne, il le met à la retraite prématurément en arrêtant le personnage après 60 représentations, comme il l'annonce en fin de concert, sans que qui que ce soit ne soit au courant : ni la presse, ni les musiciens et l'encadrement (hormis Mick Ronson et le manager Tony DeFries), encore moins les fans sous le choc de cette proclamation.

 

Ce légendaire spectacle londonien (The Retirement Gig), objet d'un film documentaire de D.A. Pennebaker (Ziggy Stardust And The Spiders Of March), sorti la même année, rentre du même coup dans la grande histoire du rock'n'roll.

Avec Ziggy disparaissent les Spiders From Mars. Le décevant Pin Ups (octobre 1973/RCA), constitué exclusivement de reprises, les réunit une dernière fois, bien que Mick Woodmandsey soit déjà parti. Les Spiders ne sont plus dans les plans de Bowie, et ce, même si l'ombre de Ziggy plane encore sur la pochette du disque.

La vie sans Ziggy.

Bowie reprend le contrôle et sort Diamond Dogs (mai 1974/RCA), huitième levée du catalogue, par lequel il veut montrer qu'il existe sans Ziggy et les Spiders, sans Mike Ronson et ses arrangements.

Album charnière, enregistré sous l'influence de la cocaïne dont il va vite devenir addict et visiblement influencé par la fascination qu'éprouve Bowie pour Jagger et les siens, Diamond Dogs, description d'une société apocalyptique via le prisme d'un nouveau personnage (Halloween Jack), est sombre et indigent de l'avis de beaucoup de fans.

Considéré comme étant le chant du cygne de sa période glam, Diamond Dogs plaît pourtant à son auteur malgré des critiques très mitigées. L'album est sauvé du désastre par Tony Visconti, appelé en renfort, et par le succès de Rebel Rebel (N°5 en Grande-Bretagne). La cocaïne, la paranoïa, la mégalomanie et une indifférence glaciale animent dès lors l'artiste...

Après un David Live en 1974, Bowie réalise son N°9 studio aux Etats-Unis où il vient de tourner après Diamond Dogs. Sorti le 7 mars 1975, le funk Young Americans (avec Fame et sa chanson-titre) et son suivant, Station To Station (janvier 1976/RCA), dense et limpide, bien que Bowie-The Thin White Duke ne soit plus maître du jeu, font le lien entre la période glam et sa trilogie berlinoise.

Bowie iggy pop

« David m'a sauvé de l'anéantissement professionnel et vraisemblablement personnel. C'est aussi simple que cela ; il m'a ressucité ! » (Iggy Pop)

Une trilogie discographique berlinoise avant de faire l'acteur.

Miné par la drogue et cherchant à échapper à ses démons personnels, il s'exile (de 1976 à 1978) dans la cité brandebourgeoise, encore coupée en deux et partiellement en état de ruine, où, après avoir croisé la route d'Iggy Pop et de Brian Eno, il enregistre trois albums de très grande teneur : les avant-gardistes Low et Heroes (janvier et octobre 1977) et, plus expérimental mais moins connu de cette tierce discographique exceptionnelle, Lodger (1979).

L'album Scary Monsters et son succès Ashes To Ashes (1980), Let's Dance (avril 1983) et ses dix millions d'exemplaires vendus, le bâclé et dispensable Tonight (1984), le faible et prétentieux Never Let Me Down (1987), les ratés avec Tin Machine montrent toutes les difficultés de Bowie de à conserver un niveau compatible avec son statut. Il se retranche parallèlement dans le métier d'acteur avant de revenir dans les années 90's dans le milieu de la musique.

Une fin maîtrisée jusqu'au bout.

L'intéressant Black Tie White Noise (avril 1993), The Buddha Of Suburbia (novembre 1993), 19ème album studio, Outside (septembre 1995), un excellent crû, le réussi Earthling (1997), Hours (1999), les belles réussites commerciales que sont Heathen (2002) et Reality (2003) précèdent les premiers gros pépins de santé de l'anglais, contraint d'annuler sa tournée française de 2004.

Il faut patienter dix ans pour que David Bowie revienne en studio et signe un 24ème LP. The Next Day est enregistré dans le secret avec Tony Visconti, son producteur historique. Annoncé le jour de son 66ème anniversaire, l'album se place d'emblée en tête au Royaume-Uni et à la deuxième place du Billboard chez l'Oncle Sam. En Europe, en Nouvelle-Zélande, au Canada, il fait 1 ou 2. En France, il est certifié disque d'or, puis de platine, fort de ses près de 130.000 unités vendues.

Blackstar referme son prestigieux livre discographique. Par ce disque-testament poignant et orchestré, Bowie fait la démonstration, dans un ultime effort, que si la maladie a eu raison de son enveloppe charnelle, elle est loin d'avoir affecté son esprit (RAZOR©).

DISCOGRAPHIE 70'S.

LP Studio 5 - 1972

 

Bowie the rise and fall 73

 

DAVID BOWIE

The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders From Mars – 1972  5/5

 

Publié le 16 juin 1972.

Produit par David Bowie,Ken Scott.

Durée:38:29.

Label: RCA Records.

Genre:glam rock,hard rock,proto-punk.

 

Rien à jeter.

 

Si David Bowie a fait un chef d’oeuvre, incontestablement, c’est celui-ci, sorti en 1972. Ziggy Stardust, comme on l’appelle pour faire court, est sans aucun doute l'un des albums de pointe des années 70 et du rock pris dans sa globalité.

Ziggy Stardust, star androgyne, est un personnage purement inventé par un Bowie ici très inspiré, distillant des mélodies bien ciselées et une musique agrémentée de guitares agressives : Suffragette City (morceau qui préfigure le punk), Starman, Moonage Daydream ou Rock n’ Roll Suicide tapent en plein dans le mille.

La voix de Bowie y est splendide et son double musical, le guitariste Mick Ronson, surprend toujours en prolongeant la voix de Bowie par des notes en contre-chant, souvent en larsen.

Les thèmes de Ziggy flirtent avec la fiction et l’album se classe dans les cent meilleurs de tous les temps. Pour moi qui ne suis pas un inconditionnel de l'artiste et de son oeuvre, c’est le seul Bowie qui vaille le coup avec Aladin Sane. Affaire de feeling mais aussi parce que j'y étais à l'époque et que j'ai achement aimé… (RAZOR©).

 

1. Five Years.

2. Soul Love.

3. Moonage Daydream.

4. Starman.

5. It Ain't Easy.

6. Lady Stardust.

7. Star.

8. Hang On To Yourself.

9. Ziggy Stardust.

10. Suffragette City.

11. Rock 'n' Roll Suicide.

 

David Bowie:chant,guitare acoustique,saxophone,piano.

Mick Ronson:guitare électrique,choeurs,claviers,piano.

Trevor Bolder :basse,trompette.

Mick Woodmansey:batterie.

Danna Gillespie:choeurs sur 5.

Rick Wakeman:clavecin sur 5.

LP Studio 6 - 1973

 

Bowie aladdin sane

 

DAVID BOWIE

ALADDIN SANE – 1973  5/5

 

Publié le 13 avril 1973.

Produit par David Bowie,Ken Scott.

Durée:40:47.

Label:RCA Records.

Genre:glam rock,hard rock,art rock.

 

Ziggy en Amérique.

 

C'est bien connu : David Bowie est l'homme aux mille visages (Major Tom, Ziggy, Halloween Jack, musicien, auteur-compositeur, producteur, peintre, acteur, homme d'affaires, mode) et celui qu'il arbore sur la pochette d'Alladin Sane, son sixième LP, est resté l'un des plus célèbres du rock.

Le visage d'Aladin Sane, arborant en 1973 un éclair tricolore (rouge noir et bleu) est supposé remplacer Ziggy Stardust que Bowie va s'empresser de faire disparaître sur la scène de l'Hammersmith Odeon de Londres en juillet de cette année.

Censé être inspiré d'un jeu de mots, A Lad Insane (un mec fou), le titre de l'album réfère vraisemblablement à la schizophrénie de son demi-frère Terry Burns aîné, dont il était très proche, et à laquelle l'artiste fait allusion plusieurs fois au cours de sa carrière (The Bewlay Brothers, All The Madmen) autant qu'il la redoute.

Tombé dans les bacs en avril 1973, l'électrique Aladdin Sane prend la suite, avec le même succès, de The Rise And Fall Of Ziggy Stardust And The Spiders From Mars.

L'album est composé sur la route alors que Bowie est engagé dans une longue tournée américaine :Watch That Man à New York, Panic In Detroit à Detroit, Time à la Nouvelle-Orléans,The Cracked Actor à Los Angeles, Drive-In Saturday entre Seattle et Phoenix. En fait, comme le dépeint son auteur, Aladdin Sane, c'est Ziggy en Amérique.

La filiation ne trompe personne et Bowie l’androgyne domine toujours la scène du glam-rock. A sa sortie, ce disque aux titres intelligents et novateurs fait N°17 aux Etats-Unis et N°1 au Royaume-Uni.

Deux morceaux plus célèbres que les autres en émergent : Let's Spend The Night Together, repris aux Stones, et The Jean Genie, en hommage à l'écrivain et dramaturge français Jean Genet.

Mais c'est un lot complet et inventif qui fait la force de ce disque : Panic In Detroit, Watch That Man et son piano gai à souhait, Cracked Actor, du très bon heavy, le mélancolique Time...

Le son est rock, certains titres sont devenus des classiques. Commercialement, c’est l’album de David Bowie qui a le plus marché, raison de plus pour tester (RAZOR©).

 

1. Watch That Man.

2. Aladdin Sane.

3. Drive In Saturday.

4. Panic In detroit.

5. Cracked Actor.

6. Time.

7. The Prettiest Star.

8. Let Spend The Night Together.

9. The Jean Genie.

10. Lady Grinning Soul.

 

David Bowie:guitare,chant,harmonica,saxophone.

Mick Ronson:guitare,piano,chant.

Trevor Bolder:basse.

Mick Woodmansey:batterie.

Mike Garson:piano,synthétiseurs.

Ken Fordham,Brian Wilshaw:saxophone,flûte.

Juanita Franklin,Linda Lewis,G.A MacCormack:choeurs.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.