Jaco Pastorius.

BIOGRAPHIE.

 

JACO PASTORIUS/Norristown (Pennsylvanie – USA)

 

Jaco pastorius intro

 

Né John Francis Anthony Pastorius III, le 1/12/1951 à Norristown (Pennsylvanie), mort le 21/09/ 1987 (Fort Lauderdale).

Actif entre 1964 et 1987.

Labels:Warner Bros,Epic.

Genre:jazz-rock,jazz-funk,jazz.

Site officiel:jacopistorius.com

 

Un avant et un après Pastorius.

Au foot, tout le monde veut spontanément être gardien de but, libero, avant-centre ou N°10 ; les postes plus besogneux sont généralement les plus délaissés parce que peu propices à se mettre en valeur.

Il en va de même en musique qu'au foot. Quand un groupe se monte, la batterie, la guitare et le chant, instruments les plus démonstratifs, sont les places vers lesquelles les musiciens en herbe se tournent le plus souvent, au motif de pouvoir se mettre en évidence dans de longs soli individuels et, ainsi, de faire le show.

Le rock a principalement propulsé sur le devant de la scène les Clapton, Page, Townshend, les Gillan, Plant, Rodgers, les Baker, Moon, Bonham, plus que les Bruce, Paul Jones ou Entwhistle. Parent pauvre du rock, la basse permet moins ce type de démonstrations.

En musique, le couple basse/batterie est primordial dans la mesure où il établit l'assise rythmique sur laquelle le jeu du groupe peut se tisser.

Le partage, la complicité et la compréhension mutuelle entre le batteur et le bassiste sont autant d'éléments qui ont convaincu Jaco Pastorius de se mettre à la basse, après qu'une vilaine blessure au poignet ne le contraigne à délaisser la batterie, l'instrument par lequel il a débuté dans la profession de musicien.

Jaco pastorius 1Une étoile filante.Jaco pastorius herbie hancockAvec Herbie Hancock.Jaco pastorius joni mitchell 78Avec Joni Mitchell.Jaco pastorius weather report 1L'attraction de Weather Report.Jaco pistorius weather reportUne carrière solo...Jaco pastorius album...et un très beau LP éponyme (76).

Loin de se satisfaire que son accident ne l'oblige pas à abandonner la pratique de la musique, Jaco élève l'outil par lequel il renaît à un niveau rarement atteint, au point que les puristes affirment haut et fort qu'il y a désormais un avant et un après Pastorius.

Un novateur de la basse...

Ancien bassiste du groupe de Jazz-fusion Weather Report, au sein duquel il a établi sa renommée internationale dès le milieu des années 70 en en devenant le véritable poumon, Jaco Pastorius, formé au jazz, a eu une influence majeure sur la basse qu'il a fait passer d'instrument d'accompagnement à celui de soliste.

Légende pour Pat Metheny, phénomène pour Herbie Hancock, aussi génial que Mozart pour Hiram Bullock, monstre pour Peter Graves, Jaco est la plus belle chose qui soit arrivée à Weather Report pour son fondateur Joe Zawinul.

A l'audition, ce dernier est convaincu qu'en embauchant Pastorius, il ferait passer son groupe, jusque là cantonné à un public noir, à une formation d'envergure internationale. L'avenir lui donnera raison.

...mais une étoile filante.

Hélas, bipolaire, il est en proie à de lourds problèmes psychiatriques au début des 80's, aggravés par un mauvais divorce, une crise ouverte avec sa maison de disques (CBS) qui refuse de publier son album et coupe les vivres de sa formation.

Sans label, ni domicile, sans groupe, ni soutien, frustré, erratique, affaibli par les drogues et l'alcool, le natif de Pennsylvanie entame alors un long déclin personnel, d'autant que les abus et les scandales s'accumulent ; son comportement en pâtit et lui ferme les portes de l'industrie du disque.

Vivre dans la rue et mendier deviennent alors son quotidien. Il y meurt des suites des coups reçus d'un videur après avoir tenté, alcoolisé, d'entrer de force dans un club de Fort Lauderdale.

Quelques heures plus tôt, cet homme pitoyable et méconnaissable est éjecté sans égards, ni ménagement, de la scène du concert de Santana où il était venu saluer Alfonso Johnson dont il a croisé la route dans Weather Report.

Triste fin pour un artiste-virtuose qui a énormément compté pour des générations de bassistes, sans avoir alors reçu les hommages qu'il était en droit de recevoir.

La considération posthume dont il jouit aujourd'hui rétablit fort heureusement cette injustice...

De la batterie à la basse.

John Francis Anthony Pastorius III pour l'état civil de Norristown où il voit le jour le 1er décembre 1951, Jaco est le fils d'un batteur professionnel d'origine allemande.

Installé avec sa famille en Floride, le jeune garçon est bercé par toutes les musiques entendues là-bas (jazz, rock, R&B, musique caribéenne). Infusé à la batterie paternelle, tout indique qu'il suive la voie tracée par son aîné quand l'ado intrépide et sportif qu'il est se fracture le poignet.

Cet accident le contraint à changer son fusil d'épaule et à s'orienter d'abord vers le piano, puis la guitare et le saxo.

Une opération lui permet de recouvrer des moyens supplémentaires et c'est finalement sur la basse qu'il jette son dévolu, non sans avoir préalablement fait d'une Fender 1962 l'instrument traficoté sur lequel il a bien l'intention de s'éclater.

Ses premières armes en groupe l'amènent à jouer dans de modestes formations locales, sur des bateaux de croisière. Il y prend un pied énorme et se complaît dans cette période plan-plan et insouciante...

Jaco pastorius allyn robinson

" Il n'avait pas de pression, il vivait juste sa vie. C'est ce qui était si motivant chez lui ; il avait une telle joie de vivre et une telle passion pour la musique. Un enthousiasme si contagieux. Il était l'une des personnes les plus stimulantes et inspirantes que j'ai jamais rencontrés. " (Allyn Robinson)

De la dilettante aux choses sérieuses.

Une tournée avec les Cochran Circuit Riders le conforte sur le talent qu'on lui prête. Jaco ne doute pas de ses aptitudes, sait même, à force de se l'entendre dire, qu'il est très doué et se fait fort de l'annoncer autour de lui. « Le meilleur bassiste, c'est moi » et il va le démontrer. Très vite, son histoire va s'écrire.

Auprès de Wayne Cochran, Jaco prend conscience qu'il est temps pour lui de passer aux choses sérieuses et de donner un autre sens à sa vie. Nous sommes au début des 70's et l'artiste, 20 ans sous la toise, donne naissance à sa première composition : Amelia (1972).

Sa carrière débute alors vraiment ; elle va se construire en s'appuyant sur ceux qui l'ont influencé et inspiré comme le pianiste de jazz chicagoan Herbie Hancock, les Beatles, Bob Marley, Miles Davis, James Brown, Santana, Frank Zappa, le Band, John Coltrane, Charles Mingus ou Igor Stravinsky...

A Miami où il s'installe au début des 70's, Jaco croise la route du guitariste de jazz Pat Metheny, à l'université, et fait la connaissance d'Ira Sullivan, jazzman et enseignant. Les deux jeunes musiciens intègrent l'orchestre de ce dernier dont ils contribuent à élargir les racines.

Juste avant le milieu de la décennie, les deux compères se retrouvent à collaborer avec le pianiste canadien de free-jazz Paul Bley. Leur réunion aboutit à Jaco (1974).

Le tandem Pastorius/Metheny est reconduit sur le premier LP crédité au guitariste, Bright Size Life (décembre 1975). Le batteur Bob Moses est le troisième larron.

L'Hendrix de la basse.

Après ces diverses collaborations, Jaco, alors âgé de 24 ans, y va de son premier album personnel. L'éponyme Jaco Pastorius est publié à l'été 1976 pour le label Epic Records.

Son auteur, entouré du gratin jazz fusion du moment (Herbie Hancock, Narada Michael Walden, Lenny White, Randy et Michael Brecker, David Sanborn, Wayne Shorter) y développe un son de basse unique et une technique exceptionnelle qui allie la douceur et le touché à la vélocité et la précision.

Jamais la basse ne s'était élevée à un tel niveau. On tient là, selon la presse, l'Hendrix de la basse.

La prestation de ce visionnaire ne laisse pas insensible Joni Mitchell qui sollicite Jaco pour son album Hejira, mais surtout Joe Zawinul qui attire le bassiste dans son Weather Report (1976).

Disparu trop tôt.

Avec son arrivée, le groupe new yorkais, déjà bien établi, franchit un palier en s'ouvrant au public blanc et en devenant une valeur sûre à l'international.

L'influence de Jaco est particulièrement remarquée sur des titres comme Birland et Teen Town, mais également dans tous les LP réalisés pendant son mandat dans le groupe, entre 1976 et 1982 : Black Market (1976), Heavy Weather (1977), Mr Gone (1978), 8:30 (1979), Night Passage (1980) et Weather Report (1982).

Ses troubles psychiques devenant alors récurrents, son attitude devient difficilement contrôlable, ses décisions surprenantes, ses performances controversées.

Sa discographie personnelle (de son vivant) s'enrichit de quelques unités supplémentaires : Word Of Mouth (Warner Bros/1981), Invitation (Warner Bros/live 1983) et Stuttgart Aria (1986/Jazzpoint) mais l'essentiel est posthume.

Disparu trop tôt (il n'avait pas 36 ans), il laisse un joyau, son album éponyme de 1976. Une claque...tous les bassistes en devenir vous le certifieront (RAZOR©2022).

MON CHOIX DISCOGRAPHIQUE.

LP Studio 1 - 1976

 

Jaco pastorius album

 

JACO PASTORIUS

JACO PASTORIUS – 1976  5/5

 

Publié en août 1976.

Produit ar Bobby Colomby.

Durée:42:09.

Label:Epic,Sony.

Genre:jazz fusion,jazz-funk,post-bop.

 

Never Heard Before...

 

S'il est un disque apologique pour la basse, c'est bien celui de Jaco Pastorius. Il est bassiste, il est exceptionnel et c'est son album (le premier par ailleurs), alors il aurait bien tort de ne pas le mettre à profit pour montrer de quoi il est capable.

Car c'est de cela dont il s'agit ici. Comme il compose, arrange, qu'il sait tirer le meilleur de son instrument mieux que quiconque, le poussant bien en dehors du cadre traditionnel, Jaco, 24 printemps à l'appel de ce disque, ne s'interdit rien.

Dès lors, il fait valoir sa technique, technique qu'il a révolutionnée, c'est indéniable.

Les puristes de la basse pourront trouver un intérêt à cet opus, les autres pourront prendre une claque en découvrant, voire, pour les troisièmes, trouver, à la longue, l'affaire un peu trop démonstrative et trop éloignée de leur rock quotidien.

Selon le côté où tu penches ou peut-être aussi par curiosité, on peut prendre mais il faut savoir dans quel univers on fout les pieds. C'est du Never Heard Before. Du jamais entendu avant, dans la langue de Molière. Alors choisis ton camp camarade... (RAZOR©2022).

 

1. Donna Lee.
2. Come On, Come Over.
3. Continuum.
4. Kuru/Speak Like A Child.
5. Portrait Of Tracy.
6. Opus Pocus.
7. Okonkolé Y Trompa.
8. (Used to Be A) Cha-Cha.
9. Forgotten Love.

 

Jaco Pastorius:basse électrique.

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires