The Sons Of Champlin.

BIOGRAPHIE.

 

 

THE SONS OF CHAMPLIN/ Mill Valley (Californie - USA)

 

Sons champlin intro

 

Actif entre 1965 et 1970,de 1971 à 1977,1985,depuis 1997.

Labels:Capitol,Columbia,Ariola,Arista,Goldmine Records,Trident,Sons Of Champlin,Dig Music,Big Beat.

Genre:R&B,rock psychédélique,funk,jazz-funk.

Site officiel:sonsofchamplin.com

 

Le groupe le plus talentueux de la Baie...

Ne leur dites surtout pas qu'ils appartiennent à la scène de San Francisco. Les Sons Of Chaplin, les Sons comme on les appelle alors à leur début, se considèrent avant tout comme les pionniers de l'échiquier du Mill Valley, voisine de Frisco et sont assimilés plutôt au jazz-funk.

Leur spectre musical est assez élargi, régenté essentiellement par le Rhythm & Blues, soutenu par des cuivres et avec un gros son. Leur style oscille entre rock psychédélique et pop funky.

Ils ne sont en rien les pratiquants d'un rock psychédélique comme celui auquel le Dead et l'Airplane se sont voués corps et âme. Leurs rares points communs ? L'esprit hippie qui dicte l'époque et balaie la Californie, la religion et la spiritualité, l'herbe et le LSD, la défonce, les anciens beatniks comme Allen Ginsberg, Alan Watts, Gary Snyder, Timothy Leary, Richard Alpert...

Bien que moins connu que ses illustres confrères de l'acid rock, The Sons Of Chaplin n'en a pas moins été un groupe très talentueux, peut-être le meilleur de la région et du moment (parole de Mickey Hart, batteur du Dead), mais sa réussite n'a, malheureusement, pas été à la hauteur de son immense compétence et de sa créativité. Pas plus que ses moyens financiers...

Sons champlin bill champlinBill Champlin, initiateur du groupe...

Sons champlin opposite six 65...formé sur les cendres de The Opposite Six.

Sons champlin 1Un groupe victime de son atypicité.

Sons champlin welcome to the danceLa référence Welcome To The Dance.

Sons champlin champlin now 2Bill Champlin, toujours actif aujourd'hui.

...mais victime de son atypicité.

Déplacer sur la route un effectif de 7/8 musiciens n'était pas à portée de tous les budgets, pas celui des Sons en tout cas, aussi la formation du Marin County a été contrainte de sacrifier les tournées trop éloignées pour ne pas se consommer en dépenses démesurées.

Ce choix lui aura finalement été préjudiciable (mais en avaient-ils l'envie?), la formation initiée par Bill Champlin restant surtout cantonnée dans la région de l'Area Bay et étant quand même lourdement endettée à la fin des 70's.

Par ailleurs, son atypicité ne cadre pas vraiment avec les canons musicaux agitant la baie et Haight-Ashbury. Les Sons boxent dans une catégorie parallèle à l'époque marginalisée, du fait de l'emploi d'une section de cuivres.

Le rock et la pop limitent encore l'usage de ces instruments et n'en font qu'une utilisation parcimonieuse ou ponctuelle ; ce que les Sons font, ils sont alors les seuls à le faire.

Sly & The Family Stone, Chicago Transit Authority et Blood Sweat & Tears compteront parmi les premiers à s'engouffrer dans cette même filière mais avec une réussite autre. Tower Of Power, Cold Blood et les Sons se satisferont, eux, de n'être que de populaires attractions locales.

Derrière ce projet, toujours actif à ce jour, on retrouve Bill Champlin (la meilleure voix soul expulsée par des poumons blancs, dit-on au milieu des 60's), dont la carrière de chanteur, musicien, producteur et songwriter est aujourd'hui auréolée de plusieurs récompenses, dont quelques grammy Awards (écriture).

Celui qui fut le chanteur du mythique Chicago du début des 80's à 2009 a finalement eu la bonne inspiration de suivre les recommandations d'un de ses professeurs (Bob Greenwood) de renoncer à ses études au profit de la musique. Il est toujours actif en 2021.

Du rock garage à la pop funky.

Les Sons Of Champlin, dont le nom réfère avec humour au fait que Champlin est l’aîné de la bande (16 ans) et les musiciens ses fils, sont formés en 1965 sur les cendres de Opposite Six (1963/64), formation étudiante (Tamalpais High School et Mill Valley) dont l'identité renvoie à son effectif (6 musiciens). Les Opposite Six sont très vite considérés comme de très respectables musiciens dans le comté de Marin.

Et ce, bien que leur premier single (She Loves You repris aux Beatles/Dawn (Go Away) en face B (Top Ten Records - 1964), anonyme dans sa présentation, ne soit qu'un piètre simulacre de ce qu'ils sont réellement capables de produire.

Quand elle apparaît pour la première fois sur la scène du prestigieux Fillmore (juillet 1966), la formation de Champlin (les Sons) est constituée de Terry Haggerty (guitariste), de Jim Myers (batteur), de Tim Cain (saxophoniste), d'Al Strong (bassiste) et de Bill Champlin (chant). Le fortuné Frank Werber (il a gagné des sous avec le Kingston Trio) croit énormément en eux et les signe.

Un tremplin nommé Werber.

Au printemps de l'année 67, le groupe débloque son compteur disque en publiant son premier single, Sing Me A Rainbow (Verve Records). Le 45T, qui propose Fat City comme face B, montre déjà le potentiel puissant de ces musiciens garage issus de la Baie.

Werber sent alors que le moment est venu pour travailler sur un album (il fait le choix de Randy Steirling comme producteur du projet) et dirige les Sons vers les studios réputés de Trident Records dans la Columbus Tower, les meilleurs de la place de San Francisco. Werber a un accord de partenariat avec MGM/Verve.

Le single précédemment cité ne touche pas sa cible et oblige le label à renoncer à publier le LP alors envisagé. Désabusé, le groupe quitte Trident en juin 1967. La maison de disques de Werber, qui aurait pu jouer un rôle majeur dans la musique populaire américaine, connaît des difficultés, amenant son propriétaire à liquider Trident pour se recentrer sur l'immobilier.

Une discographie brillante.

Le disque réapparaîtra plus tard sous Fat City (1999) ; il réunit les deux faces du single ainsi qu'une collection d'autres originaux de Champlin, Haggerty et Cain et des reprises.

Bill Bowen supplée alors Myers et ouvre son effectif au saxophoniste Geoff Palmer et au trompettiste Jim Been, orientant son style vers un registre plus R&B/jazz tout en conservant une base psychédélique.

Les Sons, alors aventureux et un tantinet excentrique, rebondissent sur Capitol Records (1968) et se voient aussitôt offrir une opportunité de sortir enfin l'opus qu'ils appellent tant de leurs vœux.

Loosen Up Naturally, publié en avril 1969 sera double, en fait, et très convaincant (N°137 au Billboard). Il donne un aperçu de la voie que les Sons prendront à l'avenir.

En octobre 1969 suit l'album The Sons, moins intéressant mais tout aussi révélateur sur la diversification artistique du groupe. Il fait moins bien que son prédécesseur dans les classements d'albums : N°171.

Welcome To The Dance, disque référence.

Une tournée américaine tumultueuse de deux mois est engagée pour promouvoir ce disque. Après une ultime date au Fillmore East, le groupe, en proie à des problèmes relationnels, se sépare (mars 70) pour revenir à l'automne de cette même année, sur l'insistance de Capitol auquel les Sons doivent encore un album.

Comme ils croulent sous les charges, les musiciens acceptent d'honorer leur contrat jusqu'au bout et consacrent leurs redevances à solder leurs dettes. Tim Cain, lui, ne revient pas, ce qui contraint les californiens à faire sans leur arrangeur des cuivres.

Cela n'est pas sans influence sur le son des Sons comme le révèle le 3ème LP, Follow Your Heart (1971/Capitol), lequel a été très peu défendu sur la route (printemps 1971).

Les Sons Of Champlin se divisent à nouveau avant de se reconstituer autour du noyau Champlin/Haggerty/Palmer un an plus tard (1972). David Schallock (basse) et Jim Preston (batterie) forment alors la nouvelle rythmique.

La nouvelle incarnation se retrouve chez CBS (1973) pour lequel elle enregistre son quatrième album, Welcome To The Dance (avril 1973). Le fait d'évoluer pour un label si prestigieux décuple l'inventivité et la motivation des nouveaux Sons qui signent ici leur disque de référence, ce que ne traduit pas son classement au Billboard (N°186). Phil Woods, Mark Isham et Michael Andreas forment alors la nouvelle section cuivres.

Sons champlin champlin portrait

« Mill Valley a toujours été une zone de liberté artistique. La moitié des personnes que je connaissais là-bas étaient des professeurs d'art à SF Stat, à UC Berkeley ou dans différentes écoles. Il y a eu plus d'ouverture pour les arts dans la région de la baie et en particulier dans le comté de Marin que probablement partout ailleurs aux États-Unis. » (Bill Champlin)

En 1975, l'album suivant, le N°5, se fait dans le propre studio du groupe et sur leur propre label, Gold Mine Records, racheté par Ariola quand le groupe commence à avoir une couverture nationale.

Éponyme, il ouvre la tierce discographique estampillée Ariola, Circle Filled With Love (mai 1976) et Loving Is Why (avril 1977) étant les deux autres opus. Le premier nommé se classe 117ème du Billboard, tandis que son successeur pointe loin derrière (N°188).

Bill Champlin, toujours actif aujourd'hui.

Après un ultime concert à Kirkwood Meadow (6 août 77), en ouverture de Dave Mason et Elvin Bishop, les Sons se disloquent une nouvelle fois, Bill Champlin faisant alors le choix de continuer seul.

Il s'installe à Los Angeles où il devient un chanteur de session très prisé. Les Sons continuent un temps avec un autre chanteur (Bob Cockrell), mais disparaissent rapidement de la circulation.

Pour son compte personnel, Champlin signe dans la foulée l'album Single (1978), plus commercial et très proche artistiquement des derniers travaux réalisés pour Ariola (Fool Moon/Epic Records), avec les Sons. Il rebondit ensuite au sein de Chicago dont il devient le chanteur de 1981 à 2009.

Les Sons se sont depuis réunis ponctuellement, en novembre 1985 (Fillmore San Francisco), avant de se retrouver en 1997, puis en 2002. Son fondateur est toujours actif aujourd'hui et évolue depuis 2018 sous Bill Champlin And The WunderGroup.

Il vient tout juste de sortir, en janvier 2021, Livin' For Love. Selon ses dires, c'est un des meilleurs disques qu'il ait jamais réalisé... Entre nous, ça promet (RAZOR©2021).

DISCOGRAPHIE 60'S/70'S.

LP Studio 5 - 1973

 

Sons champlin welcome to the dance

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

THE SONS OF CHAMPLIN

WELCOME TO THE DANCE – 1973  5/5

 

Publié en 1973.

Produit par The Sons Of Champlin.

Durée:35:06.

Label:CBS Records.

Genre:jazz-funk,pop-funky,rock psychédélique.

 

Champlin trouve la bonne formule.

 

Les Sons restent sur un Follow Your Heart (1971) qu'il doit encore à Capitol après une séparation en mars 1970. Le disque n'est pas à la hauteur de son énorme potentiel et, surtout, ne marque pas les esprits, ni ne se vend vraiment.

Ce nouveau raté commercial provoque une remise en cause de la bande à Bill Champlin qui, forte de ses erreurs et après un moment d'abattement, remet, de façon tonitruante, l'ouvrage sur le métier, deux ans plus tard.

Le come-back se fait loin de Capitol. Il est fracassant avec, en tête, une nouvelle section rythmique, David Schallock (basse) et James Prestopn (batterie) venant respectivement remplacer Al Strong et Bill Bowen.

Ce changement dote le groupe d'un son plus groove. Champlin trouve enfin la bonne formule, celle après laquelle il court en vain depuis des années.

Cerise sur le gâteau, Welcome To The Dance bénéficie d'une liberté de création totale de la part de Columbia Records, étiquette majeure pour laquelle le disque a, cette fois, été réalisé.

En ayant les coudées franches, Champlin donne sa pleine mesure artistique et entraîne sa troupe sur des terres et dans des ambiances west coast funky aussi surprenantes qu'exaltantes.

L'élégant Welcome To The Dance est une réussite de l'introductif Lightnin' au morceau-titre final, développé en une suite en 4 pièces très rafraîchissante. Le cinquième volume de la discographie studio des Sons est assurément le meilleur enregistrement des Sons et Bill Champlin, au chant, n'a peut-être jamais chanté aussi bien (RAZOR©).

 

1. Lightnin'.

2. For Joy.

3. Who/Heaven Only Knows.

4. Right On.

5. No Mo'.

6. The Swim.

7. Welcome To The Dance (Silence/Sound-Turn Around/Healthy Woman/Welcome To The Dance).

 

David Schallock:basse,guitare rythmique,chœurs.

Geoffrey Palmer:claviers,saxophone,tabla,vibraphone,basse,chœurs.

Terry Haggerty:lead guitare,chœurs.

Bill Champlin:chant,guitare,claviers,saxophone baryton.

James Preston:batterie,percussion.

Mark Usham,Philip Woods,Michael Andreas:section cuivres.

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires