Les Irrésistibles.

BIOGRAPHIE.

 

LES IRRESISTIBLES/France-USA

 

Irresistibles 2

 

Actif entre 1966 et 1971.

Label:CBS.

Genre:pop psychédélique.

 

Des américains à Paris.

And My Year Is A Day, And My Year Is A Day, My Year Is A Day... Inoubliable refrain vedette des transistors et des scopitones d'avant mai 68, le 45t des Irresistibles s'écoule cette année-là à plus de deux millions d'exemplaires dans le monde.

En France, il se positionne en tête du hit-parade pendant 3 semaines et reste classé pendant 6 mois. Les Irresistibles, des américains installés depuis peu dans l'hexagone, décrochent le jackpot... grâce à William Sheller, auteur du titre.

Irresistibles 1Des américains à Paris.

Irresistibles my year is a dayLe tube de l'année 68.

Irresistibles jean eckianJean Eckian (Pathé-Marconi).

Irresistibles story of baxter williamsUn LP paru en 1969.

Malgré un nom francisé, les Irresistibles sont des américains purs jus qui vivent à Paris. Les jumeaux James (Jim) et Steve McMains, enfants d'un diplomate à l'Ambassade des USA de Paris, sont natifs de Washington ; Tom Arena a vu le jour à Canton dans l'Ohio et Andy Cornelius dans le Maryland (Bethesta). Tous les quatre sont nés en 1951.

Les Sentries et les Belove Ones avant de devenir Irrésistibles.

Les quatre jeunes musiciens ont préalablement évolué sous le nom des Sentries, dès 1965, alors qu'ils sont étudiants au Collège américain de Saint-Cloud. Jim chante et compose, joue des claviers, de la guitare, Andy de la batterie, tandis que Steve et Tom, les arrangeurs du groupe, tiennent respectivement la basse et la guitare solo.

Connus aussi sous les Belove Ones, ils font leur argent de poche en animant des soirées musicales privées ou les fêtes de leur école.

Ancien reporter-journaliste d'origine arménienne et co-auteur, en 1989, du titre Pour Toi Arménie (Charles Aznavour), Jean Eckian, alors Directeur Artistique de CBS et EMI/Pathé-Marconi France, tombe sous le charme de ce quatuor qui en pince pour la musique californienne, les Bee Gees ou les Creams et dont les mélodies, belles et simples, sont soutenues par de judicieux arrangements de cordes.

L'ombre de William Sheller.

Dès 1967, le groupe commence à pointer son nez dans les studios parisiens d'ETA Gaffinel où évolue comme ingénieur du son, un certain Dominique Blanc-Francard. L'endroit en question n'est alors qu'une minuscule cabine avec un baffle posé contre le mur, un maigre micro et une seule piste. Autres temps, autres mœurs...

Celui qui signe sous John Nackie (pseudo de Jean Eckian) l'attire dans son écurie, déjà forte de belles références pop/rock hexagonales comme l'Alan Jack's Group (futur Alan Jack Civilization), William Sheller, Jean Fallisard ou Philippe Chatel.

William Sheller, n'étant pas très satisfait d'une de ses musiques, Jean Eckian, son producteur, propose de la refiler aux Irresistibles qui y poseront leurs propres paroles.

Résultat : enregistré en novembre 1967 à Paris, au studio Davout (sous la direction artistique que Jean Claudric) dans lequel sont passés tous les meilleurs artistes français des 60's et 70's, le titre connaît une destinée internationale extraordinaire qui, depuis, a traversé toutes les décennies : And My Year Is A Day (mars 1968). En face B du 45T, on trouve She And I. Grâce à cette popularité et alors qu'ils n'affichent que 17 printemps, les franco-américains vont accompagner la campagne promotionnelle de la TR5, apparaissant en double page des grands magazines sous l'accroche suivante : «  Les Irresistibles Triumphent ».

Cette même TR 5 apparaît sur la pochette du 45 Tours et sur le scopitone tourné à cette occasion. La référence à Triumph sera reconduite dans le nom adopté par les membres à la suite de leur carrière française : Arch Of Triumph.

Irresistibles william sheller

« Après le succès de My Year is a Day mis entre les mains des Irrésistibles , on a voulu me faire enregistrer un 45 tours, mais le résultat était nul, alors j’ai refusé qu’il sorte. Et puis j’ai rencontré la Duchesse… Barbara. » (William Sheller)

Grâce à un titre qui squattera la première place du hit-parade et qui y restera six mois, les Irresistibles vont également faire les télés (1ère et deuxième chaînes) et parcourir l'Europe. Deux millions d'exemplaires sont écoulés dans le monde. Ce sera leur seul gros succès, bien que William Sheller leur offre encore le mélodieux Lands Of Shadow (21ème dans les charts) qui, hélas, n'aura pas la même réussite que son prédécesseur.

The Story Of Baxter Williams avant de s'évanouir dans la nature.

Chanson dans le syle de Procol Harum ( A Whiter Shade Of Pale), Why Try To Hide, sortie plus d'un an après My Year Is A Day, avait le potentiel pour connaître la même fortune, mais la sauce n'a pas prise et le titre a dû se contenter de figurer aux alentours de la 15ème place des hits.

Côté albums, on leur connaît un seul LP : The Story Of Baxter Williams, publié en 1969 et qui n'est pas sans rappeler les Bee Gees des débuts. Séparés durant l'année 1971, les Irresistibles renaissent de leurs cendres depuis, sous le nom des McMains Brothers. Tom Arena a préféré s'orienter vers l'édition musicale (Intersong, MCA Caravelle et Warner Chappell Music France). Il est décédé le 2 juillet 2013 (RAZOR©).

DISCOGRAPHIE 60'S.

LP Studio unique - 1969

 

Irresistibles story of baxter williams

 

LES IRRESISTIBLES

THE STORY OF BAXTER – 1969  3,5/5

 

Publié en 1969.

Produit par Jean Eckian.

Label:CBS Records.

Genre:pop psychédélique.

 

And My Year Is A Day, And My Year Is A Day…

 

Dans les années 60, le 45 tours est le représentant populaire du vinyle, seul support alors disponible. Economique, à deux ou quatre titres, il permet aux artistes de tous horizons de pénétrer les foyers à moindre coût.

Si l’affaire ciblée est bonne, le LP, dans un format plus gourmand, prend alors le relais, permettant de couvrir plus largement l’œuvre de ces dits artistes. Le 45 tours est l’aliment de base des surpats’, les fameuses boums de l’époque.

Tant pour installer l’ambiance dans le garage de papa que pour, dans la lumière tamisée des spots, favoriser le rapprochement entre des ados qui fourbissent leurs premières armes sexuelles, ces singles ont un rôle déterminant pour se familiariser avec la musique de l’époque, surtout celle anglaise ou américaine (alors peu en vogue).

En France, le marché est occupé par les yéyés, tandis que les Ferrat, Brel ou Aznavour y déposent les premières grandes pages de leur catalogue.

Les Irresistibles sont exactement le genre de formation que j’ai connue par ce biais. Pour le coup, s’ils sont américains, ils vivent en France, mais chantent dans la langue d’Elizabeth The Queen.

Leur My Year Is A Day (Face B : She And I), tube de mai 68 taillé sur mesure pour l’Eurovision de la Chanson, cartonne dans l’hexagone. Identifiable aux premières mesures, il devient vite la star des boums où il passe en boucle, au point qu’il faille décoller les jeunes couples enlacés, au seau d’eau glacé. L’auteur de ce succès international ? William Sheller, alors jeune auteur-compositeur.

CBS Records s’intéresse de près à ces étudiants ricains de l’American School Of Paris (Saint-Cloud), Tom Arena (guitare), Andy Cornelius (batterie) et les jumeaux de l’écriture, les McMains, Jim (claviers) et Steve (guitare), avant de donner son quitus pour un album, The Story Of Baxter Williams publié en 1968. L’originalité créative veut que ce travail s’assimile à une sorte d’album concept, sorti exclusivement sur le sol gaulois.

Pop baroque, aux arrangements bien nourris, The Story Of Baxter Williams rappelle les premiers pas des Bee Gees. Assez inégal, il comprend malgré tout quelques réussites comme Baxter’s Blues, un super mid-tempo, l’entraînant Here She Comes, l’agréable ballade Slave To Freedom, le populaire Year Is A Day, le trippy Fade Away, To Experience excellent rock garage assez spécial dans son léger enrobage psych, le très bon Lands Of Shadow ou encore Gotta Find Another Girl.

Même si cette musique paraît désuète au vingt-et-unième siècle, elle appartient au patrimoine du rock et il faut faire avec : 3,5/5. D’où mon propos du jour. Cerise sur le gâteau, pour ceux que ça intéresse, l’intégralité de leur travail est compilé dans une version (The Essential Hits Singles And More – Mam).de 2009 (RAZOR©).

 

1. Baxter’s First Step.

2. Here She Comes.

3. Slave To Freedom.

4. My Year Is A Day.

5. Baxter’s Blues.

6. Fade Away.

7. Baxter Williams.

8. To Experience.

9. Lands Of Shadow.

10. Baxter’s Last Step.

11. Gotta Find Another Girl.

12. The Break Through.

 

Tom Arena:guitare,chant.

Andy Cornelius:batterie,chant.

Jim McMains:claviers,chant.

Steve McMains:guitare rythmique,chant.

3 votes. Moyenne 4.00 sur 5.