Middle Of The Road.

BIOGRAPHIE.

 

MIDDLE OF THE ROAD/Glasgow (Écosse – UK)

 

Middle of the road intro

 

Actifs depuis 1968.

Labels:RCA,Ariola.

Genre:pop,bubblegum pop.

Site officiel:middleoftheroad-popgroup.com

 

Pur produit de la pop bubblegum.

Dans les années 60 et 70, deux catégories de public s'affrontaient. D'un côté, il y a celui, essentiellement masculin, attaché au rock et ses dérivés (blues-rock, country-rock, jazz-rock...), de l'autre, celui plus pop, infusé dans une musique dite à l'eau de rose et constitué généralement de jeunes filles, des minettes comme on dit.

Le marketing du moment la façonne pour séduire les ados, voire pré-ados, de l'époque. Elle est souvent l’œuvre de groupes et artistes inconnus au bataillon ou montés pour la circonstance.

Middle of the road 1Pur produit de la pop bubblegum.

Middle of the road sally carr jeuneSally Carr

Middle of the road soley 71Soley Soley (décembre 1971).

Middle of the road cheepy albumChirpy Chirpy Cheep Cheeo (1971).

Dit pop bubblegum, ce genre prolifère surtout entre 1967 et 1972 ; les chansons proposées se doivent d'être entraînantes, faciles à retenir. Et accessibles aux bourses de la cible.

Les paroles importent peu, bien que le thème de l'amour soit un atout supplémentaire et une tendance.

Les sujets sont innocents même si les sous-entendus sexuels sont légion. La primauté va au rythme et aux refrains repris à tue-tête.

Dans les boums de l'époque, ces airs passent en boucle quelques semaines, plus rarement quelques mois, avant d'être supplantés par d'autres et de disparaître irrémédiablement. Ils sont le plus souvent des succès sans lendemain.

Le format en single permet cette production de masse et cette rotation ; le procédé, purement commercial, s'il est particulièrement prolifique pour les concepteurs, n'en sert pas moins les intérêts des artistes les plus opportunistes qui, par ce biais, peuvent lancer une hypothétique carrière...

Une courbe à la ABBA.

Middle Of The Road est un pur produit de ce terreau bubblegum, bien que sa carrière ne se soit pas résumée à un one shot.

Les écossais venus de Glasgow ont, au contraire, enchaîné les succès, mais sans connaître véritablement la réussite en Angleterre comme en Amérique, les juges de paix du moment.

L'Europe, dans sa globalité, et l'Amérique latine, ont réservé un accueil tout autre aux glaswégiens qui, toutes proportions gardées, ont amorcé, dès le début des 70's, une courbe à la ABBA. Juste avant eux.

Toujours actif jusqu'à ce que le Covid n'affecte les programmations musicales et ne restreigne les apparitions publiques, Middle Of The Road n'a pas l'intention de se terrer dans un avenir proche.

Ce, d'autant plus que Sally Carr, sa charismatique chanteuse, reprend progressivement confiance après tous les déboires sanitaires (hémorragie cérébrale en 2012 et AVC en 2013) et drame personnel (perte de son fils) qu'elle a traversés...

Des Electrons à Los Caracas...

Au début des 60's, à Glasgow, Ken Andrew, batteur du Talismen Beat Unit et les frères Ian (guitariste) et Eric McCredie (bassiste) des Dominos, se rejoignent sur un projet local, les Electrons, une formation de bals locale.

Le trio devient le groupe de soutien d'une chanteuse venue d'un village voisin, Jan Douglas qui, l'année précédente, a publié un single, Walkin' In The Rain/More And More (novembre 1964).

Passés en quatuor sous l'identité de Jan Douglas And The Douglas Boys pour la saison d'été, Ian, Eric et Ken, à la fin de leur engagement, rebondissent sur Karen And The Sophisticats (1967).

Quand sa chanteuse tombe malade, les garçons se regroupent autour de Part Three, puis, quand Sally Carr accepte de reprendre le chant à son compte, le trio mute en Part Four, lequel devient un ensemble vocal très demandé en Écosse avant de se latiniser sous l'identité de Los Caracas et d'évoluer dans un registre plutôt caribéen.

Cette idée lumineuse des gestionnaires du groupe permet à Los Caracas de trouver son public et de gagner honnêtement sa vie dans les bars, clubs et restaurants britanniques.

Cette notoriété nouvelle lui vaut de prendre part, à quatre reprises, à l'émission télévisée dédiée aux jeunes talents, Opportunity Knocks. Le groupe se professionnalise alors et cible l'Amérique latine pour faire fructifier le talent qu'on lui prête.

...puis à Middle Of The Road.

Le nom de Middle Of The Road est choisi dans cette optique et pour traduire leur nouvelle image sud-américaine, mais, en guise d'Amérique latine, leur route s'achève en Italie où les managers les laissent tomber. Contraints de donner des spectacles pour financer leur billet-retour pour l'Angleterre, les artistes sont repérés par un cadre du label RCA, en vacances en Italie (1970).

Ce dernier les invite à une audition à Rome ; convaincu, il a des projets pour eux, sur le label RCA Italiana. Tour à tour, on retrouve Middle Of The Road auprès de Jordan, un chanteur transalpin (festival de San Remo 71), de Sophia Loren (Anyone).

Giacomo Tosti, producteur, leur propose alors un titre écrit et enregistré (1970), à l'origine, par l'anglaise Lally Stott, Chirpy Chirpy Cheep Cheep. La chanson (pop bubblegum) ne trouve pas son public des deux côtés de l'Atlantique, mais atteint la 15ème place des hits-parades en France et fonctionne bien dans toute l'Europe.

Middle of the road sally carr

« Agnetha a repris deux de nos tubes en suédois avant de rejoindre Abba. Et Benny et Bjorn, lors d'une interview télévisée en direct, ont déclaré qu'ils utilisaient notre son comme influence pour le leur. » (Sally Carr)

11 top 40 entre 71 et 74.

Il faut attendre quelques mois de plus (juin 1971) pour voir le titre se classer en tête des charts anglais ; aux États-Unis, rien.

Middle Of The Road enchaîne alors les singles à succès comme Tweedle Dee Tweedle Dum (N°2/septembre 1971), Soley Soley (N°5/décembre 1971), Sacramento (N°23/mars 1972) et Samson And Delilah (N°26/juillet 1972), mais c'est durant toute la décennie qu'il se fait remarquer, en Allemagne notamment où il signe onze top 40 entre 1971 et 1974.

Cette année 1974, Neil Henderson rejoint Sally Carr, Ken Andrew et les frères McCredie (Ian et Eric) ; Middle Of The Road évolue désormais en quintet et Henderson contribue à l'écriture (Rockin' Soul, Everybody Loves A Winner, You Pays Your Money And You Takes Yer Chance, Postcard).

Au milieu des 70's, après 6 années de succès et alors que le groupe se perd progressivement, Middle Of The Road met un terme à son aventure. N'ayant pas de perspective d'avenir sur un marché musical qui a considérablement changé, les membres se séparent et chacun d'entre eux suit sa propre voie.

Toujours actif.

Les frères McCredie tentent bien de continuer en levant une nouvelle formation avec la chanteuse Linda Carroll (puis avec Lorraine Felberg) et le fils de Ian (Stuart McCredie). En vain.

Alors que plus personne n'ose croire à un retour, Middle Of The Road repointe le bout de son nez depuis une dizaine d'années. Si Eric McCredie est décédé en 2007, Sally Carr s'est refait une santé et a repris du service après tous ses ennuis personnels.

Middle Of The Road est la thérapie qui lui donne une raison de se relever définitivement de la perte de son fils. Apporter du plaisir et se sentir à nouveau utile est désormais sa seule motivation (RAZOR©2022).

MON CHOIX DISCOGRAPHIQUE.

LP Studio 1 - 1971

 

Middle of the road cheepy album

 

MIDDLE OF THE ROAD

CHIRPY CHIRPY CHEEP CHEEP – 1971  3/5

 

Publié en 1971.

Durée:39:25.

Label:RCA.

Genre:pop,pop bubblegum.

 

Puisqu'il en faut un...

 

Middle of The Road n'a jamais été, n'est et ne sera jamais ma tasse de thé. Plutôt la mort que la souillure...j'déconne. Loin de moi l'envie de descendre en flèche ce groupe scottish auquel j'ai été souvent confronté dans les boums de ma jeunesse.

Faiseur de hits, il a fait son petit bout de chemin sans trop se prendre pour ce qu'il n'était pas ; mais sa musique, comment vous dire... ça rentrait par une oreille et ça ressortait pas l'autre. Malgré ça, les titres paraissent tellement familiers qu'ils ont imprimé en moi.

Je n'ai pas cédé pour autant à l'acquisition de leur album Chirpy Chripy machin chose. Juré craché. Pas plus qu'au moindre 45T, fusse Sacramento ou Yellow River.

Néanmoins, s'il faut en choisir un, accordons-nous sur ce disque. On pourra toujours dire que, comme c'était le premier, on se savait pas et qu'on regrette.

On le réservera donc aux clients de pop guimauve. Il faut de tout pour faire un monde, non ?

J'y mets un 3/5, vu que ça a plu aux minettes de mon époque que j'ai aimées et que je ne veux pas plomber leur carrière. Elle est finie ? Ah bon ! (RAZOR©2022)

 

1. Chirpy Chirpy Cheep.

2. Lingering Sounds.

3. Fate Strange Fate.

4. I Can't Tell The Bottom From The Top.

5. To Remind Me.

6. The Sun In Your Skin.

7. Tweedle Dee Tweedle Dum.

8. Give It Time.

9. Rainin' 'n' Painin'.

10. Yellow River.

11. The Way Of Life.

12. We Are The Founders Of All That's Around Us.

 

Sally Carr:chant.

Ken Andrew:batterie.

Ian McCredie:guitare.

Eric McCredie:basse.

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires