Peppermint Trolley Company.

BIOGRAPHIE.

 

THE PEPPERMINT TROLLEY COMPANY/Redlands (Californie-USA)

 

Peppermint trolley 1

 

Actif entre 1966 et 1968.

Labels:Acta,Valiant,Cherry Red.

Genre:pop psychédélique,sunshine pop,pop baroque,folk-rock,soft rock.

Site:www.dannyfaragher.com/bio/the-peppermint-trolley-company

 

Plus soft pop que Bubblegum.

Originaire de Redlands en Californie, Peppermint Trolley Company a contre lui d'avoir véhiculé une étiquette bubblegum ou sunshine pop : entendez par là d'avoir été une formation pop commerciale pour pré-ados, genre musical qui montrait le bout de son nez, en 1967, quand les frères Faragher ont constitué leur groupe. Et le fait d'avoir interprété les chansons-thème de sitcom américaine pour enfants, The Brady Bunch et Love American Style (1969/1974), n'a certainement pas contribué à changer le cours des événements.

Peppermint trolley mark vAvant Peppermint, The Mark V.

Peppermint trolley 4Peppermint trolley Company à ses débuts.

Voyons plutôt en ces artistes de la scène pop californienne de la deuxième moitié des 60's, des interprètes de soft pop, voire de pop baroque ou psychédélique. Leurs belles mélodies et un songwriting de qualité méritent bien mieux que le niveau qu'on leur prête généralement ou que la réputation encore qui leur colle à la peau aujourd'hui.

Passé par les bals du coin.

Avant d'en arriver à la mouture qui nous intéresse, le Peppermint Trolley Company de Danny Faragher est passé par The Mark V (Mark Five). C'est d'ailleurs là, dans les frimas du début d'année 1961, que tout a commencé, quand des ados sustentés au jazz, au swing et au Dixieland se constituent en une formation de bals dans laquelle le cuivre est dominant.

Jimmy Faragher intègre alors le groupe de teenagers au moment où les Beatles débarquent sur le sol américain (1964). Influencés par le quatuor liverpuldien, les frères Faragher font évoluer le Mark Five vers un ensemble plus rock ; les guitares et harmonies vocales supplantent désormais trompette et trombone.

Dès 1965, le répertoire s'articule autour des Beatles et des groupes débarqués dans l'élan de la British Invasion, mais aussi des formations du crû déjà bien implantées en Amérique comme les Byrds ou les Beach Boys.

C'est le temps des premières démos dans les studios WM Locy Sound de Riverside, payées avec les deniers personnels et des démarches pour décrocher un label. Très imprégné Beatles, le Mark 5 fait montre d'une belle énergie et d'un potentiel intéressant l'amenant à faire parler de lui en Californie. Il signe chez Impression.

Peppermint trolley danny faragher

« Avoir fait partie de Mark V a contribué à façonner ce que je suis. J'ai appris beaucoup de choses sur la création de la musique et sur le moyen de garder un groupe ensemble. Nous avons connu de superbes moments et fait de la bonne musique. Il y aura toujours une place à part dans mon cœur pour Mark V, une vraie bande de copains. Je suis chanceux d'avoir vécu cela. » (Danny Faragher)

De Mark V à Bones en passant par Peppermint Trolley Company.

Le Mark V mute un temps en Intercoms avant de virer Peppermint Trolley Company pour répondre aux exigences hippies du moment et de changer de maison de disques (1966) ; c'est l'époque des pantalons blancs à rayures rouges, des blazers et cravates. Valiant Records l'engage alors mais en janvier 1967, le groupe se sépare, faisant des frères Faragher les seuls membres d'origine ; Peppermint Trolley Company rebondit chez Acta Records, label psychédélique, et avec de nouveaux arrivants : Casey Cunningham (batteur), Patrick Mc Clure (guitare), remplacé courant 1967 par Greg Tornquist et Bob Cheevers (guitare et chant).

Cette nouvelle incarnation est celle que l'on retrouve derrière les singles et l'unique LP éponyme (septembre 1968) réalisés pour Acta, division de Dot Records. Quelques mois plus tard (1969), le groupe quitte l'éditeur de Los Angeles pour Signpost Records, puis pour MCA et change son nom en Bones ; il emprunte alors une voie soul-rock et enregistre deux albums supplémentaires avant de se séparer (RAZOR©).

DISCOGRAPHIE 1965/1968.

LP REEDITION (+ BONUS) - 2009

 

Peppermint trolley 7

 

PEPPERMINT TROLLEY COMPANY

BEAUTIFUL SUN (1965-68) – 2009  4/5

 

Publié en 2009 (disque original de septembre 1968, bonus 1965/1968).

Produit par Dan Dalton.

Durée:79:17.

Label:Now Sounds.

Genre:soft rock,pop psychédélique,pop baroque,sunshine pop.

 

Une exhumation en grandes pompes.

 

La seule évocation du nom du groupe ayant mes faveurs aujourd’hui, Peppermint Trolley Company (formé en 1966), est explicite quant à l’époque et aux lieux dans lesquels je vous convie pour cette chronique : la Californie de la deuxième moitié des années 60, théâtre d’appellations plus loufoques et originales les unes que les autres.

Sans cette réédition gonflée de 2009 du nom de Beautiful Sun, voilà une affaire de plus qui aurait pu passer à la trappe pour rejoindre le plus profond des anonymats, être définitivement inhumée et dont nous n’aurions jamais connu l’existence. Cela aurait été, et regrettable et injuste, tant Beautiful Sun, seul témoignage de la présence de Peppermint Trolley Company sur la scène californienne, met en avant d’indiscutables atouts.

La version ici proposée s’appuie sur l’album original et ses 11 premiers titres, l’éponyme Peppermint Trolley Company (en écoute intégrale ici) de septembre 1968 (label Acta Records), un modèle de Sunshine pop ou de rock baroque, c'est vous qui choisissez, et seul LP qu’ils aient alors à agiter sous les narines expertes du rock ; elle se complète généreusement d’une flopée très éclectique et un peu compliquée de bonus.

Ces 16 pièces supplémentaires émanent d’un ratissage très élargi de l’œuvre de groupe : faces B, singles, versions mono, raretés et enregistrements des expériences antérieures sous Mark V de Danny Faragher, The Intercoms et C-Minors.

En gros, cette sélection étendue couvre la tranche 1965 à 1968. Ces deux parties sont particulièrement distinctes, mais échantillonnent de la meilleure façon les travaux de ces artistes de Redlands (Californie) qui, pour les situer un peu mieux, ont fait leurs ablutions matinales avec du Left Banke, du Strawberry Alarm Clock (au nom tout aussi con) ou se sont sustentés avec de belles tranches du mythique Buffalo.

Personnellement, j’ai plus d’affinités avec la première partie de cette collection, plus cool, plus scintillante, plus mélodieuse et plus ensoleillée comme le suggère l’identité de la réédition.

La phase initiale regorge de chansons mémorables telles que l’ouverture I’ve Got To Be Going, Trust du duo Roger Nichols/Paul Williams, Baby You Come Rollin’ Cross My Mind, Put Your Burden Down, Free, Reflections (On A Universal Theme) et l’accessible Beautiful Sun.

Toutes sont des superbes et doux gemmes fusionnant folk, rock, pop, psych, baroque voire même afro (la plupart bénéficient d’arrangements portant la griffe du duo anglais Chad & Jeremy), emblématique de ce qui se faisait alors.

Aux manettes de cette troupe, on retrouve les Faragher Brothers, David le chanteur et claviériste et Jimmie (guitare et basse), le batteur Casey Cunningham ainsi que le guitariste Patrick McClure que Greg Tornquist remplace au pied levé.

Alimentés par des réflexions sur le Vietnam, la mort, l’amour perdu et retrouvé, par le racisme, leurs textes bien pensés sont le digne pendant d’une musique qui a trouvé, de son temps, un écho favorable auprès de fans qui ont été dénombrés à 120.000 lors d’une de leur prestation en public.

Mais ça s’arrête là, car leur album éponyme n’a pas vraiment été une réussite commerciale. Pourtant le binôme, revitalisé et revalorisé par la grâce des éditeurs, est passionnant, et fonctionne plutôt bien, porté par de belles mélodies, par un chant de qualité rehaussé de succulentes harmonies, par des arrangements très raffinés et par une écriture convaincante.

Ajoutez-y une interprétation mâture qui témoigne de la belle confiance animant un line-up visiblement heureux d’être là et de faire de la musique qu’il aime. C’est aussi la musique qui me branche et je tenais à le faire savoir (RAZOR©).

 

Peppermint Trolley Company (1968)

1. I've Got to Be Going.
2. Baby You Come Rollin' 'CrossMy Mind.
3. I Remember Long Ago.
4. Put Your Burden Down.
5. Reflections (On a Universal Theme).
6. Beautiful Sun.
7. Trust.
8. Sunrise.
9. Free.
10. Pat's Song.
11. Fatal Fallacy.


Bonus Tracks (1965-1968)

12. I'm Through with You.
13. I'll Keep on Trying.
14. Just a Little Feeling.
15. Don't Go.
16.
Please Try and Understand.
17. Unabridged, Unadulterated, Unextraordinary, Ordinary, Mediocre, Unoriginality Blues.
18. She's the Kind of Girl.
19. Little Miss Sunshine.
20. 9 O'Clock Business Man.
21. Baby You Come Rollin' 'CrossMy Mind [Mono 45].
22. Trust [Mono 45].
23. I Remember Long Ago [Mono 45].
24. Beautiful Sun [Mono 45].
25. I've Got to Be Going [Mono 45].
26. It's a Lazy Summer Day.
27. Blue Eyes.


Bob Cheevers:guitare,chant.

Casey Cunningham:batterie.

Danny Faragher:claviers.

Jimmie Faragher:basse,guitare,saxophone.

Greg Tornquist:guitare,flûte.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.