Sapphire Thinkers.

BIOGRAPHIE.

 

SAPPHIRE THINKERS/Los Angeles (Californie – USA)

 

Sapphire thinkers 2

 

Actif fin des 60's.

Label:Hobbit Records.

Genre:pop psychédélique,sunshine pop,rock psychédélique.

Un beau potentiel et des idées.

Rares sont les auditeurs qui ont pu être déçus au terme de l'écoute de ce groupe californien, Sapphire Thinkers, un seul album au compteur, mais quel disque !

From Within est la seule chose qui puisse encore nous ramener aujourd'hui vers cette formation quasi inconnue, qui marche indéniablement sur les plate-bandes de ses contemporains angelins, les Mamas & Papas de Mama Cass et John Phillips.

Sapphire thinkers bill richmondUn beau potentiel et des idées...

Sapphire thinkers billrichmond1 1970Un groupe né de l'initiative de Bill Richmond.

Sapphire thinkers from withinUn seul LP mais quel disque !

Sapphire thinkers sandy lhLe Merry Pranksters Lehman-Haupt au son...

Doté de peu de moyens par rapport à leurs illustres congénères, le quintet californien n'en affiche pas moins de fortes dispositions underground, tirant parti de la qualité de ses harmonies vocales mixtes, de la force de ses compositions, de la solidité de son chant, de la richesse de ses arrangements, de sa douceur jazzy-bluesy, le tout soutenu par une guitare fuzz, quelques touches trippy, comme le rappellent les champignons figurant sur la pochette de leur unique héritage vinylique.

Au travers de son seul fait d'armes, la fratrie Richmond, Stephen (batterie, percussions et voix) et Bill au chant, aux claviers et à la guitare, ainsi que sa femme Peggy (chœurs et flûte), Tim Lee (basse et voix) et le guitariste Chuck Spihak font montre d'un réel potentiel et de belles idées.

Une affaire de famille.

Celui-ci aurait dû logiquement déboucher sur autre chose que l'anonymat dans lequel le groupe est resté ancré depuis la parution de son disque. Autrement dit, depuis la fin des années 60. Qu'il soit aujourd'hui une référence de la pop psychédélique de la west coast américaine n'est que juste récompense...

Sapphire Thinkers est avant tout une affaire de famille. Celle des Richmond: Bill et Stephen, tous deux élevés dans un environnement musical favorable avec un père batteur de jazz qui a travaillé notamment avec Frank Sinatra, Jerry Lewis, Ella Fitzgerald, Peggy Lee, Nat King Cole, Sammy Davis Jr, Chet Baker, Mel Torme... avant de se tourner vers l'écriture de scénarii (The Ladies Man avec Mel Brooks en 1961).

Bill Richmond Jr est celui de la fratrie qui a le plus collé au passé musical du père. Baignant très tôt dans le jazz, il s'en détache quand les Beatles impulse la British Invasion et fonde un premier groupe pop garage Billy And The Kid.

Il fait alors jouer les relations paternelles et parvient à décrocher une audition pour Decca Records, qui le signe pour un single, Shutdown/Trouble In My Mind.

Même s'il constitue une avancée importante pour le jeune Richmond, le disque ne touchera jamais sa cible.

Une sunshine pop pétillante qui accroche.

Alors étudiant au Pierce College de Woodland Hills (1966), il enrichit cette expérience discographique personnelle en suivant un enseignement de théorie musicale afin de pouvoir prétendre à mieux.

C'est dans ce contexte qu'il fait la rencontre de Peggy qu'il épouse et entraîne dans son projet de monter les Sapphire Thinkers.

Stephen, le frère, est également dans le coup, de même que des amis du voisinage, à savoir Tim Lee et Chuck Spihak, respectivement bassiste et guitariste.

Localisé sur la place angeline, le groupe se fait remarquer par sa pratique d'une sunshine pop éclatante et accrocheuse, en toile de fond de laquelle on devine aisément la prise de divers psychotropes.

Les mélodies sont éthérées, portées par des voix assez hypnotisantes. On est alors sur des groupes comme les Mamas, The Peanut Butter Conspiracy, Spanky And Our Gang, voire, par intermittence, dans une filière Jefferson Airplane.

Il en résulte un album. Le seul: From Within (1969), rendu possible par le soutien du fils d'un producteur de musique, Richard Kaye, lequel accepte de produire Sapphire Thinkers.

La touche sonore de Sandy Lehmann-Haupt.

Il est réalisé à Pasadena (Artisan Sound Records) et distribué par le label Hobbit Records, division de IMC Productions et filiale de GRT Records (Janus et Chess Records). 

Produit par Kaye, From Within bénéficie de l'expertise de Sandy Lehmann-Haupt.

Génie dans le traitement des systèmes audio et du son, ce technicien a un passé de preneur de son pour le compte des Merry Pranksters, ce groupe psychédélique semi-nomade qui se déplaçait dans un bus de ramassage scolaire aux couleurs psychédéliques et fut un précurseur de la consommation de LSD et de marijuana.

L'album, malgré la qualité qu'on peut lui prêter avec le recul, n'a pas eu le retour sur investissement à l'époque de sa publication.

Bien que bien alambiqué dans ses arrangements, complexe dans ses harmonies, le lot de titres qu'il recense et dont 11 sur 12 sont signés Bill Richmond (seul Melancholy Baby n'est pas de lui), n'est plus en adéquation avec les idéaux du moment de la jeunesse californienne.

Un album qui retrouve des couleurs.

Au moment de sa publication, la matière est déjà désuète et le fait d'avoir envoyé en éclaireur Melancholy Baby à titre de premier single n'a certes pas arrangé les choses.

Sapphire Thinkers est en retard d'un train, ce que le label apprécie moyennement. Il juge opportun de pas ne pas soutenir le groupe des Richmond.

Sans promo, avec des moyens limités, sans nom ronflant derrière lui, ni titre commercial à exhiber, la formation californienne rentre dans le rang avant de sombrer corps et âme quelques mois plus tard, laissant pour seule trace dans l'histoire du rock, ce From Within que le temps a réhabilité (RAZOR©).

DISCOGRAPHIE 60'S.

LP Studio unique - 1969

 

Sapphire thinkers from within

 

SAPPHIRE THINKERS

FROM WITHIN – 1969  4/5

 

Publié en 1969.

Produit par Richard Kaye.

Durée :

Label:Hobbit Records.

Genre:pop psychédélique,acid pop.

 

Acide et gorgé de soleil.

Les premières incursions dans l’univers musical des Sapphire Thinkers ne permettent pas le moindre doute : ce groupe a la West-Coast chevillée au corps, au point que l’on peut, à l’oreille et sans risquer de se croûter, situer son mix de sunshine pop, folk et rock psychédélique comme originaire des terres californiennes.

Il est élevé au même grain que la plupart des protagonistes rivaux du genre et fait valoir, en termes de psychédélisme, les arguments instrumentaux de base propres au genre (champignons hallucinogènes sur la pochette, effets sonores, ambiance trippy, éthérée et légère, guitare fuzz, utilisation accrocheuse de l’orgue, arrosage de flûte, harmonies vocales mixtes planantes…).

C’est ce qu’il ressort spontanément des premiers éléments livrés par From Within (1969), LP autour duquel je vous ai réuni pour l’occasion.

Nos pingouins sont vraisemblablement de L.A, comme beaucoup d’éléments le laissent penser, même si dévoiler une quelconque traçabilité de leur parcours relève essentiellement de supputations, rarement de faits établis.

Ce que l’on sait d’eux, on le sait. Ils sont cinq dont trois issus d’une même fratrie, les Richmond. Bill est chanteur et touche aussi aux claviers, Peggy sa petite amie (et future Madame Richmond) chante également tandis que Stephen, le frangin, prend place à la batterie.

Tim Lee tient la basse et Chuck Spehek (ou peut-être bien Spihak au vu des infos disponibles) officie à la guitare. Pour être complet, la production est assurée par Richard Kaye alors que les notes révèlent, à l’ingénierie, un certain Al Schmitt, un familier de la place pour avoir été de plusieurs travaux de l’Airplane, de Jackson Browne ou de Neil Young. De là à voir une supposée ressemblance avec Jefferson Airplane, il y a un pas…

La chanson-titre From Within, I Got To You, Melancholy Baby et Blues On You retiennent plus particulièrement l’attention, eu égard aux supers arrangements vocaux qui les habillent et à la belle guitare acide qui les accompagne.

Get Along Boy, Let Her Come In, Please Understand ou There’s A Woman ont une vocation plus commerciale, mais plaisent. Il faut dire que les compositions de Bill Richardson étaient spécialement soignées, en dépit de textes souvent mineurs, voire parfois naïfs et pouvant manquer de profondeur.

Pris dans sa globalité, From Within est assez mélodique ce qui en fait un allié sympa pour passer un peu plus d’une trentaine de minutes en sa compagnie ou pour repiquer au truc à l’occasion.

Ensoleillé et psychédélique, ce disque est doté d’une sonorité so californian jusqu’aux orteils, à savoir que cette pop a macéré dans une potion infusée d’inoffensifs psychotropes, mais psychotropes quand même.

Sapphire Thinkers, énième groupe à avoir échappé au recensement dans le genre acid pop/rock, est un excellent moyen de revivre cette bienheureuse décennie des sixties. On lui réservera donc un accueil dans les règles. C’est sympa, vous verrez (RAZOR©).

 

Face 1.

1. Melancholy Baby.

2. I Feel A Bit Strange.

3. Get Along Boy.

4. Blues On You.

5. From Within.

6. I Got To You.

 

Face 2.

1. Not Another Night.

2. Let Her Come In.

3. Please Understand.

4. Blind With A Borrowed Light.

5. There's A Woman.

6. Doin' Alright.

 

Tim Lee:basse,choeurs.

Chuck Spehek:guitare.

Stephen Richmond:chant,batterie,percussions.

Peggy Richmond:chant,flûte.

Bill Richmond:chant,piano,orgue,clavecin,guitare rythmique.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.