The Free Design.

BIOGRAPHIE.

 

THE FREE DESIGN/Delevan (Etat de New York)

 

Free design

 

Actif entre 1967 et 1972,2000/2001.

Label:Project 3,Ambrotype,Marina,Light In The Attic.

Genre:sunshine pop,pop baroque,middle of the road,pop.

Site officiel:www.thefreedesign.com

 

Dans la culture populaire.Chez les Dedrick, du côté de Delevan (Etat de New York), la musique est un sacerdoce. Elle est une affaire de famille. Le père Art, jazzman, impulse la vocation de ses rejetons. Tout le monde s’y met. Même le tonton Rusty, trompettiste de jazz, souffle sur les braises qui couvent sous la fratrie des Dedrick, pour leur transmettre le virus.

The free design 3

The free design 2

Ce germe aboutit à The Free Design, groupe né dans la deuxième moitié des 60’s et considéré comme l’un des plus créatifs de l’histoire de la pop, et plus particulièrement de la sunshine pop, cette pop fraîche et joviale, basée sur de belles mais souvent complexes harmonies de voix et enrubannée d’une production soignée, alors en vogue en Californie. On appelle aussi ce genre musical le Middle Of The Road pour sa facilité d’écoute.

Les Dedrick en mode Junior, ce sont Christopher, dit Chris, chanteur, guitariste et compositeur principal de Free Design, influencé par les Hi-Lo’s, unité très originale de pop-jazz en vogue dans les années 50/60 et à propos duquel on dit aujourd’hui qu’il a sa place dans le Panthéon de la musique populaire américaine au côté de Brian Wilson et de Burt Bacharach ; il y a aussi la sœur Sandy, guitariste, pianiste et chanteuse. Chris et Sandy sont les premiers à se lancer dans l’aventure sous forme d’un duo acoustique, juste pour le fun et avec des chansons de Peter Paul & Mary ; le duo court alors le circuit de Greenwich.

La liberté plutôt que la gloire.

Bruce complète le trio familial qui tape dans l’œil des grands labels mais qui décide finalement de s’engager avec une étiquette modeste, l’indépendant Project 3 Records de Enoch Light. Ce choix privilégiant la liberté artistique et d’action au détriment d’un impact populaire plus marqué, lui coûtera vraisemblablement, faute de moyens, une carrière plus brillante.

The free design sandy dedrick

« Project 3 n’était pas un label rock. Jusqu’à ce que nous y signions, l’étiquette était essentiellement MOR, Middle Of The Road. Elle n’avait pas la structure et la logistique adaptées à la diffusion d’un disque à succès. C’est pourquoi Kites Are Fun n’a pas fait la carrière qu’il méritait. Avec le recul, même compte tenu de notre popularité aujourd’hui, signer avec Enoch Light fut une bonne chose. Il n’est pas sûr, que dans une autre maison, nous aurions eu la même réussite et la même liberté. Pas de regrets donc, d’autant que nous n’avons jamais été sur la route pour promouvoir nos enregistrements, en raison de la famille et de l’école. » (Sandy Dedrick)

7 LP et non des moindres.

Pendant new yorkais des Mamas & Papas, la fratrie Dedrick, qui bénéficiera, dès 1968 du renfort d’Ellen, sœur cadette (puis plus tard de Stephanie), publie sept albums entre 1967 et 1973. Les Dedrick sont tous musiciens et chanteurs, mais pour la réalisation de leurs disques, font appel aux meilleurs sessions men de New York. Le label leur met à disposition le meilleur studio et le meilleur ingénieur, Phil Ramone, l’homme aux 14 Grammy Awards sur 23 nominations.

Dès le premier opus, elle nous propose un merveilleux cocktail (de pop baroque sur fond jazzy) d’harmonies vocales et d’arrangements très soignés : Kites Are Fun (1967). La suite est tout aussi brillante. Le consistant You Could Be Born Again (1968) qui marque l’entrée d’Ellen, Heaven/Earth (1969) et Stars/Time/Bubbles/Love (1970), plus jazzy mais encore de haut niveau, Sing For Very Important People (1971) ciblé sur les enfants, One By One (1971), toujours aussi attachant. Le dernier des 60’s/70’s, There Is A Song (1972), se fait pour Ambrotype après que Chris ait migré vers le Canada (RAZOR©).

DISCOGRAPHIE 60'S.

LP Studio 2 - 1968

 

Free design you could be born again

 

THE FREE DESIGN

YOU COULD BE BORN AGAIN – 1968  5/5

 

Publié en 1968.

Produit par Enoch Light,Judie Klages.

Durée:34:11.

Label:Project 3.

Genre:pop-jazz,sunshine pop,pop baroque.

 

Etincelant bijou de famille.  

 

Kites Are Fun, l’album qui précède, m’a mis sur la voie de cette délicieuse fratrie, les Free Design. Depuis, le catalogue des Dedrick meuble souvent mon espace temps, plus particulièrement celui dévolu à la décompression et au rechargement des accus. You Could Be Born Again est tout indiqué pour remplir cette fonction récréative et régénératrice. Dans les faits, rien de bien compliqué, tu mets le casque et tu laisses faire.

Ses mélodies accrocheuses, ses harmonies vocales collégiales, ses arrangements heureux, ses airs subtils et distingués, la douceur de son répertoire, la légèreté de son atmosphère pop-jazzy ont autant de vertus bienfaitrices que tous les traitements adaptogènes modernes cumulés.

Chris Dedrick, le compositeur en chef de la famille, a pour lui de bien sentir la musique. Kites Are Fun (1967) nous a révélés un songwriter talentueux. You Could Be Born Again lui ouvre des horizons nouveaux pour exprimer la pertinence de son écriture, en ce sens où la fratrie s’enrichit de l’arrivée d’une quatrième Dedrick, Ellen. Avec une voix supplémentaire et en passant de trio à quatuor, Free Design peut aller encore plus loin vocalement.

Chris Dedrick travaille cet album dans cette direction, s’appropriant un lot de reprises dont les réinterprétations sont de pures merveilles. Il en va ainsi de California Dreamin’ des Mamas & Papas, sur le terrain desquels le quatuor chasse, de The Windows Of The World de Burt Bacharach, d’Eleanor Rigby des Beatles, de Happy Together des Turtles, du magnifique I Like The Sunrise de Duke Ellington, certainement ici la meilleure illustration de la créativité dont fait preuve cette formation.

Et que penser alors des originaux signés par son leader naturel ? L’éventail que l’on retrouve rattaché à ce deuxième LP de Free Design est étincelant : le complexe mais sublime Quartet N° 6 in D Minor, l’éthéré Leaf Has Veins, l’optimiste chanson titre, le sombre pop-jazzy An Elegy, en hommage au cousin Dwight mort au Vietnam, l’accrocheur I Found Love, Ivy On A Windy Day et Daniel Dolphin. Les harmonies sont magnifiques, les arrangements bien sentis. C’est frais, audacieux, cohérent et même si ce type de prestations relève du easy listening, du facile à écouter, le travail n’a rien de nunuche ou de broquille. Au contraire, il interroge sur les raisons qui n’ont pas permis à Free Design de s’approcher, voire même de supplanter des valeurs sûres du genre comme The Association ou les Mamas. On en est là, tant c’est superbe ! (RAZOR©)

 

1. You Could Be Born Again. 

2. A Leaf Has Veins. 

3. California Dreamin'. 

4. The Windows of the World. 

5. Eleanor Rigby. 

6. Quartet No. 6 in D Minor. 

7. I Like the Sunrise. 

8. I Found Love. 

9. Daniel Dolphin. 

10. Happy Together. 

11. Ivy on a Windy Day. 

12. An Elegy. 

 

Chris Dedrick:guitare,trompette,chant.

Sandy Dedrick:claviers,chant.

Ellen Dedrick:percussions,chant.

Bruce Dedrick:guitare,chant,trombone.

Jason Dedrick:chant.

Lyle Rusty Dedrick,John Frock,Harol Lieberman:trompette.

Ray Alonge,Earl Chopin,Donald Corrado,Tony Miranda:cor français.  

Jay Berliner,Ralph Casale,Al Casamenti,Tony Mottola,Bucky Pizzarelli:guitare.

George Devens,Phil Kraus,Bob Papaleoni,Joe Venuto:percussions.

Paul Faulise,Urbie Green,Buddy Morrow:trombone.

Paul Griffin,Dick Hyman:claviers.

Bill Lavorgna:batterie,percussions.       

Joe Palmer,Romeo Penque,Joe Soldo,StanWebb:bois.

Harvey Phillips:tuba.

Max Pollikoff,Julius Schachter:violon.

George Ricci,Harvey Shapiro:cello.

Russ Savakus:basse.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.