The Ohio Express.

BIOGRAPHIE.

 

 

THE OHIO EXPRESS/Mansfield (Ohio – USA).

 

Ohio express intro

 

Actif depuis 1967.

Labels:Cameo,Buddah.

Genre:pop-rock,pop,bubblegum pop,garage rock,pop psychédélique.

Site officiel:theohioexpress.com

 

Un superbe coup marketing.

Sir Timothy And The Royals, ça sonnait beaucoup trop anglais, alors quand le groupe garage de l'Ohio, suite à quelques battles régionales gagnantes, a été approché par Super K Productions, société discographique new-yorkaise dirigée par Jerry Kasenetz et Jeffrey Katz, deux anciens producteurs de la Cameo-Parkway, il lui a été demandé de changer son nom et, surtout, de l'américaniser.

Sir Timothy And The Royals, créé peu après le milieu des 60's à Mansfield dans le Midwest, devient par la force des choses Ohio Express.

Jusque là, Tim Corwin, batteur, Dale Powers, lead guitariste et chanteur, Doug Grassel, guitariste rythmique, Dean Kastran, bassiste et Jim Pfahler, claviériste, sont de solides et populaires animateurs du circuit des bals et clubs du comté de Richland. Ils ne demandent rien à personne et se contentent d'une popularité limitée aux confins de leur état.

Ohio express 1968 chewy chewyUn superbe coup marketing...

Ohio express kasenetz katz...orchestré par Kasenetz et Katz...

Ohio express single yummyYummy Yummy Yummy (1968).

Ohio express now 2Toujours actif aujourd'hui...

Ohio express bubblegum days 2012Bubblegum Days en 2012.

En étant élue par la société de productions et ses managers, la nouvelle entité passe sous l'égide du label Buddah Records, fondé en 1967 sur les cendres de Kama Sutra Records, lequel a des projets pleins la besace.

L'étiquette en question a alors la pop bubblegum comme dénominateur commun pour asseoir son fonds de commerce.

Un sac de nœuds.

Le quintet de Mansfield est, en fait, embauché comme groupe de tournées et prête-nom pour promouvoir, hors studios, la musique et les artistes de Super K Productions.

D'où le flou qui nimbe l'activité d'Ohio Express au fil de son existence et la difficulté de savoir avec précision qui a fait quoi.

Certaines des chansons affectées à Ohio Express sont travaillées depuis New York autour d'un noyau de musiciens de studio recrutés pour soutenir le chanteur new-yorkais Joey Levine, comme c'est le cas de Yummy Yummy Yummy (leur plus grand succès) et publiées sous le nom de groupes existants ou qui n'ont eu aucune activité de studio.

Ainsi, certaines formations indépendantes du Bronx et de Brooklyn, comme Rare Breed (John Freno, Barry Stolnick, Joel Feigenbaum, Alexander Narbut et Tony Cambria), voire comme 10CC dans sa première incarnation (Graham Gouldman) ou des artistes comme John Carter (Ivy League, The Flower Pot Men) sont apparues sous l'identité (fictive) d'Ohio Express.

Une mouture différente est, dès 1967, envoyée sur la route pour promouvoir les projets de Kasenetz et Katz et sollicitée pour l'enregistrement d'autres titres.

C'est le fameux Sir Timothy And The Royals, évoqué en préambule, qui a sillonné la grande majorité des USA, le Canada et l'Europe et ouvert pour des groupes prestigieux (WhoBeach Boys) et qui, dans le sillage de Tim Corwin, est toujours actif aujourd'hui.

Super K et Buddah aux manettes.

Jerry Kasenetz et Jeffrey Katz, qui se sont rencontrés sur les bancs de l'Université de l'Arizona au début des 60's, se cachent derrière de multiples succès couronnant cette décennie.

En pleine déferlante hippie, les producteurs débauchés par Buddah Records ont tout compris avant tout le monde. Dans le contexte douloureux de la guerre du Viet Nam, les deux compères en ont marre de la morosité ambiante et imaginent, depuis leur petit bureau à Manhattan où loge leur société, Super K Productions, un concept musical qui puisse apporter un peu de bonheur aux pré-ados et ados du moment : la Bubblegum Music.

Ohio express joey levine portrait

« Kasenetz et Katz étaient persuadés qu'il y avait un domaine de la musique qui n'était pas couvert, celui qui affecterait un public d'ados et pré-ados. Ils pensaient que la musique était devenue trop grave et abusivement folklorique, alors ils ont créé ce coup marketing plutôt réussi qu'est la pop bubblegum pour ces jeunes. Et ça a fonctionné ! » (Joey Levine)

Faire du hit à tout prix.

L'idée s'appuie sur des mélodies pop accrocheuses, des harmonies simplistes, des rythmes entraînants, des riffs repris en boucle, des paroles innocentes, voire nunuches, par des interprètes inconnus au bataillon.

Le genre en question privilégie les singles et n'a qu'une vocation : faire mettre la main au portefeuille d'un public jeune et généralement désargenté. L'objectif est de faire du hit, peu importe si le succès reste sans lendemain et si le groupe est généralement virtuel. Neil Bogart, le boss de Buddah Records, soutient le concept et en fait le cheval de bataille de son label. Pour le manager, il n'y a pas d'alternatives : c'est adhérer au projet ou prendre la porte.

C'est chez lui que se développeront les 1910 Fruit Company, Christine Cooper & The Rare Breed, Kasenetz-Katz Singing Orchestral Circus, Lemon Pipers, Music Explosion, Crazy Elephant, Captain Groovy And His Bubblegum Army, la mouture commerciale des Shadows Of Knight (en 1968) et... Ohio Express.

Ainsi, entre 1967 et 1969, Buddah Records et Super K seront derrière les succès comme Beg Borrow And Steal, 1, 2, 3, Red Light, Goody Goody Gumdrops, Indian Giver, Down At Lulu's, Chewy, Chewy, Special Delivery, Gimme Gimme Good Lovin', ainsi que Simon Says (1910 Fruit Company) et Yummy Yummy Yummy (Ohio Express) considérés comme les premiers vrais réussites commerciales du nouveau genre musical. Sugar Sugar des Archies (1969) marque lui l'apogée de cette pop bubblegum.

Yummy Yummy, Yummy et Chewy Chewy.

La formation de Ohio Express, constituée sur les cendres de Rare Breed, date de 1967. Dale Powers, Doug Grassel, Dean Kastran, Jim Pfahler et Tim Corwin auxquels on adjoint Joey Levine au chant, forment le premier line-up connu du groupe.

Sous l'égide de Kasenetz et Katz, la formation de l'Ohio sort un premier single, repris à Rare Breed, nommé Beg Borrow And Steal (label Cameo). Avec ce titre entré en 96ème place du Billboard et cartographié à son meilleur au 29ème rang du même classement 67, le groupe s'achète une popularité nouvelle.

Hélas, en raison du statut d'étudiants de leurs auteurs, le titre sera défendu sur la route par d'autres musiciens. La décision émane du label qui ne perd pas une occasion de capitaliser froidement sur le hit.

Yummy Yummy Yummy et Chewy Chewy seront les deux plus gros succès attribués à Ohio Express. Le premier, écrit par Arthur Resnick et Joey Levine, sort en avril 1968. Aucun membre du groupe ne figure sur cet enregistrement qui se classe N° 4 du Billboard Pop Singles (N°1 au Canada et en Nouvelle-Zélande, N° 2 en Afrique du Sud, N°5 au Royaume-Uni, N°6 en Australie), qui ne concerne que Levine et des musiciens de studio.

La chanson simpliste, dotée de paroles au sens ambigu et qui s'appuie sur un rythme garage, symbolise à merveille ce qui se définit comme de la pop bubblegum. Les singles suivants reproduisent le même schéma marketing et reprennent parfois, au verso, des titres repris par d'autres musiciens du team Super K.

La même année 68, Chewy Chewy pointe au 74ème rang des charts américains et entérine un peu plus le genre. Le groupe de Mansfield découvre alors à la radio ce second succès.

Une nébuleuse savamment entretenue.

Levine sort des plans de Kasenetz et Katz au début de l'année 1969 tandis que Super K continue à alimenter le catalogue d'Ohio Express en faisant appel à de nouveaux auteurs et musiciens.

Graham Gouldman (l'homme derrière 10CC) pointe sur Sausalito (Is The Place To Go), publié en septembre 69, imité en cela, l'année suivante, par John Carter et Ken Lewis, tous deux membres des anglais d'Ivy League. En 1970, le succès d'Ohio Express déclinant, le nom d'Ohio Express est alors écarté par leurs concepteurs.

Si Levine réapparaît en 1974, Kasenetz et Katz réactivent une nouvelle incarnation d'Ohio Express au milieu des 70's. A charge pour elle, de jouer les tubes du groupe sur le circuit de New York et Long Island.

De quoi renforcer un peu plus la nébuleuse qui entoure l'activité et la discographie d'Ohio Express dans les années 70 et 80. Côté catalogue, entre 1967 et 1969, on recense quatre albums : Beg, Borrow And Steal (1967), Ohio Express (1968), Chewy Chewy et Mercy (1969).

Toujours actif aujourd'hui.

Deux poignées de singles auréolent la période 1967/70 : Beg, Borrow and Steal/Maybe (octobre 67), Try It/Soul Struttin' (février 68),Yummy Yummy Yummy/Zig Zag (mai 68), Down at Lulu's/She's Not Comin' Home (août 68), Chewy Chewy/Firebird (octobre 68), Sweeter Than Sugar/Bitter Lemon (février 69), Mercy/Roll It Up (mars 69), Pinch Me (Baby Convince Me)/Peanuts (juin69), Sausalito (Is the Place to Go)/Make Love Not War (septembre 69), Cowboy Convention/The Race (That Took Place) en novembre 69, Love Equals Love/Peanuts (mars 70) et Hot Dog/Ooh La La (septembre 70).

Tim Corwin, dans le courant des 80's, réunit une nouvelle troupe, toujours en activité aujourd'hui. Cette mouture a donné le jour à un album (Bubblegum Days/2012) qui reprend des nouvelles versions réenregistrées de tous les succès estampillés Ohio Express. On y voit alors un peu plus clair (RAZOR©2020).

DISCOGRAPHIE 60'S.

LP Studio 2 - 1968

 

Ohio express ohio express 1968

 

OHIO EXPRESS

OHIO EXPRESS – 1968  3/5

 

Publié en juillet 1968.

Produit par Jeff Katz,Jerry Kasenetz,Artie Resnick.

Durée:32:01.

Label:Buddah Records.

Genre:pop,bubblegum pop,pop psychédélique.

 

Pas celui qu'on croit.

 

On ne va pas sauter au plafond à l'examen de ce disque, le deuxième d'Ohio Express, sorti durant l'été 68 mais on ressort néanmoins surpris de son écoute.

La musique conceptualisée par les deux K (Katz et Kasenetz) de Super K Productions aux seules fins de produire du hit, cheval de bataille des maîtres-penseurs du label pour s'arroger les ados du moment (la pop bubblegum), n'est pas la ligne directrice de cet opus. D'où l'étonnement et tromperie sur la marchandise...

L'intérêt n'est absolument pas dans les Yummi Yummi Yummi (N°4) ou Down At Lulu's (N°33) qui ont popularisé cette unité nébuleuse qu'est Ohio Express, mais plutôt dans le contingent garage/psych que l'on retrouve ici et qui s'avère, dans sa globalité, plutôt de qualité.

Pas suffisant toutefois pour pouvoir prétendre faire de cet album un rendez-vous incontournable de psych ou un LP mémorable.

L'hypnotisant Turn To Straw, le trippy The Time You Spent With Me, le speedé First Grade Reader, Into This Time, l'agréable pop psychédélique Winter Skies et le pop baroque she's Not Comin' Home sont les vraies belles surprises en question qui sauvent l'écoute de ce disque qui n'a de bubblegum que l'étiquette du bac où il loge chez votre disquaire (RAZOR©).

 

1. Yummy Yummy Yummy.

2. Winter Skies.

3. Into This Time.

4. First Grade Reader.

5. Mary-Ann.

6. Down At Lulu's.

7. Turn To Straw.

8. Vacation.

9. She's Not Comin' Home.

10. It's A Sad Day (It's A Sad Time).

11. The Time You Spent With Me.

 

Dale Powers:Lead guitare,chant.

Dean Kastran:basse.

Doug Grassel:guitare rythmique.

Jim Pfahler:claviers.

Tim Corwin:batterie.

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires