Christine Perfect-McVie.

BIOGRAPHIE.

 

 

CHRISTINE PERFECT/Bouth (Lancashire – Angleterre)

 

Christine perfect intro

 

Née Christine Anne Perfect, le 12 juillet 1943, décédée le 30 novembre 2022.

Épouse McVie (de 1969 à 1976),épouse Quintela (de 1986 à 2003).

Active entre 1964 et 2022.

Labels:Blue Horizon,Sanctuary Records,Reprise Records,Entertainment One Music,Columbia Records.

Genre:rock,blues,blues-rock,pop-rock,soft rock.

 

Une généreuse contributrice du rock.

Pour l'état civil de Bouth, la ville qui l'a vue naître, elle est Christine Anne Perfect, mais le milieu de la musique la connaît plus comme étant Christine McVie, l'épouse de John, bassiste de Fleetwood Mac (1969 à 1976).

Devenue Christine Quintela en 1986, suite à son remariage avec Eddy Quintela, auteur-compositeur-interprète et musicien portugais (il lui a écrit beaucoup de chansons entre 1987 et 1997), elle a, aujourd'hui qu'elle mène une carrière en pointillés, repris son nom de jeune fille.

Mais chaque fois que l'artiste réapparaît sous les feux des projecteurs, elle délaisse son identité naturelle au profit du patronyme sous lequel elle a brillé toute sa carrière et qui lui vaut aujourd'hui d'être intronisée au rock and roll Hall Of Fame avec ses partenaires de Fleetwood Mac (1998).

Chanteuse, songwriter et claviériste, l'anglaise est une généreuse et talentueuse contributrice au patrimoine du rock.

Christine perfect 1969Christine Perfect en 1969.

Christine perfect chicken shackPassée par Chicken Shack.

Christine perfect album 1970Un premier Lp en 1970.

Christine perfect mcvie last lp 2017Dernier LP en 2017 avec Lindsey Buckingham.

Christine perfect nowEn retrait de Fleetwood Mac aujourd'hui.

Un pilier de Fleetwood Mac.

Son expertise dans le domaine de la composition de chansons lui a permis de signer certains des plus grands succès du légendaire Mac, qu'elle est la première, 5 ans avant Stevie Nicks et Lindsey Buckingham (1975), autres acteurs de ce poste, à intégrer.

Quand ces derniers lancent ce que l'on appelle le Mac californien, la discrète britannique a déjà posé son écriture douce et sensible, ses mélodies vivaces et son alto émouvant sur 5 albums du groupe. D'abord invitée, elle en devient membre inamovible dès l'album Future Games (1971).

Auteur notamment d'Over My Head, Warm Ways et Say You Love Me (Fleetwood Mac/1975), de Don't Stop, Songbird et You Make Loving Fun (Rumours/1977), de Think About Me et Over And Over (Tusk/1979), de Hold Me et Love In Store (Mirage/1982), d'Everywhere, Mystified, Isn't It Midnight et Little Lies (Tango In The Night/1987), Christine peut se targuer d'avoir écrit 8 des 16 titres des plus grands albums du groupe.

Quand Christine monétise son talent.

Son implication dans le songwriting des anglo-californiens est exceptionnelle ; avec Lindsey Buckingham, leur dot concerne 48 des 68 chansons des opus les plus réussis de Fleetwood Mac. 

Si l'on se recentre plus particulièrement sur les monstres sacrés du catalogue du Mac, à savoir Fleetwood Mac (1975), Rumours (1977) et Tusk (1979), Christine McVie est, seule ou en co-écriture, derrière 16 des 42 titres. C'est tout simplement énorme !

Il n'est pas un titre de l'artiste britannique qui ne soit digne d'intérêt. Dans cette optique, la firme londonienne Hipgnosis, spécialisée dans le rachat de catalogues musicaux, vient de racheter, en 2021, les droits d'auteur de 115 de ses chansons. 

En monétisant ainsi son actif, Christine s'offre un confortable plan-retraite pour mener à terme une carrière commencée...en 1964.

Du Shack au Mac.

Née à Bouth dans le Lancashire, le 12 juillet 1943, Christine Anne grandit dans la région de Birmingham.

Elle a un frère aîné, John, qui joue du saxo sur What A Shame (Future Games).

Fille d'un professeur universitaire de musique doublé d'un violoniste concertiste et d'une mère médium et guérisseuse, l'enfant commence l'apprentissage du piano et du violoncelle, alors qu'elle n'a que 4 ans.

Jusqu'à 15 ans, elle n'envisage rien d'autre que de pianoter pour le plaisir, avant de passer du classique au rock & roll, de Schubert à Fats Domino, aux Everly Brothers et aux Beatles, ses premières influences.

Étudiante en Arts durant 5 ans, elle ambitionne de devenir professeur, avant de se raviser quand elle rencontre les musiciens de la place blues anglaise avec lesquels elle se trouve beaucoup d'affinités, notamment avec Stan Webb, dont elle intègre le groupe comme bassiste occasionnel (Shades Of Blue), et Spencer Davis.

Après que Christine ait déménagé sur Londres pour assurer un emploi de décoratrice de vitrines, le démon de la musique l'emporte quand Stan Webb la sollicite pour devenir claviériste et choriste du groupe qu'il a fondé avec Andy Sylvester, Chicken Shack, inspiré par le blues (1967).

Celui-ci tâtonne depuis son lancement, deux ans plus tôt, et ses fondateurs ont bien l'intention de le redynamiser avec l'apport de Christine.

Le temps qu'elle reste au sein de Chicken Shack, Christine Perfect contribue à sa meilleure période, celui-ci devenant alors un des piliers du british blues boom et des festivals de la fin des sixties. Elle-même est élevée au rang de meilleure chanteuse du moment pour le Melody Maker.

De Perfect à McVie.

Passée du Shack au Mac (1969), elle signe, dans l'intervalle, un premier album personnel, l'éponyme Christine Perfect, publié en décembre 1970.

Devenue Madame McVie quand John lui passe la bague au doigt en 1969, puis lui donne un enfant, elle intègre progressivement Fleetwood Mac dont elle va devenir un élément officiel (août 1970) et déterminant pour sa popularité.

Derrière ses claviers, elle est l'autre voix féminine du groupe quand Stevie Nicks vient grossir l'effectif en 1975. Elle chante et officie aux chœurs de plusieurs de leur enregistrements.

Christine perfect mcvie 2019

« Je pense que si nous reprenons les tournées, ce sera certainement sans John, ni Stevie. Je deviens un peu trop vieille pour ça maintenant, surtout après un an sans l’avoir fait. Je ne sais pas si j’aurais envie d’y retourner. Je sais que Mick serait reparti dans l’instant. Je ne peux pas encore vous dire si nous en referons, mais pas cette année, de toute manière. Fleetwood Mac fait partie de mon ADN et je sais que c’est aussi le cas pour Stevie, Mick et John. Quant aux tournées… qui sait. Gardons l’espoir. » (Christine McVie)

En 1976, le statut de rock star de Fleetwood Mac s'accompagne de tous les excès : egos, drogues, alcools, infidélités... Le couple McVie n'y résiste pas et divorce. En interne, la maison brûle mais on fait comme si...

Rumours (1977), vendu à plus de 25 millions d'exemplaires, et Fleetwood Mac n'aurait jamais été le binôme exceptionnel qu'il est sans ces sempiternelles tensions.

Intronisée au Rock And Roll Hall Of Fame.

De 1971 à 1998, Christine Perfect-McVie en a été. L'année de l'intronisation au rock and roll Hall Of Fame, elle prend ses distances avec ses partenaires et quitte la Californie pour le Kent.

Elle pose ses valises à Canterbury et se consacre à sa famille et à sa carrière solo en publiant, 20 ans après Christine McVie (1984), In The Meantime (2004), un disque qui la dévoile moins douce et plus impétueuse qu'avant mais qui ne l'éloigne jamais du Mac (Calumny et Northern Star).

Ses apparitions au sein de ce dernier deviennent épisodiques. Par contre, elle se rapproche de Buckingham avec lequel elle signe l'album Lindsey Buckingham/Christine McVie (2017). Bien qu'elle soit toujours considérée comme membre du groupe, Christine Perfect s'interroge aujourd'hui si elle n'est pas trop âgée pour tout ça maintenant.

Il est fort possible qu'elle ne dirait pas non, si le fusible qu'est Mike Fleetwood battait le rappel des troupes pour une énième fois. Elle a le Mac chevillé au cœur ; c'est son ADN (RAZOR©2021).

PS : Christine Petfect-McVie est décédée le 30 octobre 2022.

DISCOGRAPHIE SOLO.

LP Studio 1 - 1970

 

Christine perfect album 1970

 

CHRISTINE PERFECT

CHRISTINE PERFECT – 1970  3/5

 

Publié en 1970.

Produit par Mike Vernon,Christine McVie.

Durée:37:22.

Label:Blue Horizon.

Genre:rock,blues,soft rock.

 

Disque de début de carrière.

 

Dans une carrière, il est toujours intéressant de se retourner et de constater d'où l'on vient et par où l'on est passé.

Pour ce qui concerne l'artiste du jour, nul n'ignore qu'avant d'avoir été une des compositrices les plus bankables du Fleetwood Mac anglo-américain (christine McVie), elle a été, sous l'identité de Christine Perfect, une des actrices pleines de promesses du british blues de la fin des 60's.

A ce stade de sa carrière, elle vient juste de quitter Chicken Shack, avec laquelle elle signe deux albums (40 Blue Fingers, Freshly Packed And Ready To Serve/1968 et Ok Ken ?/1969) et de se marier (avec John McVie), mais son travail est publié sous son nom de jeune fille, Christine Perfect.

Il est son premier album personnel et fera l'objet d'un reconditionnement (The Legendary Christine Perfect/1976) quand le Fleetwood Mac post 1975 jouira d'une popularité internationale.

Elle en sera une contributrice particulièrement efficace et il est alors important, dans l'entourage du groupe, de faire savoir que Christine McVie et Christine Perfect, c'est blanc bonnet et bonnet blanc. Tous les moyens sont bons pour capitaliser sur le nom...

L'album éponyme, sorti en 1970, est le premier album solo de l'artiste, claviériste et chanteuse, une des rares femmes à avoir alors fait son trou dans le rock alors très machiste de la fin des sixties.

Publié chez Blue Horizon, comme les deux précédents opus sous Chicken Shack, ce disque prend place chronologiquement parlant, entre son départ du Shack et son adhésion au Mac (1969).

Christine Perfect s'est mariée l'année précédente (1968) et bricole alors avec le Fleetwood Mac de l'ère Peter Green, profondément ancré comme elle dans le blues.

Elle officie de temps en temps au piano pour accompagner les chansons de l'auteur d'Albatross et pointe, comme invitée sur les albums de la période 68/70 du Mac (Mr Wonderful, Then Play On et Kiln House). Voilà pour le contexte...

Le disque est inégal, partagé entre quelques rares chansons (Wait And See, Close To Me) annonçant la songwritrice prolifique du Mac et d'autres qui, moins intéressantes, dévoilent que l'épanouissement de l'artiste est encore très éloigné.

L'auteur Christine Perfect est encore dans le dur et ce n'est pas une surprise que de constater que l'album est composé, pour la moitié de son répertoire, de titres repris.

Ce remplissage relègue au second plan la McVie inspirée et généreuse, pour ne retenir que la Perfect interprète, pas encore au sommet de sa plénitude mais qui s'en sort dans le blues qu'elle chante.

Au final, c'est un disque de début de carrière, pas indispensable, et qui situe surtout tout le chemin parcouru par l'artiste pour devenir la star qu'elle est aujourd'hui. Une curiosité en quelque sorte...

L'auditeur doit avoir cela en tête pour apprécier ces premiers pas à leur juste valeur (RAZOR©2021).

 

1. Crazy 'bout You Baby.
2. I'm On My Way.
3. Let Me Go (leave Me Alone).
4. Wait And See.
5. Close To Me.
6. I'd Rather Go Blind.
7. When You Say.
8. And That's Saying A Lot.
9. No Road Is The Right Road.
10. For You.
11. I'm Too Far Gone (to Turn Around).
12. I Want You.
13. Tell Me You Need Me.

 

Christine Perfect:chant,claviers.
Top Topham,Richard Hayward:guitares.
Martin Dunsford:basse.
Chris Harding:batterie.
John Bennett,Derek Wadsworth,Terry Noo:arrangements.
Danny Kirwan:guitare.
John Mcvie:basse.
Stan Webb:guitare.
Andy Sylvester:basse.
Dave Bidwell:batterie.

 

  • 3 votes. Moyenne 3.7 sur 5.

Commentaires