Episode Six.

BIOGRAPHIE.

 

EPISODE SIX/Harrow (Londres – UK)

 

Episode six 1

 

Actif entre 1965 et 1974.

Labels:Pye Records, Decca Records.

Genre:pop psychédélique,pop-rock.

 

La filière pourpre.

La pandémie et ses contraintes ne sont pas une plaie pour tout le monde et certains s'en amusent même.

Ainsi, Roger Glover, bassiste de Deep Purple prend la situation avec philosophie et non sans une certaine ironie, en plaisantant sur le fait que leur inactivité contrainte prépare le groupe à ce qui leur pend au nez à court terme : la retraite.

Si on n'en est pas encore là, tant Deep Purple en a encore sous le capot et se sent assez crédible pour faire du rab, le confinement ressemble bien à leur futur proche.

Depuis près de 6 décennies que ces fondateurs du hard rock, avec Led Zeppelin et Black Sabbath, bourlinguent dans la profession de musiciens, qu'ils vendent des disques à coup de plusieurs dizaines de millions, donnent des concerts aux quatre coins de la planète et sur un rythme encore très soutenu aujourd'hui, il est évident que les tribunes de la ligne d'arrivée se profilent désormais dans leur champ de vision.

Episode six 2La filière pourpre.

Episode six introConstitué en juillet 1964.

Episode six august 1967Août 1967.

Episode six reunion 2015Réunion en 2015.

Episode six love hate revenge numero 3 local a beyrouth 66 67 Leur single le plus populaire.

Si le batteur Ian Paice est le seul membre du Pourpre à n'avoir jamais quitté le groupe depuis sa création et le seul rescapé du line-up d'origine, nommé Mark I (mars 1968), le chanteur Ian Gillan et Roger Glover l'intègrent en juillet 1969 en remplacement de Rod Evans, pour le premier nommé, et de Nick Samper, pour le second. Leur arrivée marque les débuts du Mark II.

Quant à Steve Morse (guitariste) et Don Airey (claviériste), ils sont dans les murs depuis 1994 et 2002.

Fidèles depuis le début au format classique à 5, Paice, Gillan, Glover, Morse et Airey donnent un crédit supplémentaire à leur histoire en signant, le 26 novembre 2021, leur 22ème LP studio (Turning To Crime) et contribuent à pérenniser un peu plus aujourd'hui un nom inaltérable et passé à la postérité depuis des lustres.

Juillet 64 : le début de la saga.

Episode Six, issu de la banlieue nord-ouest londonienne (Harford), est une des filières façonnant cette légende et alimentant cette saga qui, au regard de la complexité de son lignage, tient du parcours du combattant.

L'époque est alors au British Blues Boom, le psychédélisme s'invite au festin. Le croisement du rock, du blues et du hard est imminent...

Né du rapprochement de membres des Lightnings (Sheila Carter-Dimmock et son frère Graham, Andy Ross), formé en 1960 et des Madisons (Roger Glover, Tony Lander et Harvey Shield), ancré dans le beat et fondé à peu près à la même époque, Episode Six se constitue lui en juillet 1964.

Les Lightnings et les Madisons se connaissent pour être de la même génération et pour être scolarisés à la Harrow County School. Le rapprochement entre eux se fait à l'issue de leurs études (juillet 1963) quand la fratrie Carter-Dimmock décide de continuer l'aventure en proposant à Roger Glover et Harvey Shield de venir pallier les départs des anciens membres étudiants des Lightnings.

Les Beatles, les Beach Boys et l'Allemagne...

Composée d'actifs et d’universitaires, la nouvelle incarnation doit faire avec la scolarisation de Shield et limite ses sorties aux week-ends et au temps de loisirs.

Elle prend le nom d'Episode Six (avril 1964) et répète régulièrement chez les Carter-Dimmock, avec l'assentiment de la famille et plus particulièrement du père qui les conduit à tous leurs concerts.

La mouture, influencée par les Beatles et la musique américaine (les Beach Boys et The Lovin Spoonful notamment) procède alors à ses premiers enregistrements avant de décrocher un contrat mensuel pour plusieurs représentations au club Arcadia de Francfort (début 1965).

A son retour d'Allemagne, son chanteur Andy Ross quitte Episode Six mais le groupe ne perd pas au change puisqu'il récupère Ian Gillan (Wainwright's Gentlemen ) qu'il connaît pour avoir évolué, au début de la décennie, au sein des Javelins, sur le même circuit.

L'entrée de Gillan, le soutien de Pye, le rôle de Gloria Bristow.

L'apport de Gillan et l'implication désormais totale de Shield crédibilisent un peu plus la formation d'Harrow. Elle profite de ces mouvements pour se professionnaliser.

Cette situation accélère son engagement pour une vingtaine de concerts mensuels. Le premier d'entre eux a pour cadre l'Oldfield Hotel de Greenford (3 juin 1965).

Dans la foulée, une audition obtenue auprès de Tony Reeve, A&R de Pye Records, induit un contrat d'enregistrement signé avec ce label en juillet 1965, puis la publication d'un premier single, Put Yourself In My Place/That's All I Want (début 1966).

Le titre est repris aux Hollies et sa promotion est mise entre les mains de Gloria Bristow, la manager du groupe. I Hear Trumpets Blow (face B : True Love Is Funny That Way), emprunté aux Tokens, prend le relais. 

Le single est défendu dans des spectacles au London's Establishment Club et par un passage en direct sur la BBC. Cette année-là (1966), Episode Six apparaît également dans un grand concert estival en plein air organisé par la radio aux côtés de David Bowie. Les singles s’enchaînent alors, toujours calqués sur des reprises et jamais récompensés.

Bien que puisé dans le répertoire lucratif des Beatles et soutenu par les radios pirates du moment, Here There And Everywhere, sorti en août 1966, n'imprime pas plus dans les charts.

Après une tournée de ses protégés auprès de Dusty Springfield (septembre 1966) et un passage au Marquee (octobre 1966), Gloria Bristow tente alors de forcer leur destin dans les charts en créditant le single suivant, I Will Warm Your Heart (Charles Aznavour), à Sheila Carter & The Episode Six. Peine perdue, la sortie du titre en novembre 1966 n'a pas l'effet booster escompté.

Episode six roger glover photocredit jim raketePhoto Jim Rakete©2022

« Découragé à l'idée de devoir étudier l'art dramatique, Ian, qui travaille alors dans une usine à glace à Hounslow, dans le Middlesex, oriente son rêve vers le chant. Sa tessiture immense n'apparaît pas tout de suite. En assurant les chœurs dans son deuxième groupe, Episode Six, il doit se placer une octave au-dessus de Sheila Carter Dimmock , il découvre et révèle dès lors son célèbre falsetto. » (Roger Glover) 

La fin de l'année 66 amène Episode Six à se produire à Beyrouth où, pendant huit semaines, le groupe est le clou du spectacle du casino de la ville libanaise.

Il y jouit d'une bonne popularité et son séjour au Liban permet de la renforcer un peu plus quand Love – Hate – Revenge/Baby Baby Baby (février 1967) entre dans le top 3 local.

D'Episode Six à The Episode.

Morning Dew (de Tim Rose)/Sunshine Girl, publié en juin 1967, ne fait pas mieux et ce constat d'échec, renforcé par la fatigue née des diverses sollicitations, précipitent le départ d'Harvey Shield, trois mois plus tard.

Après une tournée allemande (Munich) et un dernier single (I Can See Through You/When I Fall In Love) sorti à la fin de 1967, le contrat avec Pye s'arrête, amenant Episode Six à rebondir chez MGM Records et à se rapprocher de l'agence artistique NEMS.

Ce changement de label s’accompagne d'un raccourcissement du nom, Episode Six devenant The Episode, lequel sort Little One/Wide Smiles (mai 1968). Sans succès.

Lucky Sunday/My Universe (octobre 1968) et Mozart Versus The Rest/Jak D'Or (février 1969) ne proposent guère mieux en terme commercial, malgré le soutien des radios et télés.

The Episode doit se satisfaire des seules bonnes critiques de la presse spécialisée et du jugement favorable de Richie Blackmore et Jon Lord qui attirent à eux, pour un projet plus ambitieux déjà engagé sous Deep Purple mais peinant à percer, Glover et Gillan, laissant à Sheila Carter-Dimmock les clés du camion et le soin de refermer la porte derrière elle. La suite appartient à l'histoire du rock (RAZOR©2022).

MON CHOIX DISCOGRAPHIQUE.

COMPILATION - 1991

 

Episode six the roots of deep purple 1991

 

EPISODE SIX

THE COMPLETE EPISODE SIX : THE ROOTS OF DEEP PURPLE – 1991  3/5

 

Publié en 1991.

Label:Sequel Records.

Genre:pop-rock.

 

Un tremplin pour Gillan.

 

Il faut un début à tout et la saga Deep Purple commence ici, avec Episode Six, formé du côté de Hatch End, dans la banlieue nord-ouest de Londres.

En 1965, la formation en question naît du rapprochement des Lightnings et des Madisons, deux entités qui se tirent la bourre localement, depuis la Harrow County School où certains membres y étudient.

Auteurs de 9 singles entre 1966 et 1969, dont un seul (Love Hate Revenge) a trouvé un écho favorable mais à Beyrouth (N° 3 local), Episode Six prend fin quand deux de ses ouailles, Roger Glover et Ian Gillan, sont approchés par Ritchie Blackmore, Ian Paice et Jon Lord lors d'un concert londonien en 1969. Ce rapprochement donne Deep Purple, après un court intermède crédité à The Episode.

Episode Six, emmenée alors par Sheila Carter-Dimmock, n'a pas l'envergure de son illustre successeur mais n'en démontre pas moins de l'intérêt dans la mesure où il permet de voir l'évolution des musiciens dans leur carrière.

Les collectionneurs et les curieux se retrouveront autour du disque qui compile 28 titres de la période pré-Deep Purple de Gillan et Glover (The Complete Episode Six : The Roots Of Deep Purple/1991), ainsi que certaines chansons impliquant les deux artistes mais ne doivent pas en attendre des similitudes avec les auteurs de Speed King, Black Night ou Child In Time.

Les débuts sont plutôt soft et pop-rock, sans réelles ambitions ni originalité, sans succès majeur et dans l'anonymat.

Ian Gillan y dévoile déjà le légendaire falsetto de son organe vocal et c'est là, tout l'intérêt de cette compilation dont la matière est infusée dans le jus des 60's.

A recommander pour sa valeur historique surtout, rares étant les occasions de retrouver Episode Six par ailleurs (RAZOR©2022).

 

1. My Babe.

2. Put Yourself in My Place.

3. That's All I Want.

4. I Hear Trumpets Blow.

5. True Love Is Funny that Way.

6. Here There and Everywhere.

7. Mighty Morris Ten.

8. I Will Warm Your Heart.

9. Incense.

10. Love Hate Revenge.

11. Baby Baby Baby.

12. Morning Dew.

13. Sunshine Girl.

14. I Won't Hurt You.

15. U.F.O.

16. I Can See Through You.

17. When I Fall in Love.

18. The Way You Look Tonight.

19. My Little Red Book.

20. Plastic Love.

21. Time and Motion Man.

22. Only Lonely People.

23. Little One.

24. Wide Smiles.

25. Lucky Sunday.

26. Mr. Universe.

27. Mozart Versus the Rest.

28. Jack D'Or.

 

Sheila Carter-Dimmock:claviers,chant.

Tony Lander:guitare.

Graham Carter-Dimmock (Neo Maya):chant,guitare.

Roger Glover,John Gustafsson,Tony Dangerfield:basse.

Harvey Shield,John Kerrison,Mick Underwood,Alan Coulter,Dave Lawson:batterie.

Andy Ross,Ian Gillan:chant.

J.Peter Robinson:claviers.

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires