Gerry Rafferty.

BIOGRAPHIE.

 

GERRY RAFFERTY/Paisley (Écosse – UK)

 

 

Gerry rafferty intro

 

 

Né Gerald Rafferty, le 16 avril 1947 à Paisley (Écosse), décédé le 4 janvier 2011 à Stroud (Angleterre).

Actif de 1966 à 2000,2009/2010.

Labels:Transatlantic,United Artists,Liberty,London,Avalanche,Hypertension.

Genre:pop,pop-rock,rock,folk-rock,blues-rock.

Site officiel:www.gerryrafferty.com

 

Une vie rythmée par l'alcool.

Depuis qu'il est venu au monde, le 16 avril 1947, Gerald Rafferty, dit Gerry Rafferty, a toujours eu un rapport particulier avec l'alcoolisme. Enfant, sa mère Mary (Skeffington) le mettait à l'abri des coups d'un paternel, Joseph, qui, régulièrement sous l'emprise de la bibine, faisait montre d'une violence inouïe, dès qu'il avait un coup dans les carreaux. Il a 16 ans quand celui-ci meurt.

En 1978, alors que son Baker Street fait top 10 en Grande-Bretagne et aux États-Unis, à son tour, il a commencé, depuis quelques années, à nouer une relation étroite avec la bouteille.

Souvenez-vous de l'entame révélatrice de la chanson, par ailleurs son seul véritable succès (Windin' Your Way Down On Baker Street/ Light In Your Head And Dead On Your Feet/ Well Another Crazy Day/ You'll Drink The Night Away ) qui invite à boire jusqu'au bout de la nuit...

Pour Gerald, l'alcoolisme anime dès lors son quotidien jusqu'à devenir chronique et irrémédiable. Son addiction est inquiétante. Pour s'en sortir, il faut lui prodiguer des soins lourds et l'interner dans une unité spécialisée. Ce à quoi il se plie, mais sans jamais s'en sortir véritablement. Au détriment de sa carrière, cela va de soi.

Durant deux décennies, il tente vainement de lutter contre cette descente aux enfers à laquelle la dépression vient se mêler. Le piège se referme définitivement sur lui quand, le 4 janvier 2011, la presse annonce son décès après une ultime hospitalisation pour défaillance hépatique grave. Il avait 63 ans...

Gerry rafferty 1Gerry Rafferty : une vie rythmée par l'alcool.

Gerry rafferty joe eganJoe Egan et Gerry Rafferty.

Gerry rafferty stealers wheelAu sein de Stealers Wheels.

Gerry rafferty baker streetLe mémorable Baker Street (1978).

Gerry rafferty mortGerry nous quitte en 2011.

Entre trad, les Beatles et Dylan.

Gerald Rafferty est écossais, né à Paisley dans les Lowlands, à une grosse dizaine de bornes de Glasgow. Il vient au monde au milieu d'une famille peu aisée de mineurs. Son père est d'origine irlandaise tandis que sa mère est écossaise.

C'est par l'entremise de cette dernière qu'il a ses premiers contacts avec la musique ; sa maman est, en effet, férue de folk traditionnel irlandais et écossais et lui transmet le virus.

Pour le reste, Gerald est bercé par les musiciens ambiants en vogue d'un côté et de l'autre de l'Atlantique, les Beatles et Bob Dylan.

Pour subvenir aux besoins de sa famille tombée dans la précarité à la mort de son père (1963), l'ado qu'il est, écourte sa scolarité pour travailler comme boucher, puis comme préposé aux impôts, et ainsi aider sa mère à boucler des fins de mois difficiles. La musique lui permet de sortir de ce quotidien sombre et médiocre.

Des Mavericks aux Humblebums.

Son parcours musical, il l'entame par les Mavericks, qu'il monte avec son pote d'école Joe Egan et dont il est toujours resté très proche.

Le groupe se produit les week-ends et fait les bals de la région en reprenant les succès des Beatles et des Stones.

C'est d'ailleurs au cours d'une de ces soirées qu'il rencontre une apprentie coiffeuse d'origine italienne répondant au nom de Carla Ventilla (1965). Gerry a 18 ans, celle qui va devenir sa future épouse en 1970, 3 ans de moins.

Quand Rafferty et Egan quittent les Mavericks au profit de The Fifth Column (1966), ils enregistrent un premier single, Benjamin Day/There Nobody Here (Columbia), mais ne rencontrent aucun succès. Leurs routes se séparent alors.

Gerry rejoint The Humblebums, un duo folk-pop de Clydeside (1969). Celui-ci comprend Billy Connolly (connu comme comédien), chanteur, guitariste et banjoïste et Tam Harvey (guitare et mandoline) ; le tandem se produit alors dans et en périphérie de Glasgow. A l'arrivée de Rafferty, la mouture devient trio, avant de redevenir duo au départ de Harvey.

Les Humblebums se séparent en 1971, non sans avoir enregistré deux LP, The New Humblebums (septembre 69) et Open Up The Door (juin 70), tous deux chez Transatlantic Records.

La pochette du premier nommé est signée John Patrick Byrne, le célèbre dramaturge écossais originaire de Paisley. Une longue collaboration va se nouer entre les deux artistes.

Rafferty en solo.

Rafferty entame alors une carrière solo sur les conseils de Nathan Joseph, le boss du label Transatlantic. Celle-ci se traduit aussitôt par l'enregistrement d'un premier album, Can I Have My Money Back ? (1971), lequel est plutôt bien accueilli par les critiques. Dans ce lot de 13 titres, l'artiste signe, autour du thème de la famille et de la vie en général, des compositions folk-rock simples mais soignées qui le situent loin de l'interprète de Baker Street.

Le fidèle Joe Egan s'invite aux harmonies vocales sur ce disque dont l'illustration de la couverture est l’œuvre de John Byrne.

Il est toutefois regrettable que Can I Have My Money Back ? n'ait pas eu de meilleures retombées commerciales, cet opus étant vraisemblablement ce qu'il a fait de mieux.

Les Crosby Stills Nash & Young britanniques.

Rafferty retrouve Egan autour du projet Stealers Wheel (A&M/1972) dont le duo forme le cœur et pour lequel Roger Brown, Ian Campbell et Rab Noakes sont également partie prenante.

Placé dans une veine West Coast et supposé être le pendant britannique de Crosby Stills Nash & Young, le Stealers Wheel version Rafferty enregistre un album éponyme en octobre 1972, qui connaît un succès d'estime aux USA en prenant la 50ème place du Billboard 200.

La chanson Stuck In The Middle With You, écrite par Egan et Rafferty et que le groupe interprète sur la BBC dans l'émission Top Of The Pops (mai 1973), se classe 8ème dans les charts britanniques et flirte avec le top 5 dans le Billboard 100 (6ème).

Le titre en question est régulièrement repris par la TV et le cinéma, notamment Quentin Tarentino pour alimenter la B.O de son film Reservoir Dogs en 1992. L'album sorti, Rafferty démissionne de Stealers Wheel. Il est remplacé par Luther Grosvenor.

Mais tout ne se passe pas aussi simplement et rapidement que prévu. Lié à de multiples engagements (disques, tournées, promotion), A&M s'en mêle et plombe le peu de relations que l'artiste a encore avec le label.

Celles-ci se détériorent inexorablement, au point que Rafferty met 3 ans pour démêler ses contrats et s'en libérer. Stealers Wheel est officiellement arrêté en 1975, juste avant la publication de Right Or Wrong.

Gerry rafferty joe egan portrait

« Gerry était un musicien extrêmement talentueux et ce, depuis le début de sa carrière. Sa plus grande qualité était probablement ce sens incroyable de la mélodie qu'il possédait. Il avait une oreille pour la musique et il était aussi à l'aise seul qu'en collaboration ». (Joe Egan)

Baker Street pour rebondir.

Ces contretemps freinent l'éclosion de sa deuxième partie de carrière en solitaire. Il faut attendre 1978 et la sortie de City To City (United Artists), son deuxième LP, pour remettre l'artiste sous le feu des projecteurs.

L'album se révèle très performant (multi platine, N°1 au Billboard, N° 6 au Royaume-Uni) et Baker Street, qui en est extrait, fait un tabac sur le plan international. Il s'en écoule plus de 5,5 millions d'exemplaires. La vie de Gerry s'illumine soudain.

Son parcours va alors s'enrichir de 3 nouveaux LP entre 1979 et 1982 : Night Owl (1979), top 10 au Royaume-Uni, or (UK et USA) et platine (Canada), Snakes And Ladders (1980), N°15 en Angleterre et N°61 chez l'Oncle Sam, ainsi que Sleepwalking (1982).

Rattrapé par ses vieux démons.

Rafferty traverse ensuite une période de disette discographique, sa bataille contre l'alcool l'obligeant à prendre un peu de recul. Il faut attendre avril 1988 pour que son catalogue s'enrichisse d'un 6ème opus. North And South le maintient encore à un bon niveau, en dépit de son lien de plus en plus marqué avec la dive bouteille.

Ses frasques répétées et la longue dépression dans laquelle il s'installe, amènent sa femme Carla à le quitter (1990). Sa vie devient alors une lutte permanente contre ses vieux démons et la maladie. Son état de santé se fragilise, ce qui l'empêche de travailler normalement, de partir sur les routes notamment.

Ses 90's musicales se résument à deux opus : On A Wing And A Prayer (1992) et Over My Head (1994), tandis que Another World sort en 2000. Dixième volet studio, le prémonitoire Life Goes On (2009) referme définitivement sa discographie personnelle.

Après avoir bourlingué entre la Californie, l'Irlande, l'Angleterre, où il avait son studio privé, et l'Italie (sa fille Martha Mary y fait des études), Gerry Rafferty fait le choix de s'isoler pour travailler, mais surtout le faire désormais à son rythme.

Gerry Rafferty est admis, en novembre 2010, à l'hôpital de Bournemouth pour insuffisance hépatique grave. Il s'y éteint à 63 ans, deux mois plus tard. Comme il l'a annoncé deux ans plus tôt, la vie continue (RAZOR©2020).

DISCOGRAPHIE SOLO 70'S.

LP Studio 1 - 1971

 

Gerry rafferty can i have my money back 1971

 

GERRY RAFFERTY

CAN I HAVE MY MONEY BACK ? - 1971  5/5

 

Publié en 1971.

Produit par Hugh Murphy.

Durée:40:23.

Label:Transatlantic Records.

Genre:rock,folk-rock,pop-rock,folk-pop.

 

Brillant.

 

Joe Egan, son vieux pote, disait de Gerry Rafferty qu'il avait un sacré sens de la mélodie et son premier album le démontre au-delà de tout ce que l'on pouvait imaginer.

A part peut-être un titre ou deux (peut-être Mr. Universe et Make You Break You ...et encore !), il n'est pas lot plus accrocheur du catalogue de Rafferty que celui qui alimente son disque de début de carrière, publié en 1971 pour le label Transatlantic Records.

Vous pouvez prendre Can I Have My Money Back par tous les bouts, les chansons ici déroulées amènent à une constatation : Joe Egan a complètement raison. Le Gerald est un fieffé mélodiste.

New Street Blues, Didn't I ?, Mary Skeffington, The Long Way Round, la festive chanson-titre, Sign On The Dotted Line (écrite avec Joe Egan et son frangin Walter), To Each To Everyone, le prémonitoire One Drink Down, Don't Count Me Out, Half A Chance et Where I Belong... il découle de leur écoute une fraîcheur, une simplicité, de la maturité, de l'émotion, de la fluidité, de la coolitude et de la joie, sinon de l’optimisme.

C'est tellement agréable à se mettre entre les oreilles qu'on en reprend volontiers et régulièrement. Ce Gerry là, au timbre de voix relaxant, aux ambiances douces et décontractées, aux compositions brillante, j'adhère. Il y a du George Harrison et du Paulo dans ce Rafferty de début de carrière. On devine très facilement ses influences...

Le dramaturge de Paisley, John Patrick Byrne, signe le visuel de la pochette. Ce partenariat va se renouveler à de multiples reprises par la suite (RAZOR©).

 

1. New Street Blues.

2. Didn't I ?

3. Mr. Universe.

4. Mary Skeffington.

5. The Long Way Round.

6. Can I Have My Money Back ?

7. Sign on the Dotted Line.

8. Make You, Break You.

9. To Each and Everyone.

10. One Drink Down.

11. Don't Count Me Out.

12. Half a Chance.

13. Where I Belong.

 

Gerry Rafferty:chant,guitare acoustique.

Rab Noakes:guitare acoustique,choeurs.

Joe Egan:choeurs.

Gary Taylor:basse.

Andrew Steele,Henry Spinetti:batterie.

Alan Parker,Mr Z. Jenkins:guitare électrique.

Roger Brown:guitare électrique,guitare acoustique.

John Van Derrick:violon.

Tom Parker:claviers,clavecin.

Rod King:steel guitare.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.