Hotlegs.

BIOGRAPHIE.

 

 

HOTLEGS/Stockport (Grand Manchester – UK)

 

Hotlegs 1

 

Actif en 1970/1971.

Label:Philips.

Genre:rock,rock psychédélique,pop-rock.

 

Le marchepied pour 10CC.

A la fin des 60's, Kevin Godley, Lol Creme, Eric Stewart constituent le noyau britannique du groupe des studios Strawberry de Stockport, ainsi nommés en référence à Strawberry Fields Forever des Beatles, noyau qui mène à 10CC.

Graham Gouldman, également partie prenante dans ce collectif et co-investisseur du projet, est alors à New York où il passe son temps à travailler comme songwriter pour Super K Productions, la société de Kasenetz et Katz.

Sous contrat avec les producteurs américains, sa mission consiste à alimenter en chansons l'écurie bubblegum prolifique des deux K ; ses compositions sont alors travaillées et testées à Stockport, le fait de louer l'endroit aux américains pour leurs projets permettant aux partenaires outre-Atlantique de financer l'achat d'équipements supplémentaires.

Hotlegs strawberry studios stockportLes Studios Strawberry de Stockport.Hotleds devenu 10cc at the strawberry mixing desk c1975Un marchepied pour 10CC.Hotlegs godley cremeGodley et Creme.Hotlegs neanderthal manN°2 des charts britanniques (août 70).Hotlegs thinks school stinkThinks : School Stinks (1970).

L'objectif avoué est alors d'en faire un lieu d'enregistrement crédible pour pouvoir l'ouvrir à des musiciens huppés et d'attirer, pourquoi pas, les Beatles. Le quatuor finit par s'approprier les titres de Gouldman, quand celui-ci rompt son partenariat avec Super K et à travailler pour son compte.

Le surprenant Neanderthal Man.

Lorsque le studio investit dans un équipement 4 pistes Ampex flambant neuf et moderne (juin 1970), les quatre musiciens se livrent à leurs premiers essais, notamment expérimenter le son de la batterie.

Godley s'installe derrière les fûts, Stewart et Creme (le chant, c'est lui) sortent leur gratte et enregistrent une improvisation que Dick Leahy, manager de Philips trouve très novatrice et accrocheuse, en dépit de paroles minimalistes qu'il ne juge pas très opportunes.

Le couplet « I'm A Neanderthal Man, You're A Neanderthal Girl, Let's Make Neanderthal Love, In This Neanderthal World » est, en effet, repris en boucle durant les quatre minutes et 20 secondes que dure la chanson. L'A&R manager finance néanmoins, pour partie, cette démo dont le titre va alors faire parler de lui.

Vendu à plus de deux millions d'exemplaires, Neanderthal Man se classe N°2 des charts britanniques (août 1970), atteint la première place en Allemagne et en Italie et fait top 20 au Japon, en Australie, au Canada, en Irlande et en France. Aux States, elle s'installe au 22ème rang du Billboard.

Du lourd et du prolifique.

Étrange sur le plan sonore, le morceau ne ressemble en rien à ce qui a pu être entendu auparavant. Le nom de Hotlegs est alors retenu pour identifier le collectif derrière Neanderthal Man. Il réfère aux longues et très jolies jambes de la secrétaire des studios Strawberry...

Ceux qui suivent les choses du rock anglais des 60's savent ce noyau est un généreux contributeur du rock. Ils n'ignorent pas que les Gouldman, Stewart, Godley et Creme ne sont pas les perdreaux de l'année.

Gouldman, dont l'implication est toutefois moins marquée dans Hotlegs, et Godley représentent 50% des Mockingbirds, tandis qu'Eric Stewart est passé par les Mindbenders de Wayne Fontana et a eu le bonheur de goûter au succès (The Game Of Love).

Gouldman et Stewart ont la pop et la Motown chevillées au cœur. Les formations respectives ont déroulé du câble sur l'échiquier du Merseybeat.

En creusant un peu plus profond, le parcours de Gouldman révèle, à ce stade de sa carrière, quelques belles pépites de pop british des 60's : For Your Love que les Yardbirds portent au 3ème rang des charts grands-bretons et au 6ème du Billboard 100 (1965), No Milk Today (1966) dont Herman's Hermits fait un N° 7 en Angleterre ainsi que Bus Stop (1966) top 10 aux États-Unis et N°5 dans l'Old Albion.

La carrière de Laurence Neil Creme, dit Lol Creme, est peut-être moins brillante (The Sabres, devenus Magic Lanterns) à cette même période, mais le musicien n'en compte pas moins parmi les acteurs talentueux et remarqués de la scène mancunienne.

Admirateurs de Frank Zappa et fans de doo-wop, lui et Godley ont, en effet, tenté de refaire le coup de Simon & Garfunkel en Angleterre (The Yellow Bellow Room Boom). Ils sont ceux qui dotent la musique de 10CC de cette légendaire étrangeté.

Malgré leurs divergences artistiques, Creme et Godley sont aussi influents que leurs partenaires au CV plus conséquent.

Hotlegs godley

« Thinks : School Stinks était complètement différent de Neanderthal Man. Le public ne s'attendait pas à ce type de musique. Mais c'est un bon disque, un peu en avance sur son temps. Très mélodique, avec des structures d'accord qui n'avaient jamais été utilisées auparavant. Certains des sons de cet album étaient pionniers pour l'époque. » (Kevin Godley)

D'Hotlegs et Strawberry à 10CC.

On n'a donc pas affaire à des novices quand, au début des 70's, est prise la décision de se libérer du rythme intensif instauré par Super K, de ne plus jouer et produire les chansons des autres, de devenir enfin eux-mêmes et de rebondir sur une nouvelle incarnation : Hotlegs, constituée des trois instrumentistes de studio, rejoints plus ponctuellement par Gouldman (il tient la basse sur une chanson de leur seul LP). Le groupe, pourtant bien considéré dans le milieu, ne sera cependant que feu de paille...

Le succès inattendu de Neanderthal Man (juin 1970) éveille les ambitions de leurs auteurs qui, 9 mois plus tard, publient un LP, Thinks : School Stinks (mars 1971).

A l'origine, celui-ci est prévu pour réunir les compos et les idées nées du projet discographique non abouti de Creme et Godley (septembre 1969), alors réunis sous Frabjoy And Runcible Spoon, et qu'ils envisagent d'enregistrer avec Giorgio Gomelsky dans un format identique à Simon & Garfunkel.

La publication en question est principalement destinée à capitaliser sur la réussite du single, d'où l'impression qu'il laisse d'errer un peu comme un canard sans tête.

Malgré la qualité de sa matière pop-rock essentiellement acoustique, douce et mélodique, le disque ne touche pourtant pas sa cible. Pas celle escomptée, en tout cas, et qui s'attendait à retrouver en Thinks : School Stinks, d'autres Neanderthal Man.

Bien que l'accueil du public ait été assez froid, le LP n'en reste pas moins, au regard du contour de certains de ses titres, un disque inéluctable pour tout admirateur de 10CC.

Il restera l'unique témoignage vinylique studio d'Hotlegs, son suivant Song (1971), n'étant qu'une réédition de Thinks : School Stinks, sans son titre-phare (RAZOR©2022).

MON CHOIX DISCOGRAPHIQUE.

LP Studio 1 - 1971

 

Hotlegs thinks school stink

 

HOTLEGS

THINKS : SCHOOL STINKS – 1971  4/5

 

Publié en mars 1971.

Produit par Hotlegs.

Durée:44:20.

Label:Philips.

Genre:rock,pop-rock.

 

Marchepied pour 10CC.

 

La matière alimentant Thinks : School Stinks et les idées qui l'animent, devaient, à l'origine, servir de cadre au projet du duo Frabjoy & Runcible Spoon, initié par Giorgio Gomelsky (1969).

Entendez, derrière cette identité, Kevin Godley et Lol Creme, deux-tiers du trio Hotlegs, que le producteur géorgien, propriétaire du Crawdaddy londonien qui a lancé les Stones, avait dans l'idée de rapprocher de Simon & Garfunkel.

Le projet n'a finalement pas abouti, le label Marmalade du même Gomelsky ayant rendu l'âme avant (1969), aussi les chansons sont restées dans les tiroirs et été ressorties quand Hotlegs a publié son premier album pour capitaliser sur le succès international de Neanderthal Man (plus de deux millions d'exemplaires).

Le public s'attend donc généralement à être confronté à un disque situé dans la lignée de son célèbre et original titre. Ce qui n'est pas le cas, sans que, pour autant, sa qualité puisse être discutée.

Le lot de chansons pop-rock mélancoliques initialement prévu alimentant Thinks : School Stinks est très différent de Neanderthal Man, simpliste dans sa structure mais terriblement accrocheur. Il prépare au 10CC à venir.

You Didn't Like It Because You Didn't Think Of It, Fresh Air For My Mama, Take Me Back, How Many Times, Desperate Dan sont les pièces les plus recommandables de cet opus reconditionné (sans Neanderthal Man et avec un autre agencement), paru sous Song à la fin de 1971. L'un comme l'autre tiennent cependant plus de la curiosité que de l'acquisition coûte que coûte.

10CC se façonne ici et ça a valeur historique au regard du parcours de ce groupe légendaire (RAZOR©2022).

 

1. Neanderthal Man.

2. How Many Times.

3. Desperate Dan.

4. Take Me Back.

5. Um Wah,Um Woh.

6. Suite F.A.

7. Fly Away.

8. Run Baby Run.

9. All God's Children.

 

Lol Creme:guitare,basse,chant,claviers.

Eric Stewart:guitare,basse,chant.

Kevin Godley:batterie,chant.

  • 3 votes. Moyenne 4.7 sur 5.

Commentaires