Jose Feliciano.

BIOGRAPHIE.

 

 

JOSE FELICIANO/Lares (Porto Rico).

 

Jose feliciano intro

 

Né José Monserrate Feliciano Garcia, le 10 septembre 1945 à Lares (Porto Rico).

Actif depuis 1962.

Labels:RCA Victor,Anthem.

Genre:pop latino,pop,soft rock,boléro,soul.

Site officiel:josefeliciano.com

 

45 disques d'or et de platine, 9 grammy awards et une étoile.

Chaque année, quand les fêtes de fin d'année reviennent, Feliz Navidad nous rappelle à son bon souvenir. Chanson de Noël/Nouvel An, elle se pose comme un des titres parmi les plus populaires du genre.

Ce chant à la mélodie contagieuse, au refrain réunificateur, aux paroles aussi simples que sincères (elle souhaite les vœux traditionnels liés à la période) a aujourd'hui 51 ans.

Écrite en 1970 par le chanteur et compositeur portoricain Jose Feliciano, aveugle de naissance, Feliz Navidad est, malgré une reconnaissance tardive (sa réédition atteint la 18ème place du Billboard Adult Contemporary en 1998 ; en 2020, elle pointe au rang 6), devenu un classique pop de la fête de la nativité du Christ.

Chanson de Noël parmi les plus jouées et les plus téléchargées dans le monde selon l'Ascap, l'American Society Of Composers, Authors And Publishers (source 2017), cette pièce épurée (un refrain de 6 mots en espagnol, un couplet de 13 mots en anglais), au rythme entraînant, inspirée des villancicos (chants traditionnels associés à Noël en Espagne et au Portugal) a été composée en moins d'un quart d'heure.

Son auteur a alors le mal du pays depuis qu'il a quitté son Porto Rico natal pour épouser une carrière d'artiste aux États-Unis. La solitude et l'éloignement de ses proches ravivent la mémoire de ses Noëls d'enfant heureux à Lares avec ses 10 frères et sœurs, malgré un dénuement très profond.

60 ans après ses débuts douloureux, Jose Feliciano est le symbole d'un artiste qui a influencé la musique populaire en fusionnant blues, pop, latino, jazz, rock et soul.

Jose feliciano laresElevé dans la pauvreté.

Jose feliciano jeuneSauvé par la musique.

Jose feliciano feliz navidadFeliz Navidad, son gros succès.

Jose feliciano hollywood walk of fameUne étoile à Hollywood.

Jose feliciano now 1Toujours actif en 2021.

Émissaire de la Paix.

Premier latino à avoir pénétré le marché britannique, ce brillant guitariste acoustique, détenteur d'un catalogue confondu (studio, live, compilations) fort de plus de 80 albums (dernier en date, Behind This Guitar/2020), a, depuis, été honoré de plus de 45 disques d'or et de platine, nominé près d'une vingtaine de fois aux Grammy Awards (dont 9 succès) et a son étoile sur le prestigieux Walk Of Fame d'Hollywood. Joli bilan, en effet.

Mais ce dont cet émissaire de la Paix est peut-être le plus fier, c'est d'entendre les gens reprendre à l'unisson son hymne joyeux dans le monde entier aujourd'hui encore.

Plus que d'avoir une école new-yorkaise qui porte son nom (East Harlem – The José Feliciano Performing Arts School), plus que la première Cadillac Eldorado dont il rêvait et qu'il s'est offerte en capitalisant sur son succès (Light My Fire, Feliz Navidad, Rain, Che Sara, California Dreamin', Ain't No Sunshine)... José est un homme simple, tout simplement.

De Lares à Greenwich Village.

Né non voyant (glaucome congénital) le 10 septembre 1945, José Monserrate Feliciano Garcia est le quatrième enfant d'une fratrie de 11 enfants.

Issu d'une famille pauvre, il a ses premiers contacts avec la musique quand, alors qu'il n'a que trois ans, il bat la mesure sur la boîte de biscuits en fer-blanc en accompagnant son oncle jouant du cuatro, cette guitare portoricaine à quatre cordes (1948).

Deux ans plus tard, les Garcia déménagent aux États-Unis pour s'installer à New York dans le quartier d'East Harlem, plus connu sous le nom de Spanish Harlem. El Barrio, comme on l'appelle aussi, est le point de convergence des latinos, plus particulièrement des portoricains venus chercher fortune aux USA.

Deux ans plus tard, il commence un apprentissage du concertina, sorte d'accordéon.

Il en apprivoise les contours en utilisant les disques de ses parents. José apprend aussi la guitare en autodidacte lorsque son père lui en fait cadeau d'une.

Il n'a pas encore 10 ans quand il apparaît au sein de la première compagnie de théâtre portoricaine fondée à dans le Bronx (Puerto Rican Theatre). Le rock and roll des 50's achève de le convaincre que sa voie se trouve dans la musique.

New York, les Four Seasons et la scène folk revival tirée par Bob Dylan, va contribuer à développer son amour pour le chant et la guitare et permettre à sa technique de se perfectionner. Déterminé, il enchaîne les heures à répéter.

Dès le début des 60's, José quitte l'école (1962) pour jouer dans les bars et clubs de Greenwich Village. Le peu d'argent qu'il gagne au chapeau lui permet de venir en aide à sa famille.

Il étend sa zone de chaland en se produisant sur d'autres scènes folk en vogue à cette époque comme Boston. Puis Detroit, Denver, Chicago...

Le sorcier à 10 doigts.

Mais c'est à Manhattan, où il foule régulièrement les planches du Gerde's, qu'il se fait remarquer par un dirigeant du label RCA, lequel s'empresse de le signer (1963).

L'année suivante, José sort son premier single, Everybody Do The Click (août 1964) qui trouve un écho favorable aux Philippines, puis enchaîne avec deux LP, The Voice And Guitar Of José Feliciano (1965) et A Bag Full Of Soul (1966) par lesquels l'artiste commence à faire vraiment parler de lui dans les diverses presses.

De ce dernier album est extrait le second single Where I'm Goin'/A Woman A Lover A Friend, que suit, en 1966, (I Love You) For Sentimental Reasons/Quit While You're Ahead.

Celui que le New York Times qualifie de « sorcier à dix doigts » séduit notamment en Amérique latine, ce qui conduit la filiale argentine de RCA à l'encourager à enregistrer en espagnol.

Sa carrière se partage alors entre les vieux boléros de son enfance comme Poquita Fe et les reprises des standards de l'époque qu'il adapte à sa sauce, en y apposant sa signature guitaristique caractéristique (acoustique) et ses influences vocales jazzy.

Jose feliciano now

« J'espère que mon histoire apportera de l'espoir aux gens du monde entier. Que rien n’est vraiment impossible. S vous croyez en vous-même et mettez votre cœur, votre esprit et votre âme dans votre rêve, quel qu’il soit, il deviendra réalité. » (José Feliciano)

Un statut de star internationale.

Il faut croire que la formule est bonne puisque l'artiste engage une série discographique que l'or et le platine couronnent au fil des 60's/70's. Songez qu'en 1968, le porto-ricain comte déjà 5 nominations aux Grammy Awards et a déjà fait le tour de quasiment toute la planète.

Feliciano !, son album de juin 1968, alimenté essentiellement par des reprises des Doors (Light My Fire), de Gerry & The Pacemakers (Don't Let The Sun Catch You Crying), des Beatles (In My Life, And I Love Her et Here There And Everywhere), de Bobby Hebb (Sunny), des Mamas & Papas (California Dreaming), de Fred Neil (Just A Little Bit Of Rain) ou de Tom Paxton (The Last Thing On My Mind), décroche deux de ces nominations.

Fidèle à RCA jusqu'en 1975, José Feliciano élargit sa carrière à d'autres genres et s'y engouffre avec le même appétit et la même réussite.

Ainsi Angela, la B.O du film Aaron Loves Angela réalisée avec son épouse Janna Marlyn, est publiée pour le label Private Stock Records en 1976. Sur la même étiquette, Sweet Soul Music referme la décennie des 70's.

Après un bref partenariat avec la Motown (Jose Feliciano/1981, Romance In The Night/1983) et quelques opus pour le marché latino, pour lesquels il est à nouveau récompensé, Feliciano répond à de nombreuses sollicitations de ses confrères.

Un parcours élogieux.

Fort d'un statut de star internationale, on le retrouve en duo avec Gloria Estefan, Nathalie Cole, Chamaco Rivera, Duane Schur et Paul Simon. Cette reconnaissance de ses pairs du milieu s'accompagne de celle du public. Après son étoile sur le Hollywood Walk Of Fame, la ville de New York l'honore à son tour.

Même s'il ralentit sa cadence au début des 90's pour passer un peu plus de temps auprès des siens, José n'en continue pas moins à se produire partout et à alimenter sa discographie de nouvelles pièces supplémentaires.

Près d'une vingtaine d'entre elles sont, depuis le début du troisième millénaire, venues grossir son catalogue.

Son parcours est en tout point élogieux. Puisse celui-ci susciter de l'espoir aux gens du monde entier.

Rien n'est jamais impossible, à condition de croire en soi, de mettre tout son cœur, son énergie, son esprit dans ses rêves pour que ceux-ci deviennent réalité. S'il en est un qui sait de quoi il parle, c'est bien le gamin pauvre de Lares (RAZOR©2021).

DISCOGRAPHIE 70S.

LP Studio 8 - 1970

 

Jose feliciano fireworks 1970

 

JOSE FELICIANO

FIREWORKS – 1970  5/5

 

Publié en 1970.

Produit par Rick Jarrard.

Durée:39:25.

Label:RCA Victor.

Genre:jazz,pop,rock,classique,latino,soft rock.

 

De la belle guitare...

 

De l'excellent travail de guitare. Fireworks, publié en 1970, passe en revue la pop, le jazz, le classique, le latino avec la même pertinence et une belle inventivité.

Rien n'est à jeter dans ce lot qui revisite avec un égal bonheur du Beatles, du Stones, du Handel, le classique du rock qu'est Suzie Q (Creedence) et bien d'autres pièces ; Jose Feliciano dévoile ici toute sa technique de guitare, la finesse et la décontraction de son jeu et la pureté de sa voix soul.

Fireworks est l'un des meilleurs endroits pour découvrir cet artiste et assurément un des grands rendez-vous vinyliques de sa carrière. Jose signe ici quelques originaux également intéressants, j'en veux pour preuve les Once There Was A Love, Destiny, Pegao. Si on aime la belle guitare acoustique, on s'y arrête (RAZOR©2021).

 

1. Fireworks (From Handel's Fireworks Suite).

2. Destiny.

3. (I Can't Get No) Satisfaction.

4. Norwegian Wood.

5. She Came In Through The Bathroom Window.

6. Pegao (instrumental).

7. Once There Was A Love.

8. Blackbird.

9. Suzie Q.

10. Yesterday.

11. Let It Be.

 

Jose Feliciano:chant,guitare classique,guitare acoustique,basse.

Paulino Magalhaes:batterie,percussion.

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires