Forever More.

BIOGRAPHIE.

 

 

FOREVER MORE/Écosse (Royaume-Uni)

 

Forevermorebandpic

 

Actif entre 1969 et 1971.

Label:RCA.

Genre:rock progressif.

 

Le fertile terreau écossais.

Quand on évoque l’Écosse, on pense généralement à ses lacs, plus particulièrement au Loch Ness, à la cornemuse et à la culture celtique, aux châteaux et manoirs hantés, aux pittoresques Highlands, à la panse de brebis farcie, au rugby et à son XV du Chardon, à Marie Stuart, à Sir Walter Scott et Ivanhoé, Arthur Conan Doyle et Sherlock Holmes, à Jim Clark et Jackie Stewart Sean Connery ou Sir Alex Ferguson.

Il est plus rare que l'on réfère spontanément à Donovan, à Bert Jansch, à Ian Anderson (Jethro Tull), Mark Knopfler (Dire Straits), Annie Lennox (Eurythmics), aux frères Young (ACDC), à Jack Bruce (Cream), Simple Minds ou Texas.

Tous sont des écossais bon teint dont on ne peut sous-estimer la contribution au rock planétaire, voire minimiser leur implication dans l'histoire de la scène musicale britannique.

Forever more alan gorrie et stuartAlan Gorrie et Stuart Francis.Forever more strodeMick Travis (Strode).Forever more mcyntyreOnnie McIntyre.Forever more awbAWB qui en découle...Forever more word on black plasticUn petit supplément d'âme.

Quand l'Angleterre est devenue l'épicentre de la musique pop-rock, dans les 60's, le réflexe fut de focaliser essentiellement sur les sujets de feue sa Majesté Elizabeth (ou sur les ricains) et de ne pas accorder de crédibilité à tout ce qui n'était pas rosbeef ou yankee.

Les presses spécialisées ont, convenons-en, bien aidé en cela en orientant leurs lecteurs vers les marchés les plus lucratifs.

Cette mauvaise appréciation a pénalisé la scène européenne prise dans sa globalité, un peu laissée-pour-compte, et l'école française notamment en a payé le lourd tribut.

Elle a marginalisé, dans le même temps, des formations britanniques pourtant brillantes, nées dans le sillon tracé par les Beatles et les Rolling Stones.

En Écosse, l'échiquier musical était important, dynamique et talentueux, au regard des noms légendaires qu'il a engendrés et qui, comme Donovan ou Jansch, Anderson ou Knopfler, ont influencé ou inspiré des générations entières de musiciens.

Un groupe surprenant , une musique éclectique.

Sur ce terreau fertile ont germé quelques-unes des meilleures musiques rock du moment. Dans ce cadre, Forever More, formé à la fin des sixties, s'avère une de ces intéressantes petites formations ignorées dont le potentiel n'a pas été perçu comme il se doit, faute de ne pas avoir été du bon côté du manche.

Le temps, la toile et les rééditions ont permis, depuis et fort heureusement, de rétablir cette inégalité et de redorer leur blason. On découvre alors un groupe surprenant, auteur d'une discographie qui ne l'est pas moins...

Quand le hasard fait que les routes du guitariste anglais Mick Strode et des écossais Alan Gorrie, Onnie Mair et Stuart Francis se croisent dans une salle de répétition de Shepherd's Bush (Londres), les bases de ce qui va engendrer Forever More sont jetées.

Le premier nommé, connu sous le nom de Mick Travis est guitariste et chanteur. Originaire d'Oldbury (West Midlands), il est passé par Band Of Joy, le marchepied pour Led Zeppelin (1968).

Côté scottish, Alan Gorrie (basse, piano et chant), Onnie Mair (guitare et harmonies vocales), McIntyre pour l'état civil, et Stuart Francis, batteur, sont des anciens de Scots Of St. James (futur Hopscotch).

Alan Gorrie et Mick Strode assurent individuellement ou conjointement une écriture dont la diversité stylistique est la caractéristique première.

De Hopscotch à Forever More.

Malgré son éclectisme, la musique développée par Forever More dévoile une qualité quasi constante durant les près de trois ans que dure le mandat des britanniques (1969/1971) dans le rock.

Yours (1970) ou Yours Paint It Yourself selon l'édition, et Words On Black Plastic (1971) signés par le groupe, ne manquent pas d'intérêt.

Bien que ces travaux n'aient pas pour autant révolutionné le rock, la musique qu'il élabore, progressive avec des éléments de jazz, de folk, de country et de psych, arrive, au fil des écoutes répétées, à en devenir familière.

En passant de Hopscotch (Look At The Lights Go Up/Same Old Fat Man – 1968 et Long Black Veil/ Easy To Find – 1969 pour United Artists) à Forever More, la formation est prise en charge par International Artists, une société installée à Soho.

Ce rapprochement l'amène à décrocher des contrats pour des concerts dans des clubs de la place londonienne et des participations à divers festivals.

Forever more alan gorrie portrait

« La musique que nous jouons aujourd'hui n'a pas vraiment changé depuis nos débuts. D'une certaine manière, nous avons été un catalyseur, mais nous n'avons pas vraiment changé notre approche, nous avons continué dans notre voie. Les gens aiment notre façon de faire, c'est original mais ça n'a pas beaucoup changé. » (Alan Gorrie)

Deux LP dignes d'intérêt.

Son premier engagement lui ouvre les portes des studios Olympic de Londres où sont enregistrés les deux albums précédemment cités et édités sur le label américain RCA Victor.

Si Yours est publié simultanément des deux côtés de l'Atlantique (Royaume-Uni et USA), son suivant sort d'abord aux States à la fin de l'année 1970, puis au Royaume-Uni, l'année suivante.

Pour des raisons qui nous échappent, le groupe, malgré les retombées positives de son travail, se dissout la même année 71.

La filière menant à AWB.

D'un commun accord, les musiciens rebondissent sous l'identité de Glencoe, un collectif alors si prometteur que Wishbone Ash le choisit pour ouvrir sa tournée 71.

Au départ de McIntyre et Gorrie à l'été 71, partis former l'Average White Band, Strode et Stuart recrutent Graham Maitland (piano) et Norman Watt-Roy (basse). John Turnbull succède à Mick Strode quand ce dernier, en avril 1972, quitte à son tour Glencoe.

Deux albums alimentent le catalogue de ce collectif, l'éponyme Glencoe et The Spirit Of Glencoe, respectivement sortis en 1972 et 1973. Stuart Francis est le seul membre du line-up d'origine de Forever More à pointer sur ces deux opus de Glencoe.

La discographie de Forever More bénéficie de l'expertise du producteur Simon Napier-Bell (The Yardbirds, Marc Bolan, Asia, John's Children) et de Ray Singer qui a travaillé avec Shel Talmy (The Kinks, The Who) et Jimmy Miller (Traffic, The Rolling Stones).

Elle est généralement considérée comme de qualité par tous les observateurs du rock, Words On Black Plastic, notamment, qui a ce petit supplément d'âme qui fait défaut à son devancier (RAZOR©2022).

MON CHOIX DISCOGRAPHIQUE.

Compilation 2007

 

Forever more compil 2007

 

FOREVER MORE

YOURS/WORDS ON BLACK PLASTIC – 2007  4/5

 

Compilation publiée en 2007.

Produit par Simon Napier-Bell,Ray Singer,

Durée:73:06.

Label:RCA Victor,Retro Disc International.

Genre:folk-rock,rock progressif,rock psychédélique,rock,country-rock.

 

D'une pierre deux coups.

 

La compilation de 2007 mise sur le marché par le label basé en Allemagne Retro Disc International a l'avantage de regrouper les deux seuls albums de Forever More, Yours et son suivant Words On Black Plastic.

Ces derniers ont été respectivement enregistrés en 1970 et 1971. C'est donc une belle opportunité que de faire d'une pierre deux coups.

Formation à dominante écossaise (Alan Gorrie, Onnie McIntyre et Stuart Francis) complétée par l'anglais des West Midlands Mick Strode, Forever More a publié deux LP chez RCA Victor réalisés aux studios Olympic de Londres entre la fin des 60's et le début de l'année 71.

Si seul le premier nommé se classe au Billboard 200 en restant 3 semaines dans ces classements avec un pic à 180, les opus ont, tous les deux, du grain à moudre, d'où mon conseil de viser la compil' plutôt que de partir en quête des œuvres séparément, si d'aventure...

L'intérêt de la démarche est essentiellement dictée par le fait que l'incarnation en question mène au pétillant Average White Band (le single Pick Up The Pieces et les LP AWB et Cut The Cake), via McIntyre et Gorrie, au terme de leur expérience Forever More (1971). Collectionneurs et fans de ce collectif, l'affaire en question vous concernent plus particulièrement.

Les curieux et les non-initiés trouveront en cette offre l'occasion de découvrir un groupe intéressant, auteur sur Yours d'une musique surprenante et variée (folk, country, jazz, psych, rock et cuivres).

Même s'il est parfois inégal dans la qualité (Good To Me, We Sing, 8 O'Clock & All's Well, You Too Can Have A Body Like Mine, Mean Pappie Blues), de ce qu'il propose, Yours recèle beaucoup de bons moments qui, au final en fait une écoute agréable.

Plus influencé par le rock progressif, Words On Black Plastic complète joliment le tableau, notamment au travers de ces très belles pistes que sont Put Your Money On A Pony, What A Lovely Day, et Get Behind Me Satan. Plaisir garanti (RAZOR©2022).

 

1. Back In The States Again.

2. We Sing.

3. It's Home.

4. Home Country Blues.

5. Good To Me.

6. Yours.

7. Beautiful Afternoon.

8. 8 O'Clock & All's Well.

9. Mean Pappie Blues.

10. You Too Can Have A Body Like Mine.

11. Sylvester's Last Voyage.

12. Promises Of Spring.

13. The Wrong Person.

14. Last Breakfast.

15. Get Behind Me Satan.

16. Put Your Money On A Pony.

17. Lookin' Through The Water.

18. O' Brien Last Stand.

19. Angel Of The Lord.

20. What A Lovely Day.

 

Stuart Francis:batterie,chœurs.

Mick Travis:guitare.

Onnie Mair:guitare,basse,chœurs.

Ray Singer:percussions.

Alan Gorrie:piano,basse,percussions.

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires